Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

SEDOGO, Vincent, 2008, Approche historique de Bulsa, un Ku-rit-tenga du Moogo (Province du Namentenga, Burkina Faso) des origines à 1896

Ouagadougou, CNRST, 414 p.
Claude-Hélène Perrot
p. 330-333
Référence(s) :

SEDOGO, Vincent, 2008, Approche historique de Bulsa, un Ku-rit-tenga du Moogo (Province du Namentenga, Burkina Faso) des origines à 1896, Ouagadougou, CNRST, 414 p.

Texte intégral

  • 1 Selon ce stéréotype, c’est de leur propre gré que les habitants auraient sollicité de Wagadugu, la (...)

1Dans un premier temps, les études sur le Moogo -’ espace occupé par les royaumes moose -’ ont porté essentiellement sur sa partie centrale, c’est-à-dire le royaume « père » de Wagadugu (orthographié Waogdgo par l’auteur), dont procèdent les autres. Vincent Sedogo décentre en quelque sorte l’étude du Moogo en écrivant l’histoire d’un royaume-fils. Le royaume de Bulsa porte le nom de Ku rita tenga, c’est-à-dire la terre (ou territoire), du ku-rita. Le ku-rita, pendant l’interrègne, représente le Moog-naaba défunt dont, selon la plupart des versions, il serait l’un des fils. Il doit fuir la capitale dès qu’un successeur est intronisé à Wagadugu, une rencontre entre les deux personnages étant totalement prohibée, prohibition dont héritent leurs descendants. C’est ainsi que le fondateur du royaume, Namende, fils et ku-rita du Moog-naaba Wubri, fut « installé » au début du XVIe siècle dans cette région périphérique. Il y aurait été appelé par ses habitants, selon le schéma classique et quelque peu stéréotypé1 de la fondation des royaumes « fils » -’ que leur fondateur soit ou non ku-rita. Le titre de l’ouvrage, qui aurait gagné à être allégé, appelait ce commentaire.

2Ce « décentrage » géographique se double d’un décentrage dans le champ des thèmes traités. Pendant plusieurs décennies, les études ont été confinées à celle de l’organisation politique, aboutissant parfois à des tableaux détaillés d’institutions et à des nomenclatures de dignités et fonctions, tels des squelettes dépourvus de chair. Depuis le début des années 1980, plusieurs historiens du Burkina, ont rompu, comme l’a fait Sedogo, avec cette première approche de l’histoire du Moogo. On les retrouvera un peu plus loin.

  • 2 Dont les plus nombreux sont aujourd’hui les Moose.
  • 3 A propos de tout texte écrit, il convient de se demander tout d’abord comment les informations conn (...)

3A Bulsa, l’auteur s’est trouvé sur un terrain qui, du point de vue historiographique, était pratiquement vierge, mises à part deux courtes monographies ronéotées. Pour qui entreprend de bâtir une histoire non encore écrite, une question primordiale se pose : comment s’est peuplé au fil du temps l’espace territorial concerné ? L’objectif de l’auteur n’est pas seulement, en effet, d’écrire une histoire des Moose de Bulsa et de l’ordre politique qu’ils ont édifié en le calquant sur celui du royaume de Wagadugu. Il est de montrer, au ras du sol, le processus par lequel s’est élaborée, à partir de la quinzaine de groupes ethniques, très divers, présents sur la « terre » de Bulsa2, la formation d’une nouvelle entité politique et sociale et l’émergence d’une culture aux caractères spécifiques. Les bases documentaires de l’ouvrage, référencées avec précision, vont des écrits (auxquels le terme de sources écrites ne peut être systématiquement appliqué3) aux enquêtes orales, effectuées en 1992, puis entre 2001 et 2003, de façon exhaustive. Celles-ci occupent une place de choix et sont remarquablement traitées. La lecture peut s’appuyer sur de nombreuses cartes et tableaux et sur un glossaire d’autant plus indispensable que, comme il se doit, les termes vernaculaires, en langue moore, abondent.

