Navigation – Plan du site
Études et recherches

Autodétermination et réflexivité dans les sociétés africaines anciennes (le cas moaga)

Auto-determination and reflexivity in Ancient African Societies (Moaga)
Mathieu Hilgers
p. 269-292

Résumés

La réflexivité politique fut longtemps, et est encore pour certains, considérée comme l'apanage des sociétés occidentales. En partant d'une lecture de Moogo, le dernier livre de Michel Izard, ce texte démontre empiriquement l'aporie d'une telle conception. L'article pose ensuite les jalons théoriques et méthodologiques d'un programme de recherche qui engage l'anthropologie sur la question de la réflexivité et de l'autodétermination dans les sociétés anciennes.

Haut de page

Notes de l’auteur

A l'origine ce texte était un compte-rendu du livre Moogo L'émergence d'un espace étatique Ouest-Africain au XVI° siècle de Michel Izard (2003). Le Journal des Africanistes m'a demandé de le développer sous la forme d'un article. Le résultat s'apparente davantage à la première étape d'une vaste recherche. Je tiens à exprimer mes plus vifs remerciements pour cet encouragement à poursuivre la présente réflexion. Géraldine André, Benoît Beucher, Louis Carré, Jean-Pierre Jacob ont accepté de commenter différentes versions de ce texte, qu'ils trouvent également l'expression de ma gratitude. Les idées présentées ici n'engagent, cela va de soi, que leur auteur.

Texte intégral

1Toute société dont les conditions de reproduction sont mises en péril, à travers les bouleversements écologiques, la famine, la guerre ou les contradic­tions internes de son organisation sociale et politique doit nécessairement s'adapter, voire, se transformer pour assurer sa perpétuation. Telle est la conclusion à laquelle aboutit Michel Izard dans son dernier ouvrage lorsqu'il constate : "aussi dramatiques que soient ces épisodes, ils portent en eux les germes d'un retour réflexif de la société sur elle-même" pour qu'une société puisse penser sa propre reproduction ou, plus radicalement, pour qu'une "révolution politique advienne, il faut que soient conçus un certain nombre d'instruments" (Izard 2003 : 143). Pourtant, la réflexion qu'une société développe sur son propre fonctionnement, les processus d'objectivation dont elle dispose et qui sous-tendent, en partie, son adaptation et son aménagement face aux contraintes qui la minent semblent avoir été relativement peu explorés par l'anthropologie sociale. Plus précisément, si l'on peut relire la plupart des œuvres majeures de la discipline à partir de cette question, elle n'a pourtant pas souvent été étudiée pour elle-même. Cet article vise à instruire ce dossier en proposant une lecture d'un ouvrage important

  • 1  Analyser les mécanismes d'autodétermination d'une société n'implique pas de répudier l'existence d (...)

2Le dernier livre de Michel Izard, ayant fait l'objet de plusieurs recensions mais demeurant paradoxalement inaperçu, contribue à une meilleure compré­hension des modes de réflexivité politique dans les sociétés africaines anciennes et permet ainsi d'étoffer cette thématique relativement négligée aujourd'hui. L'examen de ce texte nous conduira à étendre la question de la réflexivité au-delà du politique et à suggérer une hypothèse afin d'éclairer les modalités et les processus qui régissent les voies par lesquelles les sociétés s'objectivent et se pensent face aux périls qui menacent leur reproduction. Il s'agira alors d'esquisser une perspective qui puisse mettre en lumière les cadres où s'exerce la dynamique réflexive, l'espace où la société se réfléchit et s'autodétermine, en posant l'hypothèse, somme toute logique, qu'ils sont essentiellement tracés par les institutions qui exercent un rôle décisif sur les conditions de sa reproduction. Par réflexivité, nous entendons donc décrire le processus d'objectivation par lequel les individus ou les groupes se représentent leur société. Des situations de crise peuvent stimuler cette objectivation et conduire à des aménagements volontaires des institutions. Ce sont ces aménagements que nous regroupons sous le terme d'autodétermination1.

Réflexivité et politique dans le Moogo ancien

  • 2  Plus précisément, "dans sa plus grande dimension, ce territoire s'organise autour d'un axe sensibl (...)
  • 3  La notion d'espace sahélo-soudanien avait déjà été formulée par G. Dieterlen. Plusieurs génération (...)
  • 4  Dont les deux plus importants royaumes étaient ceux de Waogdogo (Ouagadougou) et du Yatenga.

3En 2003, Michel Izard publiaitMoogo L'émergence d'un espace étatique Ouest-Africain au XVI° siècle. Ce livre consacré aux institutions politiques précoloniales moose, en partie situées dans la région de l'actuel Burkina Faso, est d'une importance considérable2. Malheureusement, l'écriture et l'érudition rendent la lecture de ce texte dense particulièrement difficile aux néophytes. La richesse d'un tel travail ne se résume pas en quelques pages. Cet article se limitera donc à une thèse capitale qui, selon nous, sous-tend l'ouvrage : il existait dans le Moogo, c'est-à-dire dans l'espace politique « sahélo-soudanien de la partie centrale de l'Ouest africain, correspondant au bassin de la Volta Blanche » (2003 : 9-10)3 et qui regroupait, au moment de la conquête coloniale, une vingtaine de formations politiques indépendantes dominées par l'ordre aristocratique des Moose4, une conception du politique prenant en considération l'ensemble de la société et visant sa transformation à travers des réformes. En d'autres termes, cette société était traversée par un projet et par une intention politique supportée par la capacité de ses dirigeants à percevoir leur société de manière réflexive.

  • 5  Compte rendu par Benoît Beucher : 2007, IZARD, M. 2003, Moogo. L'émergence d'un espace étatique ou (...)

4La grille de lecture des royaumes moose développée par Izard se fonde sur une approche systémique du politique principalement élaborée à partir d'une ethnographie réalisée dans le Yatenga, situé au Nord-Ouest du Moogo, et à travers une discussion de l'ensemble des travaux concernant les autres régions du Moogo. Au-delà de cet ancrage local, l'ouvrage met au jour certains principes liés à l'autodétermination des sociétés africaines anciennes et renvoie de cette manière à un questionnement qui dépasse largement le cadre des études régionales ou de la seule situation moaga. Il semble d'autant plus important d'insister sur cet aspect de la monographie que, d'une part, l'auteur laisse par moment cette thèse à l'état implicite, ce qui, eu égard à la technicité du texte, la rend peu accessible aux non spécialistes et que, d'autre part, à l'exception de Breusers (2006), les commentateurs les plus avertis n'ont pas évoqué cet aspect de son travail (par exemple Saul 2007, Roberts 2006, Beucher52007). Pourtant, cette thèse forte a la vertu de rappeler à quel point réduire la capacité d'autodétermination des sociétés à une spécificité proprement occidentale relève d'une illusion profondément ethnocentrique. Si d'autres travaux vont parfois dans le même sens, par exemple Mbembe (2000), ou dans une perspective comparative, l'ouvrage récent de Diamond (2006), l'intérêt des recherches d'Izard est de nous montrer comment s'opère cette dynamique dans une région qui, jusqu'à aujourd'hui, n'a pas fait l'objet de ce type d'analyse.

Limites épistémologiques

  • 6  Compte rendu par Breusers, M. : 2006, M Izard, Moogo : l"emergence d'un espace étatique ouest-afri (...)
  • 7  Comme me le rappelait Benoît Beucher, l'essentiel de ces recherches a été réalisé sous la loi-cadr (...)

