Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Jell-bahlsen Sabine, The Water Goddess in Igbo Cosmology. Ogbuide of Oguta Lake

Françoise Ugochukwu
p. 346-347
Référence(s) :

Jell-bahlsen Sabine, 2008, The Water Goddess in Igbo Cosmology. Ogbuide of Oguta Lake, Trenton (USA), Africa World Press, 433 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage d'une grande richesse, fruit de plus de vingt ans de travail et de terrains échelonnés de 1979 à 1992, abondamment illustré et fourmillant de détails, présente une vue cohérente et complète de la cosmologie igbo traditionnelle à travers l'étude approfondie du culte de la déesse d'Oguta (Nigeria). L'auteure démontre sa connaissance de la culture igbo, acquise sur le terrain au travers de l'initiation. Elle s'appuie sur ses observations et les données recueillies : généalogies, chants, proverbes, incantations, rituels de guérison, entretiens avec des initiées, étude de l'art mural et de l'architecture traditionnels. Une utilisation judicieuse de la littérature anglophone (Achebe et surtout Nwapa, présentée comme la fille de l'eau) et de documents d'archives vient corroborer les études de terrain. Les notes, abondantes et toujours pertinentes, ajoutent encore à la valeur de l'outrage.

2Les 25 chapitres rappellent l'histoire du développement du culte d'Oguta, révèlent la résistance des institutions traditionnelles à la colonisation et à sa construction du pouvoir masculin, et le pouvoir parallèle ésotérique, politique et économique exercé collectivement et individuellement par les femmes. Ils dévoilent le caractère ambivalent de la déesse marine, sa beauté 'fatale' et sa cruauté, sa générosité dans la fécondité, son association avec le marché et la production de biens, et son rôle de protectrice de la communauté illustré par des témoignages datant de la guerre civile. Le chapitre 13 est consacré à la « trinité » des animaux totems du culte - python, crocodile et tortue d'eau -révélée dans l'art sacré, les masques et les rituels. Le chapitre suivant fait mention d'autres symboles associés au culte : couleur blanche, arc-en-ciel, dualisme rouge-blanc et nombre sept. Un chapitre entier (15) étudie le symbolisme de la chevelure et considère coiffure et soins capillaires avant d'étudier leur transgression : les cheveux dada, perçus comme rébellion, retour à l'état sauvage, menace de maladie mentale en même temps qu'appel à la divination et à la prêtrise marines. Le lien est fait entre culte de l'eau, divination et pouvoirs de guérison associés aux maladies mentales et gynécologiques. La dernière partie de l'outrage (chapitres 19 et 20) fait une place importante au rôle du culte marin dans la prévention, la médecine traditionnelle néo-natale et infantile et la maîtrise de la reproduction. C'est surtout son traitement des maladies physiques et mentales qui est mis en avant, à partir d'études de cas présentés en détail dans leur histoire et leur traitement. L'auteure présente le culte marin comme éminemment écologique dans sa contribution à la protection de l'environnement par l'établissement de sanctuaires et la valorisation de l'espace aquatique.

3Tirant les leçons de 'l'université du village' (p.7), elle met l'accent sur le caractère circulaire du temps, opposé à la linéarité occidentale chrétienne, et souligne la primauté du sacré, la centralité du concept d'équilibre dans les relations communautaires et le rôle des rituels féminins dans la santé physique et mentale. Elle démontre l'importance de la nomination, consécration à la divinité, et met en valeur le nom comme énonciateur d'identité au sein de la grande famille et du groupe religieux. Elle étudie (ch.3) les divinités marines masculines et féminines, leurs couleurs et leurs sanctuaires, les festivals, calendriers agraire et rituel, masques et sociétés secrètes, et oppose à l'image occidentale d'une tradition rigide et contraignante, la flexibilité de coutumes ouvertes au changement. Chemin faisant, elle note d'autres traits de la culture igbo - l'importance accordée aux titres, l'appréciation de la réussite personnelle, la valorisation de la fécondité et de la maternité, l'horreur des excès et l'attente du partage des richesses.

4Tout en se démarquant des mouvements féministes occidentaux par son appréciation de la complémentarité masculin/féminin dans la transmission de la vie, l'auteure souligne la solidarité entre femmes, leur puissance et leur mobilité. Son approche de la différentiation traditionnelle et rituelle entre sexe et genre en pays igbo reste cependant largement une vue occidentale. Elle affirme avoir adopté une attitude critique objective, mais son statut d'initiée l'amène à faire le choix délibéré de l'apologie du culte marin. En dépit de ses trois derniers chapitres, consacrés à une défense passionnée de ce point de vue, avec leurs prises de position contre les monothéismes, leur longue comparaison entre la déesse marine et l'Eve de la Bible, et leurs efforts pour démontrer le retour de Nwapa dans le giron de la Mère marine, l'ouvrage de Jell-Bahlsen restera un travail séminal sur les cultes marins du sud du Nigeria.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Ugochukwu, « Jell-bahlsen Sabine, The Water Goddess in Igbo Cosmology. Ogbuide of Oguta Lake », Journal des africanistes, 78-1/2 | 2009, 346-347.

Référence électronique

Françoise Ugochukwu, « Jell-bahlsen Sabine, The Water Goddess in Igbo Cosmology. Ogbuide of Oguta Lake », Journal des africanistes [En ligne], 78-1/2 | 2009, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2788

Haut de page

Auteur

Françoise Ugochukwu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org