Navigation – Plan du site
Le lien au bétail

Chèvre animal de la terre, mouton animal de l'eau Nord Cameroun

Goat and sheep: earth and water Northern Cameroon
Christian Seignobos
p. 157-182

Résumés

Dans les sociétés musulmanes du nord du Cameroun, si l'on ne peut dissocier l'élevage des caprins de celui des ovins, qui partagent les mêmes pâturages et intègrent le plus souvent les mêmes enclos, il en va autrement chez les groupes non musulmans voisins. Chez ces derniers, par suite d'une diffusion tardive des moutons, comme dans les monts Mandara, ces deux élevages demeurent à des degrés différenciés. Définis par des critères comportemen­taux, chèvres et moutons restent alors assignés à des modes de socialisation et à des rôles précis dans l'arsenal des rituels. La fonction dévolue à ces animaux sacrificiels a sans doute conforté la pratique dissociée de leurs élevages.

Haut de page

Texte intégral

1Si, dans le Nord du Cameroun, l'élevage du mouton l'emporte chez les Peuls et les Mandara, la plupart des zones non musulmanes se caractérisent encore dans les années de l'indépendance, par un élevage quasi exclusif de caprins. H. Fréchou (1966 : 27) signale qu'en 1962 « les ovins sont très peu nombreux dans le nord des montagnes du Margui-Wandala (les ethnies de cette région ne s'y intéressent absolument pas), dans l'ouest de l'arrondis­sement de Kaélé (pays giziga), et dans le canton de Moussey. »

2A. Hallaire (1991 : 58) le signale à nouveau pour les monts Mandara : « Un peu moins nombreux [que les chèvres], les moutons ne semblent pas avoir été introduits depuis très longtemps. Peut-être s'agit-il d'un emprunt fait aux pasteurs peul. Chez certains groupes, notamment les Matakam [Mafa], ils ne peuvent être utilisés pour les sacrifices. »

  • 1  Le parcage séparé des moutons et des chèvres s'est encore précisé lors d'enquêtes concernant des a (...)

3En levant les plans de nombreuses concessions dans le nord du Cameroun (années 1970) pour mettre en évidence les différents stéréotypes architecturaux, il m'est apparu qu'un grand nombre d'ethnies (Mafa, Mineo, Mofu, Gavar, Kapsiki, Giziga)... attribuaient aux chèvres et aux moutons des lieux de stabulation strictement séparés1. Cette organisation était donnée comme seule garante d'une meilleure reproduction des deux « espèces ».

Chèvres et moutons, quelques propositions concernant leur diffusion

Les chèvres : des plaines aux massifs

4Les monts Mandara représentent, tant pour les hommes que pour les animaux, une sorte de butée migratoire même si, par la suite, ils connaissent une redistribution infinie entre les innombrables massifs.

  • 2  Les chasseurs (gaw), kanuri en particulier, dans le nord du Diamaré, ont toujours et jusqu'à prése (...)
  • 3  Ce « mythe » des origines de la chèvre relève d'infracroyances. Lors de suivis (fin des années 197 (...)

5La chèvre est partout désignée comme l'animal autochtone. On trouve même chez les Mafa, Mofu et Mada des récits de sa « genèse ». Des chasseurs, en plaine, capturent des gazelles (Gazella ruffrons, lelwa en fufulde et mewaney en mofu). Facile à apprivoiser2, ces gazelles auraient, peu à peu, dans les enclos, perdu et leur cornage et les bandes noires de leurs flancs3. Cette « domestication locale » serait à mettre en relation avec un énoncé de l'histoire de ces populations toujours fermée sur elle-même.

6De « nouvelles chèvres » ont sans doute continuellement fait leur apparition. Les Mofu prétendent distinguer ainsi cinq types de chèvres. L'identification de l'espèce des rochers - la 'daw dekulaha des Mofu -s'avère bien incertaine. Parmi les dernières en date, toujours chez les Mofu, la chèvre madaskwa est dite venue du Wandala. Elle se signale par une taille au garrot inférieure à 45 cm, une tête forte, un profil plutôt concave, un front large et un développement pileux sur ses membres arrières. Elle supporte bien la claustration. On enregistre aussi la 'daw muskun appelée également 'daw korni (appellation des Musgum en ffulfulde). C'est un caprin au gabarit encore ramassé 45 à 50 cm au garrot, aux longues oreilles, animal remuant, bruyant la nuit.

7Une plus grande chèvre de 65 à 70 cm au garrot, 'daw mbozom (chèvre peule), est également présente. Ces deux dernières supportent mal le confinement dans la bergerie, ce qui limiterait leur reproduction. On les sort parfois, durant la saison des pluies, pour les mettre au piquet.

8La dernière venue sur les piémonts est la mbeewa uudaawa (fulfulde), la grande chèvre (70 à 75 cm au garrot) à longues oreilles des Uudaa'en. Ces Peuls moutonniers, grands transhumants, disposent dans leurs troupeaux de quelques chèvres et parfois de bovins.

9Les « races » de chèvre ainsi nommées recouvrent pour les éleveurs mofu des morphotypes évidents. Leurs critères rappellent ceux, biométriques et phénotypiques proposés par les premiers taxonomistes vétérinaires : hauteur estimée du garrot, longueur de l'oreille et couleur de la livrée.

