Navigation – Plan du site
Mélanges
Notes et documents

Itinéraire d'une recherche : Organisation sociale et fécondité en Afrique

Anne Retel-Laurentin
p. 295-303

Notes de la rédaction

Il y a vingt-cinq ans déjà : en 1983, le 10 décembre Anne Retel Laurentin nous quittait après avoir consacré ses dernières forces, qu'elle disputait à un cancer, à organiser et ouvrir le premier colloque d'anthropologie médicale en France. Auparavant, Joseph Tubiana avait présidé du 10 au 13 décembre 1980 à Valbonne des entretiens sur l'esprit de découverte pour commémorer le quatrième centenaire de la naissance de Peiresc. Les questions posées étaient : Qu'en est-il de cet esprit aujourd'hui ? Quelle réflexion d'ordre général peut-on faire en s'appuyant sur une expérience personnelle de la découverte ? Nous avons pu prendre connaissance de la contribution d'Anne Retel-Laurentin, grâce à Marie-José Tubiana, qui a pu la retrouver et a eu l'amabilité de nous la communiquer. L'actualité de son propos nous conduit à la publier aujourd'hui. La qualité de sa démarche a abouti à une découverte de portée générale pour les maladies sexuellement transmissibles.

Texte intégral

1Les institutions et les modes de vie sont beaucoup plus fortement tributaires des niveaux de fécondité de la population que l'on ne le suppose. L'Afrique sud-saharienne offre un terrain particulièrement propice pour le découvrir. En effet, les institutions traditionnelles ont en quelque sorte été forgées pour répondre aux impératifs d'une forte natalité. C'est pourquoi on observe dans les régions où sévit une faible fécondité une désorganisation sociale considérable qui reste incompréhensible à ceux qui ne tiennent pas compte de l'attitude profondément nataliste de ces groupes frustrés d'enfants.

2Tel est le sujet que je me proposais de vous présenter lorsque l'organisateur de cette rencontre me convia à me centrer non pas sur la découverte mais sur l'esprit de découverte, ce qui m'embarrasse.

3Parler de découverte équivaut pour moi, - très prosaïquement je l'avoue - à suivre un itinéraire de recherche, le mien en l'occurrence. L'esprit de découverte, vous le trouverez en marge de mes propos.

4S'il fallait démêler les facteurs personnels et impersonnels qui amènent les ethnologues à poursuivre contre vents et marées les cheminements des observations et des enquêtes, je serais tentée de laisser une large place au hasard en retenant la connotation que lui donne Joseph Tubiana : le hasard, ou l'imprévisible dans le directif. Une continuelle attente des réponses aux questions que l'on pose sans jamais perdre de vue que les réponses découlent des instruments de travail que l'on élabore, que l'on adapte tout au long de la recherche dans une patiente soumission aux données recueillies.

5Au fur et à mesure que l'ethnologue se dépouille de sa façon de penser, de sa façon de juger, pour adopter celles d'une société étrangère, c'est parfois la teneur même de sa recherche qui se dérobe lorsqu'il croit la saisir. Sur le terrain, en présence d'une complexité jusque-là insoupçonnée, l'ethnologue médecin ressent les exigences inexorables d'une polyvalence pluridisciplinaire (ethnographie, démographie, statistique, médecine...). Les méthodes d'analyse préconçues se révèlent alors inadaptées, simplistes. Dans cet état d'insatisfaction permanente, pourquoi ne renonce-t-on pas ? Probablement que cette épreuve est analogue à celle du feu : il consomme les bûches, mais la flamme est attisée par le bois que l'on entasse.

6Rétrospectivement, il me paraît évident que deux constantes me motivaient : la recherche et l'Afrique. J'y partis d'abord comme médecin, puis comme participant à des enquêtes de démographie statistique. Mais je ne savais pas où j'allais jusqu'au jour où Denise Paulme m'envoya en République Centrafricaine, en 1959, en me disant à peu près " Certaines régions d'Afrique se dépeuplent faute d'enfants ; vous êtes médecin et ethnologue, essayez donc de voir si vous pouvez élucider le mystère de l'extinction des Nzakara." Mais comment pouvait-on aborder ce sujet ?