5L'opus synthétise plusieurs dizaines d'années de recherches au cours desquels l'auteur a patiemment reconstruit et formalisé la constitution des rapports politiques dans la société Moaga. Izard revient, plus précisément, sur les mécanismes qui ont présidé à l'élaboration de l'Etat. L'exercice est complexe et impose une rigoureuse vigilance épistémologique. Il commence donc par une réflexion sur les procédés à mettre en œuvre pour rendre l'investigation possible. L'introduction évoque les écueils propres à la production de l'histoire des sociétés sans écriture. En contexte oral, le passé est reconstruit non pas à partir de descriptions mais de représentations. De ce fait, il est particulièrement difficile de cerner les univers historiques évoqués et de "mettre en évidence des séquences de la forme cause - événement - consé­quence, d'autant plus que la présentation, toujours réductrice, de l'intention, vaut oblitération totale de tout discours sur l'intentionnalité" (2003 : 20). La principale difficulté à surmonter pour engager une réflexion sur l'Etat est donc de reconstituer le mouvement même de l'activité politique, de dégager le sens de l'histoire tel qu'il était conçu par les acteurs et tel qu'il fut affecté par la transformation de la société. L'obstacle est de taille car les acteurs eux-mêmes restent muets sur ces questions ; en outre, une grande part des enquêtes à la source du travail d'Izard a été réalisée à la fin des années cinquante et au début des années soixante et s'appuie donc sur une vision du passé en rupture radicale avec celle que pouvaient avoir les acteurs précoloniaux. Les années précédant l'indépendance se caractérisent, en effet, par la nécessité pour les chefs de maintenir leur statut et de défendre, parfois au prix d'une réinvention de la tradition, l'existence d'un royaume moose étendu sur un territoire dont certaines parties n'ont, en réalité, été pleinement soumises qu'au cours de la domination coloniale (Fourchard, 2001 ; Beucher, 2005 et 20066 ; Hil gers 2008 ; voir aussi Perrot et Fauvelle-Aymar 2003)7.

6Izard pense néanmoins que "à la lumière des acquis de l'anthropologie, il est possible d'esquisser une histoire conjecturale des institutions" (2003 : 20). Malgré les lourdes difficultés méthodologiques, l'auteur montre que lors de la période précoloniale, le travail des élites politiques était déjà porté par une conception qui visait la transformation de la société moaga afin de rendre possible l'accomplissement d'un projet politique. Un projet sous-tendu par des institutions et des procédures, des analyses et des réflexions, des stratégies et des tactiques consciemment élaborées qui se sont renforcées au fil de sa réalisation et qui ont permis d'exercer cette forme spécifique de pouvoir qui prend la population pour cible principale. Souveraineté, discipline, développement d'une série d'appareils de gouvernement et de multiples savoirs pour exercer un pouvoir qui, peu à peu, devint prédominant : celui de gouverner les hommes et d'organiser la société (Foucault, 1978).

La construction de l'Etat

7Après avoir longuement évoqué l'histoire du peuplement, à grand renfort de sources minutieusement analysées et critiquées, une hypothèse se dégage « en place d'une conquête du bassin de la Volta Blanche entreprise par des guerriers venus d'ailleurs (...) nous aurions affaire à une révolution politique consistant en un large mouvement de centralisation du pouvoir » (2003 : 57). L'auteur retrace le contexte dans lequel cette pensée politique originale fut produite et prit progressivement sa forme institutionnelle. Deux grandes étapes auraient permis l'émergence d'un espace étatique moaga. La première étape part d'une expansion segmentaire qui s'accomplit à travers la soumission d'une multiplicité de villages, la seconde est leur unification dans un même système politique.

8La première étape ébranle la gestion politique antérieure en imposant le « pouvoir » naam, un principe organisateur qui transforme profondément les rapports politiques. Seuls ses détenteurs sont aptes à commander les hommes. Le monde du pouvoir s'organise autour d'un « chef » naaba dont le pouvoir est transmis à sa mort vers un cadet, laissant inévitablement certains successeurs potentiels, les autres « fils du chef » nabiise et a fortiori leurs descendants, sans pouvoir effectif. Ce mode de gouvernance produit ainsi des hommes qui, tout en étant détenteurs héréditairement du « pouvoir » naam et de ses origines prestigieuses, sont par leur position au sein du lignage exclus de la fonction de chef, les nakombse.

9Par son rôle dans la modification des pratiques et des modes de représentation, cette conception du pouvoir constitue, selon les termes même de l'auteur, une "véritable révolution intellectuelle". De fait, avant l'instauration du « pouvoir », la plupart des modes de gestion politique des régions pré-moaga s'articulaient autour de principes gérontocratiques. Dès le moment où le « pouvoir » devint un élément central au cœur de la gestion politique : « devant lui l'âge n'est rien », comme le souligne un célèbre proverbe moose. Les principes gérontocratiques sont renversés, seuls ses détenteurs sont aptes à gouverner (voir aussi Savonnet-Guyot, 1985 et 1986). A travers l'imposition du « pouvoir » s'érige ainsi un groupe intrinsèquement doté des capacités à gouverner en dépit de l'âge de ses sujets. Si l'âge exerce encore une incidence, c'est au niveau de la répartition du pouvoir entre les détenteurs du « pouvoir », en premier lieu les « fils du chef », que celle-ci se joue. La transmission du pouvoir est régie par deux règles "1) il faut être fils de chef pour pouvoir devenir chef ; 2) le pouvoir va toujours d'un « aîné » vers un « cadet », avec ou sans passage d'une génération à celle qui la suit immédiatement, la distinction aîné / cadet, au sein d'une même génération, hiérarchisant entre eux les membres d'une cohorte de « frères », réels (germains de même père) ou classificatoires" (2003 : 88).

  • 8  Le naam se fonde, notamment, sur l'exercice de la force (panga) et sur l'appartenance au moos buud (...)
  • 9  D'innombrables travaux ont été consacrés à ces transformations. Pour une vision synthétique et dia (...)

10Le nouveau régime politique et l'art de gouverner qu'il implique verra, dans certaines régions, sa mise en œuvre conditionnée par des négociations avec les « maîtres de terre » tengsobaramba qui conservent des fonctions rituelles, spirituelles et foncières, lesquelles, ne sont pas sans caractère politique8. En dépit d'un processus d'autochtonisation des 'conquérants' moose, dans de nombreux endroits, cet art de gouverner ne s'imposera jamais complètement. Il donne lieu, malgré tout, à de profonds bouleversements dans la gestion du pouvoir, la conception de la société et des rapports sociaux9.

  • 10  buudu litt. famille, lignage.

11La seconde étape essentielle dans la constitution de l'Etat correspond à une tentative d'unifier dans un même territoire les multiples hameaux au sein desquels prévaut la logique du « pouvoir ». L'unification s'opère sur un plan idéologique et sur un plan administratif. En vertu d'une descendance patrilinéaire à résidence patrilocale, seuls les descendants du « lignage » primitif ou initial moos buudu10possèdent le « pouvoir ». Sur le plan idéologique, le moos buudu apparaît donc comme une construction tardive destinée à mettre en forme la généalogie du fondateur du royaume, Naaba Wubri, tout en permettant d'associer à cette structure généalogique des généalogies Moose jusqu'alors flottantes et de façonner la représentation d'une origine commune et mythique. L'unification politique est rendue possible par la diffusion d'une idéologie selon laquelle l'expansion moaga trouve sa source dans un noyau commun : indépendamment de leurs différences, tous les Moose seraient issus d'une unité mythique, d'un moos buudu originel - fondé par Wedraogo, lui-même engendré par l'accouplement de Yenenga et du chasseur Ryare. Cette idéologie aurait contribué à la progressive émergence d'une conscience collective rendant possible l'appartenance à une identité moaga (2003 : 148-149, 156). Au fil de l'extension et de la centralisation du système politique cette idéologie se renforce. L'essor graduel de l'organisation politique moaga entraîne "la fusion d'éléments de peuplement divers en un ensemble cohérent sur la base d'un système de catégorisation socio-fonctionnelle à visée d'oblitération des identités historiques, linguistiques et socio-culturelles des groupes concernées" (2003 : 70).

12Au regard de ce processus, une question fondamentale doit être posée : l'expansion de cette idéologie est-elle le fruit d'une intention des élites ou, plutôt, le résultat d'un mécanisme collectif au cours duquel les groupes disséminés ont tenté de se rattacher au « pouvoir » et à ses origines prestigieuses ? Les difficultés épistémologiques demeurent, ici encore, considérables. Toutefois, bien que cela ne soit pas exactement formulé en ces termes, le travail d'Izard suggère que l'analyse approfondie des implications organisationnelles liées aux différents aspects des transformations à l'origine de l'Etat peut contribuer à mettre en lumière l'intention politique des élites moaga.