Les moutons

10L'itinéraire de diffusion du mouton va du nord vers le sud et des plaines du Logone vers les monts Mandara.

11Si, pour les Kotoko d'Affadé, leurs ancêtres saw élevaient exclusive­ment des chèvres, seules acceptées pour les sacrifices, le mouton (damo) viendrait des djinn qui vivent au plus profond des lacs. Un berger kotoko qui voyait peu à peu ses chèvres disparaître suivit la voix d'une d'entre elles jusqu'à une étendue d'eau. Il n'hésita pas à y pénétrer pour atteindre le villages des djinn et réclamer ses bêtes. Les djinn qui n'élevaient que des moutons lui proposèrent de le dédommager... en moutons ; plutôt que de revenir les mains vides, le berger accepta. Cet énoncé présente l'introduction du mouton à travers une transaction où il est pris à défaut d'un autre animal, la chèvre. Nous retrouvons cette « acceptation par défaut » dans bien d'autres récits, auprès de groupes plus méridionaux. À Afadé, les moutons sont ainsi désignés comme « les animaux des diables » mgbe ey setare. L'élevage se développe hors de l'enceinte des cités, en brousse. Les premiers éleveurs ayant réussi à se préserver de la folie qui leur était promise, l'élevage du mouton a pu s'étendre.

  • 4  Shuwa viendrait de l'arabe [suwawi], « éleveur de petit bétail ». H. Wehr, 1979 : 574, donne [siwa (...)

12Cet élevage serait-il redevable des premières arrivées de l'est de groupes arabes shuwa4, attestés comme éleveurs de petit bétail (XVIe/XVIIe siècle) avant de devenir des éleveurs de zébus ?

  • 5  Aux abords du lac Tchad, il existe aussi un « cattle-water-mytheme » (U. Braukâmper, 1997) pour ce (...)

13Le mouton vient donc de l'eau5, il va servir des rituels voués aux génies des fleuves et des mares. À Afadé, avant les campagnes de pêche sur l'El Beid, on égorge un bélier noir non castré que l'on dépiaute et démembre, et dont on replace tous les morceaux dans la peau avant de la recoudre. Le ritualiste, maître des eaux, plonge lui-même de sa pirogue au milieu du fleuve pour déposer l'offrande aux esprits des eaux.

  • 6  Les musulmans du Tchad désignaient ainsi les populations païennes. Le terme sera adopté par l'admi (...)

14Ce 'premier' mouton de petit format devait se diffuser vers le sud, le Wandala et remonter le Logone. Il sera adopté par les Musgum et les Masa. Aussi, c'est à tort que F. Bosch (1985 :3) fait du Mayo-Danay chez les Masa le berceau de cet animal. Aujourd'hui, ce petit mouton noir à reflets roux est connu comme « mouton massa » ou « mouton kirdi6 ».

  • 7  Le céphalophe de Grimm est présenté comme le messager des sorciers dans nombre d'ethnies, dont les (...)

15Dans les monts Mandara, on enregistre plusieurs discours concernant l'apparition du mouton. On retrouve encore ici le thème de la domestication. L'antilope Sylvicapra grimmia (amfurde des Peuls, hadagar des Mofu) aurait été domestiquée en plaine par des chasseurs (gaw kanuri). Lorsqu'un chasseur tue amfurde aujourd'hui encore il doit impérativement se prémunir contre le kuusel ginnaaji (viande/esprit) par des rituels qui varient selon les cercles de gaw7. Cette antilope est connue pour communiquer la folie et l'épilepsie, le mouton qui en est issu pourrait également transmettre ces troubles à l'homme. A la différence de la chèvre, le mouton est donc issu d'un animal sauvage maléfique.

Figure 1 Exemple de chèvres et de moutons du Nord Cameroun

Figure 1 Exemple de chèvres et de moutons du Nord Cameroun
  • 8  Informateur : Ngatsebay Hawadak, quartier Chéré (Gouzda).

16Les récits les plus courants chez les Mafa et les Podokwo concernent le vol en plaine d'une brebis chez les Wandala. Dans la région de Koza, le fait est ainsi historisé : des Mafa partis pour la chasse volent une brebis gravide. On l'attache à un tamarinier dans le quartier de Jawke (à Gouzda). Les femmes et les enfants n'osent l'approcher. Elle met bas... Par la suite, l'immolation du premier mouton (tambak, en mafa) occasionne une grande cérémonie sous le patronage du chef du massif et du maître de la pluie de Moudougwa. La population doit goûter un morceau de cette viande, pour ensuite pouvoir se livrer à l'élevage du mouton8.

17Parmi les récits étiologiques évoquant la venue d'un groupe sur tel ou tel massif, il y a ceux qui poursuivent un mouton comme à Mbokou. Ils viennent non plus du Wandala, mais de la région de Gudur (J. Mouchet, 1947 : 103-105). D'autres, avant eux, avaient trouvé leur place à la suite d'un bovin. Ces familles s'installent à l'endroit où ils retrouvent leurs animaux, près d'un point d'eau pérenne.

