Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Abomo-Maurin Marie-Rose, Littérature orale, genres, fonction et réécriture

Elisa Fioro
p. 329-331
Référence(s) :

Abomo-Maurin Marie-Rose (dir.), 2008, Littérature orale, genres, fonction et réécriture, Paris, L'Harmattan, pp. 230.

Texte intégral

1La classification des genres oraux, leur fonction dans la société et leur réécriture dans la modernité constituent les trois parties qui organisent ce livre. Ce qui rend particulièrement intéressante sa lecture est la nouvelle perspective pluridisciplinaire adoptée par les dix auteurs mentionnée par Charles Belinga b'Eno dans l'avant-propos comme "la pertinence du regard de ce nouvel apport sur la littérature orale africaine est sa transversalité" (p. 5).

2Une introduction de Marie-Rose Abomo-Maurin présente les régions d'Afrique concernées (l'Afrique de l'Ouest, l'Afrique centrale et la Zambie) puis expose la structure et le contenu de l'ouvrage.

3La première partie regroupe trois études. Alain Joseph Sissao, dans son étude Aperçu sur la littérature orale moaaga, partant du constat que « la littérature orale des Moose [population du Burkina] possède des genres oraux spécifiques à elle et différents des autres cultures » (p. 17) tente de montrer, - à travers une étude de la taxinomie moore des formes narratives (le conte long, la nouvelle) et des formes non narratives (le proverbe, la devinette, la devise) -, qu'il y a un 'substrat' culturel propre à cette culture qui fonde son type de classification en nous présentant les « principes qui fondent les genres oraux ainsi que les éléments culturels qui bâtissent l'architecture de la culture verbale des Moose » (p. 37).

4Charles Belinga b'Eno, dans son étude Disposition narrato-discursive et idéologie de la non-guerre dans le lexique du Mvët Ekan, montre comment cette épopée des Boulou-Beti-Fan, véhicule une idéologie propre à la population considérée. C'est un ensemble littéraire. L'auteur le définit comme "une création permanente d'épisodes nouveaux sur un fonds mythologique invariable" (p. 42). A travers la parole des poètes, ce genre transmet intentionnellement une idéologie qui n'est pas isolée du conteste historique et sociale donné : "aire la guerre pour maintenir la paix" (p.9).

5Dans l'étude suivante La légitimation en littérature orale : le cas de l'épopée orale du Mvët du Cameroun, du Gabon et de la Guinée équatoriale, Charles Belinga b'Eno, trace brièvement deux parcours lexicaux et sémantiques qui permettent de distinguer le Mvët "instrument de musique traditionnel" du Mvët "ensemble musical / ensemble littéraire" et, à l'intérieur de ce dernier, la distinction entre un Mvët "mineur (ballades amoureuses, chroniques mineures, chantefables) et un Mvët Ekan "l'épopée orale" qui raconte l'histoire des guerres terribles qui opposent deux peuples imaginaires : les Oku du nord (mortels) et les Ekan du sud (immortels). Le Mvët Ekan est récité par le mbômô-mvët (poète initié) qui légitime "son rôle, son statut, et sa signification dans les conditions d'une performance" (p. 9).

6La deuxième partie regroupe cinq articles. L'étude ethnolinguistique de Sandra Bornand intitulée Le marcanda ou deuil de la femme préférée traite de la fonction de l'oralité dans un genre particulier, le marcanda des Zarma du Niger. Ce genre oral s'inscrit dans le cadre du mariage polygame et concerne la cérémonie du "deuil de la femme préférée". Il est composé de "chants

7d'insultes (envers chacun des nouveaux mariés) et d'énonciation de proverbes" dits par les femmes mariées du village (p. 72). Cela aide la dernière épouse de celui qui se remarie à faire le deuil de sa situation privilégiée et d'accepter son nouveau statut. Le marcanda a donc une fonction exutoire.

8L'étude d'Alice Degorce porte sur Les chants funéraires moose et fonctionnalités. Ces chants sont analysés en contexte d'énonciation - les veillées funéraires moose - puis classés en trois catégories : les chants pour le défunt, les chants pour les morts et les chants pour les vivants. Selon les circonstances, ces chants recouvrent trois différents rôles : celui de l'exutoire, celui du dialogue entre les vivants et les morts et celui de la transmission des valeurs culturels et des identités.

9L'étude d'Anne-Marie Dauphin-Tinturier intitulée Les chants d'initiation dans le rituel du cisungu en Zambie décrit, brièvement, les cinq phases qui caractérisent le rituel d'initiation des bemba de la Zambie qui sont des "rites de passage qui structurent la vie des individus depuis le statut d'enfant jusqu'au statut d'ancêtre" (p. 99). L'initiation de la jeune fille cisungu qui a lieu peu avant le mariage, s'inscrit dans la deuxième phase de ce rituel d'initiation 'totale'. Il comprend deux temps - une période de préparation et une cérémonie finale - et est ponctué de plusieurs chants qui marquent diverses étapes et actions du rituel. Cet article met particulièrement en valeur l'imbrication de la littérature orale et de l'anthropologie.

