Navigation – Plan du site
Études et recherche

La stéréotypie comme matérialité discursive d’une dominance sociale dans les projets de colonisation de l’Afrique occidentale

Stereotyping as the discursive materiality of a social dominance in the colonization projects in West Africa
Françoise Dufour
p. 267-282

Résumés

La stéréotypie de l’Africain a constitué une pièce maîtresse dans l’établissement de la dominance coloniale légitimée par la mission de civilisation des peuples inférieurs. Le stéréotype du Noir sauvage, primitif, arriéré se construit en discours à partir d’un type énonciatif incarnant la norme idéale d’une valeur absolue de civilisation : le Blanc civilisé. Malgré l’utopie d’assimilation, type et stéréotype construisent un découpage inégalitaire du monde social qui répond à la contrainte de domination des colonisés au service de l’exploitation économique coloniale. La coexistence des valeurs d’égalité et de sujétion que la rhétorique coloniale met en cohérence trouve sa source dans l’entrecroisement des différents interdiscours qui participent au sémantisme du terme-notion de civilisation : l’idéologie universalisante du progrès des Lumières qui prône la libération de l’Homme et la théorie des races qui essentialise les différences entre les hommes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’infériorisation des peuples africains est l’héritage de l’image déshumanisée du ’nègre’ de la traite, assimilé à un « demi-animal, une marchandise » (Frobenius 1952 : 14-15) dont on appréciait la valeur marchande par une observation minutieuse de tous les organes. La rhétorique coloniale du XIXesiècle exploite et développe cette représentation au service du projet d’expansion territoriale en Afrique, projet légitimé par la nécessité de civiliser les peuples sauvages. La stéréotypie du Noir transparaît à la lecture naïve des textes coloniaux, qu’ils émanent d’explorateurs, de militaires, d’administrateurs ou de responsables politiques.

2La récurrence des mêmes représentations consensuelles invite à une analyse plus approfondie des modalités discursives de construction et de fonctionnement de la stéréotypie que j’analyserai dans un corpus de textes d’archives portant sur des projets d’expansion coloniale. Ce sont d’une part des mémoires de colonisation, rédigés dans la première moitié du XIXe siècle qui défendent le projet de colonisation de la Sénégambie et d’autre part, dans la seconde moitié de ce siècle, des programmes de ’pénétration’ de l’intérieur africain dans l’utopie de relier les possessions françaises de chaque côté du Sahara, notamment par un train transsaharien.

3Je montrerai d’abord la place et le rôle de la représentation stéréotypée de l’Africain en inférieur dans l’argumentaire colonial. Puis je rendrai compte de la manière dont la dissymétrie discursive s’inscrit dans une mise en spectacle linguistique du monde social découpé en deux groupes d’acteurs catégorisés à partir de traits opposables termes à termes. Enfin j’envisagerai ce stéréotype de Vautre au regard des pôles de référence fondés sur l’importation de formulations validées antérieurement par la communauté discursive qui produisent des effets de préconstruits : ce sont des savoirs enregistrés en mémoire discursive et/ou des discours d’autorité, notamment des discours scientifiques ou légitimés comme tels.

Les représentations discursives d’une dominance sociale

Le stéréotype au service d’une mise en ordre inégalitaire du monde

4Les discours coloniaux donnent à voir le spectacle d’un monde partitionné en deux grandes catégories d’humains. D’un côté, des sociétés ’civilisées’ représentant le ’nous’ des énonciateurs des textes et des lecteurs auxquels les discours sont adressés : le groupe des mêmes, et de l’autre côté, des peuples de Noirs ’sauvages’ et ’primitifs’, ’eux’ : les autres.

5Les actes de production des énoncés ou ’énonciation’ construisent « des places présentes à la fois, d’une façon ou d’une autre, dans le monde et dans la parole » (Achard 1998 : 33). Les dénominations choisies pour désigner les différents groupes ainsi que leur agencement énonciatif rendent compte des rapports sociaux que le locuteur entretient avec les groupes autres. Actualisées par les différents énonciateurs, ces dénominations contribuent à produire et à reproduire une situation de domination.

  • 1 Charles Philebert, officier d’Afrique, associé à l’ingénieur Rolland dans les premières elaboration (...)
  • 2 Joseph-Simon Gallieni, alors commandant Supérieur du Soudan français.
  • 3 Aristide Louis Antoine Vallon, capitaine de frégate affecté au dépôt des cartes et plans.
  • 4 V. Déporter, commandant en mission dans le Sahara algérien.
  • 5 Paul Soleillet, commerçant en faillite, reconverti en explorateur, il préconisa la construction du (...)
  • 6 Emile Broussais, président du Conseil Général, membre du Syndicat Algérien, il s’intéressa au probl (...)
  • 7 Laurent-Basile Hautefeuille, avocat à la cour royale de Paris, ancien membre de la Société colonial (...)
  • 8 Jules Harmand, médecin dans les campagnes civiles et militaires.

6Dans les discours étudiés, que les énonciateurs soient militaires, comme Philebert1, Gallieni2 Vallon3 ou Déporter4, commerçant explorateur comme Soleillet5, élu local comme Broussais6, homme de loi comme Hautefeuille7 ou encore médecin comme Harmand8, le découpage du monde est réalisé selon le même schéma discursif. Ce qui semble logique puisque ces locuteurs appartiennent à la même communauté discursive, celle du pôle dominant, et que par conséquent, ils partagent les mêmes pratiques socio-discursives.