18Le mouton dit 'kirdi' de petit gabarit pèse 25 à 30 kg. Il porte un poil jarreux mi-long, de couleur brun-noir ou pie-noir. Il possède un front large, un chanfrein étroit et rectiligne, des oreilles courtes non tombantes. Les mâles présentent une crinière et un camail relativement bien développés.

  • 9  Les services de l'élevage du Nord Cameroun classent les moutons en trois catégories : poulfouli, o (...)

19Puis apparaît le mouton peul, plus grand, appelé mbaali pulfuli (fufulde), pulfuli signalant une appartenance au monde peul en opposition au non peul. Le mouton pulfuli à la robe blanche ou tachetée affiche un poids variable, entre 30 et 45 kg. Il recouvre une appellation officielle des services d'élevage9. Ce mouton prédomine dans la zone de peuplement peul et serait fortement apparenté avec le Djallonké, un mouton de l'Afrique de l'Ouest (rapports des Services de l'Elevage).

  • 10  Dourbali, appellation d'une bourgade au nord du Baguirmi. Elle est composée de dôr (« campement » (...)

20D'autres moutons ont atteint les piémonts des monts Mandara et la région de Maroua sans toutefois investir les massifs. Dans le nord du Cameroun, comme ailleurs, le mouton démontre sa grande plasticité morphologique (J.-P. Digard, 1990 : 107). Il s'agit du grand mouton sahélien des Uudaa'en, appelé aussi mouton mbororo. Ce mouton à poils, de type longipes, possède une livrée bicolore, l'avant-main est noir et l'arrière-main, blanc, un chanfrein busqué, de longues oreilles pendantes. Le bêlier, enfin, est haut en cornes. Il serait issu de lointains stocks tassiliens (A. Muzzolini, 1981 : 139). Ce mouton de 45 à 55 kg, atteignant 75 cm au garrot, peut être rapproché d'un autre grand ovin blanc, le mbaali bagarmi ou mouton de Dourbali (Tchad)10, encore dit woyla (« nord » en fulfulde) par les services vétérinaires. Les Giziga Bwi Marva l'appellent « mouton du Baguirmi » tumon bagarme ou « mouton parmi les bœufs » tumon ngu su slahay, car ils suivent les zébus au pâturage. Les moutons, à la différence des chèvres, broutent les mêmes pâturages que les bovins, encore faut-il les habituer à suivre les troupeaux de zébus.

  • 11  Dans un rapport de tournée (novembre 1932), le lieutenant David, chef de la subdivision de Mokolo, (...)

21Chèvres et moutons seront les éléments d'échange les plus constants avec le mil. Les famines ont toujours été des périodes de circulation d'animaux, comme le furent les dernières grandes famines en date de 1930 à 1932, celles dites des « criquets » zaray. La disette s'installe dans un massif qui n'a d'autre possibilité que d'échanger son petit bétail contre le mil auprès de voisins mieux pourvus11. Chez les Mofu Duvangar, le « mouton » tuban vient de chez les Mada. Lors d'une famine, les Zulgo, voisins des Mada, qui avaient échangé toutes leurs chèvres proposèrent aux Duvangar des moutons. Les Mofu, réticents, acceptèrent quand même.

  • 12  Le terme est aussi signalé par J.F. Vincent, 1991 : 160.

22Certains récits chez les Mofu font état d'une concomitance entre l'arrivée du mouton et la vulgarisation de l'outillage de fer, auparavant monopole des notables et des chefs de famille. En effet, les femmes mofu, par exemple, cultivaient, à l'aide d'une sorte de « houe-tesson de poterie » gagay mevaa12ou d'une houe de bois semblable aux plantoirs actuels. Le développement des activités de réduction de fer à Mayo Plata et chez les Molkwo, en vue de fournir les forgerons maya de Manawaci-Mémé et de tout le royaume du Wandala, aurait provoqué une accélération des échanges plaine-montagne, suscitant l'introduction du mouton ou l'accroissement du nombre de moutons ; à la fin du XVIIIe siècle.

  • 13  Les Mada ont toujours été réceptifs aux nouveautés venues de la plaine. Ils l'ont prouvé en consti (...)
  • 14  Chez les Mofu, on ne peut directement revendiquer comme origine le Wandala. Car avant les Peuls, c (...)

23Les massifs bordiers, principalement celui des Mada, proches des zones de réduction de fer, traditionnellement tournés vers la plaine, auraient les premiers adopté les moutons13. Aussi le pays mada, désigné le plus souvent comme Maduvay par les Mofu, est-il donné comme le pays du mouton. La diffusion du mouton partirait donc de Mada/Wandala14 vers Migwa (direction sud) mis à part le mouvement en sens inverse, de chez les Mowo-Gudur (cf. supra).

24Dater la diffusion du mouton tiendrait de la gageure. Les informateurs mofu hésitent entre Bwi Bigney (1830-1889 ?) ou Bwi Tokwo (1740­1790 ?) (J.-F. Vincent, 1991 : 219). D'autres pensent qu'elle est antérieure à cette dynastie de chefs. Le mouton est désigné par les Mofu nord comme « la chose des Peuls » tek mbozom. Les Peuls auraient donc été le vecteur de son introduction. Or rien n'est moins sûr car l'appellation de Mbozom désigne aussi les Giziga Bwi Marva, et même les proto-Wandala que les Peuls ont ensuite remplacés dans la domination des piémonts mofu.