Contradictions du système et intentions politiques

13Sur le plan administratif, l'unification sous la logique du « pouvoir » permet de résoudre certaines difficultés intrinsèquement liées à l'organisation politique de la région. L'expansion moaga est au départ facilitée par le devoir des « fils du chef » de conquérir un territoire afin de devenir chef à leur tour. Inévitablement ce mode de conquête engendre une saturation de l'espace. S'ils ne commandent pas de territoires situés à la lisière du royaume, les fils de chefs ne peuvent satisfaire l'exigence d'expansion sans entrer en guerre avec les chefs voisins. L'impossibilité d'accéder au pouvoir sans entrer en conflit avec les chefferies limitrophes engendre des tensions et encourage les chefs puissants à soumettre les plus faibles. Le système politique porte en lui « la possibilité logique d'une dissémination du « pouvoir », (...) susceptible de déboucher sur une division de l'espace politique global en autant de pouvoir locaux de communautés locales, et finalement sur un blocage progressif » (2003 : 130). Il faudra un siècle ou deux, selon Izard, pour « qu'on en vienne à prendre conscience » des problèmes liés à ce mode d'organisation (2003 : 130). Le second mouvement de conquête, l'unification idéologique et administrative, apparaît comme une conséquence logique de la dynamique endogène liée à l'exercice du pouvoir. Il débouche sur des transformations qui permettront de stabiliser et de libérer l'organisation politique de ses contraintes internes. Le changement se décline en trois axes principaux : les dynamiques identitaires, la centralisation du pouvoir et le renforcement de l'aristocratie.

14L'essor de l'appareil d'Etat porte en lui 'une visée d'unification' qui s'opère, entre autres, par des changements successifs d'identités. Les groupes moose qui à chaque génération s'éloignent davantage de l'univers du pouvoir, les nakombse, deviennent progressivement « autochtones » tengbiise et parfois « maîtres de terre ». Ils basculent ainsi de l'univers du pouvoir à l'univers de la terre. Cette conversion entraîne avec elle l'importation dans l'univers de la terre des modes de légitimités et de croyances liés au pouvoir. Inversement, « l'ouverture du service royal aux gens de la terre » (2003 : 157), c'est-à-dire à ceux-là même qui en était exclus, facilite leur intégration dans le système politique. Cette dynamique circulaire renforce l'uniformisation politique. De ce « premier monde mixte » au sein duquel se retrouvent les populations conquérantes (y compris les conquérants devenus autochtones) et les populations autochtones (y compris celles entrées au service de la royauté), de cette appartenance commune "naît un premier avatar du 'sujet'" (2003 : 158). Avec beaucoup de précautions, Izard suggère une hypothèse : le processus d'autochtonisation, c'est-à-dire le basculement d'une partie des nakombse de l'univers du pouvoir vers l'univers de la terre, pourrait être le résultat d'une "politique concertée des couches les plus anciennes du moos buudu consistant à investir l'univers alterne de la terre. Les mutations en question seraient alors de nature politique et relèveraient de la propension des Moose à unifier la société globale en supplantant les « gens d'avant » autant qu'il est possible" (2003 : 132). En l'état actuel des connaissances, il est difficile de confirmer cette supposition et, le cas échéant, d'établir s'il s'agit bien d'une intention volontaire, voire d'une intention profitant d'un mouvement déjà en cours, ou plutôt d'actions non concertées reposant sur un mode stratégique, une représentation et des pratiques identiques d'un groupe à l'autre.

  • 11  Il faut bien distinguer les kombemba des dimbemba qui sont des chefs ayant pris leur indépendance (...)
  • 12  L'instauration du fameux kombere de Laalle s'est opéré sous le règne de Naaba Kuuda, au moment mêm (...)

15Dans le royaume de Waogdogo, la centralisation politique joue également un grand rôle dans le processus d'unification idéologique et administrative. On se distance ici d'Izard puisque en certains endroits, cette centralisation s'opère, selon nous, par le passage d'un système politique dyadique - le chef central et ses représentants locaux - à un système triadique - le souverain règne sur un royaume regroupant des unités administratives elles-mêmes composées de villages. Il s'agit d'établir un pouvoir tiers entre le pouvoir central et le pouvoir exercé à l'échelle des villages. Cette réforme passe par la nomination de kombemba (sg. kombere) chargés de faire régner l'ordre du pouvoir central sur une part du territoire et engendre un redécoupage du royaume (Hilgers, 2008)11. Pour Izard cependant, le fait qu'il n'existe que deux niveaux de pouvoir au Yatenga, contre trois dans le royaume de Waogdogo, prouverait que le premier a connu un processus de centralisation plus abouti. Nos travaux sur l'histoire spécifique d'un kombere, celui de Laalle, indiquent plutôt que la création de cette unité administrative constitue un échelon supplémentaire de pouvoir visant à renforcer l'appareil de l'Etat dans les périphéries12. Cette décentralisation permet d'assurer l'extension et l'efficience du mode d'organisation politique, elle semble même en certains endroits être la condition d'existence du pouvoir central. Néanmoins, comme le note Izard, l'existence d'un kombere peut constituer un péril pour l'Etat, conduire à l'autonomisation d'un territoire qui devrait lui être soumis, au blocage des institutions politiques, à des rivalités, voire à la fragmentation du « pouvoir ». La progressive désegmentarisation de l'institution royale permettra de limiter ces risques.

  • 13  En réalité, lors de la colonisation, le processus de centralisation se poursuivra dans certains en (...)

16Graduellement, le service royal gagne en importance. Sa montée en puissance se traduit par la naissance d'un collège électoral en charge du choix du souverain parmi les prétendants au trône, par la transformation de l'institution palatiale en appareil d'administration, notamment avec les kug zindba, personnel qui ne peut prétendre au trône en raison de son origine essentiellement servile, devenu fonctionnaire et constituant une sorte de « bureaucratie » royale, et par la création de "modalités radicalement nouvelles d'emprise régionales et/ou locales propres aux gens de cour" (2003 : 130). Désormais, "les allocations de fonctions ne relèvent plus de la simple mise en œuvre d'un mécanisme institutionnelle à fondement généalogique » (2003 : 130), les grandes familles au service du roi s'imposent au détriment de l'aristocratie. Elles se font valoir par leur contribution à l'Etat. Ainsi, se constitue « un personnel politique au sang neuf, dont l'existence ne devait rien aux légitimités conférées par l'appartenance à telle ou telle faction du moos buudu (...) D'un jeu à deux partenaires : le roi, l'aristocratie, on est ainsi passé à un jeu à trois, avec la formation d'une oligarchie de grandes familles nées du service royal" (2003 : 130). Les principales conséquences de cette mutation seront la diminution du pouvoir de l'aristocratie, la transformation de la fonction royale et l'émergence d'une rivalité entre l'aristocratie et l'oligarchie. Les oppositions entre l'aristocratie et les grandes familles renforcées par l'appareil de la cour renvoient à des oppositions entre deux types d'organisa­tions étatiques. Le déséquilibre engendré par le transfert du pouvoir de l'aristocratie vers l'oligarchie, les tensions et les critiques qui résultent des désaccords auraient pu stimuler d'autres changements politiques mais, selon izard, la colonisation interrompit le mouvement de cette dynamique13.

17En lisant attentivement l'auteur, on perçoit donc que ces transformations successives renvoient, selon lui, à un projet politique dont l'objectif est d'endiguer les problèmes propres à la structuration politique antérieure et à sa dynamique. Selon izard, "la construction d'un modèle illustrant la conception d'un pouvoir non plus disséminé mais centralisé [est] le résultat d'une critique politique du schéma initial" (2003 : 93), d'une prise "de conscience de ce que la fragmentation à l'infini de l'assise du pouvoir sapait les fondements mêmes de l'institution royale" (2003 : 130). La cohérence et la transformation du vocabulaire politique, son accommodation aux contraintes intrinsèques du système de gouvernement des hommes, les ressources qu'il fournit pour rendre possible et conditionner la formulation de cette transformation politique témoignent bien d'un processus d'objectivation de la situation politique par les élites du royaume. En même temps qu'elle est mise en œuvre "cette révolution se donne la capacité d'acquérir une représentation de ses fins. il s'agit d'inventer des concepts et des chaînes d'argumentation propres à conduire ou à accompagner cette gestation" (2003 : 140). L'enjeu ne se limite donc pas à une dynamique de légitimation. Il faut mettre en forme le monde dans un langage qui en lui-même, de manière performative, le fait exister sous de nouvelles modalités et rend possible de nouveaux projets et de nouvelles actions. « »

18L'analyse du nom de 2194 quartiers du Yatenga qu'a mené Izard dans ses travaux antérieurs en fournit un exemple remarquable (Izard 1973, 1993). Chaque « village » tenga est divisé en un certain nombre de « quartiers » saksa (pl. sakse), c'est-à-dire, en "unités résidentielles lignagèrement homogènes correspondant, en général, à des segments localisés de patrilignages maximaux (buudu)" et constituant donc une unité identitaire référentielle de base (Izard 1971 : 157). Si l'on exclut les quartiers des villages royaux, dont la toponymie revêt un caractère descriptif et spécifique, les clones de quartiers souches et les quartiers correspondant à une seule unité villageoise, 60 % des noms des 1504 quartiers restants correspondent à un codage toponymique établi selon un mode de classification qui oblitère l'existence des lignages et des villages et qui joue un rôle fonctionnel dans l'organisation sociale. Plus précisément "899 quartiers (.) relèvent d'un système de seize configurations toponymique renvoyant principalement soit à des intitulés de fonctions (.) soit à des identités collectives" (2003 : 155). Ce processus de dénomination atteste de la progressive constitution d'un vocabulaire qui permet une mise en forme du politique dans un langage plus raffiné et facilitant son objectivation.

