Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

BA KONARE, Adama (dir.), 2008-09, Petit précis de remise à niveau sur l’histoire africaine à l’usage du président Sarkozy

Paris, La Découverte poche, Préface d’Elikia M’bokolo, Postface de Catherine Clément, 362 p.
Philippe Laburthe-Tolra
p. 309-310
Référence(s) :

BA KONARE, Adama (dir.), 2008-09, Petit précis de remise à niveau sur l’histoire africaine à l’usage du président Sarkozy, Paris, La Découverte poche, Préface d’Elikia M’bokolo, Postface de Catherine Clément, 362 p.

Texte intégral

1Ce livre réunit une somme remarquable d’informations souvent peu ou mal connues. Cependant, malgré un désir louable d’objectivité, il est clair dès la Préface que manque le relativisme historique requis, ce qui amène à ranger le malheureux Victor Hugo parmi les contempteurs de l’Afrique. N’est-ce pas oublier qu’au milieu du 19e siècle a surgi la croyance à l’évolution des cultures, et que l’on se met alors à distinguer entre peuples entre plus ou moins évolués ? Marx, dès le Manifeste communiste de 1848, assigne au capitalisme bourgeois la tâche de faire « évoluer » l’Asie. Il persistera par la suite en écrivant que les Polonais ont besoin d’être civilisés par les Russes, tout comme les Bretons par les Français (cf. M. Molnar : Marx, Engels et la politique internationale, Gallimard 1975). Nos manuels scolaires officiels jusqu’aux années 1950 ne prônent-ils pas l’étude des « sociétés inférieures »? Il n’est pas étonnant que cette idéologie évolutionniste persiste chez nos jeunes dirigeants, dont la plupart se drapent de plus en plus dans la satisfaction de leur ignorance et de leur inculture.

2La première partie, Qui a dit que l’Afrique n’avait pas d’histoire ?, est lumineuse avec la périodisation proposée par C. Coquery-Vidrovitch, les dynamiques de la préhistoire d’E. Huysecom et K. Sanogo, prouvant que la céramique au sud du Sahara remonte au Xemillénaire avant notre ère et la domestication des bovidés (aurochs) au IXemillénaire (donc antérieures à l’émergence de l’Egypte), l’ancienneté des valeurs d’humanité et d’hospitalité attestée par Ibn Batuta dès les années 1350 (on peut aussi mentionner la charte du Mandé un bon siècle plus tôt), la gestion des crises de subsistance par les Songhay dès le XVesiècle, et les ouvertures anciennes au changement que représente le pèlerinage à la Mecque de l’empereur malien Kanku Moussa, via le Caire, en 1324. Il suffit de faire un peu de terrain chez des peuples sans écritures pour savoir l’importance des phénomènes de mode anciens et des échanges de rituels, que constatent, dès les années 1850, les premiers explorateurs européens.

3La deuxième partie Un discours d’un autre âge est plus facile, avec la vision afro-pessimiste (à laquelle échappe la CADE), le critique de l’an-historicité du musée du Quai Branly, l’évocation du refus de savoir, et l’apologie du colonialisme quand il se laisse engloutir par l’histoire de la mondialisation.

4La troisième partie, Qui est responsable des difficultés actuelles de l’Afrique ? et la quatrième Qui a parlé de Renaissance africaines riches, certes, en information, sont évidemment plus idéologiques. On s’étonnera, à propos de la philosophie, de ne pas voir cité l’ouvrage fondamental de H. Maurier (L’Harmattan 1997), ni, à propos de renaissance ou de reconnaissance africaine, le créateur du concept dans les années 1930, F. Aupiais (cf. Pour une reconnaissance africaine, Musée Albert Kahn, 1996). La postface de Catherine Clément clôt l’ouvrage avec esprit et brio, suggérant que la culture d’Henri Guaino en a fait un ignorant « sincèrement indigné », « sincèrement prisonnier de ses idées », instruit probablement sur la Toile par Wikipédia, où la connaissance « perd sa force de vérité et sa qualification (...), n’est plus connaissance, mais rumeur du monde, (...) n’est plus de l’ordre du savoir »...

5Un dernier regret : pourquoi faut-il que soient omis le nom et l’ouvrage ethno-historique immense de C. Tardits sur « Le royaume Bamoun », travail exemplaire par sa remontée au XVIesiècle, son analyse des quelque 1600 lignages bamoun, etc.? La cause inconsciente de l’omission est peut-être que cet ouvrage pulvérise l’idéologie évolutionniste si tenace, qui veut que l’Etat succède à la Parenté, alors qu’ils restent ici intimement imbriqués l’un dans l’autre (comme dans les maffias, les triades chinoises, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Laburthe-Tolra, « BA KONARE, Adama (dir.), 2008-09, Petit précis de remise à niveau sur l’histoire africaine à l’usage du président Sarkozy », Journal des africanistes [En ligne], 80-1/2 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://africanistes.revues.org/2654

Haut de page

Auteur

Philippe Laburthe-Tolra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page