Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Nicolaï, Robert La vision des faits, de l'a posteriori à l'a priori dans la saisie des langues

Paulette Roulon-Doko
p. 349-350
Référence(s) :

NICOLAÏ, Robert, 2007, La vision des faits, de l'a posteriori à l'a priori dans la saisie des langues, Paris, L'Harmattan, 157 p.

Texte intégral

1L'auteur nous propose sur un ton badin et moqueur une discussion entre lui-même et son double à qui il expose ses réflexions. Dans un premier chapitre Le jeu des leurres, il s'interroge sur comment se constitue l'interprétation des phénomènes linguistiques cherchant à faire apparaître les "arrière-plans qui nous structurent dans nos choix de « théories »". Il retient trois domaines de pertinences : 1) l'identification pratique des phénomènes linguistiques, 2) leur interprétation et leur actualisation par les utilisateurs, 3) leur interprétation et leur objectivisation par ceux qui les décrivent (p. 14) et mentionne son choix des langues songhay de l'Afrique de l'Ouest (Mali, Bénin, Niger) pour traiter les sujets qu'il a retenus. Il précise que l'exposé des faits linguistiques "ne sera ni un commentaire elliptique supposant une connaissance partagée, ni une présentation spécialisée, mais une description suffisamment illustrée et documentée pour être comprise sans appeler d'autres connaissances." (p. 19) et il tient promesse.

2Selon la tradition linguistique, les langues mandé et songhay appartenant à deux familles non apparentées niger-congo / nilo-saharienne, il semble a priori pas qu'il ne puisse pas y avoir un isomorphisme de grande envergure entre elles, or il y en a un que l'auteur présente dans le chapitre intitulé Descriptions en contexte. Deux explications sont possibles, soit un contact prolongé et une évolution parallèle manifestant une convergence aréale dans le cas de langues non apparentées, soit une persistance des structures mandé dans le développement du songhay, si on pose l'hypothèse que le songhay n'est pas nilo-saharien, mais une langue mandé relexifiée par un véhiculaire afroasiatique, arabo-berbère. (p. 34). L'analyse suit un schéma d'intelligibilité qui comporte trois étapes : l'existence d'un phénomène (il existe X) ; une objectivation (X signifie Y), c'est l'interprétation et la résolution justifiée (parce que Z) ; et des justifications conjoncturelles (étant donné que... W, [pertinences non explicitées]). Dans tous ces niveaux, l'auteur souligne qu'il y a un leurre constitutif de la "fausse absence du chercheur dans le procès global d'explicitation des phénomènes" (p. 44).

3Dans le chapitre suivant, Souvenirs phonologiques en trois temps, l'auteur va systématiquement mettre en œuvre le schéma d'intelligibilité précédemment décrit. Il traite tout d'abord du système vocalique de la tadaksahak (p.49-60) parlée par des tribus nomades, dont le lexique est à 60% touareg et la phonologie berbère ; et passe en revue les différents traitements qui en ont été proposés lié au statut accordé au ə muet, afin de l'interpréter comme berbère ou songhay. Puis, il s'intéresse au statut des voyelles nasales du songhay (p. 60-68) et montre particulièrement bien le rôle crucial du cadre théorique pour choisir entre les deux solutions : h + voyelle nasale ou h ~ h-nasal. Enfin, il s'attaque à l'espace vocalique zarma et nous narre tous les avatars du « e » et des stratégies développées par divers auteurs afin de rendre compte du système. J'invite le lecteur à lire lui-même ces démonstrations dont l'exposé conserve toujours la clarté annoncée par l'auteur en début d'ouvrage.

4Le chapitre suivant Les règles du jeu va répondre à la question "comment donne-t-on sens à ce qui se passe ?" (p.108). Il retient quatre modalités de saisie des phénomènes du monde qu'il appelle "linéarisation, massification, Gestalt et sémiotisation". Ayant défini les trois premières, il revisite les quatre exemples vus précédemment en croisant ces divers processus qu'il inscrit ensuite dans un procès continu de sémiotisation qui est, selon l'auteur, "un processus qui construit de l'homogène à partir du multiple, de l'hétérogène et du contexte" (p. 125). On passe "du faire sens [...] au avoir du sens en transitant d'une pratique des dires [...] en contexte aux inventaires décontextualisés des signes disponibles" (p. 126), ce qu'il illustre pour les exemples songhay.

5Un dernier chapitre présente Les trois mondes : le monde des "manifestations" (phénomènes saisis 'X' et les faits construits 'Y'), le monde des "opérateurs" qui actualisent les opérations selon trois modalités de repérage (cognitif, systémique ou historique) et enfin le monde des "catégories" renvoyant à une connaissance partagée. L'auteur s'interroge alors sur la question des frontières dans le domaine linguistique et en dehors et conclut en souhaitant que sa réflexion permette de "construire un nouvel espace de description" pour "la compréhension de l'évolution [...] des 'façons de dire' et des 'langues'" (p. 142).

6Trois mini-chapitres Déambulation s'intercalent entre les autres qui proposent une réponse à la question de "comment s'y prendre ?". Le premier est le souvenir d'enfance d'un relevé topographique de l'auteur, le second une instruction sur la manière de mesurer d'Albrecht Dürer datant de 1525 et le dernier termine l'ouvrage sur le dialogue surpris par l'auteur et son double entre le "Réfléchisseur d'idées" et le "Constructeur d'objets"... j'espère avoir donné au lecteur l'envie de découvrir par lui-même le cheminement proposé par l'auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulette Roulon-Doko, « Nicolaï, Robert La vision des faits, de l'a posteriori à l'a priori dans la saisie des langues », Journal des africanistes, 78-1/2 | 2009, 349-350.

Référence électronique

Paulette Roulon-Doko, « Nicolaï, Robert La vision des faits, de l'a posteriori à l'a priori dans la saisie des langues », Journal des africanistes [En ligne], 78-1/2 | 2009, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2792

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org