Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Hombert Jean-Marie; Louis Perrois, Cœur d'Afrique, gorilles, cannibales et Pygmées dans le Gabon de Paul du Chaillu

Philippe Laburthe-Tolra
p. 343-345
Référence(s) :

HOMBERT Jean-Marie et Louis PERROIS (dir.), 2007, Cœur d'Afrique, gorilles, cannibales et Pygmées dans le Gabon de Paul du Chaillu, Paris, CNRS éditions, 224 p.

Texte intégral

1C'est un plaisir que de voir édité ensemble avec élégance album de photos magnifiques et ouvrage scientifique de premier ordre. Le but visé est de réhabiliter un voyageur méconnu et calomnié, Paul Belloni Du Chaillu, sous la direction du linguiste Hombert et de l'expert en art Perrois, spécialistes des langues et sociétés d'Afrique Centrale. Tous deux reprennent la plume en final, pour défendre le regard de l'explorateur face à ses critiques. Une douzaine de scientifiques collaborent à l'ouvrage, qui traite 1) de la biographie de Paul Belloni du Chaillu, 2) de l'incrédulité qu'il suscite, 3) de l'utilité de le relire.

2L'historienne Annie Merlet établit que les Duchaillu sont des petits commerçants de Besançon. Lors de fêtes à l'Ile Bourbon, le père de Paul le conçoit avec une métisse nommée Belloni, mais doit fuir pour ennuis judiciaires avant sa naissance le 31 juillet 1831. Ce père émigre en 1846 dans l'estuaire du Gabon. Son fils naturel Paul apprend à l'époque le métier de taxidermiste à Paris. Il décide de fuir la révolution de 1848 et rejoint son père. Il l'accompagne dans ses tournées commerciales, mais n'est heureux qu'au foyer du pasteur américain Wilson. Il se fait des amis parmi les Mpongwe de son âge, apprend leur langue, le myene, assiste à leurs fêtes, chasse, et expédie des animaux naturalisés à Paris. En 1851, il s'y voit refuser une concession au Gabon, où il retourne et obtient grâce à Wilson une place sur un cargo américain et une recommandation pour devenir répétiteur de français dans un collège à New-York. Ses élèves lui font connaître des savants qui l'encouragent à repartir comme explorateur. Il se déclare Américain, retrouve le Gabon et les Wilson en janvier 1856, ce qui coïncide avec la mort de son père. Il envoie une collection à Philadelphie et voyage fin avril chez les Orungu qui parlent myene. En juillet, il rencontre des Fang et son premier gorille, puis revient au Fernand Vaz fonder une base qu'il nomme Washington. Il est le premier Blanc à pénétrer vers l'Est à 200 kms de la côte. Fin 1859 il publie son premier livre à New-York, puis en Angleterre (1861) et en France (1863). D'octobre 1863 à octobre 1865, troisième et dernier séjour au Gabon. Il fonce vers l'Est chez les Kélé, découvre les Punu, Tsogo, Sangu, des Pygmées, mais, suite à un meurtre involontaire, il est forcé de se replier en toute hâte. Il rédige près de Londres son deuxième livre qui paraît en 1868. Grâce à ses adaptations pour enfants et à ses conférences, il devient célèbre en Amérique. De 1871 à 1878, il parcourt la Scandinavie et publie sur les régions nordiques de 1881 à1889. Ses amis l'exhortent à continuer en Russie, où il part en 1900 et est reçu par le tsar Nicolas II. Mais il meurt subitement dans un hôtel de Saint Pétersbourg le 30 avril 1903. Sa dépouille est embaumée, rapatriée, enterrée à New- York aux frais de ses admirateurs américains. L'anthropologue Julien Bonhomme tâche d'évaluer l'impression des populations à l'apparition de ce 'grand Esprit blanc avec ses richesses inouïes, dont la création reste un mystère'. On le traite en génie mbwiri associé à l'eau, aux ancêtres, à la fécondité, magicien grâce à sa boîte à musique. Il parvient ainsi à franchir les secteurs d'échange par intermédiaires qui prélèvent des péages loin dans la forêt. Il passe pour un esprit même lorsqu'on lui attribue l'épidémie de variole et qu'il fuit, invulnérable de fait.

3La deuxième partie relate ce qui a paru invraisemblable chez lui : sa rencontre des Fang dans les Monts de Cristal (R. Mayer), celle du gorille (J.P. Gautier) pourtant attendue de la part de l'élève de Wilson, qui dès 1847 avait permis d'identifier ce grand singe, rencontre corroborée par l'exactitude des observations du voyageur et son envoi de 7 squelettes au British Museum en 1864. Autres mensonges présumés : l'observation de peuples encore inconnus (P. Mouguiama-Daouda, linguiste), et la rencontre des Bongo dits Pygmées (S. Bahuchet) le 30 juin 1865, mais décrétée véridique par Schweinfurth, qui découvre son Pygmée en 1870.

