Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

BOUTTIAUX, Anne-Marie, 2009, Persona. Masques d’Afrique : Identités cachées et révélées

Tervuren / Milan, Musée royal de l’Afrique centrale / 5 Continents, 303 p.
Julien Bondaz
p. 317-319
Référence(s) :

BOUTTIAUX, Anne-Marie, 2009, Persona. Masques d’Afrique : Identités cachées et révélées, Tervuren / Milan, Musée royal de l’Afrique centrale / 5 Continents, 303 p.

Texte intégral

1Récemment, et l’une à la suite de l’autre, se sont déroulées deux expositions consacrées à l’art africain qui se font écho à plus d’un titre. L’une, « Medusa en Afrique. La sculpture de l’enchantement », s’est tenue au Musée d’ethnographie de Genève (MEG) du 14 novembre 2008 au 30 décembre 2009. Elle interrogeait notamment les collectes d’objets d’art africain en proposant de thématiser, entre autres à propos des masques (« images de l’altérité »), les relations entre décollation et collection. Cette interrogation inaugurait l’autre exposition, « Persona. Masques d’Afrique : Identités cachées et révélées », organisée au Musée royal de l’Afrique centrale à Tervuren, du 24 avril 2009 au 03 janvier 2010 : on y retrouvait en effet, et cette fois centrale, la question de l’identité et de l’altérité soulevée au sujet des masques.

  • 1 Boris Wastiau, Medusa en Afrique. La sculpture de l’enchantement, Genève-Milan, Musée d’ethnographi (...)

2Ces deux expositions se répondent également par un jeu intertextuel, Anne-Marie Bouttiaux, commissaire de la seconde, préfaçant l’ouvrage publié par Boris Wastiau à l’occasion de la première1. On pourrait d’ailleurs reprendre certaines parties de sa préface pour commenter son propre travail à Tervuren. Elle écrit ainsi : « Lorsqu’il endosse une fonction de conservateur de musée, l’anthropologue, quand bien même il serait aussi historien de l’art, assume d’emblée qu’il ne pourra maîtriser cette connaissance approfondie de toutes les sociétés représentées dans les artefacts des collections dont il a la charge. Il n’a d’autre solution que de réaliser des travaux de compilation qui seront forcément lacunaires et superficiels. »

  • 2 On peut d’ailleurs regretter qu’elle ne mentionne pas, à cette occasion, les débats classiques en a (...)

3Enfin, les deux expositions se font écho par la référence antique (et la rime) affichée en titre, Medusa et Persona, le mythe grec et la notion latine. Comme Boris Wastiau, Anne-Marie Bouttiaux, dans l’ouvrage qu’elle a publié à l’occasion de l’exposition du Musée royal de l’Afrique centrale et qui nous intéresse ici, fait preuve de prudence théorique dans ce recours à l’antiquité gréco-latine pour parler des sociétés africaines. S’appuyant en passant sur les textes de Marcel Griaule, elle échappe cependant à l’écueil d’une valorisation des systèmes de pensée et des arts africains reposant sur un comparatisme forcé entre civilisations grecque, latine et africaines (à la mode du milieu du vingtième siècle). C’est vers le théâtre antique et Jung qu’elle se tourne pour conceptualiser la notion de persona, à la fois « quelqu’un » et « personne »2.

4Mais, disons-le d’emblée, ce qui fait l’intérêt du beau livre de Bouttiaux, ce n’est pas la question de l’identité voilée et dévoilée soulevée à propos des masques. Non seulement une telle approche n’est guère originale, mais en plus elle laisse entendre qu’une identité existe bel et bien quelque part, et peut faire l’objet d’une révélation. Derrière le titre grand public de l’exposition, se cache en réalité un débat anthropologique d’une grande complexité, du reste plusieurs fois indiqué par Bouttiaux, par exemple à propos de l’essentialisme ethnique (12 et 26) ou de « l’identité DOGON » (218).

  • 3 En annexe de l’ouvrage, Bouttiaux propose des extraits d’une communication intitulée « Un siècle de (...)

5Ce qui fait l’intérêt de l’ouvrage, c’est plutôt, à mon sens, le travail réflexif exercé à propos des pratiques muséales et de la recherche ethnologique. A ce titre, les trois premiers chapitres, consacrés à la question des collectes, constituent une mise en perspective précieuse. Trois modes de collecte sont ainsi abordés, de l’accumulation sérielle de masques du Congo belge au travail de recherche ethnographique sur les masques guro contemporains, en passant par le curieux portrait d’un collecteur du début du XXème siècle, G. de Witte, en chasseur3. Non seulement la présentation de ces différents modes de collecte permet de poser le problème de la muséalisation des masques : « d’une certaine manière, dans leur présentation au Musée, les anciens masques PENDE trompent le visiteur occidental en lui opposant toujours un visage de face », note par exemple Bouttiaux (17). Mais cette présentation inaugure également de multiples réflexions sur les diverses modalités du regard susceptible d’être porté sur les masques. La question du jugement esthétique, notamment, est posée de manière récurrente, la référence aux théories d’Alfred Gell fonctionnant comme une invitation à l’approche anthropologique de l’art (55).