7Parmi les nombreuses opinions qui tendaient à expliquer les phénomènes d'infécondité collective en Afrique, trois étaient en vogue. Au début, je croyais que l'assurance des gens qui me les présentaient était étayée par des travaux solides, même si les références auxquelles ils faisaient allusion étaient totalement floues. Elles m'impressionnèrent donc. La première hypothèse insistait sur la "débauche des moeurs". Dans ces pays rares en enfants, où les unions libres étaient aussi nombreuses qu'éphémères, les femmes étaient taxées d'immoralité, car l'on supposait qu'elles considéraient les maternités comme des entraves à leur penchant pour la liberté des mœurs. Elles étaient donc censées savoir se prémunir contre d'éventuelles grossesses et se faire avorter en cas d'échec grâce à de mystérieuses pratiques dont les primitifs détenaient le secret. Secrets bien gardés, prétendaient les Blancs fascinés par l'évocation d'une contraception facile à réaliser, dont on rêvait à une époque où l'on ignorait la "pilule" et autres techniques contraceptives. Mais ceci est une autre affaire qui sort de notre sujet.

8La seconde hypothèse visant à expliquer l'infécondité était celle d'un suicide collectif. Cette hypothèse a toujours cours. Elle supposait que des populations guerrières, durement asservies et condamnées aux mornes tâches de l'agriculture, avaient perdu le goût de vivre. Réfugiés dans le paradis perdu d'exaltantes conquêtes elles se refusaient à avoir des enfants qui hériteraient de leur triste sort. Ces explications fallacieuses, colportées comme des évidences, me hantaient lorsque interrogeant les femmes, je ne découvrais que d'affligeantes maladies, souvent présentées comme les conséquences d'une "déchéance raciale". Cette pathologie alimentait une troisième hypothèse : la dégénérescence de la race. Difformités, éléphan-tiasis, goitres étaient attribués à des tares et à l'alcoolisme. J'anticipe pour dire qu'en fait il s'agissait d'une accumulation de maladies acquises et guérissables, qui tenaient à l'environnement et à la malnutrition. Les déséquilibres qui en résultaient favorisaient en particulier le dys­fonctionnement de la glande thyroïde, d'où une prolifération de goitres et la présence d'enfants nains à l'aspect monstrueux figurant parfaitement des dégénérés.

9Lorsque je commençai à vivre dans les villages nzakara, je ressassais ces hypothèses en me demandant si elles étaient fondées. Ma formation médicale me poussait à écarter les condamnations morales sous-jacentes aux explications admises, mais cette reformulation ne résolvait pas pour autant les problèmes. Je me posais donc d'incessantes questions, dont celle-ci : comment peut-on, à partir d'observations et d'enquêtes médicales, recueillir des données susceptibles d'aboutir à un diagnostic collectif ?

10Je pouvais bien sûr me lancer dans la voie des statistiques : choisir un échantillon de population, collecter systématiquement sur des fiches l'histoire de la vie de chaque femme, prendre en compte les mariages, les divorces, la vie génésique, c'est-à-dire l'histoire précise de toutes les grossesses des femmes depuis la nubilité. Je pouvais prendre des informations sur la composition de la famille et sur la pathologie générale et génitale des ménages. Je croyais naïvement qu'en comparant l'état de santé des femmes stériles ou devenues telles avec celui des femmes fécondes, je démontrerais l'origine pathologique de la stérilité des Nzakara. Je croyais qu'il suffirait que les femmes fécondes soient bien portantes et que les infécondes soient malades. Des démographes compétents me firent remarquer qu'on pouvait également conclure que les femmes étaient devenues malades et stériles à la suite de manœuvres abortives. Les malades pouvaient d'autant plus facilement représenter la catégorie des "femmes dévoyées" qu'elles semblaient cumuler les conjoints successifs. À l'inverse, les mères d'enfants pouvaient être considérées comme de bonnes épouses car elles étaient fidèles à leur premier mari. J'avais des chiffres en main et je ne prouvais rien.