4Avec l’étude, en première partie, sitôt après le tracé du cadre physique et humain, de l’ancien peuplement kibsi/dogon, l’objectif est pleinement atteint. C’est là l’une des pièces maîtresses de l’ouvrage. Les Kibsi, qui ont déserté le pays peu avant ou au moment de l’arrivée à Bulsa des Moose, ont laissé sur le sol de nombreuses traces très apparentes : puits, jarres-cercueils, grottes au flanc des collines, et vestiges épars de métallurgie du fer, leur activité dominante. En archéologue, l’historien qui a été à bonne école (Jean-Baptiste Kiethega a préfacé son livre) a relevé systématiquement ces traces. L’intérêt documentaire des photographies qu’il en donne est renforcé par la description détaillée qui en est faite en légende, une pratique originale et d’une efficacité remarquable.

5La forte empreinte laissée dans les esprits par les Kibsi/Dogon et leurs pratiques rituelles, encore sensible après plusieurs siècles, est également prise en compte. L’ouvrage se distingue en effet par la place donnée aux croyances, aux pratiques cultuelles et aux mythes, autant d’objets d’analyse et d’interprétation qui, après avoir été longtemps laissés de côté pour le seul profit des ethnologues, sont entrés enfin dans le territoire de l’historien. Après les Kibsi/Dogon, viennent les autres groupes ethniques présents sur la terre de Bulsa. Leur diversité compose une sorte de mosaïque ; il y a là, entre autres, des Gourmantché (Bimba), des Kurumba (Fulse), des Yonyoose auxquels sera dévolue la maîtrise du sol, des Yarse, musulmans voués au commerce, des Peuls (Silmiisi) éleveurs de bétail... Ils sont passés en revue, parfois de façon plus rapide et moins nourrie, en fonction des informations récoltées.

6La seconde partie, qui débute avec l’arrivée des Nakombse (princes moose) à Bulsa au début du XVIe siècle, porte sur l’édification de ce royaume de ku-rita -’ qui d’ailleurs n’atteignit ses limites actuelles qu’à la fin du XIXe siècle grâce aux campagnes guerrières de Naaba Wogbo -’ et sur l’histoire de la dynastie.

7La troisième partie, intitulée La place de Bulsa dans le Moogo, a pour sujet ses relations avec les états voisins, à commencer par celui de Wagadugu, où tout prétendant au pouvoir royal allait chercher le naam, support de toute légitimité.

  • 4 Comme le remarque l’auteur, p. 292 : ces scènes « montrent qu’entre les autochtones et les Nakombse (...)
  • 5 2005, Indiana University Press, Bloomington and Indianapolis, 300 p.

8L’étude approfondie des étapes de ce long voyage (une centaine de kilomètres sépare Bulsa de Wagadugu), appelé riuungu (orthographié autrefois ringu), ritualisé à l’aller et plus encore au retour, est une autre pièce maîtresse de ce livre. Vincent Sedogo a tenu à parcourir en personne cet itinéraire, posant ses questions à chaque étape aux personnages impliqués dans les rituels. Comme on sait, le riuungu de chaque royaume moose fait revivre les phases marquantes de son histoire. Dans son « interprétation des rituels du riuungu » l’auteur décrypte les moments forts de l’histoire de Bulsa, dont certains sont mis en scène et rejoués ; ainsi sur le chemin du retour, à Lilyala les habitants du lieu, à cheval et en armes, font mine, à trois reprises d’interdire au nouveau roi l’entrée du village. Une autre parade guerrière a lieu un peu plus loin, à Boognaam, les autochtones faisant de la même façon barrage au roi en un premier temps4. Dans l’accomplissement de ces rituels, les principaux éléments constitutifs de la population, tels les Yonyoose et les Yarse, tiennent des rôles bien définis. Grâce à la finesse de son approche des rituels, l’auteur peut démontrer, et c’est là un des points les plus originaux de ce chapitre, que le riiungu ne reproduit pas à l’identique un scénario établi une fois pour toutes, mais qu’au fil du temps il s’est enrichi de nouveaux rituels intégrant et transposant des événements majeurs. Un nouvel éclairage est ainsi jeté sur une religion qui, loin d’être figée, comme on la présente ordinairement, se prête à des remodelages reflétant des situations vécues, une religion qui est inscrite dans l’histoire, comme Jean Allman et John Parker en ont fait l’éclatante démonstration avec Tongnaab. The History of a West African God5.