7Les énonciateurs coloniaux représentent des peuples essentiellement différents d’eux sur la base de critères de ’civilisation’ : Noirs sauvages, primitifs, barbares, noirs versus Blancs civilisés.

  • 9 La liste n’est pas exhaustive.

8Les dénominations les plus récurrentes sont associées à l’attribut de couleur noire qui ne caractérise pas seulement la pigmentation de la peau mais également une différenciation sociale et culturelle liée au passé de la traite négrière. Les représentations se déclinent en différents traits9 de stéréotypie qui sont des inversions des traits représentant les civilisés blancs :

9La barbarie, une inversion de la civilisation

  • 10 Dans cette citation comme dans les suivantes, je souligne.

La barbarie noire10s’ouvrira certes aux promesses de la civilisation européenne [...]
(Hubert 1907)

Je n’ai cessé de penser aux moyens d’exploiter, au profit de ma patrie, les immenses ressources de ces vastes contrées, tout en faisant rentrer dans la société humaine des nations dégradées par la barbarie.
(Hautefeuille 1830 : 23)

10Le retard, une inversion du progrès.

[...] et / ’immense famille attardée est prête à accourir à notre appel.
(Hubert 1907)

Le gouvernement des peuples arriérés ou primitifs est un art difficile et compliqué.
(Harmand 1910)

  • 11 C’est un cas de polysémie discursive (Authier-Revuz 1995 : 237-249) que seul le contexte linguistiq (...)

11Les caractérisants attardés ou arriérés ont une bivalence sémantique11qui permet d’activer, dans un même acte énonciatif, un sens spatial ou temporel (le retard sur le chemin du progrès) et un sens psychologique ou intellectuel (Dufour 2009 : 69).

12L’enfance, une inversion de la maturité propre à l’adulte et ses corollaires de responsabilité, de fiabilité, de constance.

Ce sont aussi des enfants, de grands enfants que nous avons le devoir impérieux d’élever.
(Soleillet 1879 : 126)

13Dans le contexte de la guerre de 1870, qui voit se développer un sentiment patriotique et dans celui du projet républicain d’école laïque obligatoire, la production de cette métaphore est un acte qui a un sens pratique : elle permet d’établir une dépendance naturelle qui légitime la relation de domination (Dufour 2010 : 169-173).

14L’ignorance, une inversion du savoir et de la culture propre à la civilisation française et européenne.

[...] car c’est quelque chose pour elle [la France] que la gloire impérissable d’avoir arraché une partie du globe à / ’ignorance et à la barbarie. (Hautefeuille 1830 : 16)

15La force physique et la capacité de travail, une inversion des facultés intellectuelles, atout des sociétés civilisées.

[...] les noirs, dans ces régions africaines, apportent le contingent de leur force physique, de leur bonne humeur et du travail qu ’ils peuvent fournir pour la production de toutes ces richesses naturelles dont nous avons besoin.
(Broussais 1900 :7)

Elles sont peuplées d’hommes robustes, encore sauvages [...].
(Hautefeuille 1830 :6)

16Le fanatisme religieux, une inversion de la pacification missionnaire.

Nous sommes dans le Soudan en plein pays musulman et il nous faut compter sérieusement avec le fanatisme religieux des populations.
(Gallieni 1887).

Enfin l’occupation de ces pays nous donnera du côté de l’Ouest une frontière naturelle infranchissable et assurera une paix complète à notre belle colonie d’Algérie ; elle supprimera un foyer très actif de propagande anti-française et de fanatisme religieux.
(Déporter 1918)

17Le ’fanatisme religieux’ réfère à la religion musulmane qui représente une menace dans l’enjeu pour la dominance sur les populations noires. Utilisé comme argument de discrimination politique, il fait l’objet d’un procès en non-civilisation (Dufour 2010 : 152).

18En contrepoint, les hommes ’civilisés’ blancs sont des représentants du ’progrès civilisateur’.

Car les Blancs, à côté de leur activité, à côté de leurs produits manufacturés, apportent le progrès civilisateur
(Broussais 1900 : 7)

[...] l’avenir ne nous révélera-t-il pas pour tenter la haute expérience de progrès humain qui s’appelle civilisation ?
(Hubert 1907)

19Cette mission civilisatrice dont les colonisateurs se déclarent investis est porteuse de religion, de paix, de morale et d’institutions sociales dont les ’races noires’ sont réputées démunies.