19L'ouvrage d'Izard analyse les moyens mis en œuvre pour soutenir la volonté de transformer la société en vue de la faire correspondre à une représentation du pouvoir et de l'Etat réfléchie. C'est en ce sens que l'on doit comprendre l'affirmation selon laquelle ces transformations puiseraient leur origine dans une 'philosophie politique' et un 'projet clair'. De toute évidence, et l'auteur le souligne, la gestion et la reproduction du pouvoir implique nécessairement une certaine réflexivité : c'est dans l'expérience historique et à travers une série de mutations intellectuelles que la "doctrine a pu se constituer en ce que théorie et pratique ont commencé d'interagir l'une avec l'autres dès le premier moment (.) de la mise en œuvre du processus de mise en cause de l'ordre ancien" (2003 : 140). L'unification totale de l'Etat, et même des royaumes qui le composent, n'a pas eu lieu mais les vides du pouvoir et l'absence d'homogénéisation ont pu laisser place à des conflits où s'opposaient des visions politiques concurrentes. Michel Izard éclaire ainsi une démarche intellectuelle critique et dialogique qui réfléchit sur le pouvoir. Critique vis-à-vis du mode d'organisation politique antérieur dont le fondement mettait en péril la consolidation. La crise engendre des aménagements. Dialogique en ce qu'elle discute les conceptions qui déterminent cette organisation. La solution trouvée pour assurer la reproduction des structures et des élites aurait pu être différente. Elle ne résulte pas d'une transformation involontaire des structures ou d'un mécanisme autopoïétique menant nécessairement vers la constitution de l'Etat. Elle est le fruit d'une réflexion politique sous-tendue par une conception et des principes qui pourraient, au moins en partie, avoir été soumis à discussion. C'est du moins la thèse qui apparaît en filigrane du livre. Pour qui prend la peine de les lire, les indices du potentiel réflexif dans la gestion politique moose et leur rôle dans l'élaboration d'un Etat sont minutieusement identifié. Pour des raisons évidentes, cependant, il semble difficile, pour ne pas dire impossible d'établir précisément la teneur et les structures argumentatives de ces éventuelles discussions et c'est probablement du fait même de ce caractère irrémédiablement conjectural que cette partie du propos demeure, parfois, comme masqué, à l'arrière-plan de la démonstration qui sous-tend l'ouvrage.

  • 14  Bien qu'un chef ne puisse véritablement gouverner sans l'assentiment de la population, les traditi (...)

20On ne peut dès lors s'étonner qu'Izard évoque peu la manière dont ces réformes sont ou non amendées selon les réactions des populations locales, et l'on peut critiquer sa perspective en ce qu'elle favorise une anthropologie des institutions et des élites sans rendre suffisamment compte de la manière dont l'Etat naissant s'impose aux masses14. Il n'est pas de système politique dont l'expression théorique corresponde parfaitement aux pratiques, encore moins lorsque la formalisation de ce système est reconstruite à partir de sources orales soucieuses de faire valoir son ancrage, sa cohérence et, plus simplement, son existence même.

  • 15  Le rapport entre gens de la terre et gens du pouvoir a été plus largement étudiée par Izard dans u (...)

21Il convient donc de nuancer le poids des transformations liées à l'instauration du « pouvoir » en soulignant que le Moogo est toujours resté traversé par des espaces au sein desquels les hiérarchies du « pouvoir » demeuraient relativement peu opérantes, des régions sur lesquelles ses détenteurs n'exerçaient qu'un pouvoir formel. C'est, par exemple, le cas de la région de Koudougou (Kudgo) dans laquelle, malgré une soumission formelle aux instituions moaga, l'exercice effectif du pouvoir s'exerçait par des « maîtres de terre » n'ayant parfois aucun lien de parenté avec les dignitaires moose (Hilgers, 2008). Izard n'omet pas cet état de fait, loin s'en faut, mais son travail décrit parfois des institutions dont la portée pratique ou l'effectivité dans le quotidien des masses n'apparaît pas clairement. La distinction entre le système formel de gouvernement et la complexité effective de l'organisation sociale pourrait stimuler une réflexion plus aboutie sur les mécanismes qui régissent l'autodétermination des groupes ou, pour le dire autrement, sur la manière dont les agents perçoivent leur devenir et tendent d'infléchir les institutions, les forces naturelles et surnaturelles pour permettre la perpétuation de leur collectivité. En pays moaga, cela suppose d'opérer une distinction pratique entre, d'une part, les principes du « pouvoir » et, d'autre part, les lieux et les manières en dehors de la cour où s'opère effectivement l'exercice du pouvoir, par exemple en donnant davantage d'importance et en étudiant plus profondément le pouvoir politique et symbolique des maîtres de terres15. L'examen de certains rituels montre le caractère profondément politique et stratégique des ressources cultuelles dont ils font usage pour faciliter la reproduction d'un groupe (Hilgers, 2007b). Il faudrait, en outre, nuancer l'analyse du renversement formel des principes gérontocratiques qu'implique le « pouvoir » en se centrant sur les pratiques quotidiennes, le maintien des rapports générationnels ou des hiérarchies d'antériorité avec lesquels les conquérants ont bien dû s'accommoder.

22Certains historiens, par exemple Jan Vansina dans son ouvrage sur le royaume Nyiginya (2001), ont montré, dans d'autres régions d'Afrique, à partir de sources analogues, qu'il était possible de faire une histoire « par le bas » des royaumes précoloniaux, de poser un regard critique sur les traditions officielles de la Cour, sur la version dominante de l'histoire et d'étendre l'étude des phénomènes sociaux au-delà de la monarchie. Sur ce plan, l'ouvrage d'Izard laisse de nombreuses questions ouvertes y compris sur la gestion du pouvoir. Malgré l'effort immense de l'auteur, on se demande parfois si les principes évoqués constituaient des instruments techniques et des dispositifs de contrôle suffisants pour rendre effective cette gouvernementalité sur un territoire qui, comme il le souligne à maintes reprises, forme un espace au sein duquel on trouve des béances, des poches où des groupes vivent de manière autonome et ne relèvent pas du système politique moaga. La question est d'autant plus pressante qu'il n'y avait pas d'armée de métier dans le Moogo et que même si les marchés finiront par être contrôlés par la royauté qui y enverra certains percepteurs, depuis longtemps déjà, Izard avance que les Moose n'ont pas développé de pensée économique à l'échelle de l'Etat (1985 : 561-562). Peut-on envisager une gouvernementalité qui traite des hommes mais non des choses, une réflexion sur le pouvoir qui suspende les questions économiques même si celles-ci sont encastrées dans les autres sphères du monde social ? Les conséquences supposées de cette absence d'économie politique, de la dissociation entre les lieux d'activités économiques et les lieux d'activités politiques restent encore à étudier. nul doute que ces phénomènes ont joué sur la capacité de l'Etat à s'imposer aux masses et sur les principes qui régissaient son fonctionnement.

