Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Dili Palaï, Clément, Contes moundang du Cameroun

Paulette Roulon-Doko
p. 335-337
Référence(s) :

DILI PALAÏ, Clément, 2007, Contes moundang du Cameroun, Paris, L'Harmattan, Coll. Littératures et savoirs, 169 p.

Texte intégral

1L'auteur nous propose un recueil de 27 contes qu'il a recueilli en pays moundang, au nord-Cameroun entre 1998 et 2001 auprès de 16 conteurs - 3 femmes et 13 hommes -, au cours de soirées dans 6 villages de la circonscription de Kaélé - Djidoma, Kaélé, Mindjil, Garey, Boboyo et Lara. La plus grande partie du pays moundang est au Tchad où vivent ceux qui se désignent comme Za-siŋ », tandis que ceux qui font l'objet de ce livre vivent au Cameroun et se désignent comme Ka-bi. Une carte aurait été bienvenue pour situer la partie du pays moundang qui se trouve au Cameroun et repérer tous les villages dont nous parle l'auteur dans son introduction historique. Les Moundang sont des agro-pasteurs qui reconnaissaient l'autorité d'un roi.

  • 1  Les différents termes sont donnés en moundang, faisant état d'une variation dialectale qui disting (...)

2Le conte qui se disait traditionnellement au cours d'1une veillée peut être accompagné d'une formule d'ouverture et de fermeture1. Il est très souvent accompagné d'un chant rythmant "l'évolution d'un ou de plusieurs personnages dans le conte" (p. 15) constitué d'un solo et d'un répons auquel tout le public peut participer. Enfin, l'auteur nous présente le héros de ces contes, Dassouo, la représentation de l'homme par excellence, un "être aux qualités multiples et aux défauts pluriels" (p. 16). Il a une femme nommée Matəfara et quatre enfants qui portent le nom d'ustensiles de cuisine « louche », « mouvette ou bâton à couscous », « calebasse », « écuelle en calebasse ». L'introduction fait ensuite un bref recensement des diverses figures de la femme moundang retenues dans les contes - adulte célibataire, femme mariée, mère et aussi marâtre -, et se termine par quelques références bibliographiques.

  • 2  La mère biologique du conte C11 peut se révéler méchante comme une marâtre.
  • 3  Qui fait penser à Manhouli, la mère-mort des contes tupuri (cf. Kléda, S., 1991, La sorcière et so (...)

3Les contes présentés sont riches en personnages : des personnages humains, un père, une mère2, des enfants aux pouvoirs parfois extraordinaires mais aussi un chef voire le roi ; des personnages animaux qui peuvent être des partenaires à part entière d'un humain comme la hyène, l'écureuil ou l'iguane, d'autres qui sont sollicités par le personnage principal pour l'aider tels le gecko, le crapaud, le coq et deux rapaces, l'épervier et le vautour (le premier refusant systématiquement l'aide demandée tandis que le second l'accepte toujours en échange d'une poule à manger). A ceux-ci s'ajoutent des personnages non humains : Mawul'li3qui revient dans plusieurs contes est présenté comme un fantôme à l'appétit insatiable, qui a un "compère" Baaju et semble représenter la mort elle-même dans le conte 5 ; et les Mozəmuri présentés comme des "esprits malfaisants" qui s'emparent des femmes, une mère tuée par sa co-épouse et de la fille difficile qui en a épousé deux d'entre eux.

4Certains motifs sont récurrents : placer des épines au milieu du lit pour marquer son refus de l'autre, donner à manger dans des récipients sales pour montrer son inimitié, une veille femme qui dénonce le stratagème élaboré, le recours à la formule « si tu es vraiment le X de ma famille... » pour demander de l'aide, la récupération des os d'un mort pour lui redonner la vie, le choix de deux routes différentes pour multiplier les chances de chacun, le héros qui se transforme en bœuf pour vérifier la véracité de ce qu'on lui a dit et qui pleure, etc., autant de figures qui témoignent de la richesse du monde imaginaire des Moundang.

5Quelques remarques sur des choix de traduction : en dehors des noms propres transcrits du moundang, certains termes moundang ne sont pas traduits ou ne le sont qu'en note alors que leur traduction ne semble pas poser de problème, tels le « très gros tambour » dame, le « couteau de jet » kfəkah ou la « sagaie » zie, pour ne donner que quelques exemples. De plus, certains personnages comme l'écureuil ont leur nom doublé par un terme moundang Da ». S'agit-il d'un véritable nom propre comme celui de l'enfant Djamdjéké qui sauve sa mère, ou n'est-ce que la façon de dire « écureuil » en moundang ? Enfin, le français utilisé par l'auteur regorge d'expressions et de termes dont le registre d'emploi ne semble pas approprié ("fomenter une supercherie" p. 150, "mettre un terme à ces exactions" p. 38, "celui-ci ne cautionna pas cet acte d'insolence", suivi presqu'aussitôt de "ces oiseaux qui ont le culot de me salir" p. 35) ; ou qui ne manqueront pas de surprendre le lecteur du français écrit standard (être bien "ménagés" pour traités p. 28, "s'enfler" pour enfler p. 35, "embrigader" pour capturer p. 40, "ranch" pour troupeau de vaches p. 49, "permuté" pour échangé p. 140, "scruter" pour tester p. 63). Peut-être s'agit-il de termes du français parlé au Cameroun mais dans tous les cas, il est regrettable que l'auteur n'est pas explicité son protocole de traduction. Certes l'ouvrage est publié à l'Harmattan dans la collection Littératures et savoirs qui se veut "un espace de promotion des nouvelles écritures africaines qui ont une esthétique propre" (p. 2) et non dans la collection La légende des mondes, mais il y a là une ambiguïté qui aurait gagnée à être éclaircie, l'auteur ne se présentant pas comme un écrivain re-créateur mais plutôt comme le relais d'une parole traditionnelle.

6L'ensemble est cependant agréable à lire et on suit avec intérêt les diverses péripéties des personnages.

Haut de page

Notes

1  Les différents termes sont donnés en moundang, faisant état d'une variation dialectale qui distingue le parler du Tchad de celui du Cameroun. Il me semble qu'il aurait été plus clair de se limiter à ne donner ici que les termes et expressions dans le parler du Cameroun, puisque ce livre est consacré seulement aux contes moundang du Cameroun.

2  La mère biologique du conte C11 peut se révéler méchante comme une marâtre.

3  Qui fait penser à Manhouli, la mère-mort des contes tupuri (cf. Kléda, S., 1991, La sorcière et son fils, contes toupouri du Cameroun, Paris, L'Harmattan, Coll. La légende des mondes, 175 p.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulette Roulon-Doko, « Dili Palaï, Clément, Contes moundang du Cameroun », Journal des africanistes, 78-1/2 | 2009, 335-337.

Référence électronique

Paulette Roulon-Doko, « Dili Palaï, Clément, Contes moundang du Cameroun », Journal des africanistes [En ligne], 78-1/2 | 2009, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2778

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org