Quelques incroyables idées générales sur les races noires ont été suggérées par les voyages de certains docteurs. Ils ont prêté à l’Afrique méridionale, par exemple, tout un caractère de morale et d’institutions sociales que nous étions loin de lui connaître, d’après les échantillons plus que barbares que nous offre le littoral. [...]. La civilisation, le commerce, les religions des blancs ont agi simultanément sur tous les points du littoral, et nous pouvons rechercher immédiatement l’effet de ce trait d’union sur leurs habitants. Quand on considère les Africains comme constitués en société, on leur attribue un degré de civilisation qu’ils sont loin de soupçonner.
(Vallon 1863 : 373-374)

20La dissymétrie discursive entre les deux groupes d’acteurs dessine un découpage inégalitaire du monde social. Le système de catégorisation coloniale n’est pas seulement discriminant, il est également discriminatoire car il est fondé sur un jugement axiologique. Les deux pôles qui forment un système sont évalués sur une échelle graduée de valeurs sociales, l’un en position haute alors que l’autre est en position basse :

Dix années passées dans ces pays nous ont fait voir tant de tableaux différents, suivant les lieux où nous retenait le service, que nous nous refusons naturellement aujourd’hui à confondre entre eux les peuples qui occupent, en partant des plus bas, tous les degrés inférieurs de l’échelle sociale.
(Vallon 1863 : 373)

Ces gens-là en définitive occupent les degrés inférieurs d’une échelle dont nous occupons le sommet.
(Soleillet 1879 : 126)

21L’allocution de Jules Ferry (1885 : 172-220) prononcée devant l’assemblée des députés va institutionnaliser cette dissymétrie discursive dans une axiomatique qui résonne comme le mot d’ordre de l’idéologie coloniale :

Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai ! il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures...
(Ferry 1885 : 210)

22La rhétorique se boucle sur un énoncé prédicatif formé avec la « topicalisation désagentive » il y a qui « permet d’évincer le sujet logique de la première place » (Wilmet 1998 : 462-463) :

Il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’/’/y a un devoir pour elles, (ibid.)

23Le présent gnomique ou présent de vérité assorti de l’absence d’agentivité confère à cet énoncé une valeur de vérité absolue.

24Les dénominations ’races supérieures’ et ’races inférieures’ capitalisent les traits catégoriels respectifs des sociétés occidentales colonisatrices et des peuples colonisés. Actualisées avec le déterminant défini les à valeur généralisante et essentialisante qui « ramène l’individu à la classe (au sens logique) posée a-historiquement » (Bres 1993 :140), les catégories sont imposées comme des évidences ’toujours-déjà’ préconstruites : « /a barbarie noire » (Hubert 1907). L’actualisateur défini est un marqueur évidentiel (Dendale et Tasmowski 1994 : 5) qui indique que le réfèrent est déjà connu et que « l’opération d’acquisition de l’information se situe avant le temps de renonciation » (Vogeleer 1994 : 69). La représentation de l’Africain en inférieur est ainsi donnée comme un thème construit antérieurement sur lequel les discours coloniaux prédiquent.

25Ces remarques valent également pour la représentation du civilisé blanc. Peut-on alors conclure à la coexistence discursive de deux stéréotypes : l’un positif- celui de ’la civilisation européenne’ blanche - et l’autre négatif- celui de ’la barbarie noire’ ? Cette déduction semble hâtive dans la mesure où, rappelons-le, les deux catégories ne sont pas égalitaires. La stéréotypie affecte avant tout la catégorisation de Vautre, perçu dans ses traits infériorisants. Il existe peu de cas recensés de stéréotypie positive excepté celui des Touaregs à propos duquel l’ethnologue Paul Pandolfi note que la stéréotypie positive relève d’une ressemblance physique et culturelle des ’seigneurs du désert’ avec la race blanche :

Le même mouvement qui sépare les Touaregs des populations qui leur sont voisines (population arabo-musulmane du Nord et populations « noires » du Sahel) les rapproche de nous, fait d’eux sinon d’autres nous-mêmes, du moins des autres proches.
(Pandolfi 2001).

26Dans les usages courants qu’en fait le langage commun, « le terme de stéréotype continue à désigner des ’modèles collectifs figés’ considérés sous l’angle de la péjoration » (Amossy et Herschberg-Pierrot 1997 : 29). Les stéréotypes s’appuient en général sur des traits négatifs : « la blonde idiote aux formes généreuses, le Juif avare au nez crochu, le Noir ignorant et insouciant » (Amossy 1991 : 21-22).

27Cependant, qu’elle soit positive ou négative, la production d’un stéréotype de Vautre n’est possible que sur une échelle de valeurs absolues et en regard d’un modèle positif de référence (en général relatif à soi) construits dans un même acte d’énonciation.

Les modalités énonciatives de construction de la dominance socio-discursive

28L’activité de catégorisation est un découpage du réel sans lequel « l’environnement perçu [...] serait chaotique et perpétuellement nouveau » (Cauzenille et al. 1988 dans Kleiber 1990 : 13). Les peuples rencontrés en Afrique par les premiers missionnaires, perçus comme « différens » (Loyer 1714 : 41), sont construits comme autres par référence au monde connu de l’énonciateur des discours.

29Antoine Culioli a proposé la notion de « pôle de référence » pour expliquer l’organisation du processus de représentation :

Il n’existe pas de représentation de quelque ordre que ce soit sans qu’elle ne se pose relativement à un pôle de référence. On ramène l’inconnu au connu, on construit relativement à un centre organisateur, au sens gestaltiste du terme. Et si l’on « perd ses repères », cela peut déboucher sur des formes de pathologie. Ce pôle de référence est la condition même de la régulation intersubjective.
(Culioli 1999 : 11)

30Pour son organisation et sa régulation, le discours nécessite un premier centre organisateur qui permet de déterminer la valeur absolue ou ’attracteur’ qui régit les autres occurrences :

La valeur absolue se construit par l’impossibilité même de fonder une valeur ultime, c’est un point de fuite.
(Culioli 1999 : 13).