23Aussi justes soient-elles, ces critiques ne peuvent omettre que, à l'heure actuelle, la concentration de l'intérêt analytique sur les institutions semble être le seul choix épistémologiquement tenable pour montrer que cette société se pensait elle-même et élaborait une théorie et une pratique de la gouvernance. Malgré toutes les limites épistémologiques et la hardiesse de l'auteur à soutenir une thèse qu'il pose en filigrane, l'analyse des réformes administratives visant à résoudre les contraintes objectives liées à l'organisation du pouvoir était incontestablement la meilleure voie pour poser la question de la pratique de la réflexivité et de l'intention politique dans une société ancienne à l'histoire orale. Ces quelques remarques ne portent donc en rien ombrage à cet ouvrage important, elles ne font que souligner la perspective dans laquelle la voie ouverte peut être approfondie. il suffit, en effet, de penser au don ou au rituel pour observer que l'on peut relire de manière féconde une part immense de la tradition anthropologique en partant de cette simple question : comment les individus et les groupes objectivent-ils, pensent-ils et réforment-ils leurs sociétés ? Alors que de nombreux travaux semblent pouvoir l'alimenter, paradoxalement, cette question elle-même, pour ne pas évoquer les procédés et les procédures qui sous-tendent ces processus, demeure insuffisamment explorée par la discipline.

Réflexivité et autodétermination dans les sociétés anciennes

24Il n'est pas question de mettre en cause les travaux innombrables qui font de la réflexivité et de la capacité de détermination consciente des sociétés occidentales la pierre angulaire de la modernité mais, juste, d'observer que cette insistance a pu jeter dans l'ombre des principes qui témoignent d'une force d'autodétermination et d'un potentiel réflexif dans des sociétés que l'on a parfois considérées comme sans histoire. La description des mécanismes qui président à l'objectivation des rapports de pouvoir, l'analyse de la construction des différentes alternatives qui façonnent le choix politique, des conséquences des processus d'objectivation émique sur le changement social décrit par Izard montrent tout l'intérêt d'un tel objet de recherche en contexte africain.

  • 16  Voir notamment les travaux à la suite de Patocka pour qui « soin de l'âme » apparu en Grèce au Ve (...)

25De par leur histoire, les sciences humaines ont généralement privilégié l'étude de la réflexivité dans le contexte occidental. Bien que l'objectivation et la réflexivité ne soient pas le privilège de l'Occident, c'est pourtant à partir de celles-ci que l'on a souvent décrit la spécificité de 'l'esprit européen'. 'L'identité européenne' a couramment été dépeinte comme une identité qui "ne peut se concevoir comme identique à soi mais seulement comme une identité sans cesse décentrée par le conflit (le polemos héraclitéen) " (Frogneux, 2005) et, de ce fait, fondamentalement réflexive, traversée par un désaccord fondateur constitutif de 'l'esprit européen' ou, plus radicalement, à l'origine même d'une 'identité européenne'16.

  • 17  A ceux-là on répondra d'abord que la polis grecque reposait sur l'oralité, le « face à face » et l (...)

26La persistance idéologique des descriptions qui prennent pour objet les mécanismes de la réflexivité politique en suggérant qu'ils sont un hapax issu de la figure originale de la polis grecque, de désaccords fondateurs propres à la civilisation occidentale, ou de la modernité illustre la nécessité d'insister encore et toujours sur le décentrement du regard. Les sociétés africaines n'ont pas toujours été consensuelles et, de toute évidence, cette observation demeure aussi pertinente hier qu'aujourd'hui. Elles se décentrent pour penser leur perpétua­tion, leur reproduction et leur transformation. Les travaux de Kopytoff (1987) ont bien montré qu'à l'origine de la fondation des villages, il existait souvent un conflit fondateur qui trouvait, en général, son origine dans la mise en contradiction de principes fondamentaux régissant et structurant la société tels, par exemple, l'équité et la séniorité (Hilgers, 2007a). Ces conflits, dont la possibilité est parfois liée au niveau de vie et aux conditions matérielles (Jacob, 2004), stimulaient un décentrement, une analyse critique et des aménagements. Devant cette évidence, les tenants d'une réflexivité strictement occidentale opposent un argument récurrent : la tradition occidentale aurait le privilège d'avoir pu, notamment à travers l'écriture, cumuler ses réflexions, les discuter et les débattre17. Il faudrait donc distinguer un mode de réflexivité raffiné et un autre primitif, plus simple et moins élaboré. Il n'est pas question de comparer ici l'autonomie de l'Aufklarung, l'émergence de la société du risque ou de la modernité réflexive (Beck, 2003) à la situation Moaga précoloniale. Mais permettons-nous de prendre l'ouvrage d'Izard pour instiller une autre manière de voir et pour tempérer la tendance à affirmer que "la réflexivité conçue comme l'usage systématique et régularisé d'information pour orienter et contrôler la reproduction des systèmes sociaux est un trait propre à la modernité" (Giddens, 1986 : 19).

27Pourquoi, au lieu de récuser a priori la possibilité que s'établissent à travers une cumulativité propre, des méthodes et une manière de voir plus raffinées qu'il n'y paraît au premier abord, ne pas chercher à mettre à jour les modes de réflexivité locaux et les principes qui les organisent ? Pourquoi seul le fruit d'une voie tracée par la contingente alchimie de l'idéel et du matériel en Occident aurait-il eu le privilège de l'autodétermination ? La crise peut stimuler la réflexivité et, bien souvent, pour échapper au péril il faut l'objectiver et s'objectiver. C'est ce que voulait dire Elias en soulignant que les pêcheurs ne sortent du Maelstrôm qu'à travers un processus de distanciation et de rationalisation (1983). Pourtant, ici encore, bien que le sociologue ait enseigné sur les terres de l'ancien royaume Asante, il considérait que les populations locales n'étaient pas touchées par le processus de civilisation dont il fixait le point de départ dans l'Europe de la Renaissance et n'a pas étendu son analyse de la dynamique de civilisation et de constitution de l'Etat aux sociétés non occidentales (Goody 2003).

28Les sciences sociales ont pu se pencher sur des phénomènes d'objectivation analogues lorsqu'elles ont examinées la réaction des sociétés africaines au cours de la colonisation occidentale - on pourrait, par exemple, relire l'ouvrage important de Saul et Royer dans cette perspective (2001). Cependant, même si de nombreux travaux pourraient être relus comme des contributions à cette thématique (Holder 2001, 2004 Holder, Peatrik, 2004), elles semblent avoir moins approfondi ces questions en ce qui concerne la période précoloniales ou même les sociétés dites traditionnelles. Or, on l'a vu avec Izard, dans un cas où la structuration politique portait en elle les germes de sa propre disparition, la mise en lumière du travail de réflexion des élites pour assurer leur reproduction semble être une voie instructive pour comprendre certains mécanismes qui régissent l'autodétermination des sociétés. En se centrant sur les enjeux institutionnels et sur la réflexivité politique, le livre d'Izard explore une voie qui demeure marginalement investiguée par l'anthropologie africaniste. Une voie d'autant plus importante qu'un tel phénomène n'est pas singulier, la forme des systèmes politiques identifiés à l'Etat "a été familière à de vastes régions de l'Ouest africain, sans doute dès la plus haute antiquité, après quoi les grands empires soudano-sahéliens ont constitué un gisement particulièrement riche de représentations et d'expérimentations, dans lequel il a été loisible à beaucoup de sociétés de puiser ce qu'elles voulaient, de solliciter pour la poursuite de leurs fins propres, un immense savoir continûment transmis et sans cesse transformé (...) quand une société est en quête d'une manière d'aménager sa vie politique, elle choisit les institutions qui lui plaisent" (2003 : 146).

29La capacité d'autodétermination et d'objectivation est une condition essentielle du maintien et de la reproduction des sociétés. Mais les dangers qui menacent la reproduction d'une société ne se limitent évidemment pas à ses problèmes politiques et l'on ne peut y restreindre les enjeux d'une analyse des mécanismes d'autodétermination. Les réponses apportées par une société à ses problèmes environnementaux, par exemple, sont déterminantes pour sa survie. Selon Diamond (2006), la déforestation et la restructuration de l'habitat, les problèmes liés au sol, la gestion de l'eau, la chasse excessive, la pêche excessive, les conséquences de l'introduction d'espèces allogènes, la croissance démographique et l'augmentation de l'impact humain par habitant sont les principales raisons qui ont conduit, par la dégradation de leur environnement, certaines sociétés anciennes à leur propre perte. Malgré ses accointances avec le déterminisme écologique, dans les travaux qu'il consacre à ces questions, cet auteur ne note aucun cas où l'effondrement d'une société serait attribuable aux seules causes écologiques. La surexploitation des ressources naturelles résultent, en général, des systèmes de représentations que partagent les membres de ces sociétés. Les ressources leur paraissent inépuisables, leur diminution tendancielle est masquée par leur fluctuation d'une année à l'autre, leur accès ne peut être restreint pour des raisons culturelles et, d'une manière générale, indépendamment du mode de représentation de la nature, les conséquences des perturbations humaines sur l'écosystème sont quasiment impossibles à prévoir. Les réactions d'une société face aux dangers qui la guettent dépendent de toute évidence de ses institutions politiques, économiques et sociales, ainsi que des valeurs culturelles qui les sous-tendent. L'étude comparative des réponses apportées par différentes sociétés au péril qui les menacent pourrait fournir des éléments essentiels pour établir l'évolution et la transformation des modes de réflexivité. En pays moaga, les recherches restent à faire sur l'environnement à l'époque précoloniale, sur l'estimation de la production agricole et les transformations qui ont suivi les famines.

