Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

HENRY Christine, 2008, force des anges. Rites, hiérarchie et divination dans le Christianisme Céleste (Bénin)

Turnhout, Brepols. Bibliothèque de l’Ecole des Hautes Etudes, Sciences Religieuses, vol. 135,280 p.
Philippe Laburthe-Tolra
p. fr324-325
Référence(s) :

HENRY Christine, 2008, La force des anges. Rites, hiérarchie et divination dans le Christianisme Céleste (Bénin), Turnhout, Brepols. Bibliothèque de l’Ecole des Hautes Etudes, Sciences Religieuses, vol. 135,280 p.

Texte intégral

1L’auteur fait preuve d’une méthodologie exemplaire : elle a lu et analyse pertinemment dans l’introduction la riche bibliographie sur cette Église, fondée à Porto-Novo en 1947 par Oshoffa, sous l’inspiration inavouée de l’Église des Séraphins et des Chérubins, devenue très active au proche Nigeria. Comme dans les autres églises ’aladura’, il est ici fait constante référence à la Bible, et le lecteur pourra être aveuglé de visions, étourdi de miracles, saturé de cérémonies et prières plusieurs jours par semaine, comme Christine Henry l’a été lors de ses observations participantes à l’église de Cotonou. On la lit grâce à l’élégance de son français, et il ne faut pas dédaigner ses notes souvent très riches et erudites : exemple p. 33 n.17, toute l’histoire de Hogbonou devenu Porto-Novo, p. 46 n.32 & p. 74 n.70 où il lui échappe pourtant que le python Dan vénéré dans la religion traditionnelle n’est autre que l’arc-en-ciel : c’est le cas du python jusqu’en Afrique Centrale. N’est-il pas avéré que les bois sacrés pullulent (p. 246 n.6), que presque toute initiation entraîne secrets+langue ésotérique ? (p.46 n.33 & p. 205). Tant que nous en sommes aux rares réserves, signalons 2 fautes de frappe : p. 38, il s’agit du chapitre « présent » et non « suivant » ; p. 64, lire « séculaire » et non « spéculaire ». Regret aussi que l’auteur méconnaisse, outre les vieilles religions africaines, le judéo-christianisme sous ses divers avatars : exemples : p. 93 elle ne comprend pas que le fondateur dise à son candidat préféré : ’Tu es le Joseph’, alors que, dans la Genèse, Joseph est le préféré de son père (d’où la jalousie de ses frères). On cherche en vain dans la description des cultes où se trouve la Sainte Cène : l’auteur croit que les confessions réformées l’ignorent ! (p. 174). On ne voit apparaître cette référence à l’Évangile que dans l’ultime chapitre (pp. 251 sq.) à propos des fêtes de Pâques et de la Pentecôte : certains Célestes croient à la Transubstantiation, et, dans l’Eucharistie, le jus de fruit est substitué au vin que les fidèles s’interdisent. L’auteur cherche en vain dans les Épîtres de Jean (p.229 n.33) ce qui est dans son Evangile (ch.15, v.19, ch.17, v.ll, 14, 18) attribué à Jésus lui-même. On ne sait où elle a pu prendre l’erreur de la n.31 p.255, où elle traite d’« ancienne » la pratique liturgique récente ! Voici 50 ans, certes, un autre office de la résurrection, prolongé près de 3 heures, se célébrait le samedi matin, avec chants, prières, longues lectures de la Bible, litanies des saints, etc. Pendant le Gloria, on faisait sonner les cloches, muettes depuis le Jeudi Saint. (Pour les enfants, elles étaient censées « amener de Rome les œufs de Pâques » trouvés le dimanche).

2Quelques regrets formels encore : p. 87 l’auteur cite Ediémou sans en dire plus, puis avec détails redondants sur ce personnage aux pp. 89, 93, etc. Elle partage la manie actuelle de citer en entier les prénoms pour des referents très connus (ex. p. 71 V.W. Turner explicité en « Victor-William »). La grande déception est l’absence d’Index, lequel seul change en vraie source un travail scientifique -’ fait que la légèreté française (ou la précipitation obligée ?) s’obstine à méconnaître.

3Mais ce qu’on appréciera sans réserve, c’est la minutie des observations, ainsi que l’acuité critique et la pondération des jugements. On s’amusera de cet exergue p. 73 : « L’ambition et les désirs charnels, l’amour de l’argent, la recherche de l’honneur et de la gloire liés à l’occupation du siège pastoral, voilà les maux qui minent l’Eglise » -’ auxquels s’ajoute (avec un terrible contrôle, p. 188) la passion immodérée pour la bureaucratie : les 300 fidèles de la paroisse étudiée se répartissent en 16 sous-comités, comportant chacun président, secrétaire, trésorier, commissaires, conseillers, etc. -’, foyers d’intrigues et de pouvoirs (p. 115), que pour ma part je ne crois pas dus au modèle politique moderne (p.262), mais à un héritage complexe bien plus ancien. On ne peut que louer les mises au point opérées par cet ouvrage, quand il montre par exemple que le catafalque des défunts n’est en rien rappel du culte des ancêtres (p.243) ou que (p. 144), contrairement à une opinion qui fut nôtre, la paroisse n’a rien d’un lieu édénique se substituant à une solidarité lignagère délabrée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Laburthe-Tolra, « HENRY Christine, 2008, force des anges. Rites, hiérarchie et divination dans le Christianisme Céleste (Bénin) », Journal des africanistes [En ligne], 80-1/2 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://africanistes.revues.org/2668

Haut de page

Auteur

Philippe Laburthe-Tolra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page