La représentation (inaccessible) [qui] sert de centre organisateur des occurrences et régule cette mise en ordre ; elle est le point fixe du système.
(ibid. : 104).

  • 12 Le « type »  culiolien correspond à la forme énonciative du prototype de E. Rosch qui est une repré (...)

31À côté de cette représentation absolue, le « type12 » est l’occurrence représentative qui la représente le mieux (Culioli 1999 : 12).

32Dans les discours coloniaux, la notion de ’civilisation’ joue le rôle de centre organisateur à partir duquel type et stéréotype se placent énonciativement. Le nom civilisation, conformément à sa dérivation du verbe civiliser, est d’abord l’action de civiliser, un procès en Faire :

Il [Pierre de Russie] a vu que son peuple était barbare, il n’a point vu qu’il n’était pas mûr pour la police ; il l’a voulu civiliser quand il ne fallait que l’aguerrir.
(Rousseau 1762 : 82)

33Attestée en 1756 sous la plume de Mirabeau qui lui donne le sens de « sociabilité », le terme réapparaît en 1760 sous la même plume comme « processus historique d’évolution sociale et culturelle ». Pour le dictionnaire Godefroy de 1889, c’est un acte factitif (faire faire quelque chose à quelqu’un) :

Faire passer de l’état primitif, naturel à un état plus avancé, par la culture morale, intellectuelle, sociale.
(ibid.)

  • 13  « La notion se fait occurrence » (Culioli 1999 : 130).

34Le syntagme la civilisation joue tout à la fois le rôle d’attracteur (i) et de type (ii). En vertu de son origine verbale, c’est (i) un pôle de référence absolu vers lequel l’humanité se dirige et qui n’a pas de bornage final. Ce sens est attesté en 1767 dans la Théorie des lois civiles de l’avocat Linguet, au sens de « stade idéal d’évolution matérielle sociale et culturelle auquel tend l’humanité » (cité par Benveniste 1954 : 50). En vertu de son statut nominal, c’est (ii) la représentation incarnée de la notion13 de civilisation, la meilleure représentation de la valeur idéale : la civilisation blanche, française.

35Dans les textes du corpus, la civilisation’ qui s’oppose à la barbarie’ est représentée comme la valeur absolue de développement que tous les peuples doivent viser et dont le discours énonce les ’progrès’ :

La population tout entière de nos colonies aura bientôt atteint un degré de civilisation assez élevé.
(Hautefeuille 1830 : 12)

36Les termes de ’progrès’ et de ’degrés’ indiquent la marche d’une humanité vers cette valeur absolue (ou attracteur) définie par le prédicat < être civilisé > dont le type humain le plus représentatif est l’énonciateur des discours, le colon civilisé, blanc, ’nous’.

37Ce représentant-type a une fonction de repère qui permet l’identification au même et la différenciation de Vautre : « le même n’existe que parce qu’il n’est pas Vautre »(Lafont 1978 : 141). Il figure le point de référence à partir duquel se construit le stéréotype, comme version inversée du type dans une dialectique inégalitaire : inclusion du même I exclusion de Vautre ou dialectique du même et de Vautre inscrite dans un rapport de dominance socio-politique.

38L’actualisation discursive du type permet d’exhiber énonciativement un représentant étalon sur le parcours vers l’état non représentable de ’la civilisation’ :

Nous sommes les représentants d’une civilisation supérieure, et si nous voulons la pénétration du Soudan, c’est pour améliorer son état, c’est en un mot pour le civiliser.
(Philebert 1889 : 348)

39Le stéréotype est construit sur la base de la valeur du meilleur représentant de ’la civilisation’, ’l’homme civilisé’, ’nous’, situé sur l’axe de l’attracteur de la civilisation, comme valeur absolue non bornée.

Ils quitteront leurs mœurs primitives pour se conformer aux nôtres. La population tout entière de nos colonies aura atteint un degré de civilisation assez élevé.
(Hautefeuille 1830)

40Dans ce discours, le prédicat « se conformer aux nôtres » positionne l’occurrence représentative du type sur l’axe de l’attracteur comme référence absolue : « un degré de civilisation assez élevé » qu’il convient d’ « atteindre » à partir duquel le trait catégoriel « leurs mœurs primitives » constitue un marqueur de stéréotypie.

41De même dans le discours de Soleillet (1879) :

Ces peuples ont beau avoir la peau d’une autre couleur que la nôtre, ce sont des hommes, ce sont nos frères ; mais ce sont aussi des enfants, de grands enfants que nous avons le devoir impérieux d’élever, que nous devons conduire libéralement à l’initiation de nos idées de progrès, que nous devons amener, par tous les moyens, au degré de civilisation auquel ils ont droit et auquel ils peuvent arriver ! [...] Ces noirs se groupent en sociétés, en villages, ils ont des demeures fixes, ils sentent la nécessité des liens sociaux ; [...] ces gens-là en définitive occupent les degrés inférieurs d’une échelle dont nous occupons le sommet ; il s’agit de les faire monter plus haut
(1879 : 126).

42Deux positions sont représentées sur une échelle ascendante comportant des degrés de civilisation : l’une basse les degrés inférieurs évaluée à l’aune de l’autre, haute : le sommet que nous occupons.