30Ces observations font surgir une question plus radicale : l'autodétermina­tion entendue comme l'objectivation, dans le cadre d'un espace de possibles culturellement circonscrits, de la société en vue d'aménager l'organisation sociale pour assurer sa perpétuation, ne constitue-t-elle pas une dimension essentielle du passage de la nature à la culture ? La portée de ce questionnement dépasse largement le cadre de cet article et mériterait un travail de fond et de longue durée. Il est difficile de pousser ici plus avant cette investigation, néanmoins, il semble judicieux d'évoquer la manière dont le problème de la réflexivité et de l'autodétermination dans les sociétés anciennes peut être traité. Outre la tradition anthropologique, certains travaux récents consacrés à la notion de citoyenneté ou à l'espace public constituent une avancée utile pour établir où et comment s'opère ce travail réflexif. De manière complémentaire, en guise de conclusion, nous proposons d'esquisser une hypothèse méthodologique et théorique qui pourrait permettre d'éclairer, au-delà des seules sociétés à Etat, ces processus de manière comparative.

Ou chercher les voies de la réflexivité ?

31Comment étudier, de manière comparative, les processus de réflexivité et d'autodétermination dans les sociétés anciennes sans se limiter à l'étude des constructions politiques par le haut, celles-ci étant par définition toujours incomplètes, laissant des marges de manœuvre qui subsistent par le bas et rendent possibles la réflexivité (qu'elle soit celle des gouvernants ou des gouvernés). Comment les étudier aussi au-delà de leurs seuls teneurs politiques ?

32Depuis l'idéel et le matériel, l'anthropologie a mesuré l'importance de ne plus considérer les rapports sociaux seulement en terme d'institution mais aussi selon la fonction qu'ils exercent dans la société (Godelier, 1984). Godelier a confirmé l'hypothèse du jeune Marx selon qui le poids des rapports sociaux dans le procès de production de la société varie selon la nature des fonctions qu'ils y assument. L'analyse de la reproduction des sociétés pouvait donc s'opérer à travers l'étude de rapports sociaux spécifiques tels que la parenté (dans les sociétés aborigènes), le politique (dans la Grèce Antique), le politico-religieux (dans l'Egypte ancienne) ou encore l'économique (dans la société industrielle capitaliste). Si certains rapports sociaux dominent dans une société c'est parce qu'ils y assument plusieurs fonctions parmi lesquelles servir "de cadre, de support social direct au procès d'appropriation de la nature" et assumer le rapport de production (Godelier, 1984 : 72). Dans chaque société, ils constituent une matrice hégémonique au sein de laquelle s'opère la régulation des contradictions de l'organisation sociale dans une unité de représentations et de pratiques partagées, jamais parfaitement stable et sujette aux transformations impulsées par sa dynamique propre et par la dynamique sociale. Les travaux sur les désaccords fondateurs évoqués précédemment donnent une chaire empirique à ces affirmations. Kopytoff, notamment, a montré qu'en Afrique la fondation d'un nouveau village résulte bien souvent d'un désaccord produit par la contradiction entre différents principes qui régissent le fonctionnement d'une communauté (Kopytoff, 1989)

  • 18  Pour Godelier, les rapports de production sont les rapports entre les hommes qui assument les fonc (...)

33Les contradictions entre des niveaux de fonctionnement ou d'organisation d'une société ne surgissent pas nécessairement de la volonté de ses membres. On l'a vu avec le cas moose, elles sont aussi le produit des limites objectives dans lesquelles s'opère la reproduction des rapports de production qui fonde cette société18. Ces contradictions inintentionelles nous intéressent en ce sens où, dès lors qu'elles sont objectivées, elles sont, en tout ou en partie, prises en charge par l'intervention active de l'homme. Le degré de contrôle de l'homme sur son destin, nous dit Godelier, dépend en dernier ressort de sa capacité à prendre conscience et à prendre en charge la part inintentionnelle de son existence. De toute évidence, il n'est pas d'action intentionnelle sans conscience. Les représentations à l'origine de l'action, l'élaboration de moyens à mettre en œuvre pour sa réalisation s'opèrent à travers un schème organisateur, un habitus armature de la pensée et de l'action, produit dans un espace de possibles sociaux et culturels relativement ouvert à l'imprévisibilité qu'engendre le rapport au monde. C'est en ceci que les travaux de Godelier ouvrent une piste large pour étudier les modes de réflexivité dans les sociétés anciennes. Si, comme il l'affirme, "les hommes produisent la société pour vivre", c'est qu'il y a dans toute société une part idéelle qui apparaît comme condition de la naissance et de la reproduction des rapports sociaux. Elle constitue un schème essentiel dans l'organisation des systèmes de représentation. Si les hommes produisent de la société pour vivre, ils inventent une manière de penser, une manière d'agir, produisent de la culture et de l'histoire.

34Pour perpétuer sa société l'homme prend en charge des processus d'existence : existence de la nature, existence de la nature qu'il transforme et existence des relations entre les hommes. Cette prise en charge s'opère à travers l'élaboration de représentations et d'interprétations partagées qui forment le support de ses interventions sur la nature et sur sa société. Il n'y a pas d'action intentionnelle possible sans réalité idéelle, explique Godelier, les hommes doivent nécessairement penser la société et la nature pour y vivre. Les représentations téléologiques, qui permettent aux sociétés de s'imaginer dans un projet de perpétuation, impliquent des moyens et des étapes à mettre en œuvre : représenter, organiser et légitimer les rapports entre hommes et entre homme et nature (Godelier, 1984 : 21). Dès lors, une histoire de l'homme lié à sa capacité à transformer la nature et sa propre nature, est probablement aussi l'histoire d'une invention de soi, d'une autodétermination longtemps passée et pensée comme le privilège de l'Occident, en d'autres termes, cette histoire est aussi l'histoire de sa capacité à s'objectiver pour s'adapter aux changements, pour se transformer et vaincre les périls qui le menacent.

35Partant de ce constat, on peut esquisser une hypothèse ayant une valeur programmatique pour investiguer les conditions et les processus à travers lesquels s'opèrent la réflexivité et l'autodétermination dans les sociétés anciennes. Certains rapports sociaux (de parenté, politique, politico-religieux ou économique) "dominent lorsqu'ils fonctionnent en même temps comme rapports sociaux de production, comme cadre et support social du procès matériel d'appropriation de la nature" (Godelier, 1984 : 32). Si le poids des rapports sociaux sur le procès de production de la société varie selon la nature des fonctions qu'ils assument dans ce procès, alors les voies à travers lesquelles une société s'objective et pense sa propre reproduction sont peut-être d'abord celles des institutions où ces fonctions s'exercent, prennent leurs sens et leur légitimité.

  • 19  Cet espace de possibles se modifie également au cours d'évènements et d'interactions entre l'homme (...)

36Si, par la nature des fonctions qu'ils assument, certains rapports sociaux dominent l'organisation sociale, cette domination se marque, s'exerce, se légitime, se perpétue par le rôle qu'elle prend dans l'élaboration de modes de représentation communs. Ces modes de représentation déterminent l'élaboration de systèmes d'information qui concernent les rapports sociaux et les rapports à l'environnement. Ils sous-tendent donc les tentatives visant à adapter l'organisation sociale pour assurer sa reproduction. Ils circonscrivent l'espace de possibles au sein duquel les agents conçoivent des alternatives, des transformations, des modifications, des aménagements19.

  • 20  Il faudra établir précisément comment les quatre ontologies qui définissent, selon Descola (2005), (...)