11Dépourvue de méthode, j'ai quelque peu délaissé un travail dont l'issue était incertaine. Je me promenais alors avec mes malades et leur famille chez les guérisseurs, les devins, les gardiens des autels, les juges coutumiers. Au pittoresque des scènes villageoises s'ajoutait une certaine fierté d'être admise dans des cercles intimes, authentiquement Nzakara.

12Mais je ne pouvais plus ignorer que la stérilité était au centre des conversations et des cérémonies, que les Nzakara avaient même une conscience assez précise de leur diminution numérique pour en parler à tout propos et hors de propos. La deuxième constatation fut que les consultations divinatoires et les audiences au tribunal coutumier donnaient des points de vue spécifiques de la stérilité. Les juges la reliaient à la désaffection du mariage. Plus précisément, ils faisaient du mariage une garantie de la fécondité. Les juges disaient en effet : "Si tu avais doté ton épouse, tu aurais fait des enfants avec elle". Quant aux devins, ils évoquaient plutôt l'aspect religieux : les ancêtres, privés de la vénération et des offrandes dont ils auraient dû bénéficier, lors du mariage, se vengeaient en privant les ménages d'enfants ou en tuant ceux qui naissaient.

13Ils avaient raison d'une certaine façon puisque les statistiques indiquaient que seules les femmes mariées et fidèles à leur premier conjoint avaient une fécondité moyenne supérieure à quatre enfants, alors que celles qui avaient eu successivement plusieurs conjoints n'en avaient guère plus d'un. Mais ce faisant ils transformaient une constatation en explication. Ils ne me donnaient donc pas la clé du problème en accusant le relâchement des coutumes d'être responsable de l'infécondité générale. Mais j'étais témoin que les femmes n'étaient pas accusées de contraception au sens où nous l'entendons : il n'était pas question de manœuvres contraceptives et abortives, mais d'écarts vis-à-vis du mariage. Peu à peu, je dus me rendre à l'évidence : les Nzakara m'incitaient à chercher les remèdes à la stérilité.

14La fréquentation des Nzakara ne me permettait plus de considérer comme plausible les explications savantes. Les Nzakara se débattaient désespérément contre une calamité majeure : l'infécondité. C'est dans ce contexte qu'un événement en soi mineur me détermina à poursuivre malgré tout cette recherche : la première guérison, qui eut lieu six mois après le début de l'enquête.

15En remplissant mes fiches, je m'étais aperçue de la présence discrète d'une jeune femme, mais celle-ci disparaissait quand je m'approchais d'elle. On m'apprit qu'elle avait eu deux enfants nés morts, à la suite de quoi elle avait fait trois avortements, ce qui l'avait rendue "sauvage". De plus elle avait été vouée aux mânes par un de ses oncles qui avait ainsi voulu se venger de ses frères. On en concluait que les "mânes reprenaient leurs enfants" dès la naissance. (Et ce ne fut pas pour moi un mince étonnement de réaliser que les Nzakara rendaient leurs propres ancêtres responsables de leur déclin plus formellement que les rigueurs de la colonisation). Ce cas fut exemplaire. La jeune femme vouée aux mânes en était au troisième mois d'une nouvelle grossesse. Les accidents antérieurs semblaient typiques d'une syphilis évolutive. Le traitement était facile. L'enjeu était de taille. Qui, des ancêtres ou de la médecine moderne allait gagner la bataille ? Il se trouva que la jeune femme mit au monde une fille vivante le jour même où je venais aux nouvelles. On m'expliqua que l'enfant, sachant que j'étais là, était venue pour que je l'accueille. L'entourage pensa que j'avais gagné la faveur de leurs ancêtres, ce qui conciliait la médecine moderne et leurs traditions. Le diagnostic de syphilis était pourtant confirmé. Mais un diagnostic individuel n'explique pas une infécondité collective portant sur deux cent mille personnes. Il pouvait y avoir des femmes syphilitiques, des femmes atteintes d'autres maladies et d'autres femmes enfin qui ne voulaient pas d'enfants.