  • 15  Informateurs principaux : Hayan Deden et Hamadou Madaw, de Douvangar.

25Par ailleurs, le mouton est intégré à un cycle civilisationnel. Nous venons d'évoquer une concomitance mouton-généralisation des outils de fer-nouvelles formes de sel-premiers produits du tissage succédant à un cycle sorghos des lithosols (slaraway)-bœufs du maray-arc... Pour intéres­santes que soient ces reconstructions du passé, elles n'en restent pas moins des spéculations de la part de certains notables informateurs15 mofu.

26La datation nous échappant, on reste en attente de plus convaincantes données que seule l'archéozoologie épaulée par la linguistique seraient susceptibles de livrer. Nous en sommes réduit à noter et à documenter, avec nos informateurs, des jeux d'antécédences. Dans le cas de la chèvre et du mouton, l'antériorité de la première sur le second est flagrante. La chèvre conserve la plus longue mémoire rituelle. Lorsque quelqu'un s'établit, ou refait son élevage, il doit impérativement l'amorcer avec des chèvres, jamais avec des moutons.

La socialisation, sur les massifs, d'animaux venus des plaines

27Pour les Mofu, le monde civilisé, c'est la montagne, à l'opposé du monde sauvage et hostile de la plaine. Le passage sur le massif des hommes, des semences et des animaux ne peut s'effectuer sans 'acclimatation' rituelle.

  • 16  Ces ignames étaient alors cultivées en pérenne. On en faisait la récolte tous les trois ou quatre (...)

28Les Dioscorea abyssinica en offrent un bon exemple. On allait quérir ces tubercules sauvages en plaine afin de renouveler le stock d'ignames en fosse16 des concessions. Ils devaient recevoir l'acquiescement du chef de massif (Douvangar) et subir une socialisation accélérée. Ils étaient mis en terre avec du fumier, de la paille usagée des toitures, des tessons empêchant la progression du tubercule en profondeur...

29Les animaux, comme les « chèvres peules » 'daw mbozom, devaient subir cette forme de rite de passage. Lorsqu'une chèvre arrive dans la concession du montagnard mofu, on la frotte avec des « oignons de Crinum » damas ! et de la poudre de loranthacées de certains arbustes. Il arrive aussi qu'on la lave avec une eau dans laquelle ont macéré des Cissus quadrangularis (mejeved) écrasés. On lui fait également boire cette eau pour la rendre féconde, éviter qu'elle ne s'enfuie et lui permettre de supporter la claustration. La pratique de l'écornage se limitait aux individus à trop longues cornes.

30Les Mofu protègent leurs troupeaux de chèvres avec des « pierres de chèvres » ngwa ma 'daw trouvées lors de sacrifices antérieurs dans la panse de chèvres. Ces pierres sont conservées dans une gourde neuve placée dans un silo généralement sous le contrôle du père ou du fils aîné. Lors de la première sortie de claustration du troupeau, au tout début de la saison sèche, il est abreuvé de l'eau dans laquelle ont été plongées ces pierres, préalablement réactivées par un sacrifice (C. Seignobos, 1998 : 353, 354). Elle peut aussi être proposée à chaque nouvelle chèvre intégrant la bergerie. Cette eau est, en revanche, interdite aux moutons, car elle produirait des effets inverses.

  • 17  Les Peuls pulvérisent aussi de la « salive » moccugo sur leur bétail, tout en récitant des « formu (...)

31Les pratiques de protection du petit bétail passent aussi par une « pulvérisation buccale » mebsimey17, après mastication d'un mélange de 'médicaments' (Cissus, Crinum...). La personne accusée d'avoir jeté un sort à la chèvrerie, se verra contrainte de se livrer au même exercice et devra crachoter cette bénédiction sacrificielle afin de délivrer la chèvrerie du 'sort' dont elle serait l'auteur.

32Ainsi voit-on, à proximité des bergeries et des étables, de petits jardinets de Cissus, généralement tachetés - à la façon de la robe des animaux - pour les caprins, de Crinum , d'A !oe buettneri, t !i mi 'daw (oreille de chèvre) et d'une plante nommée vejeme. Ils visent à parer les menaces des jeteurs de sort mejeved ma dey ma ndaw (médicament contre l'œil des gens).

  • 18  Les Giziga Bwi Marva font de même. A l'inverse, quand un Giziga achète une chèvre au marché, il pr (...)

33A la vente des animaux, chèvres comme moutons, il convient de prélever des poils de la tête, du dos et de la queue et de les laisser dans la bergerie « afin que la bergerie ne soit pas en fuite »18. Cette crainte est très présente chez les Mofu à l'endroit de ces richesses vivantes que sont les récoltes sur pied ou stockées dans les silos, les animaux d'élevages... qui tous peuvent « fuir ».

  • 19  Informateurs : Skimey Telke (Douvangar), Yauba Wandala (Mowo).
  • 20  Informateur, Hamadou Madaw (Douvangar).