37L'homme produit de la société pour vivre, c'est-à-dire, invente des nouveaux rapports, des nouveaux modes d'organisation de la société et de la pensée. Face au péril, il puise dans les ressources dont il dispose pour penser sa perpétuation. On peut, au moins méthodologiquement, pour dégager une voie d'investigation des modes de réflexivité et d'autodétermination dans les sociétés anciennes, faire l'hypothèse, que l'espace des possibles perçus est d'abord façonné par la matrice de représentation au cœur des fonctions dominantes d'une société. En d'autres termes, que les modalités par lesquelles la société se pense face au péril qui la guette se traduisent selon la nature des fonctions des rapports sociaux qui exercent le plus d'incidence sur le procès de sa production, mais aussi, faut-il ajouter pour affiner cette hypothèse, selon l'ontologie qui définit le rapport homme - nature dans cette société20. Le livre d'Izard et les réformes politiques qui y sont analysées fournissent un cas stimulant pour étudier une telle hypothèse car c'est d'abord par des médiations politiques (qui sont ensuite étoffées par du symbolique) que le pouvoir moaga se pense et agit pour assurer sa perpétuation, au point, peut-être, de laisser en suspens certaines questions d'ordre économique. Il reste, pour tester la fécondité de cette hypothèse et voir si elle peut constituer davantage qu'une entrée méthodologique, à l'étendre empiriquement à d'autres modes d'organisations sociales et à étudier dans toute leur complexité les processus qu'elle est susceptible de mettre au jour.

Haut de page

Bibliographie

Beck, U., 2003 [1986], La société du risque. Sur la voie d'une autre modernité, Paris, Éditions Flammarion, 552 p.

Beucher, B., 2005, La figure du Moogo Naaba, Chef des Mossé de Ouagadougou, sous la domination française : pérennité d'une fonction et singularité des hommes (1896 - 1958) », in Mohammed - Gaillard, S., et M Romo - Navarrete, éds, Des Français Outre-Mer, Paris, PUPS, pp. 139-152.

—, 2006, Le mythe de l'« Empire mossi » et l'affirmation des royautés comme force d'accompagnement ou de rejet des nouveaux pouvoirs centraux (1897-1991), communication, colloque international, université catholique de Louvain, Louvain-l a-Neuve.

Descola, P., 2006, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 623 p.

Diamond, J., 2006 [2005], Effondrement : comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, Paris, Gallimard, 648p.

Douglas, M., 1967, If the Dogon, Cahiers d'Etudes Africaines, 28-VII, pp. 659-671.

Elias, N., 1983, Engagement et distanciation - Contribution à la sociologie de la connaissance, Paris, Pocket, 258 p.

Foucault, M., 2001 [1978], La gouvernementalité, in Foucault, M., Dits et Ecrits II, Paris, Gallimard, pp. 635-657.

Fourchard, L., 2001, De la ville coloniale à la cour africaine : Espaces, pouvoirs et sociétés à Ouagadougou et à Bobo-Diolasso (Haute-Volta) fin XIX° siècle- 1960, Paris, L'Harmattan, 427 p.

Frogneux, N., 18/05/2005, Désaccords fondateurs, Mondialisation, identités et systèmes symboliques, communication in Midi de l'anthropologie, université Catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve.

Giddens, A., 1984, La Constitution de la société, Paris, PUF, 480 p.

Godelier, M., 1984, L'idéel et le matériel, Paris, Fayard, 348 p.

Goody, J., 2003, The 'Civilizing Process' in Ghana, Archives européennes de sociologie, 44 - 1, 61-73.

Hilgers, M., 2007a, Les conflits autour de l'histoire de Koudougou, Cahiers d'études africaines, 186, pp. 313-344

—, 2007b, La dynamique de la croyance, L'Homme, 182, pp. 131-162.

—, (sous presse), Une ethnographie à l'échelle de la ville : urbanité, histoire et reconnaissance à Koudougou, Paris, Karthala.

Holder, G., 2001, Poussière, Ôpoussière, Paris, Société d'ethnologie, 503 p.

—, 2004, La cité comme statut politique, Places publiques, pratiques d'assemblée et citoyenneté au Mali, Journal des Africanistes, 74-1/2, pp. 56-95.

Holder, G., Peatrik, A-M., 2004, Cité, centre, capitale. Pour une anthropologie du statut politique de la ville, Journal des Africanistes, 74-1/2, pp. 9-34.

Izard, M., 1971, La formation de Ouahigouya, Journal de la société des africanistes, xLi, 2, pp. 151-188.

—, 1973, Remarques sur le vocabulaire politique mossi, L'Homme, 13-1, 193-206.

—, 1980, Les archives orales d'un royaume africain. Recherches sur la formation du Yatenga. Paris, Laboratoire d'anthropologie sociale, 2 tomes en 7 volumes, université Paris V, René Descartes, thèse pour le doctorat d'Etat ès lettres et sciences humaines.

—, 1985, Gens du pouvoir, gens de la terre. Les institutions politiques de l'ancien royaume du Yatenga (Bassin de la Volta Blanche), cambridge-Paris, cambridge UniversityPress ; Paris, Editions de la Maison des sciences de l'homme, 594 p.

—, 1993, Centralisation du pouvoir. La preuve par la toponymie, Journal de la Société des Africanistes, 63-3, pp. 5-24.

—, 2003, Moogo L'émergence d'un espace étatique Ouest-Africain au XVI° siècle, Paris, Karthala, 400 p.

Jacob, J-P., 2004, Gouvernement de la nature et gouvernement des hommes dans le Gwendégué (centre-ouest du Burkina Faso), Autrepart, 30, pp. 25-43.

Kawada, J., 2002, Genèses et dynamiques de la royauté : les Mossi méridionaux (Burkina Faso), Paris, L'Harmattan, 396 p.

Mbembe, A., 2000, De la postcolonie. Essai sur l'imagination politique dans

l'Afrique contemporaine, Paris, Karthala, 393 p.

Kopytoff, I. (éd), 1987, The African Frontier : the reproduction of traditional African societies, Bloomington, Indiana University Press, 296 p.

Perrot, C-H., Fauvelle-Aymar, F-X. (éds.), 2003, Le retour des rois. Les autorités traditionnelles et l'État en Afrique Contemporaine, Paris, Karthala, 568

Roberts, R., 2006, The Question of Change in Pré-colonial West Africa, Journal of African History, 47, pp. 143-144.

Saul, M., 2007, Méthode en histoire orale. Genèse de l'autorité politique au Moogo, L'Homme, 182, pp. 215-232.

Saul, M., P. Royer , 2001, West African Challenge To Empire: Culture & History In Volta-Bani Anticolonial War, Athens, Ohio University Press, 417 p.

Savonnet-Guyot, C., 1985, Le prince et le Naaba, Politique Africaine, 20, pp. 29-43.

—, 1986, État et sociétés au Burkina : Essai sur le politique africain, Paris, Karthala, 227 p.

Vansina, J., 2001, Le Rwanda ancien : le royaume Nyiginya, Paris, Karthala, 289 p.

Haut de page

Notes

1  Analyser les mécanismes d'autodétermination d'une société n'implique pas de répudier l'existence de mécanismes autopoïétiques. Cela suppose, en revanche, que la critique puisse être immanente à la société et s'opérer sans qu'il existe nécessairement de positions surplombantes.

2  Plus précisément, "dans sa plus grande dimension, ce territoire s'organise autour d'un axe sensiblement Sud-Est-Nord-Ouest, qui part, au Sud-Est, des confins du Ghana et du Burkina (11° parallèle), pour aboutir, au Nord-Ouest, dans la plaine du Gondo, à la frontière séparant le Burkina du Mali (14° parallèle)" (2003 : 70).

3  La notion d'espace sahélo-soudanien avait déjà été formulée par G. Dieterlen. Plusieurs générations de chercheurs français ont poursuivi ce travail, parmi lesquels M. Cartry, pour une lecture critique, voir M. Douglas (1961).

4  Dont les deux plus importants royaumes étaient ceux de Waogdogo (Ouagadougou) et du Yatenga.

5  Compte rendu par Benoît Beucher : 2007, IZARD, M. 2003, Moogo. L'émergence d'un espace étatique ouest-africain au XVIe siècle, Journal des africanistes, 77-1, pp. 166-169.

6  Compte rendu par Breusers, M. : 2006, M Izard, Moogo : l"emergence d'un espace étatique ouest-africain au XVIe Siècle, Africa, 76-2, pp. 280-282.

