Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

TUBIANA, Marie-José (éd.), 2008, Hommes sans voix, Forgerons du Nord-Est du Tchad et de l’Est du Niger

Paris, L’Harmattan, Col. Pour Mieux Connaître le Tchad, 185 p.
Catherine Baroin
p. 334-335
Référence(s) :

TUBIANA, Marie-José (éd.), 2008, Hommes sans voix, Forgerons du Nord-Est du Tchad et de l’Est du Niger, Paris, L’Harmattan, Col. Pour Mieux Connaître le Tchad, 185 p.

Texte intégral

  • 1 Décédé en décembre 2006.

1Ce petit livre rassemble des données nouvelles sur les forgerons du monde toubou. Celui-ci, comme le rappelle opportunément une carte publiée en début de volume, se compose de trois groupes qui occupent de vastes étendues, du Fezzan libyen au lac Tchad, et du Niger au Soudan : ce sont les Teda au Nord-Ouest, les Daza plus au sud, et les BeRi au Nord-Est du Tchad et au Soudan. Les Teda ne sont pas traités ici. L’ouvrage juxtapose deux parties hétérogènes. La première, sous la plume de Joseph1 et Marie-José Tubiana, est le fruit d’enquêtes menées en 1994-1995. Elle esquisse l’histoire, le statut et les activités variées des forgerons des BeRi et des Daza du Nord-Est du Tchad. La seconde partie, rédigée par leur fils Jérôme, a pour thème les forgerons chasseurs et la chasse qu’ils pratiquent en Ennedi et dans l’Est du Niger.

  • 2 Tubiana, Marie-José, 1990, « Hommes sans voix ». De l’image que les BeRi donnent de leurs forgerons (...)

2Les forgerons sont qualifiés d’« Hommes sans voix », en ce sens que personne chez les BeRi ne les écoute. A cet égard M.-J. Tubiana reprend une formule qui fait le titre d’un article publié par elle en 19902, sur l’image que les BeRi donnent de leurs forgerons. On pourrait penser toutefois que c’est aussi au mutisme des forgerons rencontrés que renvoie ce titre. Cette attitude fut une source majeure des difficultés de l’enquête menée par J. et M.-J. Tubiana auprès de ces forgerons en 1994-1995. Elle pourrait être liée au statut de subordonnés des forgerons, et donc à leur méfiance car ils n’ont pas pour habitude de susciter l’intérêt.

3De manière vivante, l’ouvrage s’ouvre sur une galerie de portraits de divers forgerons rencontrés en brousse, au marché où ils installent leur activité, ou en ville. La plupart de ces forgerons sont des artisans du fer, mais d’autres sont griots ou lettrés. Ces descriptions sont riches de détails avec des généalogies, des marques de bétail, des récits de vie, des histoires familiales, l’évocation des activités. Suite à cette présentation, une deuxième section rapporte diverses traditions orales ou mythes qui mettent en scène les forgerons, ainsi que les traditions hagiographiques les concernant. Ces contes ou récits, pour la plupart, avaient fait l’objet de publications antérieures, dûment référencées. Il est néanmoins intéressant de les voir rassemblés ici. Tous illustrent ou expliquent le statut inférieur de ces artisans. Ce sont des gens « sans identité », des gens « marginalisés ». Ces qualificatifs inhabituels (pp. 75-77) renvoient en fait à des réalités sociologiques claires. Les forgerons sont sans identité parce que ce sont des dépendants, toujours liés à un maître qui les protège, et leur « marginalisation » tient à l’interdiction de mariage qui fait d’eux une catégorie sociale à part. Les auteurs, en somme, considèrent les forgerons comme des victimes de la société globale, c’est pourquoi il leur faut adopter des « stratégies de défense » (p. 79). A ce titre sont citées certaines manières détournées de dire les choses, et leur réputation de jeteurs de sorts. Mais sur ce second point, les informations sont « parvenues indirectement » et les informateurs, qui ne sont pas des forgerons, ne sont pas cités (p. 84).

4La seconde partie de l’ouvrage, intitulée « Forgerons-chasseurs des Teda-Daza et des BeRi » n’a presque aucun rapport avec la première. Elle est largement tirée de la thèse de Jérôme Tubiana, soutenue à l’INALCO en 2006. Après une présentation de la faune sauvage, les diverses techniques de chasse sont décrites : chasse au filet, piégeage, chasse à l’épuisement, au terrier. La troisième section porte sur « l’animal sauvage dans la culture des forgerons-chasseurs » avec un examen du lexique et de la littérature orale propre aux forgerons. Vocabulaire spécifique, interdits de clans et usages médicinaux et magiques de l’animal sauvage sont ensuite abordés. La conclusion de cette seconde partie rassemble en quelques pages à la fois les hypothèses énoncées par divers auteurs sur l’origine des forgerons (ce seraient essentiellement d’anciens occupants dépossédés du pouvoir par de nouveaux arrivants) et leurs perspectives d’avenir. Ces dernières sont liées à l’influence grandissante de l’islam, à la scolarisation et aux débouchés qu’elle apporte, à la raréfaction de la faune, et aux combats du Darfour où les BeRi sont impliqués. Loin d’un rapprochement, ce conflit induit au contraire un antagonisme supplémentaire entre les BeRi et leurs forgerons. Les BeRi en effet accusent leurs forgerons d’avoir pris le parti des milices qui ont attaqué massivement les civils BeRi (p. 154). Ce dernier détail illustre combien la cassure perdure entre ces gens de caste et des maîtres dont ils sont loin d’être totalement émancipés.

Haut de page

Notes

1 Décédé en décembre 2006.

2 Tubiana, Marie-José, 1990, « Hommes sans voix ». De l’image que les BeRi donnent de leurs forgerons, Paideuma 36, pp. 335-350.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Baroin, « TUBIANA, Marie-José (éd.), 2008, Hommes sans voix, Forgerons du Nord-Est du Tchad et de l’Est du Niger », Journal des africanistes [En ligne], 80-1/2 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 25 avril 2014. URL : http://africanistes.revues.org/2678

Haut de page

Auteur

Catherine Baroin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page