16La guérison de la femme vouée aux ancêtres fut donc un encouragement à élargir l'enquête statistique sur l'histoire conjugale et médicale des femmes, d'autant plus que d'autres guérisons ultérieures facilitèrent les investigations et la qualité du dialogue avec les Nzakara. Les ménages affluaient de plus en plus devant ma porte au point qu'en 1966, après cinq ans d'absence, la cour fut envahie et le lendemain la foule déborda dans la rue. Les gendarmes, croyant à une manifestation de mécontentement de la population, dispersèrent ce rassemblement avec vigueur et j'eus bien du mal à les persuader que les Nzakara étaient là dans l'espoir d'être soignés de leur stérilité.

17Je repris alors la collecte des données en pensant que l'analyse des changements survenus en cinq ans dans l'échantillon de population m'apporterait quelque chose de nouveau, quand ce ne serait que parce que les femmes guéries de la stérilité formaient un groupe jusqu'alors inexistant puisqu'une fois apparue, la stérilité ne disparaissait jamais spontanément. Mais le bilan ne fut pas concluant. Je savais que, sur l'ensemble des femmes, 40 % — chiffre considérable — n'avaient jamais eu d'enfant vivant et que sur ces 40 %, moins du tiers seulement (13 %) n'avaient jamais été enceintes, les autres avaient toutes commencé une ou plusieurs grossesses qui s'étaient mal terminées, ce qui n'a rien d'étonnant quand on sait, d'après les relevés, que près d'une grossesse sur deux se terminait par un accident, fausse-couche ou mort-né, souvent annonciateur de la stérilité.

18Je savais aussi que les femmes fécondes devenaient presque toutes précocement stériles — au-delà de 30 ans, les grossesses étaient exceptionnelles — et que les maladies abondaient chez ces femmes stériles.

19Comme l'infécondité était étroitement liée à la mobilité conjugale, cet ensemble pouvait être dû aux maladies vénériennes, dont les risques croissent avec l'âge et avec le nombre des partenaires. Mais ce n'était là qu'une hypothèse cohérente qui, une fois énoncée, s'impose aux profanes avec la force de l'évidence. Mais, pour un médecin averti, c'était admettre que sont stérilisantes des maladies qui ne sont pas répertoriées comme telles, car les polémiques sur le rôle stérilisant des maladies vénériennes sont si fortes que certains médecins les excluent systématiquement des enquêtes sur la stérilité ... D'autres objectaient que, de toute façon, les résultats de mes enquêtes ne prouvaient rien car les maladies qui avaient produit la stérilité avaient sans doute disparu depuis beau temps au moment de l'enquête et que les maladies que j'observais ce jour-là étaient peut-être postérieures à l'apparition de la stérilité. Mais cette objection-là était le fil conducteur : les signes médicaux comportaient une durée antérieure à l'enquête dont je ne tirais pas entièrement parti parce que j'avais une vision trop théorique, trop scolaire, des données démographiques. Mais je ne le savais pas encore et je vous tairai mes insomnies.

20Or en 1969, un jour de vacances où je me promenais en voiture sur une petite route bourguignonne au paysage enchanteur, au détour d'un tournant, j'entrevis la solution, ou du moins je voyais mon "blocage" : c'est-à-dire comme une coupure de la vie des femmes, entre un passé que j'ignorais partiellement et un avenir que j'ignorais totalement. Mais il y avait une autre façon de raisonner. Les femmes de mon échantillon présentaient au moment de l'enquête des états différents par rapport à la fécondité, depuis l'accouchement qui n'en est qu'une étape, jusqu'à la stérilité, qui n'est qu'une suite d'absences de grossesses. Ces différentes périodes de la vie génésique se déroulent dans un sens inique, soit comme un cycle fermé, d'une grossesse à une autre, soit comme un cycle ouvert, d'une grossesse à .  plus rien.

  • 1  L'étude des données individuelles est capitale, lorsque j'ai parlé des cohortes, c'est bien des co (...)