43La construction discursive du stéréotype est de type topologique. Type et stéréotype sont deux occurrences situées, deux marqueurs de valeur relative sur un axe non borné de civilisation : l’une valorisée, le type qui est le représentant d’une incarnation de la notion de civilisation, l’autre stigmatisée au regard du type.

44Les dénominations du type et du stéréotype sont des « actes d’interpellation des acteurs locuteurs à des places catégorisées » (Achard 1995 : 84) qui produisent des effets de dominance dans le champ social. L’organisation énonciative permet d’asseoir et de légitimer la relation de dominance sociale propre à la colonisation. Les formes linguistiques qui désignent les mêmes et les autres constituent la matérialité discursive des places sociales.

La notion de civilisation et ses effets de contradiction

45Dans les discours coloniaux analysés, la polysémie du nom civilisation permet de légitimer le stéréotypage de l’Africain en inférieur à partir de programmes de sens enregistrés en langue.

L’argumentaire civilisateur et ses fondements contradictoires

46À l’orée du XIXesiècle, politiques, intellectuels et missionnaires se mobilisent contre l’esclavage et le système de la traite atlantique. Dans le même temps, les saint-simoniens prônent la régénération des races par le mariage du Noir et du Blanc, de l’Orient et de l’Occident dans le lieu privilégié du bassin méditerranéen. L’utopie de la « formation de l’homme nouveau » (Ozouf 1989) par la fusion des races annonce la négritude de Senghor et l’idée de la création d’une civilisation universelle.

  • 14 L’expédition d’Egypte, dans l’esprit de Bonaparte, est une mission de « régénération » par la civil (...)

47La régénération prend forme dans l’idéologie coloniale avec le projet de ’civilisation’ des peuples préalablement libérés du joug des oppressions despotiques14, puis avec celui d’une assimilation au sein de la République que l’anthropologue Jean-Loup Amselle a nommée « régénération assimilatrice » (Amselle 1996 : 86).

48C’est dans ce contexte que fleurissent des projets d’expansion coloniale dans l’objectif d’une relance de l’économie française et conjointement dans celui de redorer le blason de l’État français. Ces projets étudient les opportunités offertes par les ressources des différents territoires susceptibles de répondre aux exigences économiques requises. Après la conquête de l’Algérie, les regards se tournent maintenant vers l’Afrique occidentale où la France a conservé des établissements commerciaux sur les côtes du Sénégal et de la Guinée.

49Dans les projets de conquête et d’exploitation de territoires africains, la contiguïté énonciative du motif économique et de l’argument civilisateur fait tenir ensemble des valeurs qui paraissent antinomiques : d’un côté, la défense des droits de l’homme et le principe d’égalité que cette posture humaniste suppose et de l’autre, la relation de domination coloniale imposée par la nécessaire ’exploitation’ économique clairement énoncée en discours.

50Ainsi Laurent-Basile Hautefeuille, avocat à la Cour Royale et ancien membre de la Société coloniale philanthropique du Cap-Vert, adresse à M. le Baron de Neuville, ministre d’Etat, membre de la Chambre des députés, un Plan de colonisation des possessions françaises dans l’Afrique occidentale au moyen de la civilisation des nègres indigènes (1830). Dans cette colonie de Sénégambie, L.-B. Hautefeuille entend « employer, pour y parvenir, des moyens qui soient en harmonie avec les idées libérales de notre époque, avec les mœurs des populations nègres, et les exigences de leur pays » (Hautefeuille 1830 : 5), « une sorte de régime féodal », ajoute-t-il plus loin (ibid. : 8). Les arguments abolitionniste, civilisateur et commercial y sont clairement conjugués :

Les résultats immédiats et infaillibles de cette entreprise, si elle est bien dirigée [...] seront : la civilisation des Africains ; / ’extension du commerce et son affranchissement ; l’abolition réelle et définitive de la traite des esclaves.
(Hautefeuille 1830 : 10)

51La perspective de « renoncer aux esclaves pour exploiter ce continent » (Hautefeuille 1830 : 118) permet d’envisager un système d’exploitation humainement plus acceptable. Il s’agit de

ranger les nègres indigènes, doucement et sans secousse, sous la domination française, de faire des Africains encore à demi-sauvages, un peuple de serfs attachés à la terre, et soumis à leurs nouveaux maîtres [...]
(ibid. : 119),

[de façon] « à être aussi utile à ces malheureux peuples qu’à nous-mêmes.
(ibid. : 7).

52Cet argumentaire n’est pas un cas d’espèce ; on le retrouve dans la plupart des discours sur la ’pénétration’ du continent africain.

53L’effet de contradiction entre affranchissement des esclaves, synonyme de liberté, et exploitation de colonisés, synonyme de sujétion, se résout dans les modalités de construction de la stéréotypie opérée à partir de la référence discursive aux préconstruits sur lesquels repose la notion polysémique de « civilisation », à la fois processus et résultat.

Des effets de contradiction à la cohérence discursive

54Les valeurs de ’civilisation’, absolue et relative, que le discours colonial exhibe comme légitimation de la colonisation des territoires ne sont pas des constructions ex nihilo. Les formulations de ’civilisation’, ’barbarie’, ’sauvage’ »renvoie[nt] à une construction antérieure, extérieure, en tous cas indépendante, par opposition à ce qui est « construit » par l’énoncé« (Pêcheux 1975 : 88-89). Ce rappel produit un »effet discursif qui consiste en un « décalage, par lequel un élément fait irruption dans l’énoncé comme s’il était pensé avant, ailleurs et indépendamment »(Pêcheux 1975 : 140). Ce sont des ’effets de préconstruit’ qui sont marqués en discours notamment par des marqueurs d’évidentialité qui témoignent de leur acquisition antérieure et donc de leur admission comme ’vraies’ par la communauté discursive.