34On a peine à imaginer l'accueil d'un nouvel animal sur les massifs. On sait que la « chèvre de plaine » 'daw korni aurait été 'rituellement testée' chez les Mowo - la chefferie qui précéda Gudur - dans la même région d'entrée des monts Mandara, avant de gagner l'aire qu'elle contrôlait cultuellement (courant XVII-XVIIIe siècles ?). Quoi qu'il en soit, cette chèvre musgum, tout comme la chèvre peule, ne participerait toujours pas, du moins dans le discours, ni aux dots, ni aux sacrifices19. Le mouton a mis du temps à se faire accepter. Il aurait été banni de Douvangar à plusieurs reprises, accusé de « contrarier l'esprit des autels de quartier ». Récemment encore, sous le chef Bwi Bigney, au milieu du XIXe siècle, sa présence aurait été remise en cause20.

35Il est certain que l'adoption d'un animal nouveau n'a pu passer qu'à travers les chefs et les aînés de lignages, seuls capables de « s'arranger » avec les ancêtres quant à cette innovation et de permettre ensuite sa vulgarisation.

  • 21  Les Jariba, clan encore au pouvoir à Mowo, font leurs sacrifices avec des moutons qu'ils auraient (...)

36Le mouton déroutait en ce qu'on ne savait comment désamorcer cette étrangeté. C'est alors que la chefferie Mowo Gudur, grande dispensatrice de rituels et ordonnatrice des règles 'liturgiques' adopta le mouton21. Cela aurait été également le cas d'une lignée de chefs giziga. Le mouton va alors se voir confirmé dans ses attributs acquis en plaine, comme ingrédient sacrificiel pour l'eau. Il va également être associé à une autre étrangeté, celle des naissances gémellaires. Il devient chez les Mofu tuban mawsa et, chez les Mafa, tambak tsakalay (mouton des jumeaux). Les moutons seront sacrifiés par paire pour la fête des jumeaux.

Chèvre et mouton dans le partage des rituels

  • 22  Désigné dans un grand nombre d'ethnies (Giziga, Mofu, Mafa...) comme kuli (pl. kuley), terme synth (...)

37Chèvres et moutons vont se partager l'essentiel des sacrifices propitiatoires et de purification. Indubitablement animal de la terre, la chèvre monopolise tous les rites agraires. Elle interfère à tous les niveaux sacrificiels concernant les mânes des ancêtres22. Seuls la chèvre et le bœuf de case sacrifiés sont saupoudrés de farine de sorghos de montagne (slaraway, dans le groupe mofu). Cette farine conforte, voire valide, le sacrifice. Le mouton en est écarté.

  • 23  Ces termes sont communs à un certain nombre d'ethnies. Le madama renvoie aux impuretés collectives (...)

38Il répond, pour sa part, à trois grands registres sacrificiels : l'eau (la pluie, mais surtout les mares, puits et rivières) ; le 'bouc émissaire' qui ôte les « souillures individuelles ou collectives » madama, tokwara, yowna23, et il y apporte la fraîcheur donc la réconciliation ; et, enfin, celui des jumeaux.

39Chaque groupe va jouer sur cette répartition en fonction de ses propres repères politico-religieux et de l'histoire de ses institutions rituelles. Les bêtes sont, la plupart du temps, sacrifiées, en étant saignées, parfois assommées ou étouffées, mais non pas égorgées à la façon musulmane.

Figure 2 Sacrifice d'une chèvre à une "pierre plantée" mbolom, Mofu Duvangar

Figure 2 Sacrifice d'une chèvre à une "pierre plantée" mbolom, Mofu Duvangar

Figure 3 Sacrifice d'un mouton pour la pluie sur un couteau de jet, Giziga de Bilgim

Figure 3 Sacrifice d'un mouton pour la pluie sur un couteau de jet, Giziga de Bilgim

Des exemples entre montagnes et plaines

  • 24  Tout l'arsenal des médicaments des forgerons : graisse et onguent divers, est conservé dans des ph (...)

40Les Mafa projettent leur propre société sur les rapports ovins-caprins. Société bipartite, les Maffa sont divisés entre « gens libres » vavi, et « forgerons » ngwazla. Ces derniers, écartés du pouvoir, subissent une stricte endogamie. Ils travaillent encore le fer, et leurs femmes sont potières, mais surtout chaque famille enterre respectivement les membres d'un lignage vavi. Cette activité, aux dires des Mafa, les rend impurs. Ils mangent et boivent à part. Le forgeron est comme le mouton réputé « souillé ». Le mouton n'est pas agressif et les forgerons ne participent pas à la guerre. Le Mafa dit que si on touche un mouton, il se replie même comme un myriapode. Quand on égorge un mouton, ni il se rebelle, ni il bêle. Enfin, de même que les forgerons sont peu nombreux chez les Mafa, les moutons sont toujours très minoritaires dans leurs élevages. Le mouton se présente donc comme « la bête des forgerons24 » ngwazla sukwiy ou alors, métaphori­quement, comme le « forgeron des animaux ».

  • 25  Au moment d'égorger le bélier, on libère un petit serpent inoffensif, Psammophis elegans (mucurded (...)

