Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

ROY, D. Christopher, WHEELOCK, G.B. Thomas, 2007, Land of the Flying Masks - Art and Culture in Burkina Faso - The Thomas G.B. Wheelock Collection

Munich, Berlin, London, New York, Prestel, bibl.. ph., carte, 472 p.
Michèle Coquet
p. 325-327
Référence(s) :

ROY, D. Christopher, WHEELOCK, G.B. Thomas, 2007, Land of the Flying Masks - Art and Culture in Burkina Faso - The Thomas G.B. Wheelock Collection. Munich, Berlin, London, New York, Prestel, bibl.. ph., carte, 472 p.

Texte intégral

1C’est un catalogue splendide. Celui de la collection de Thomas G. B. Wheelock consacrée à l’art des peuples du Burkina Faso, soit 557 objets, de la statuaire en bois aux figurines et bijoux de laiton, œuvres en fer forgé, armes, céramique et même costumes et ornements de danse, exposés pleine page sur fond noir et documentés par de nombreuses photographies prises in situ dont on regrettera cependant la relative ancienneté (une trentaine d’années). Du point de vue iconographique, il s’agit d’un ouvrage important proposant un panorama très complet des objets produits dans l’aire voltaïque. La juxtaposition des œuvres au fil des pages permet de les comparer et souligne la grande homogénéité culturelle de ce pays d’Afrique occidentale malgré la cinquantaine d’ethnies que l’on y dénombre. Les thèmes figurés, les styles, les motifs décoratifs composent un répertoire commun qui s’étend au delà des frontières du Burkina jusqu’au Mali, en Côte-dTvoire et au Ghana où sont également présentes certaines ethnies comme les Bwa, les Bobo, les Sénoufo ou les Lobi. La diffusion de ce corpus couvre donc un territoire bien plus large que celui présenté dans l’ouvrage ; en réalité, certains traits plastiques se retrouvent dans les productions dogon et bamana (Mali) ou hwela (Côte-d’Ivoire) et même baga (Guinée). Dans sa présentation, Christopher D. Roy évoque avec raison cette large diffusion de proche en proche.

2La confrontation des masques de bois est de ce point de vue très parlante : ils se ressemblent, et ce d’autant plus que dans certaines régions, les forgerons, également sculpteurs, qui forment une corporation traditionnellement itinérante, travaillent le bois à la demande dans un style ou dans un autre et sont capables de réaliser avec brio un masque bwa, mossi, winyé ou nuna. Ils ont d’ailleurs su exploiter avec talent leurs compétences en imitant d’autres masques encore, photographiés dans les nombreux livres d’art circulant désormais en brousse, et alimentent le marché de l’art « primitif » de cette production parallèle. Une polychromie privilégiant le rouge, le noir et le blanc accentue l’effet de similitude. Les fibres de l’hibiscus composant les costumes sont assemblées de manière à donner les mêmes silhouettes amples. Antilopes, buffle, grand calao, python, phacochère, crocodile et chauve-souris ont les faveurs d’un bestiaire souvent enrichi de figurations du soleil ou de la lune à son premier croissant. Ces animaux sont soit figurés dans leur intégralité, soit par des détails caractéristiques comme le bec (pour le calao) ou les cornes ; les variantes combinatoires issues de ces multiples conjugaisons donnent aux masques de cette aire leur morphologie chimérique caractéristique. Ce système prévaut aussi dans les petits ouvrages de laiton comme les bagues et les pendentifs. Autre trait distinctif : la longue lame de bois orné qui surmonte fréquemment la face de certains masques dont le modèle se retrouve, dans des proportions variables, jusque chez les Dogon. Des considérations semblables peuvent être faites au sujet des statues où le traitement schématique des proportions du corps, des membres et du visage leur donne un indéniable air de famille.

3Le catalogue est introduit par deux textes, l’un de Thomas G.B. Wheelock, l’autre de C. D. Roy, professeur d’histoire de l’art à l’université de Iowa, connu par les amateurs d’art voltaïque pour un ouvrage publié en 1987, The Art of the Upper Volta Rivers, devenu désormais spécialiste, Outre-Atlantique, des arts de cette région.