  • 15 « Ensemble des formulations auxquelles l’énoncé se réfère implicitement ou non, sciemment ou non, q (...)

55Ces formulations ressortissent de l’entrecroisement de plusieurs interdiscours15aux fondements en apparence contradictoires :

  • les discours des Lumières sur les progrès de la civilisation, à portée universalisante ;

  • les discours ethnologiques et la théorie des races, à visée discriminatoire.

56Après Turgot, Condorcet, le dernier des encyclopédistes, mathématicien, philosophe et homme politique, qui prône un âge d’or du genre humain grâce au progrès, esquisse un tableau des progrès de l’esprit humain qu’il brosse en neuf époques comme autant de « degrés de civilisation » (Condorcet 1794 : 84) qui marquent les progrès de l’espèce humaine vers la civilisation. Ce perfectionnement, qui a pour objet de libérer l’humanité, n’a pas de terme car « la perfectibilité de l’homme est réellement indéfinie » (1794 : 81).

Toutes les nations doivent-elles se rapprocher un jour de / ’état de civilisation où sont parvenus les peuples les plus éclairés, les plus libres, les plus affranchis de préjugés, tels que les Français et les Anglo-Américains ? Cette distance immense qui sépare ces peuples de la servitude des nations soumises à des rois, de la barbarie des peuplades africaines, de l’ignorance des sauvages, doit-elle peu à peu s’évanouir ?
(Condorcet 1794 : 266)

57Certaines formulations du discours de Condorcet telles que « barbarie », « ignorance des sauvages », « état de civilisation », sont reprises dans les discours coloniaux, comme dans celui de Ferry supra ou de Leroy-Beaulieu :

La colonisation appartient incontestablement à la catégorie des faits sociaux : c’est une des fonctions les plus élevées des sociétés parvenues à un état avancé de civilisation.
(Leroy-Beaulieu 1882 : 12)

58Les termes de ’colonisation’ et de ’race inférieure’ sont absents du discours de Condorcet. Militant pour la libération des peuples, profondément monogéniste, il croit à l’unité de l’espèce humaine et quand il se donne pour projet l’esquisse des progrès de l’esprit humain, il considère des états de civilisation au sein de l’espèce humaine. Il n’est pas question de différentes variétés de cette espèce, ni même de sous-humanité mais de progression de l’espèce vers un état idéal, « l’âge d’or du genre humain ».

Ce tableau est donc historique, puisque, assujetti à de perpétuelles variations, il se forme par l’observation successive des sociétés humaines aux différentes époques qu’elles ont parcourues. Il doit présenter l’ordre des changements, exposer l’influence qu’exerce chaque instant sur celui qu’il remplace, et montrer ainsi, dans les modifications qu’a reçues l’espèce humaine, en se renouvelant sans cesse au milieu de l’immensité des siècles, la marche qu’elle a suivie, les pas qu’elle a faits vers la vérité ou le bonheur.
(Condorcet 1794 : 80)

59La notion d’infériorité raciale appartient à d’autres discours produits dans le même temps et qui traversent les discours coloniaux, notamment ceux de l’ethnologie naissante issue du naturalisme pour qui la notion de race occupe une place centrale (cf. Reynaud Paligot 2006 : 11-19). Une nouvelle « science qui étudie les phénomènes raciaux » (Rey 2004) ou raciologie commence à se développer à partir des expéditions d’Egypte, puis dans la conquête de l’Algérie et de la Sénégambie (avec Faidherbe notamment). La raciologie qui se donne des visées d’étude scientifique (anthropologique et linguistique) apporte des arguments aux différences raciales entre peuples africains et sociétés civilisées qui donnent une légitimité pseudo-scientifique à l’infériorisation des ’races noires’.

60Gobineau, avec L’Essai sur l’inégalité des races humaines (1853-1855). soutient un point de vue polygéniste, posant l’existence de plusieurs races à l’origine du monde, pures, mais inégales, et dont le métissage conduit à la déchéance de l’humanité.

Il fallut en convenir après réflexion et, en conséquence, si on s’avisait de louer la vertu chez un peuple et de dénoncer avec indignation le vice chez un autre, on se vit obligé de reconnaître et d’avouer tout haut qu’il ne s’agissait pas là de mérites, de certaines puissances actives de l’âme et même du corps, déterminant ou paralysant le développement de la vie dans les nations, ce qui conduisit à se demander pourquoi l’une de celles-ci pouvait ce que l’autre ne pouvait pas, et ainsi on se trouva induit à avouer que c’était un fait résultant de la race.
(Gobineau 1884 : avant-propos)

61L’idée du droit naturel d’ordre anthropologique à l’origine du principe de la Révolution française et au fondement des Déclarations des Droits de l’homme et du citoyen de 1789 et 1793 {cf. Amselle 1996 : 62) se voit supplantée par une forme de relativité de ce droit par sa restriction à certaines sociétés « civilisées » dont le parangon est représenté par la nation française.

