Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

VERSWIJVER Gustaaf et SILVESTERHans, 2008, Omo. Peuples et design

Paris / Tervuren, Ed. de La Martinière / Musée royal de l’Afrique centrale, 257 p.
Jean-Baptiste Eczet
p. 335-338
Référence(s) :

VERSWIJVER Gustaaf et SILVESTERHans, 2008, Omo. Peuples et design, Paris / Tervuren, Ed. de La Martinière / Musée royal de l’Afrique centrale, 257 p.

Texte intégral

1Ce catalogue reprend les éléments de l’exposition éponyme qui s’est tenue au Musée Royal d’Afrique Centrale de Tervuren (Belgique), du 7 novembre 2008 au 3 janvier 2010. L’effort de présentation et la qualité d’impression, rendus probablement possible par la participation des Editions de La Martinière, font de cet ouvrage un objet très bien fini. Un texte aéré alterne avec des photographies prises dans la vallée de l’Omo et d’autres, réalisées en studio et de très bonne qualité, qui présentent les objets issus des collections du musée.

2L’intention de l’auteur des textes, Gustaaf Verswijver, conservateur du musée et ethnographe, est de proposer « une monographie, une étude ethnographique des expressions de la culture matérielle des peuples de l’Omo » (p. 11). Il s’agit de présenter le contexte de l’objet, c’est-à-dire le lien « intrinsèque existant entre l’objet et la société qui le produit » (ibid.), et non « de s’intéresser aux objets des peuples de l’Omo exclusivement d’un point de vue esthétique » (ibid.). Aussi, le choix, assumé, de sélectionner les objets du répertoire selon le « critère design » (p.65) ne va pas de soi. On aurait aimé une justification de ce critère, même subjective, plutôt que de supposer un consensus autour du terme design.

3Le premier chapitre est consacré à une présentation d’ensemble de la région : l’écosystème est décrit avec ses contraintes fortes qui imposent aux populations locales un mode de vie typique de l’Afrique de l’Est. Puis un détour historique montre, d’une part, la découverte progressive par les explorateurs européens puis éthiopiens de cette région et, d’autre part, les mouvements de populations, groupe par groupe, durant les deux derniers siècles. Cette partie est utile pour comprendre que les dynamiques de populations sont nombreuses, que les migrations, les assimilations et les scissions ne cessent de redessiner la carte de la région. Cet éclairage va à rencontre de l’idée trop répandue dans le public que ces populations sont immobiles, dans l’espace comme dans le temps.

4Le second chapitre développe le rapport que ces pasteurs entretiennent avec le bétail. Le « complexe pastoral » (p.48) est illustré de plusieurs exemples choisis pour leur représentativité : « monnaie d’échange » (ibid.) dans le mariage, « bœuf favori » (ibid.) et sacrifices. L’auteur considère l’utilité vitale du bétail et la nécessité de diversifier les sources de nourriture, puis évoque les liens de solidarités nécessaires entre individus pour survivre dans ces régions. On regrette cependant une formulation, celle où ces groupes « sont incapables d’imaginer leur vie sans bétail » (p.48) qui pourrait laisser croire à un rapport obsessionnel aux bovins.

5Sans transition, l’auteur présente ensuite la culture matérielle qui n’est pas si pauvre qu’on l’entend habituellement. Le peu d’objets que ces groupes semi-nomades possèdent ne doit pas s’assimiler à une négligence totale de l’artefact : « Recourber l’extrémité du manche [d’une cuillère], y pratiquer des incisions parallèles, en prolonger l’extrémité sous le cuilleron, ou imprimer à ce dernier la forme d’une goutte d’eau sont autant d’exemples subtils qui attestent de l’importance réelle que revêt l’esthétique dans la culture matérielle des peuples pasteurs de la vallée de l’Omo. » (p.56). L’auteur passe alors à l’initiation et mentionne divers modes d’organisation sociale, comme, par exemple, les sections territoriales.

  • 1 Tornay, Serge. 2001, Les fusils jaunes, Nanterre, Société d’ethnologie.

6Bien que les thèmes ne s’enchaînent pas toujours de manière logique, ces chapitres constituent une introduction efficace. On peut regretter néanmoins que la bibliographie qui suit chaque texte soit difficilement exploitable en l’état : on ne sait pas, dans le corps du texte, quelle partie est inspirée de quel auteur. Le lecteur familier reconnaîtra sans doute l’ouvrage cité en bibliographie de Serge Tornay (2001)1 dans les mentions de « Pères de la terre » et de « Fils de la terre » (p. 62) du système générationnel des Nyangatom, mais ces informations coexistent à côté d’autres aux origines plus difficilement identifiables. L’alternance entre précisions et généralités est alors un peu déroutante pour le lecteur.

7La suite, qui constitue l’essentiel de l’ouvrage, est un répertoire de « 63 objets-types » (p.65), chacun présenté en une double page au minimum, avec un texte explicatif, une photographie d’un objet des collections et, souvent, d’autres illustrations de l’objet en cours d’utilisation par un des membres du groupe qui l’a conçu. La description de l’objet présente les éléments qui le compose et ses différents usages. Ces derniers sont envisagées tant d’un point de vue utilitaire que replacées dans certains systèmes de pensées locaux, les interdits comme les fonctions rituelles. Bien que non exhaustif, l’éventail des objets présenté est large : les ustensiles liés à la maisonnée (panier de transport, nombreuses calebasses...), les objets en lien au bétail, à la guerre et aux rituels (ornements du bœuf favori, lance et boucliers...) et les décorations corporelles (tabliers féminins, coiffes d’argiles..).