41Elu animal sacrificiel pour chasser toutes les impuretés, il servira aussi le rituel du madama, lors du nouvel an, sur chaque massif. Ces cérémonies se déroulent sur une même séquence directionnelle d'est en ouest, chaque communauté prenant successivement le relais. Chez les Maffa-Nord, le mouton est offert par le chef de massif. La procession est ouverte par « les jeunes gens en armes » gawla, suivis du chef des forgerons arborant une peau de civette et un couteau de jet, accompagné d'un autre forgeron portant le bélier. Elle fait le tour du massif au pas de charge avant d'aller le sacrifier à l'ouest25... Toutes les femmes jettent alors les balayures de leurs habitations en direction de l'ouest. Chez les Mofu, le madama se fait aussi avec le mouton. On asperge les portes de l'habitation, celles des cuisines sacrificielles, les mbolom avec le sang et le contenu de la panse... On peut également frapper ces mêmes emplacements des kuley avec une branche de Calotropis procera (kilfaya en mofu). Cette branche sera jetée avec les balayures de la maison, toujours vers l'ouest, de très grand matin.

42Chez les Mafa, le mouton choisi pour appeler la pluie est un bélier non castré. La lutte contre les « voleurs d'âmes » mide inclut également le sacrifice d'un mouton. Pour écarter la folie, on fait tourner autour de la tête du malade un petit mouton, que l'on jette ensuite à terre ; il s'enfuit et la personne qui le récupérera s'exposera, à son tour, à la folie.

43En aucun cas chez les Mafa le mouton ne peut être immolé pour un sacrifice visant la terre, et les « poteries pour les mânes des différents ancêtres » gala zhigile, sont réservées à la chèvre.

44Il en va de même chez les Mofu et les autres montagnards. Ici aussi, le mouton reste lié à l'eau. Ainsi, si l'eau vient à baisser dans les points d'eau pérennes, sortes de puits en entonnoirs aménagés, on versera du sang du mouton sacrifié et l'on projettera le contenu du rumen sur les arbres alentour (J.F. Vincent, 1997 : 342). Il en est de même chez les Uldeme et les Mada.

  • 26  J. Mouchet (1948 : 113) signale que le maître de la pluie du massif mada à Zougoudou, possède des (...)

45Pour la pluie, les chefs de massifs ou les maîtres de la pluie26 ont le choix entre deux options. Si ce rite est pris comme rituel agraire majeur, on sacrifiera une chèvre noire, si on se limite au principe de l'eau, seul le mouton sera retenu. La bonne venue du mil est, bien sûr, tributaire des pluies, mais aussi de déprédateurs comme différents types de chenilles. Lors de la petite saison sèche, à l'amorce de la saison des pluies, celles-ci se montrent parfois très envahissantes. Seule une violente pluie peut les chasser, aussi le choix sacrificiel se portera-t-il plus sur le mouton que sur la chèvre (Kapsiki, Maffa, Mofu...).

  • 27  Appelé Mofu Diamaré par J.F. Vincent.

46Les Mofu-Nord27 continuent, pour bien marquer leurs différences avec Gudur, à pratiquer des rogations sacrificielles pour la pluie avec des chèvres noires. Ils réaniment les pierres de la pluie avec leur sang ; quant aux redoutables pierres de la sécheresse, les kwaley, elles sont traitées avec le sang et le contenu du rumen de chèvres « rouges » dont la peau sera utilisée comme emballage afin de neutraliser leur action.

  • 28  Le marché de Doulek, sur le piémont de Molkwo, a été le grand marché de damans, vendus vivants, li (...)

47Le mouton apparaît comme un ingrédient sacrificiel surérogatoire ou alternatif pour certains rituels anciens comme, par exemple en montagne, le daman, hutsam, (Procavia ruficeps), généralement sur indication du devin28. Selon J.-F. Vincent (1991 : 38), « le daman est par excellence l'animal de la purification ». Avant le mouton, c'est le daman qui était requis pour le sacrifice du madama chez les Mofu. R. Jaouen (1995 : 51) signale chez les Giziga Muturwa que le « daman » kucum, animal sacrificiel pour la pluie, peut être doublé ou remplacé par le mouton.

48Pour C. Collard (1977 : 324) : "C'est surtout en faisant couler le sang d'animaux sauvages que l'on peut espérer obtenir la pluie", ce qui explique les chasses rituelles aux pintades organisées avant les pluies ou pour les faire revenir, chez les Mundang, Gidar, Daba, Bana... On sacrifiait en dernier recours un mouton donné par le chef, puis on se contenta du seul sacrifice du mouton.

  • 29  Lors de leur descente en plaines dans les années 1970, les Mofu furent, à leur tour, touchés par d (...)

49Sur les rives du Logone, chez les Masa, la brebis noire est l'animal d'élection de Mununda, le génie des eaux. Le sacrificateur et « propriétaire de la mare » bum golonga (père/mare) revêt une peau de mouton noir et sacrifie une brebis, également noire, sur la « bouche » de la mare. Ce sacrifice propitiatoire intervient avant les grandes pêches collectives. Il appelle également la venue des futures pluies... Quant aux cérémonies de possession par les esprits (fuliyana) de l'eau qui touchent les femmes masa, elles imposent le sacrifice d'une brebis (F. Dumas-Champion, 1997 : 389). Dans ces régions, le sacrifice du mouton apparaît comme un rituel de substitution à celui du chien tel qu'on pouvait encore l'observer sur les berges du Logone au début des années 1980. Un chien ou un chiot était offert à Mununda, mais on confectionnait le plus souvent son simulacre, un mannequin de graminées fortes (Vetiveria nigritiana) renfermant des excréments et des poils de chien (I. de Garine, 1999 : 331). Les Giziga réservent respectivement aux chèvres et aux moutons des registres rituels identiques. Ils prennent également un « bélier » izem pour les rites de possession du fakalaw29. Dans une variante septentrionale du fakalaw, dite shetene, toujours chez les Giziga et certains montagnards descendus en plaine, les sujets atteints doivent offrir à l'esprit qui les possède un mouton à chaque fête du tabaski et faire, à la façon des musulmans, une « offrande » sadaka, auprès de leurs voisins.