10L'étude d' Alice-Delphine Tang intitulée La femme dans les Contes de Birago Diop met en évidence les thèmes récurrents du problème de la dot, la langue de la femme, la vieille femme, la mauvaise épouse, la marâtre et l'épouse généreuse, et souligne le rôle central de la femme dans la société et la littérature orale.

11Enfin, L'étude de Marie-Rose Abomo-Maurin intitulée Moneblum ou l'Homme bleu : une figure héroïque de la résistance présente un récit épique particulier des Fan-Boulou-Beti du Cameroun. Ce récit "met en scène le combat qui oppose Moneblum à la famille ékan" (p. 122) et met en valeur l'authentification des faiblesses de Moneblum face aux Ekan (immortelles). Ce récit se situe dans la dialectique de guerre et de paix qui caractérise ce genre oral (le Mvët ou épopée).

12La troisième partie comprend quatre articles. L'étude de Marie-Rose Abomo-Maurin Oralité africaine dans Nnanga Kon, roman en langue boulou de Jean-Louis Njemba Medou » porte sur l'insertion de l'oralité africaine dans un roman en langue boulou. S'agissant d'un texte en langue vernaculaire se donnant pour but la perpétuation de la langue et de la culture traditionnelle boulou, l'auteur du roman utilise des "termes archaïques" (p. 144), des genres oraux (le proverbe, la devinette, le langage tambouriné) et des descriptions de cérémonies rituelles, qui sont les "trois modalités de l'insertion de l'oral dans l'écrit" (p. 146).

13L'article de Françoise Ugochukwu L'oiseau fétiche ou le rôle du conte chez Goyemide se focalise aussi sur l'insertion de l'orale - en particulier le conte - dans l'écrit. Mais, à la différence de l'article précédent, l'analyse est faite sur deux romans écrits en français (Le silence de la foret et Le dernier survivant de la caravane) par l'écrivain centrafricain Etienne Goyemide (1942-1997). Les contes que celui-ci insère dans ses romans sont étiologiques, comme le souligne l'auteur dans sa conclusion : "savoir répondre ou pourquoi, c'est se rendre maître du monde dans lequel on vit et pouvoir alors inventer le comment" (p. 174).

14L'étude de Véronique Cornius Sous l'égide de Perrault et La Fontaine : le cycle de Leuk revu et corrigé par Senghor et Sadji introduit la problématique de l'"adaptation pédagogique" des manuels scolaires en Afrique, en nous montrant comment deux auteurs sénégalais, Senghor et Sadji, promurent cette nouvelle pédagogie en puisant "dans le fond oral traditionnel pour composer leur livre de lecture" (p. 178), La Belle Histoire de Leuk le lièvre (1953). Mais, en passant de l'oralité à l'écriture, ils négligèrent les traits caractéristiques de l'oralité et l'auteur parle alors d'une "littéralisation ambiguë" (p. 179).

15L'article de Léontine Gueyes-Troh sur L'oralité dans l'œuvre de Venance Konan : de l'épique à l'anti-épique met en évidence "les relations que l'écriture romanesque entretient avec l'épopée" (p. 12). Dans le roman Les Prisonniers de la haine et le recueil de nouvelles Robert et les Catapila de l'écrivain ivoirien Venance Konan, on assiste à un nouveau type de traduction du patrimoine orale africain, où "l'épique fait place à l'anti-épique par l'omniprésence des combats individuels et la dégénérescence des valeurs" (p. 207). Une brève présentation des auteurs et de leurs travaux clôture le livre.

16L'ouvrage est très intéressant par la variété des sujets et des points de vue qu'il rassemble. Il y manque, peut-être, une conclusion générale où les auteurs auraient pu mettre en valeur les arguments innovants. Cependant, le livre est bien structuré dans toutes ses parties. Il pose un regard attentif sur l'univers oral africain ne se limitant pas au 'déjà dit', mais faisant avancer la réflexion sur les thèmes très ouverts de la spécificité culturelle des genres oraux, le contexte social et historique dans lequel s'inscrit le genre oral ainsi que la 'littéralisation' de l'oralité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisa Fioro, « Abomo-Maurin Marie-Rose, Littérature orale, genres, fonction et réécriture », Journal des africanistes, 78-1/2 | 2009, 329-331.

Référence électronique

Elisa Fioro, « Abomo-Maurin Marie-Rose, Littérature orale, genres, fonction et réécriture », Journal des africanistes [En ligne], 78-1/2 | 2009, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2751

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org