8Réunir en un même ensemble des groupes de la basse vallée de l’Omo, appelés ici « peuples de l’Omo », alors même que l’ethnogenèse présentée en introduction laisse entrevoir des différences d’origines profondes, n’est pas sans difficulté dès lors que l’on souhaite aborder le rapport des objets aux sociétés qui les conçoivent. Chaque objet est en effet l’occasion de décrire un grand nombre de pratiques hétéroclites autour de quelques formes souvent récurrentes et le lecteur y perd en lisibilité. De plus, entre la simple description des matériaux employés et le cadre dans lequel ces objets sont utilisés, c’est l’esthétique qui est oubliée : ces objets ne sont qu’une porte d’entrée vers de multiples cultures et on ne sait pas pourquoi telle forme est favorisée ni à quoi elle renvoie. On en vient même à oublier l’objet en présentant l’argile comme matière seulement (p.224) au milieu d’objets manufacturés. Bref, on aurait aimé des indications sur les formes et les pratiques transversales plutôt qu’une accumulation d’exemples choisis essentiellement pour leurs qualités illustratives.

9Mais l’auteur reste très descriptif et cette retenue confère à ce répertoire une réelle portée informative et didactique. Les descriptions sont riches et stimulantes, comme en témoigne les multiples bols en calebasse (p.68-73). On reste parfois sur notre faim, par exemple avec les étonnantes poupées (p. 100). Dans l’ensemble, les rituels esquissés, la terminologie indigène et les comparaisons interculturelles donnent envie d’aller plus loin car elles apportent au lecteur l’assurance de la complexité de ces objets.

  • 2 Silvester, Hans, 2006, Peuples de l’Omo, Paris, Editions de la Martinière.

10Les décorations corporelles sont portées au quotidien, comme le souligne ce répertoire en ne les séparant pas des autres objets. Aussi peut-on s’étonner de voir un dernier chapitre, non conclusif, sur les peintures corporelles, succinctement traitées à part. Probablement est-ce parce qu’un des piliers de cet ouvrage et de l’exposition est la présence de photographies d’Hans Silvester, de l’agence Rapho, qui cosigne l’ouvrage. Connu depuis quelques années pour ses publications sur le sujet, nous ne pouvons faire l’économie de quelques commentaires sur un de ses livres, d’où sont issues la plupart des photographies. La vallée de l’Omo et ses habitants fournit à Silvester le prétexte esthétique à des discours teintés d’évolutionnisme. Croyant à tort que les restes de Lucy furent découvert dans le Sud éthiopien (Silvester, 2006, p. 4, Tome l)2, il s’est rendu dans ce soi-disant « berceau de l’humanité » (ibid.) avec « l’intention assez déraisonnable de vouloir comprendre pourquoi et comment tout avait commencé là. » (ibid.). Déraisonnable en effet est le parallèle entre l’origine supposée de l’homme physique et une culture originelle que Silvester établit lorsqu’il écrit que « dans la vallée de l’Omo, la vie s’instruit et se construit de ces terreurs primitives, presque animales, toutes choses hérités de nos lointains ancêtres. Et, qui sait, de Lucy peut être... » (ibid., p. 12). En image, cela donne la mise en scène de cet enfant peinturluré, pendu à bout de bras dans un arbre et fixant le photographe (ibid, p. 267), à l’évocation animalière douteuse. Ces personnes pratiqueraient donc un art brut, spontané, naïf et gratuit, comme Silvester le suggère en convoquant Mircea Eliade en page de garde (ibid, Tome 2).

11Toutefois, Verswijver a bien su trier dans les clichés de Silvester qui sont inclus dans le présent ouvrage, en évitant les divers travestissements induits par la présence du photographe, comme le port de décorations bovines (ibid., p. 53, 77, 135-138, 155, 181) ou de cache-sexe sur la tête (ibid., p. 133 et Tome 2, p. 22). Les réserves émises sur ce photographe sont donc connues de l’auteur. Reste qu’aucune des photographies de Silvester n’est légendée. Au lecteur de comparer avec les objets du répertoire pour retrouver de quoi, ou de qui il s’agit, bien qu’il ne saura peut être jamais s’il s’agit d’un Mursi ou d’un Suri (p.49), de Kara ou de Hamar (p.61), ni ce que faisait cette jeune fille les bras en l’air (p.29).

12Le dernier chapitre sur les peintures corporelles ne manque pas de lucidité : ces pratiques sont peu documentées et seuls des photographes comme Silvester ont. à ce jour, publié sur le sujet. Et l’auteur de mentionner que les pratiques les plus spectaculaires sont le fruit de la rencontre avec les touristes et les photographes. On ajoutera que, peint sur le ventre de jeunes Suri, une tortue et une fleur issue des livres d’école des missionnaires du SIM (p.245) ainsi qu’un tablier de femme Nyangatom (p.246), ont certainement plu au photographe.

13Il est dommage que la belle présentation s’accompagne de choix très « commerciaux » nuisant à la qualité de l’ensemble. De plus, réunir des groupes aussi disparates sans utiliser des exemples de manière systématique réduit la valeur comparative et monographique de cet ouvrage. Reste que ce catalogue constitue une introduction utile à la culture matérielle de ces groupes et qu’on le feuillètera avec plaisir.

Haut de page

Notes

1 Tornay, Serge. 2001, Les fusils jaunes, Nanterre, Société d’ethnologie.

2 Silvester, Hans, 2006, Peuples de l’Omo, Paris, Editions de la Martinière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Eczet, « VERSWIJVER Gustaaf et SILVESTERHans, 2008, Omo. Peuples et design », Journal des africanistes [En ligne], 80-1/2 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://africanistes.revues.org/2680

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page