4La collection de Wheelock est exceptionnelle tant par la qualité des pièces que par sa cohérence. L’homme ne se prétend pas connaisseur des populations représentées par les objets qu’il possède. Il se dépeint comme un esthète dont l’apprentissage s’est effectué sur le terrain. Il relate ainsi avec beaucoup de vérité les conditions dans lesquelles, en 1972, il a rencontré l’Afrique noire, au terme d’une traversée du Sahara au volant de son bus jaune, dans le sillage des routards post-soixante-huitards, à une époque où un jeune Américain pouvait, à moindre frais, se constituer une collection d’objets de grande qualité. Il fit connaissance avec les marchands locaux et les rabatteurs, se familiarisa avec l’atmosphère des achats en brousse et affronta les premières duperies. Les objets vinrent à lui. Il apprit à reconnaître et à choisir ; il acheta et accumula.

5Roy s’est chargé de la présentation historique et ethnographique des ethnies du Burkina Faso. L’auteur fréquente ce pays depuis une trentaine d’années après y avoir séjourné à l’âge de 23 ans en tant que membre des Peace Corps. S’il a beaucoup circulé dans les villages, en particulier mossi et bwa, il n’est pas pour autant un ethnologue et sa présentation s’en ressent, bien qu’il cite à plusieurs reprises quelques spécialistes de cette aire culturelle comme Michel Izard ou Guy Le Moal.

6Il y évoque l’histoire récente et passée du pays, en particulier la conquête mossi et la colonisation française, et donne des informations rapides sur les principales ethnies, leurs formes d’organisation sociale et politique, les relations avec leurs voisins. La construction de son argument obéit à un schéma classique fréquemment rencontré dans les ouvrages consacrés à l’art africain : l’auteur considère successivement chaque ensemble ethnique pour lequel il décrit les différents masques utilisés, esquisse à grands traits leurs fonctions, détaille quelques motifs et souligne les emprunts stylistiques. Dans les dernières pages, il présente les objets du quotidien, tabourets, chaises, cuillers, portes et cadenas, supports de poulie, poteries.

7L’exposition de ces données souffre d’un effet d’émiettement et de répétition rendant souvent sa lecture laborieuse. Les descriptions d’objets, essentiellement des masques, se suivent sans donner au lecteur, si ce n’est de manière très parcellaire, d’éléments de compréhension du contexte culturel hors duquel ils n’ont en effet d’autre sens, pour nous, qu’esthétique : très peu d’informations sur la fonction des masques dans les initiations ; rien sur les représentations mentales relatives à la cosmogonie, à la personne humaine, aux rapports avec les puissances surnaturelles ; rien non plus sur l’histoire sociale de ces objets dont la fabrication et le maniement sont intrinsèquement liés à la formation des clans et des lignages et à leur reproduction. Le rôle structurel fondamental des institutions cultuelles, dans le cadre desquelles agissent les masques, qui exercent un fort contrôle social et politique sur la communauté n’est pas évoqué ; c’est pourtant sous leur tutelle que s’effectue rituellement l’entrée dans l’âge adulte des filles et surtout des garçons. Comment comprendre par ailleurs la nécessité du recours à ces objets lors des funérailles ou de la nouvelle année si ne sont pas explicitées les relations symboliques entre vivants et morts ou village et brousse qui organisent le monde ? On notera à ce sujet que Roy n’accorde que peu d’intérêt aux masques de feuillage dont l’usage est pourtant très répandu et que l’on rencontre souvent là où dansent les masques à tête de bois et costume de fibres. Pour ce faire, il aurait fallu que l’auteur se soustraie à l’influence du point de vue muséographique -’ les masques de feuillage, par leur matériau même, ne peuvent être collectionnés -’ et resitue les cérémonies à masques dans le calendrier des rites agraires et funéraires.

8Si l’auteur n’a pas su nourrir son propos d’un apport ethnologique qui lui aurait donné davantage de profondeur, il donne cependant de manière ponctuelle des informations précieuses sur la signification d’objets mal documentés telles que les poupées et les effigies royales mossi, étayées par des rencontres et des expériences personnelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Coquet, « ROY, D. Christopher, WHEELOCK, G.B. Thomas, 2007, Land of the Flying Masks - Art and Culture in Burkina Faso - The Thomas G.B. Wheelock Collection », Journal des africanistes [En ligne], 80-1/2 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://africanistes.revues.org/2670

Haut de page

Auteur

Michèle Coquet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page