Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

CASAJUS, Dominique, 2009, Charles de Foucauld. Moine et Savant

Paris, CNRS, 165 p.
Marie-Luce Gélard
p. 319-321
Référence(s) :

CASAJUS, Dominique, 2009, Charles de Foucauld. Moine et Savant, Paris, CNRS, 165 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage de petit format propose de revisiter la période saharienne de Charles de Foucauld. Il invite le lecteur à repenser l’histoire de cet homme, à la fois par la critique des écrits fort nombreux, notamment les prolixes biographies. Il s’agit ici d’un autre regard porté sur le personnage, d’une autre vision : celle des Touaregs. Louons l’intérêt de présenter une vision endogène d’un homme hors du commun à rencontre des ouvrages « qui ont épaissi plutôt qu’éclairci l’énigme d’une âme qu’on devine hantée par le tourment, l’intransigeance et une sombre démesure » (8). L’auteur qualifie sa démarche « d’essai biographique ».

2À l’inverse d’une version unilatérale, D. Casajus nous invite à mieux saisir l’ermite du Hoggar « figure tutélaire », ne l’oublions point, de la colonisation. Les hagiographes, d’ailleurs l’auteur le souligne, refusent de considérer la population locale qu’ils estiment incapable d’une pensée autonome. Le texte donne au lecteur de nombreux exemples où les militaires vont interpréter les faits et gestes des Touaregs (gestuelle dont ils ne soupçonnent nullement qu’elle puisse différer de la nôtre). Ces interprétations émaillent les biographies et les écrits à propos de Charles de Foucauld, et s’enracinent dans des faits à la signification parfois inverses de l’interprétation qui en a été donnée !

3« Pour qui s’intéresserait à ce que les Touaregs ont pu réellement penser de cet homme, on voit donc que le bilan est plutôt maigre : ni les hagiographes, ni les disciples, ni les procureurs ne s’en sont vraiment souciés (28) ».

4L’exercice est difficile mais Casajus le mène avec talent. Le discours des militaires et les euphémismes qui dissimulent mal la violence des rapports colonisés/colons, nous éclairent sur la nécessité d’une relecture critique à partir de la vision touarègue.

5L’auteur décrit minutieusement l’état d’esprit de Foucauld en citant nombre de ses correspondances, et en les recoupant. Un poids important est donné aux lettres de sa « soeur », cousine, amoureuse secrète...

6Il fait le point sur l’apprentissage de la langue et sur la « désinvolture avec laquelle les hagiographes ont traité l’entourage touareg de leur - héros - le résultat étant que son principal collaborateur scientifique nous reste à peu près inconnu (56) ». L’ouvrage vient utilement combler l’ignorance dans laquelle nous sommes du parcours scientifique de l’ermite saharien. Par ailleurs, les biographes ajoutent confusion et rumeurs à l’existence puis à la mort de Foucauld. Foucauld va consacrer un temps considérable à la rédaction du Dictionnaire touareg-français ; Casajus en illustre l’importance et souligne la difficulté éprouvée par Foucauld à concilier aspiration érémitique et exigence scientifique.

7Deux photographies figurent au centre de l’ouvrage, l’une datant d’avant 1905 et la suivante de 1915, la dernière qu’on ait de lui. Dominique Casajus en fait un commentaire tout à fait intéressant qui nous plonge dans l’intimité du personnage.

8Le traitement de la question que l’auteur pose en introduction : « qu’est-ce que les Touaregs ont pensé de lui ? » arrive cependant un peu tard dans le texte. Casajus reprend les déclarations faites à des tiers, les opinions recueillies par les Français (qu’il faut prendre avec prudence) et les paroles interprétées et rapportées souvent déformées. La méthode est convaincante, elle est couplée avec les lettres des Touaregs adressées à Foucauld lui-même. Certaines ont été réécrites par un interprète aussi faut-il mesurer les ambiguïtés qu’elles contiennent, cependant les 26 autres l’ont été en tifinagh (lettres traduites et éditées par L. Galand). Ces dernières témoignent d’une grande familiarité. Au final, écrit Casajus : « Comment mieux dire que ses voisins Dag-Ghali ont contribué à rasséréner l’ermite dont l’intransigeance effrayait en 1905 jusqu’à son directeur spirituel. Les biographes ont largement sous-estimé cet aspect de la vie saharienne de Foucauld (106) ». Ces lettres vont en effet remettre en perspective nombre d’aspects laissés dans l’ombre parce que les biographes ne se sont pas intéressés aux Touaregs. On comprend aussi l’importance de la rencontre entre « le saint-cyrien devenu trappiste à 32 ans et le chef touareg revenu à la piété après une jeunesse galante et guerrière (124) ».

9Casajus montre aussi que si Foucauld ne remarquait pas les baïonnettes omniprésentes dans le Hoggar (le sous-titre de l’ouvrage est édifiant : Moine et savant), celles-ci pesaient pourtant sur les Touaregs, ce qui explique qu’à la mort de Foucauld ceux-ci ne voient plus alors face à eux que les armes des militaires français.

10Casajus explique fort bien comment la mort de Foucauld, vraisemblablement due à un mouvement de panique d’un jeune insurgé, doit être interprétée bien autrement qu’elle ne l’est habituellement.

11« En faisant la part de la violence sur laquelle les Touaregs, dont quelques-uns l’ont aimé, ont vu se détacher la silhouette fragile et le visage émacié de l’ermite, je ne crois pas avoir manqué d’équité envers lui, tant cet homme hors du commun mérite mieux que le sirupeux irénisme où l’engluent les hagiographes (127) ».

12L’ouvrage qui est un bel hommage est aussi un exercice méthodologique tout à fait pertinent et une invite à relire et à repenser des espaces littéraires et historiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Luce Gélard, « CASAJUS, Dominique, 2009, Charles de Foucauld. Moine et Savant », Journal des africanistes [En ligne], 80-1/2 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 21 août 2014. URL : http://africanistes.revues.org/2663

Haut de page

Auteur

Marie-Luce Gélard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page