  • 30  Les résultats de séances de divination qui répondent à des demandes individuelles vont avoir recou (...)

50Il existe toujours une latitude interprétative après une séance divinatoire30. Maints subterfuges semblent également permis. Si l'animal réclamé est indisponible, on prélève des poils du bouc que l'on met sur une chèvre qui change dès lors de statut. Les posologies sacrificielles relèvent plus de l'énumération que du classement et, dans la réalisation, le ritualiste fait toujours le choix du raccourci et du compromis sur la prescription formelle. Les cercles de ritualistes montrent quelques réticences à abattre un animal en pleine production. Tout dépendra aussi de l'importance de la cérémonie et si la viande de l'animal sacrifié doit être obligatoirement distribuée à des ayants droit. Toutefois, c'est l'incontournable offrande de l'animal qui valide le sacrifice.

Elevage ou rituel ?

51L'adoption d'un nouvel animal a sans doute suscité des débats quasi théologiques et ce, pas seulement à Gudur. Dans cette chefferie qui a été du XVIIe au XIXe siècle, et sans doute antérieurement, une plaque tournante de redistribution des hommes, des rituels, des semences et des animaux, les « adoptions » prenaient une tout autre dimension. On en perçoit l'écho dans certains récits de chartes de cohabitation ou, simplement, à la lecture de 'recettes sacrificielles' qui rendent compte des apports respectifs des groupes contractants. On peut s'interroger sur les modalités de ces rencontres et les formes d'entendement, voire 'd'évidences partagées', qui les ont précédées, recoupant aires linguistiques et espaces de pouvoir. Les nouveaux venus, avec leur animal 'civilisateur', ont déjà assimilé les principaux codes sociaux et sacrificiels des autochtones. Les diffusions animales semblent ainsi indissociables de ces fonds de croyances.

52L'animal se diffuse avec son 'paquet rituel'. Le passage du mouton des principautés kotoko aux pays musgum et masa s'est accompagné de son statut d'animal de l'eau. Pour F. Dumas-Champion (1997 : 387), les génies de l'eau (mi-animal, mi-humain) des Kotoko sont les mêmes que mununda, génies de l'eau des Masa, et ils ont tous pour référent le même animal : le mouton.

53Le caractère relationnel premier va se transmettre à chaque nouvelle introduction de l'animal avec, parfois, des ajustements créatifs à partir d'une même symbolique de base compréhensible par tous. On peut dès lors s'interroger sur la nature de l'emprunt initial. Visait-il une efficacité rituelle sur la maîtrise des 'eaux', de la pluie à travers son nouveau medium, le mouton, ou l'acceptation de cet animal ouvrait-elle de nouvelles perspectives d'élevage, le rituel étant dans ce cas contingent de son adoption ? Ce pourrait être un peu des deux avec, à partir d'un seuil de diffusion auprès des groupes de référence, l'obligation pour les autres de l'adopter, au motif simple de rester intelligible dans le concert de ses voisins.

54Le mouton demeure un intrus venu du nord, de la plaine, que renforce encore son identification au monde de l'islam. Chèvres et moutons sont toujours présentés comme des animaux dissemblables et qui doivent le rester. Il sera donc interdit d'abriter dans la même bergerie ovins et caprins. Chèvres et moutons se voient accusés de comportements contre nature. Des contes font état de coupables comportements au sein même du monde caprin. Nous retiendrons un récit recueilli chez les Kotoko d'Afadé :

55« Des animaux domestiques partent de conserve chercher des femmes dans les villages. Chacun revient avec une femme, sauf le bouc qui essuie échec sur échec à cause de sa saleté et de l'odeur qu'il dégage. Très affecté et ne supportant plus les quolibets de ses compagnons, le bouc alla se plaindre à Dieu, le suppliant de le délivrer de cette odeur pour ne plus être condamné à vivre sans femme. Dieu lui fit cette réponse : je n'enlèverai pas ce qui est toi-même, ton odeur, mais je t'autorise à prendre femme dans ton entourage, tes sœurs et même ta mère ».

56Ce n'est pas cet inceste-là dont les éleveurs montagnards ont peur, mais de l''inceste' entre moutons et chèvres qui irait à l'encontre de leurs critères de classification symbolique.