On sentait que si la valeur intrinsèque d’un peuple dérive de son origine, il fallait restreindre, peut-être supprimer tout ce qu’on appelle Égalité et, en outre, un peuple grand ou misérable ne serait donc ni à louer, ni à blâmer. Fallait-il admettre, en ces jours de passion enfantine pour l’égalité, qu’une hiérarchie si peu démocratique existât parmi les fils d’Adam ? [...] tout proclamait l’importance de la race.
(Gobineau : ibid.)

62Ces théories alimentées par les « discours muets sur la hiérarchie des races » véhiculés par les expositions coloniales (Manceron 2003 : 126) contreviennent à l’utopie coloniale d« ’assimilation » des indigènes par la civilisation qui s’appuie sur l’idée de « régénération » des peuples portée par Volney, l’idéologue des Lumières et l’un des principaux inspirateurs de l’Expédition d’Egypte. L’idée d’assimilation induit le devoir de civilisation des indigènes à l’image des Blancs, alors que la théorie des races tend au contraire à essentialiser les races en marquant des différences entre elles.

63L’articulation de l’argument d’exploitation économique des ressources des territoires africains (ressources naturelles et humaines) à l’argument civilisateur trouve sa cohérence dans la coréférence à ces interdiscours en apparence contradictoires qui participent à la construction de la notion ambiguë de civilisation. L’idéologie de la civilisation des peuples sauvages est cohérente à la fois avec le projet universaliste de guidage de ces peuples vers l’égalité républicaine et avec les intérêts économiques de la république coloniale qui nécessite la ’formation’ des colonisés aux besoins économiques (de production et de consommation).

Pour conclure

64Dans l’idéologie coloniale de la république française, la stéréotypie discursive constitue une pièce maîtresse dans la structuration de l’espace social.

65Articulée à des pratiques sociales et culturelles, la stéréotypie est une pratique discursive qui, par la catégorisation à partir d’un minimum de traits saillants, produit une mise en ordre inégalitaire du monde, partagée par une communauté discursive dominante.

66La stéréotypie des Africains en inférieurs se construit au regard de la norme fixée par le type énonciatif civilisé français, européen, occidental, qui incarne la visée universalisante et historiciste de la notion de civilisation.

  • 16 Le double lien ou « double contrainte » (double bind), notion introduite par Bateson pour signifier (...)

67Fondée sur la mise en discours d’évidences partagées, la construction type versus stéréotype sur un axe de civilisation orienté relève de l’entrecroisement d’interdiscours en apparence idéologiquement contradictoires : un idéal d’assimilation qui porte avec lui un espoir d’accession au statut de citoyen et une nécessité de différenciation induisant une relation de sujétion. Consécutivement, la catégorie sociale qui est désignée à Vautre place celui-ci dans une « double contrainte16 » (Winkin 1981 : 29) : celle de devenir même en suivant la voie du progrès tout en étant maintenu dans un statut & autre par l’infériorisation sociale.

68Ce type de fonctionnement discursif à dimension d’acte social est à l’œuvre dans des problématiques plus contemporaines : celle des pays ’en voie de développement’ ou celle de ’l’intégration’ des Français ’issus de l’immigration’.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Achard P., 1995, « Formation discursive, dialogisme et sociologie », Langages 117, Paris, Larousse, 83-95

—, 1998, « Nation, nationalismes : l’approche discursive », Langage et société 86. Paris, MSH, 9-61.

Amossy Ruth, 1991, Les idées reçues, sémiologie du stéréotype, Paris, Nathan.

Amossy R., A. Herschberg-Pierrot, 1997, Stéréotypes et clichés, Paris, Nathan Université.

Amselle J.-L., 1996, Vers un multiculturalisme français, Paris, Aubier.

Authier-Revuz J., 1995, Ces mots qui ne vont pas de soi : boucles reflexives et non-coïncidence du dire, Paris Larousse.

Benveniste E., 1954, « Civilisation. Contribution à l’histoire d’un mot », Hommage à Lucien Febvre, Paris, s.n.

Bres J., 1993, Récit oral et production sociale, Montpellier, Praxiling, Langue et praxis.

Culioli A., 1999, Pour une linguistique de renonciation, Domaine notionnel, 3, Paris/Gap, Ophrys.

Dendale P et L. Tasmoski, 1994, Les sources du savoir et leurs marquages linguistiques, Langue française 102, Paris, Larousse.

Dufour F., 2009, « De l’effet de l’interdiscours colonial dans la production du sens de la nomination « pays dits »les moins avancés« », in Doubli V., Laurent B., Lecler A., Richard A., Riou S. (éds.), Le sens c’est de la dynamique, Montpellier, PULM.

—, 2010, De l’idéologie coloniale à celle du développement : une analyse du discours France-Afrique, Paris, L’Harmattan.

Frobenius L., 1952, Histoire de la civilisation africaine, Paris, Gallimard-NRF.

Fuchs C. (Éd.), 1991, Les typologies de procès, Actes et colloques 28, Paris, Klincksieck.

Godefroy F., 1889, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, Vaduz: Scientific periodicals establishment, New York : Kraus Reprint corporation [1961].

Kleiber G, 1990, La sémantique du prototype. Catégories et sens lexical, Paris. PUF.

Lafont R., 1978, Le travail et la langue, Paris, Flammarion.