21L'idée nouvelle qui se faisait jour était que le classement des femmes en cohortes1, d'après la date de la dernière grossesse, représentait, malgré les objections des démographes, la succession réelle du passage de la fécondité à la stérilité. Cette histoire m'était restituée par des femmes différentes, certes, mais elle était cependant la même pour toutes les femmes. Le déroulement de cette histoire uniforme permettait alors d'introduire, par une démarche statistique, un "avant" et un "après", qui permettait d'interpréter les signes médicaux de telle sorte qu'on pouvait conclure, par exemple, que telle maladie n'existait pas avant l'apparition de la stérilité, ce qui était déjà beaucoup.

22Dans ces conditions, l'interprétation des faits devient la suivante : les femmes enceintes et celles qui sont récemment accouchées sont indemnes de syphilis non traitée et, si ces dernières souffrent en faible proportion d'infections gynécologiques aiguës, suite logique de leur accouchement, elles sont indemnes d'infection chronique, c'est-à-dire ancienne et persistante. Or d'une part, les traces de syphilis dans le sang étaient indélébiles en l'absence de traitement, d'autre part les signes d'infection chronique étant stables, on peut dire qu'elles n'ont jamais eu ces maladies quand elles ont un enfant né vivant. De plus, les femmes qui allaitent et qui de ce fait observent un interdit sexuel qui les met à l'abri des contaminations vénériennes pendant de longs mois, sont également indemnes de syphilis et elles ont une proportion d'infections génitales plus faible que les accouchées récentes. On peut donc en déduire aussi qu'une partie des infections liées aux accouchements se résorbent spontanément et que peu d'entre elles évoluent vers une infection chronique stérilisante. Ces faits étant établis, l'état médical des autres femmes, celles qui ont fait un accident de grossesse et celles que l'âge du dernier-né classe dans le groupe des "stérilités secondaires" prend une signification capitale : les infections chroniques et les maladies vénériennes dont sont affligées la majeur partie des non-fécondes surviennent après l'allaitement ou à partir d'un accident de grossesse puisqu'on ne trouve ces affections ni chez les femmes enceintes, ni chez les accouchées, ni chez les femmes qui allaitent. Infections et maladies vénériennes correspondent à l'apparition de l'infécondité (fausses couches et mort-nés) et de la stérilité.

23Je simplifie la présentation, mais la logique reste valable, à ceci près que ce n'est pas forcement la syphilis qui est responsable de la stérilité infectieuse observée, mais elle et/ou toute autre maladie qui lui est associée, en particulier la gonococcie, dont le diagnostic échappe trop souvent aux examens, même à ceux du laboratoire.

24Lorsque la cause de l'infécondité d'une population est établie, l'analyse de son évolution sociale devient plus facile. Dans le cas des Nzakara, l'infécondité était due à des maladies qu'ils ignoraient et l'on ne peut leur en tenir rigueur puisque la fréquence des maladies vénériennes et leurs liens avec la stérilité échappent même aux médecins européens. Je n'avais donc plus de raison de mettre en doute leur désir d'avoir une nombreuse descendance puisque les hypothèses au nom desquelles on les avait accusés de savants mensonges s'avéraient fausses. Je pouvais utiliser les informations ethnologiques sans arrière-pensée.

25Je comprenais dès lors que l'évolution démographique, en multipliant les unités familiales et en amenuisant les groupes lignagers solidaires, ne permettaient plus à ceux-ci d'assurer la fonction d'assistance mutuelle pour lesquelles ils étaient faits. Les gens se plaignaient de maintes façons du manque d'entraide dans les familles, dans le village. Ils disaient aussi qu'il était difficile de se marier. Par exemple, des jeunes filles vivaient en union libre faute d'avoir un frère susceptible de recevoir leur dot. Des hommes se plaignaient de ne pas avoir de sœur, ce qui les privait de la dot que leur mariage leur aurait apporté. De plus, le surnombre des gens d'âge mûr résultant de la faible natalité rendait les mariages difficiles en milieu polygame : les femmes stériles étaient nombreuses mais les jeunes filles à marier étaient rares.