7  Comme me le rappelait Benoît Beucher, l'essentiel de ces recherches a été réalisé sous la loi-cadre (1956, appliquée en 1958) et dans les premiers temps de l'indépendance, c'est-à-dire, ceux de la lutte 'anti-féodale' menée par Maurice Yaméogo, premier président du pays. Si les réflexions d'Izard sur l'épistémologie de l'histoire orale sont passionnantes et si son travail critique des sources antérieures (Tauxier, Frobenius etc.) est rigoureux, sous cet angle précis, elles demeurent relativement décontextualisées dans cet ouvrage : Qui sont ses informateurs, où et quand s'expriment-t-ils ? Sont-ils originaires de la cour royale, de lignages écartés du pouvoir ? Sont-ils de simples citoyens, des maîtres de terres ? Dans quel contexte ont-ils été interrogés ? On peut sans doute trouver quelques réponses dans ces travaux antérieurs mais il est dommage que ces précisions ne soient pas accessibles dans cet ouvrage (voir, par exemple, Les archives orales d'un royaume africain. Recherches sur la formation du Yatenga. Paris, Laboratoire d'anthropologie sociale, 2 tomes en 7 volumes, Université Paris V, René Descartes, thèse pour le doctorat d'Etat ès lettres et sciences humaines).

8  Le naam se fonde, notamment, sur l'exercice de la force (panga) et sur l'appartenance au moos buudu (cfr. infra) tandis que l'autorité du tengsoba (de tenga la terre et so avoir une maîtrise sur) se fonde sur une médiation au sacré, un rapport aux ancêtres et aux forces de l'invisible liés aux premières migrations et à la civilisation d'un lieu autrefois sauvage. On retrouve ici une forme caractéristique de la distinction entre « conquérant » et « autochtone » fort courante dans les sociétés africaines.

9  D'innombrables travaux ont été consacrés à ces transformations. Pour une vision synthétique et diachronique, on pourra notamment consulter Savonnet-Guyot (1988).

10  buudu litt. famille, lignage.

11  Il faut bien distinguer les kombemba des dimbemba qui sont des chefs ayant pris leur indépendance par rapport à leur souche d'origine. Les kombemba sont des chefs originaires de la lignée du Moogo naaba duquel ils dépendent toujours (voir également, Kawada 2002 : 145-151)

12  L'instauration du fameux kombere de Laalle s'est opéré sous le règne de Naaba Kuuda, au moment même où, selon Izard, « le titre de Moogo naaba (...) aurait pu revêtir sa pleine signification symbolique et politique » (2003 : 272), c'est-à-dire, au moment où le système politique était déjà en partie unifié, ce qui en soi est significatif. Plus fondamentalement, il fut fondé par le fils du souverain (rimbiiga, de rima souverain et biiga enfant) suite aux demandes des chefs de Nandiala et de Laye qui avaient du mal à repousser les incursions du chef de sourgou et à faire régner l'ordre dans cette région. La constitution de Laalle permettra de renforcer le pouvoir moaga, et donc l'autorité du Moogo naaba dans la région, même si par la suite le kombere de Laalle s'opposera à son suzerain. Lors de la colonisation, cette institution sera utilisée pour renforcer le pouvoir des chefs. Tous les kombemba du royaume de Ouagadadougou deviendront des chefs de canton et, dans certains cas, ils trouveront là l'occasion d'étendre leur contrôle sur des régions qui ne leur étaient auparavant que formellement soumises. Pour plus de détails, voir Hilgers 2008 chapitre 2.

13  En réalité, lors de la colonisation, le processus de centralisation se poursuivra dans certains endroits à travers le renforcement de l'autorité des chefs et de certains hauts commis du royaume. Sur ce plan, la situation du kombere de Laalle est encore une fois illustrative. La colonisation institue le Laalle naaba comme responsable du « canton » de Laalle et lui fournit ainsi l'opportunité d'étendre son pouvoir jusqu'à des zones qui n'était que formellement sous son contrôle. Le renforcement du pouvoir des commis de l'Etat est également perceptible durant cette période. Le royaume de Ouagadougou est alors subdivisé en quatre grands secteurs administratifs dont le contrôle est assuré par un dignitaire : le wiidi naaba s'occupe du Nord, le larlé naaba de l'Ouest, la gunga naaba du Sud et le balum naaba de l'Est. Le larlé naaba est chargé d'imposer la volonté du Moogo naaba à ses vassaux dans la partie occidentale du royaume, rebaptisée pour l'occasion « province de Larlé ». De 1905 à 1923, le larlé naaba Pawitraogo sera envoyé à Koudougou par le Moogo naaba Siguiri et son successeur Kom II. Il doit faire face à l'instabilité chronique de cette partie du Moogo soumise à l'autorité coutumière du Laalle naaba et soutenir ainsi l'administration coloniale. Ce renfort apporté au chef du kombere de Laalle est aussi une forme de contrôle et pourrait avoir exacerbé la rivalité entre les commis de l'Etat et l'aristocratie dans cette région.

14  Bien qu'un chef ne puisse véritablement gouverner sans l'assentiment de la population, les traditions orales de la cour royale évoquent peu les protestations populaires qui visent le pouvoir de la cour. L'auteur rappelle néanmoins, ici et là, les réactions aux conquêtes (notamment 2003 : 137-139) et soutient son propos en mobilisant les sources qui concernent les réponses armées des sociétés paysannes africaines face aux tentatives d'instauration d'un Etat.

15  Le rapport entre gens de la terre et gens du pouvoir a été plus largement étudiée par Izard dans un précédent ouvrage (1985).

16  Voir notamment les travaux à la suite de Patocka pour qui « soin de l'âme » apparu en Grèce au Ve siècle AC, la question du Chorismos platonicien ou de la figure dissidente de Socrate seraient les expressions multiples de ce désaccord fondateur (Frogneux, 2005).

17  A ceux-là on répondra d'abord que la polis grecque reposait sur l'oralité, le « face à face » et la délibération publique. On rappellera ensuite les nombreuses proximités entre les mécanismes qui ont donné naissance à l'Etat moderne en Occident et ceux que l'on a décrit précédemment en pays moaga. La constitution d'une élite administrative étudiée par Weber, le conflit entre noblesse de robe et noblesse d'épée décrit par Elias, leurs rôles dans la constitution de l'Etat se retrouvent de manière analogue dans les descriptions d'Izard et ne constituent que quelques exemples parmi d'autres. Les controverses visant à établir si ces similarités résultent de projections ethnocentriques ou si le refus de les constater constitue une résistance, elle aussi ethnocentrique, semblent vaines tant qu'un réel travail comparatif n'a pas été engagé.

18  Pour Godelier, les rapports de production sont les rapports entre les hommes qui assument les fonctions suivantes : déterminer la forme sociale de l'accès aux ressources et aux contrôles des conditions de production, organiser le déroulement des procès de Travail et répartir les membres de la société dans ces procès, déterminer la forme sociale de la circulation et de la redistribution des produits du travail individuel ou collectif.

19  Cet espace de possibles se modifie également au cours d'évènements et d'interactions entre l'homme et la nature et entre les hommes entre eux.

20  Il faudra établir précisément comment les quatre ontologies qui définissent, selon Descola (2005), les différents rapports entre nature et culture (naturalisme, totémisme, animisme et analogisme) affectent les formes et les effets de la réflexivité. La médiation par le discours économique lorsque, en suivant une ontologie naturaliste, certaines sociétés se pensent aujourd'hui face aux bouleversements climatiques qui les menacent, illustre aussi ce principe : les modalités par lesquelles la société se pense face au péril qui la guette se traduisent selon la nature des fonctions des rapports sociaux qui exercent le plus d'incidence sur le procès de sa production. L'argumentaire écologique qui y est le plus audible, le plus praticable et le mieux pratiquée est celui qui se réfère à des principes économiques et souligne que l'investissement dans l'énergie verte, par exemple en Occident, ou dans les parcs naturels, tel qu'on le fait en Afrique du Sud, à des conséquences positives pour la croissance et l'emploi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Hilgers, « Autodétermination et réflexivité dans les sociétés africaines anciennes (le cas moaga) », Journal des africanistes, 78-1/2 | 2009, 269-292.

Référence électronique

Mathieu Hilgers, « Autodétermination et réflexivité dans les sociétés africaines anciennes (le cas moaga) », Journal des africanistes [En ligne], 78-1/2 | 2009, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2733

Haut de page

Auteur

Mathieu Hilgers

Chargé de Recherches CNRS (UCL), Laboratoire d'anthropologie prospective

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org