Manceron G, 2003, Marianne et les colonies, une introduction à l’histoire coloniale de la France, Paris, La découverte.

Ozouf M, 1989, L’homme régénéré, Paris, NRF Gallimard.

Pandolfi P., 2001, « Les Touaregs et nous : une relation triangulaire », Ethnologies comparées, 2, http://alor.univ-montp3.fr/cerce/r2/p.p.htm

Pecheux M., 1975, Les vérités de la Palice, Paris, Maspéro.

Rey A. (éd.), 1992, Le Robert, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert [2004].

Reynaud Paligot C, 2006, La République raciale,, Paris, PUF.

Vogeleer S. , 1994, « L’accès perceptuel à l’information : à propos des expressions un homme arrive/on voit arriver un homme » in Dendale P. & Tasmowski L., Langue française, 102, Paris, Larousse, 69-83.

Wilmet M., 1998, Grammaire critique du français, Paris/Louvain, Hachette/Duculot.

Winkin Y., 1981, La nouvelle communication, Paris, Seuil.

Corpus (textes cités)

Broussais E., 1900, Conférence sur la pénétration saharienne par les voies ferrées et les lignes télégraphiques (Algérie et Soudan), Alger, Fontana, 4-32.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Condorcet, 1794, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, Paris, GF-Flammarion, 1988.
DOI : 10.1522/cla.coj.esq

Déporter V., 1918, Sahara algérien, conférence, Alger, avril.

Ferry J., 1885, « Discours du 28 juillet » in Robiquet P., 1896, Discours et Opinions de Jules Ferry, vol. V, Paris, Armand Colin et Cie, 172-220.

Gallieni J., 1887, lettre manuscrite adressée au sous-secrétaire d’état.

Gobineau, 1853, Essai sur l’inégalité des races, Paris, Firmin-Didot et Cie.

Harmand J., 1910, Domination et colonisation, Paris, Flammarion.

Hautefeuille L.B., 1830, Plan de colonisation des possessions françaises dans l’Afrique occidentale, Paris, Levasseur.

Hubert L., 1907, « Conférence sur l’Afrique Occidentale française », Le mois colonial et maritime, 4, avril.

Leroy-Beaulieu P., 1874 [1882], « Introduction de la première édition », De la colonisation chez les peuples modernes, Paris, Guillaumin et Cie, 11-16.

Loyer G., 1714, Relation du voyage du royaume d’Issyny : Côte d’Or, Pais de Guinée, en Afrique..., Paris, Aranoul Seneuze et Jean-Raoul Morel.

Soleillet P., 1879, « Exploration dans le royaume de Ségou » (conférence), Bulletin de la société des études coloniales et maritimes, 6, juin, 121-135.

Philebert C, 1889, La conquête pacifique de l’intérieur africain. Nègres, musulmans et chrétiens, Paris, Ernest Leroux.

Rousseau J-J., 1762 [1966], Du contrat social, Paris, Garnier-Flammarion

Vallon A., 1863, « La côte occidentale d’Afrique », Revue Maritime et coloniale, tome IX Paris, Librairie de L. Hachette, novembre, pp. 373-383

Haut de page

Notes

1 Charles Philebert, officier d’Afrique, associé à l’ingénieur Rolland dans les premières elaborations du projet du train transsaharien.

2 Joseph-Simon Gallieni, alors commandant Supérieur du Soudan français.

3 Aristide Louis Antoine Vallon, capitaine de frégate affecté au dépôt des cartes et plans.

4 V. Déporter, commandant en mission dans le Sahara algérien.

5 Paul Soleillet, commerçant en faillite, reconverti en explorateur, il préconisa la construction du Transsaharien et le peuplement du désert.

6 Emile Broussais, président du Conseil Général, membre du Syndicat Algérien, il s’intéressa au problème des communications intra-africaines.

7 Laurent-Basile Hautefeuille, avocat à la cour royale de Paris, ancien membre de la Société coloniale philanthropique du Cap-Vert, nommé procureur du roi à Alger.

8 Jules Harmand, médecin dans les campagnes civiles et militaires.

9 La liste n’est pas exhaustive.

10 Dans cette citation comme dans les suivantes, je souligne.

11 C’est un cas de polysémie discursive (Authier-Revuz 1995 : 237-249) que seul le contexte linguistique permet de lever.

12 Le « type »  culiolien correspond à la forme énonciative du prototype de E. Rosch qui est une représentation cognitive.

13  « La notion se fait occurrence » (Culioli 1999 : 130).

14 L’expédition d’Egypte, dans l’esprit de Bonaparte, est une mission de « régénération » par la civilisation, telle que la conçoit l’Europe des Lumières.

15 « Ensemble des formulations auxquelles l’énoncé se réfère implicitement ou non, sciemment ou non, qui le domine et à partir duquel il fait sens » (Bres in Détrie et al. 2001 : 155).

16 Le double lien ou « double contrainte » (double bind), notion introduite par Bateson pour signifier une situation paradoxale sans issue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Dufour, « La stéréotypie comme matérialité discursive d’une dominance sociale dans les projets de colonisation de l’Afrique occidentale », Journal des africanistes [En ligne], 80-1/2 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://africanistes.revues.org/2611

Haut de page

Auteur

Françoise Dufour

Chercheure rattachée au laboratoire Praxiling UMR5267 CNRS Montpellier 3.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page