Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

AROM, Simha, 2009, La fanfare de Bangui, Itinéraire enchanté d’un ethnomusicologue

Paris, La Découverte, coll. « les Empêcheurs de penser en rond », biblio. des œuvres de l’auteur, 208 p.
Philippe Laburthe-Tolra
p. 309
Référence(s) :

AROM, Simha, 2009, La fanfare de Bangui, Itinéraire enchanté d’un ethnomusicologue, Paris, La Découverte, coll. « les Empêcheurs de penser en rond », biblio. des œuvres de l’auteur, 208 p.

Texte intégral

1Ce merveilleux petit livre à l’humour léger, dont déjà le titre est un leurre, est l’œuvre d’un enchanteur autant que d’un enchanté. Les hasards s’y transforment en chances, les obstacles en tremplins, les sophistications de la technique en servantes de polyphonies d’une effrayante complexité. De telles musiques, inventées et transmises par des peuples analphabètes depuis le fond des âges, sont aujourd’hui menacées par l’agression de la modernité. Simha Arom les sauve. Il sait aussi nous montrer de façon exemplaire ce que c’est qu’un chercheur qui trouve ! Peut-être parce qu’il n’est paralysé par aucun a priori académique ; surtout parce qu’il montre sympathie et respect à ceux pour qui et avec qui il travaille, dans un climat où l’enseignant accepte d’être enseigné, voire, tel le Socrate de Platon, parvient à donner à tout un chacun conscience de ce qu’il connaît à son insu. Mais aussi parce que l’auteur sait mettre à profit le malentendu productif (chapitre 17) L’erreur du « grand Joseph’ ») ou bien la tracasserie administrative ridicule (p. 157), laquelle l’amène à passer une frontière peu visible et à recevoir, très peu consciemment, le plus grand honneur qu’on puisse conférer à quelqu’un lors de funérailles chez les Somba. Ce livre pourrait sans doute servir d’introduction à l’étude de l’anthropologie, mais il faut aussi noter que dès ses premières pages, Simha Arom s’avoue guidé par sa passion et sa formation de musicien. Cependant, il n’est pas nécessaire d’être ethno-musicologue pour que cette autobiographie professionnelle nous intéresse et nous touche profondément : l’amour de la musique ou de l’Afrique et/ou l’amour de l’autre y suffisent amplement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Laburthe-Tolra, « AROM, Simha, 2009, La fanfare de Bangui, Itinéraire enchanté d’un ethnomusicologue », Journal des africanistes [En ligne], 80-1/2 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 20 septembre 2014. URL : http://africanistes.revues.org/2652

Haut de page

Auteur

Philippe Laburthe-Tolra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page