4La troisième partie traite de l'urgence de relire l'explorateur 150 ans plus tard. R. Pourtier (parmi de superbes photos de forêt) vante la remarquable intelligence géographique, l'exactitude dont Du Chaillu fait preuve en rendant compte des paysages et surtout du climat du Gabon occidental. Les naturalistes J.P. Gautier et P. Christy célèbrent l'explorateur chasseur qui découvrit, outre le gorille, le Potagomale velox (sorte de loutre), le Funisciurius duchaillui (petit écureuil volant), une espèce de genette, plusieurs sortes d'insectes, 39 nouvelles espèces d'oiseaux dont la pintade noire de forêt et le barbican à taches jaunes (Buccanodon duchaillui), envoyés à Philadelphie, dont le musée possédait la première collection d'oiseaux du monde. L'article rend hommage au pionnier de l'éthologie et de l'écologie, observateur sur place des mœurs et comportements des grands singes végétariens aussi bien que des fourmis magnans ou des termites, des combats entre léopard et buffle ou léopard et potamochère, notant aussi la raréfaction des éléphants déjà due à la chasse, les variations saisonnières des crocodiles, les interactions complexes entre espèces. Par ses qualités de patience, de résistance et d'exactitude, Du Chaillu reste exemplaire. P. Mouguiama-Daouda tente, avec J.M. Hombert, de situer l'apport du Franco-Américain parmi les linguistes, révisant la classification de Guthrie, en tableaux, carte et genèse de toutes les langues actuelles parlées au Gabon. S. Bahuchet revient sur l'ensemble des 'Pygmées' du pays, soulignant leur précarité actuelle. F. Gaulme note la réciprocité de l'attirance affective entre quelques Européens et Africains, même si la familiarité ne suffit pas à résorber les préjugés mutuels : il met brillamment en relief l'ambiguïté de l'ami-commerçant / chasseur Du Chaillu. Dans les jugements du voyageur, on peut dénoncer 'l'impressionnisme' inévitable à l'époque, en l'absence de travaux endogènes dont le professeur Mayer donne des exemples, vis-à-vis desquels pourtant l'observation exacte datant d'un siècle et demi éclaire l'intrication des alliances et systèmes matrimoniaux, la résistance des villages, etc. À propos de l'artisanat et des arts de l'ancien Gabon, L. Perrois loue la largeur d'esprit et la finesse du 'fils du Chaillu', sa maîtrise des langues, sa liberté étrangère à l'appât du gain ou de la domination. Il construit selon la mode du pays, en note les parures, tatouages, fards, coiffures aux formes et dessins symboliques, ainsi que les éléments de la culture matérielle (armes et outils, forges, pipes, objets en raphia, métiers à tisser) ; il est le premier Occidental à s'intéresser à l'art rituel africain : 'fétiches', statuettes protectrices, sculptures d'ancêtres ou figures 'indécentes' du bwiti, dont on déduit ainsi l'ancienneté. Pour la Dr R. Vercauteren Drubbel, il se montre un précurseur en santé et épidémiologie : il prend et fait prendre la quinine préventivement et à dose curative suffisante. S'étant fait revacciner à Londres en 1863, il peut sans crainte soigner les malades lors de l'épidémie de variole de 1864 qui endeuille son dernier séjour. Il constate un déclin démographique remontant sans doute à la traite. Grâce à lui, A. et C.M. Hladik connaissent les ressources vivrières d'hier : palmier à huile partout, manioc et cocotier sur la côte ; et, à l'intérieur, cannes à sucre appréciées des gorilles, plantains nourrissants, mais exposés aux razzias des éléphants, arachides, ignames, courges, safou et divers fruits de la forêt, le manioc y poussant même sur les sols appauvris. Du Chaillu signale encore des fruits importés par les missionnaires : mangue, papaye, ananas, agrumes. Le gibier est un mets de choix. Des chèvres et de la volaille se trouvent dans les villages, ainsi que des condiments (piments, etc.). Vins de palme et de banane, hydromel, drogues (chanvre) et poisons d'épreuve.

5Ce beau livre prête le flanc à certaines critiques. Y manquent surtout une brève présentation des auteurs, une table des illustrations et gravures (souvent non référenciées), une bonne carte du Gabon avec table des cartes (celles de la p. 214 sont sans échelle, celle des langues p. 131 est meilleure). Nombreuses redites. Deux fois la même gravure, pp. 67 et 127. Fautes de frappe ou de français. Mais ce qui gêne plus sont des assertions gratuites du genre : "les Noirs qui, selon la théologie chrétienne ancienne, n'avaient pas d'âmes..." (p. 166), alors que le baptême inspiré à Philippe vers Gaza, avant même la conversion de Paul, est celui d'un ministre éthiopien, en grec, visage brûlé, noir! (Actes des Apôtres ch. 8). Pour ne rien dire des royaumes chrétiens de Nubie, de l'évêque fils du roi du Congo au 16 ° siècle, etc. Voilà qui dépare. Du Chaillu n'a-il pas été attaqué pour bien moins ? C'est vrai qu'il n'était que petit professeur de français. On préfèrera oublier en s'enivrant de la splendeur des images.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Laburthe-Tolra, « Hombert Jean-Marie; Louis Perrois, Cœur d'Afrique, gorilles, cannibales et Pygmées dans le Gabon de Paul du Chaillu », Journal des africanistes, 78-1/2 | 2009, 343-345.

Référence électronique

Philippe Laburthe-Tolra, « Hombert Jean-Marie; Louis Perrois, Cœur d'Afrique, gorilles, cannibales et Pygmées dans le Gabon de Paul du Chaillu », Journal des africanistes [En ligne], 78-1/2 | 2009, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2785

Haut de page

Auteur

Philippe Laburthe-Tolra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org