  • 6 Cependant le fait d’avoir séparé politique intérieure et extérieure, s’il peut se justifier, entraî (...)

9On pourrait facilement reprocher à l’auteur de ce livre de s’en tenir le plus souvent au niveau des événements, reproche non fondé, si l’on songe qu’il s’agit du premier livre sur l’histoire de Bulsa. Préalablement à toute approche thématique, il importe d’en bâtir la charpente en situant dans le temps, autant que faire se peut, la succession des événements majeurs6.

10Pour terminer, je voudrais brièvement situer ce livre remarquable dans la production historienne actuelle du Burkina Faso. Au Burkina Faso, il faut le souligner, l’histoire « dans la longue durée » n’est pas marginalisée comme c’est le cas aujourd’hui en Europe, où les études africaines sont aujourd’hui marquées par une polarisation quasi-générale sur le contemporain, comme si ce qui s’est passé dans l’Afrique colonisée, puis décolonisée, éclipsait totalement l’histoire antérieure, devenue une sorte de trou noir. Au Burkina, la connaissance de l’histoire des différentes unités sociales et politiques -’ étatiques ou non étatiques -’ formées plusieurs siècles avant la conquête coloniale (1896) est ressentie comme nécessaire à l’intelligibilité du présent. Elle constitue l’un des points essentiels du programme lancé par le Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST) de Ouagadougou.

  • 7 On trouvera aussi dans ce livre la liste de nombreux mémoires, soutenus à l’université de Ouagadoug (...)
  • 8 Thèse de doctorat d’Etat en histoire, soutenue en 2004 à l’Université de Lomé, dont on souhaite for (...)

11D’une part, dans le cadre des institutions universitaires, un certain nombre de chercheurs ont, comme Sedogo, fondé leurs travaux principalement sur des sources orales provenant de leurs enquêtes de terrain, tout en prospectant et exploitant toute la gamme des sources. Il faut signaler, paru tout récemment, en 2009, sous la direction de Pierre Claver HIEN et Moustapha GOMGNIMBOU, le remarquable ouvrage, collectif, intitulé Histoire des royaumes et chefferies au Burkina Faso précolonial, édité à Ouagadougou, comme celui de Vincent Sédogo. Les contributeurs7 en sont, dans le domaine qui nous intéresse, pour le Moogo central, Lassina Simporé, pour les royaumes-fils moose, Poussi Sawadogo (Busma) et Vincent Sedogo (Bulsa), pour le Moogo en général, Dominique Nacanabo, Karimatou Boussari et Pierre-Claver Hien ; enfin pour les autres parties du Burkina, Bakary Traoré (chefferies de l’Ouest), Hamidou Diallo (Peuls du Sahel), BH Guébré et Hav. Zouré (le Bisako, pays bisa), Georges Madiega (Gulma/Gourmantche) et Moustapha Gomgnimbou (Gurunsi), qui est l’auteur d’une excellente thèse, intitulée : Le Kasongo (Burkina Faso-Ghana) des origines à la conquête coloniale8.

  • 9 Sous la direction de Pierrre-Claver HJEN et Maxime COMPAORE, CNRST, Ouagadougou, 2004.
  • 10 Notons que depuis plusieurs décennies, les historiens de l’Université de Lomé ont mené à bien un im (...)