6C’est d’ailleurs le regard de l’ethnologue qui est le dernier regard porté sur les masques du livre, l’ultime « clin d’œil » (247) : il clôture en effet les réflexions de Bouttiaux dans un chapitre intitulé « Un objet de dérision ? ». Titre en trompe l’œil, pourrait-on dire, puisqu’on ne sait si c’est encore le masque qui est désigné ainsi, ou si c’est le chercheur, voire l’auteure du livre, qui est posé comme « objet de dérision ». La réflexivité semble en effet se changer ici en autodérision. L’ethnologue défini, à la suite d’Andras Zempléni, comme un « spécialiste de l’intrusion dans la vie d’autrui » (248), semble constituer le dernier avatar des intrusions masquées présentées tout au long de l’ouvrage, qu’il s’agisse par exemple des figures de « l’Autre », de l’étranger, présentées dans le chapitre VI (« L’autre de l’autre »), de « l’intrusion des divinités au sein d’un village » (126) ou des masques zoomorphes qui permettent de « transiter par l’animal » (229) pour introduire un tiers, une parole extérieure, dans les relations sociales.

  • 4 Voir en particulier Z. S. Strother, Inventing Masks. Angency and history in the art of the central (...)

7Entre le regard des collecteurs, inaugural, et celui de l’ethnologue, final, les chapitres thématiques proposent en effet un panorama des différents contextes de production et d’utilisation des masques africains, en articulant analyses stylistiques et données ethnographiques. De manière classique, les masques de l’exposition, photographiés par Frédéric Dehaen, sont présentés comme des chefs d’œuvre, tandis que des photographies d’archives ou de terrain servent le travail de contextualisation. Plusieurs thématiques sont ainsi abordées, parfois de manière un peu rapide (c’est le cas notamment de la question des rapports de genre, qui tend à se focaliser sur une critique de Françoise Héritier dans le chapitre XIII, ou de celle de la sorcellerie), souvent développées de façon tout à fait opportune, révélant alors moins l’identité des masques que la complexité des mascarades. Les pages consacrées à l’initiation, aux funérailles, à la notion de secret ou aux représentations féminines sont particulièrement riches, et le souci constant de montrer que les rituels ne sont pas figés, ni les masques univoques, est affiché dès le premier chapitre, notamment à travers les références multiples aux travaux de Z. S. Strother sur les masques pende4. Ainsi, les masques constituent moins le support d’une réflexion sur l’identité qu’un beau prétexte pour aborder la crise anthropologique de la notion d’identité, pour critiquer les approches essentialistes ou stéréotypées de l’art africain, mais aussi des sociétés qui le produisent.

  • 5 A ce sujet, voir le texte de Nathalie Heinich sur les « objets-personne » (Heinich, Nathalie, « Les (...)

8On ne peut donc que regretter, pour finir, que le texte de Roger Pierre Turine, pourtant intéressant par ailleurs, ne s’inscrive pas dans une même dynamique. En fin d’ouvrage, il présente en effet, de manière détaillée, les créations de douze artistes plasticiens et photographes africains interrogeant les notions de masques et d’identité, se saisissant par exemple des formes (comme Romuald Hazoumé et ses fameux « masques bidons »), apposant des masques sur des portraits (Sammy Baloji) ou posant l’absence de visages comme révélatrice d’une violence masquée (El Loko et ses « Têtes de Nègres »)... Mais cette présentation s’ouvre malheureusement sur des propos qui contredisent les efforts de Bouttiaux, notamment lorsque Turine écrit que, « grâce à la nature même de l’Africain, à une conscience ancestrale profondément ancrée en lui, aux rites et aux mythes de son histoire mais aussi, souvent, de son présent, l’art actuel du continent noir, même délié de tout culte, affirme des particularités inédites » (257, je souligne). Une telle phrase n’est pas sans rappeler telle autre, extraite du discours de Dakar de Nicolas Sarkozy, et qui sert précisément d’exemple à Bouttiaux dans sa critique des clichés essentialistes dont sont victimes les sociétés africaines (26). Il est dommage donc que les créations contemporaines africaines, reléguées en fin de catalogue, ne bénéficient pas du même regard réflexif que les autres œuvres exposées. En effet, si les masques ou, plus généralement, les œuvres d’art fonctionnent comme des personnes5, il ne faut pas oublier que c’est toujours sur le modèle des humains, et que cette humanité plurielle n’est réductible ni à une « nature africaine », ni à un passé « ancestral » ou « mythique ».

Haut de page

Notes

1 Boris Wastiau, Medusa en Afrique. La sculpture de l’enchantement, Genève-Milan, Musée d’ethnographie de Genève-5 Continents, 2008.

2 On peut d’ailleurs regretter qu’elle ne mentionne pas, à cette occasion, les débats classiques en anthropologie africaniste autour de « la notion de personne ».

3 En annexe de l’ouvrage, Bouttiaux propose des extraits d’une communication intitulée « Un siècle de pillage culturel à Tervuren » qui complètent, d’une manière plus polémique, ces trois premiers chapitres.

4 Voir en particulier Z. S. Strother, Inventing Masks. Angency and history in the art of the central Pende, Chicago-Londres, The University of Chicago Press, 1998.

5 A ce sujet, voir le texte de Nathalie Heinich sur les « objets-personne » (Heinich, Nathalie, « Les objets-personnes : fétiches, reliques et œuvres d’art », in Sociologie de l’art, n° 6. 1993 :25-55).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Bondaz, « BOUTTIAUX, Anne-Marie, 2009, Persona. Masques d’Afrique : Identités cachées et révélées », Journal des africanistes [En ligne], 80-1/2 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 23 juillet 2014. URL : http://africanistes.revues.org/2660

Haut de page

Auteur

Julien Bondaz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page