26Autre conséquence les dispositions que prenaient les Nzakara pour pallier l'infécondité tournaient à leur désavantage. En voici un exemple parmi d'autres : adoptant une coutume de leurs voisins, ils différaient souvent le mariage dans l'intention de s'assurer que les futurs époux seraient heureux dans un mariage fécond, ils croyaient ainsi garantir un mariage solide .et donc fécond. Du coup, les accidents de grossesses et les morts d'enfants en bas-âge, survenant pendant cette période de pré-mariage, attisaient de graves querelles : la famille des jeunes femmes demandait au fiancé de leur fille de payer la perte de l'enfant espéré et perdu. Ils arguaient devant les juges que le futur gendre avait "gâché des biens qui ne lui appartenaient pas", (c'est-à-dire la santé de leur fille et la vie de son enfant). Le paiement de la dot sanctionne en effet pour les Nzakara le transfert d'une fille entre ses parents et son époux. Ces procès provoquaient entre les deux parties une hostilité telle que ces ménages, unis dans l'attente d'un mariage, se séparaient définitivement. Ces mariages différés n'auraient pas fini tragiquement si la fécondité avait répondu à leur attente. Il apparaissait donc que les Nzakara continuaient à raisonner en incorrigibles natalistes, malgré près d'un siècle d'infécondité. Le hiatus entre leur espérance et la réalité aggravait lentement la désorganisation sociale.

27Cette esquisse d'une recherche sur l'évolution d'une société africaine en fonction de sa fécondité est peut-être austère. Je tiens à m'en excuser. Ce faisant je n'aurai pas glorifié l'esprit de découverte. C'est qu'il me semble que la découverte résulte de l'adaptation des instruments à une recherche et que cette adaptation se fait à la mesure du mode de contact avec les gens sur le terrain. Grâce aux Nzakara d'abord, et à d'autres ensuite, les modèles de fécondité africaine sont devenus une réalité vécue. Celle-ci m'a poussée, à mon insu, à sortir du cadre étroit d'une logique théorique, d'un certain conformisme à l'égard de l'utilisation des méthodes.

28Et pour terminer, il faut bien faire la part du hasard. Hasard d'un grave accident de voiture qui m'a forcé à remettre en question une orientation médicale hospitalière. Hasard qui m'a amenée, pendant des cours de formation ethnologique, à être la seule élève à l'initiation aux statistiques et à recevoir ainsi une formation en ce domaine, puis un travail avec des démographes en Afrique. Hasard des rencontres qui s'appellent aussi

29formation technique, conseils éclairés, reçus tout au long de cet itinéraire de recherche. En revanche la vision claire d'une solution s'est profilée sur une petite route bourguignonne n'est pas un hasard. C'est une étape de la découverte, celle où la maturation annonce la cueillette.

Haut de page

Bibliographie

Retel-LAURENTIN, A.,  1974, Infécondité en Afrique noire, Maladies et conséquences sociales, Paris, Masson.

—, 1979, Infécondité et maladies. Les Nzakara, République centrafricaine, Paris INSEE, Coll. Rectangle.

—, 1979, Les causes de l'infécondité dans la Volta-Noire, Travaux et documents de I'INED, cahier n° 87, PUF.

Delarge, J.P, 1975, Un pays à la dérive, Paris.

Haut de page

Annexe

Anne Retel Laurention chez les Nzakara en 1996

Haut de page

Notes

1  L'étude des données individuelles est capitale, lorsque j'ai parlé des cohortes, c'est bien des corrélations individuelles entre les données médicales et démographiques qu'il s'agit et non de corrélation globale.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/2746/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Retel-Laurentin, « Itinéraire d'une recherche : Organisation sociale et fécondité en Afrique », Journal des africanistes, 78-1/2 | 2009, 295-303.

Référence électronique

Anne Retel-Laurentin, « Itinéraire d'une recherche : Organisation sociale et fécondité en Afrique », Journal des africanistes [En ligne], 78-1/2 | 2009, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2746

Haut de page

Auteur

Anne Retel-Laurentin

Docteur en médecine, Directeur de recherche au CNRS (1925-1983).

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org