12On aura remarqué, au vu de cette liste, l’importance acquise récemment, dans les objectifs de la recherche historienne, par les pays non moose, et parmi ces derniers par les pays à organisation non étatique -’ bisa, peul, gurunsi. Mais, la demande d’histoire « dans la longue durée » ne provient pas seulement des institutions universitaires. Elle s’exprime aussi au niveau des populations locales et des collectivités territoriales, dans le cadre de leurs projets de développement, telles l’histoire de Ouagadougou des origines à nos jours9, qui a été financée par la Mairie de la ville, ou celles de Koudougou et de Banfora etc. L’initiative peut aussi provenir de Conseils d’Anciens ou de chefs « coutumiers », ainsi l’histoire de Koulouba (la Colline du Pouvoir) et celle du royaume de Busma, entre autres. Enfin au niveau national, l’Assemblée nationale s’est faite commanditaire d’une Histoire de la représentation politique au Burkina Faso. Ces différents ouvrages, il faut le souligner, sont édités et diffusés sur place, à Ouagadougou10.

13En guise de conclusion, un constat : le décentrage de l’histoire du Burkina, dans l’espace et dans le temps, poursuit sa progression de façon remarquable. Que de chemin parcouru depuis le colloque international de Ouagadougou de 1996 intitulé, non sans quelque maladresse, « cent ans d’histoire au Burkina Faso », avec pour point de départ l’année 1896, celle de la conquête coloniale.

Haut de page

Notes

1 Selon ce stéréotype, c’est de leur propre gré que les habitants auraient sollicité de Wagadugu, la venue d’un « prince » qui mettrait un terme aux conflits internes et aux attaques venues de l’extérieur. Plusieurs indices suggèrent cependant qu’il s’agit d’un cliché produit a posteriori. Il ne cadre guère avec l’image de souverain guerrier laissée par Naaba Namende, ni avec le sens de certains rituels de la royauté.

2 Dont les plus nombreux sont aujourd’hui les Moose.

3 A propos de tout texte écrit, il convient de se demander tout d’abord comment les informations connotées sont parvenues à l’auteur, quand, où et par quelles voies, autrement dit quelles furent ses sources, et d’autre part quel était son niveau de connaissance du « terrain » (durée de séjour, connaissance de la langue), questions importantes auxquelles il n’est malheureusement pas toujours possible de répondre. Il serait arbitraire de loger à la même enseigne les différents textes écrits exploités, sans les avoir soumis à analyse critique, comme s’ils étaient d’égale importance.

4 Comme le remarque l’auteur, p. 292 : ces scènes « montrent qu’entre les autochtones et les Nakombse, les relations n’ont pas toujours été pacifiques ».

5 2005, Indiana University Press, Bloomington and Indianapolis, 300 p.

6 Cependant le fait d’avoir séparé politique intérieure et extérieure, s’il peut se justifier, entraîne quelques redites.

7 On trouvera aussi dans ce livre la liste de nombreux mémoires, soutenus à l’université de Ouagadougou, portant sur la même période et impliquant le recours aux sources orales.

8 Thèse de doctorat d’Etat en histoire, soutenue en 2004 à l’Université de Lomé, dont on souhaite fortement la publication. Il s’agit des Kasena , société non étatique.

9 Sous la direction de Pierrre-Claver HJEN et Maxime COMPAORE, CNRST, Ouagadougou, 2004.

10 Notons que depuis plusieurs décennies, les historiens de l’Université de Lomé ont mené à bien un important programme de publication d’ouvrages, également édités et diffusés sur place.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude-Hélène Perrot, « SEDOGO, Vincent, 2008, Approche historique de Bulsa, un Ku-rit-tenga du Moogo (Province du Namentenga, Burkina Faso) des origines à 1896 », Journal des africanistes [En ligne], 80-1/2 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://africanistes.revues.org/2676

Haut de page

Auteur

Claude-Hélène Perrot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page