57L'argument principal de cette ségrégation animalière - hormis certains comportements agressifs des chèvres qui arrachent le poil des moutons et les dénudent - tient à la crainte que les boucs ne couvrent des brebis et les béliers des chèvres. Ce désordre apporterait une impureté majeure qui non seulement toucherait à la reproduction des animaux, mais serait aussi attentatoire à la société des hommes et a fortiori au propriétaire. Ce dernier se verrait alors contraint de se débarrasser immédiatement des 'coupables' (et jadis de toute la bergerie) en allant les vendre au loin. C'est là la réponse standard à la question de séparation des troupeaux de chèvres et de moutons.

58N'a-t-on pas voulu entretenir cette dualité permettant de clarifier et de classer le champ des sacrifices ? Elle traduirait la volonté de faire de la chèvre et du mouton des animaux quasi antagonistes. L'obligation d'exprimer au mieux leurs différences entérinerait alors deux élevages distincts.

Les pratiques d'élevage des petits ruminants

59Des arguments 'techniques' viennent également étayer la ségrégation des moutons et des chèvres.

Les caprins

60Premier ingrédient sacrificiel, la chèvre reste toujours fortement sollicitée ; on consomme rarement de la viande sans objet et l'on est jamais tout à fait à jour des rituels à accomplir. Capital épargne, unité de compte, elle intervient dans toutes les transactions : élément de base des compensations matrimoniales, dans l'achat de la terre, le règlement d'amendes. C'est le sous-multiple du bovin. La peau de chèvre, tannée et traitée à l'huile de caïlcédrat, était le vêtement, la « peau lombaire » du montagnard. Les peaux fraîches servaient - et servent encore - de linceul pour « emballer » le cadavre.

  • 31  Ce sujet réclamerait un complément d'enquête. Nombre de familles de montagnards descendent encore (...)

61La chair de chèvre, jugée supérieure aux autres, s'accommode avec une infinité de « sauces ». On en consomme également le lait. Les enfants ayant perdu leur mère sont parfois mis au pis d 'une chèvre. On n'utilise jamais, à l'exception des Uuda'en moutonniers, le lait de la brebis - comme d'ailleurs jadis en France (F. Sigaut, 2000 : 86)31. On peut élever un chevreau avec le lait d'une autre mère, mais on ne peut donner du lait de chèvre à un mouton et vice versa. Le lait de chèvre malaxé avec de la farine de mil sert à confectionner des crêpes. Le placenta est consommé après avoir été mis à sécher pendant trois jours.

  • 32  Au-delà d'un comput du temps, le maray représente le sommet de la vie socio-culturelle des montagn (...)

62Le bouc se présentait chez les Mafa comme un ersatz de taureau du maraya32(bœuf de case), saigné sur les massifs selon des cycles de deux à quatre ans). Le bouc castré (testicules tranchés ou écrasés à l'aide d'un bâton ou d'une pierre) était tué l'année du « mil pénicillaire » metemas qui alterne avec celle du sorgho. La graisse du bouc, tout comme celle du maray, cousue dans l'estomac et séchée suspendue à un arbre, était consommée à partir du début de la saison des pluies.

63La chèvre, qui craint la pluie, ne sait pas nager, se montre sensible à certaines ombres, est par ailleurs un animal robuste. Au contraire du mouton, qui se laisse facilement voler, la chèvre regimbe. Dans le répertoire comportemental retenu, les montagnards disent préférer le « caractère » un peu rebelle de la chèvre et sa rusticité, à celui trop placide d'un mouton fragile et sur-domestiqué. Toutefois l'affourragement des chèvres en stabulation pendant la saison des pluies n'est pas chose aisée. "Au cœur de la campagne agricole, le montagnard consacre une partie notable de son temps à la recherche de fourrage pour le bœuf de case et les chèvres, enfermées désormais dans leur case [...] l'occupation presque intégrale du terroir par les cultures ne permet pas que le petit bétail continue à y déambuler à la recherche de sa nourriture, comme en saison sèche. Chaque soir, le montagnard le nourrir à l'étable en lui apportant des bottes de fourrage" (J. Boutrais, 1973 : 101). Dans certains massifs, les murs des terrasses même présentent des graminées pérennes bouturées entre les pierres et que les racines stoloniffères aident à tenir. Sur ces pâturages verticaux artificiels le Maffa peut se livrer à deux coupes pendant la saison des pluies. Nourrir le petit bétail claustré constituait un impératif et les Maffa disposaient de « ffenils » kalak kusaf, sortes de petites cases, généralement de moins de 2 m de diamètre, surélevées à la façon des silos à mil, afin de laisser passer l'air. Elles dominent l'entrée de l'habitation mafa. Les herbes ne sont pas données fraîches, mais exposées un temps au soleil et mélangées aux feuilles basses des tiges de mil et à des feuilles d'émondes de certains arbres.

Les ovins

64Le mouton, lui, ne craint pas l'eau. La nécessité de le laver souvent s'avère une contrainte en montagne, où l'eau manque. Ce sont, curieusement, les deux châtaignes de ses pattes qui sont censées le rendre nyctalope. Comparé à la chèvre, le mouton se montre insatiable si bien que les Giziga parlant de quelqu'un toujours affamé emploient l'expression « un homme au ventre creux comme le mouton ». Quant aux Mofu, ils affirment qu'il mange deux fois plus qu'une chèvre. De plus, la chèvre s'engraisse en deux mois et le mouton en quatre ou cinq mois.

65Ce sont toutefois leurs aptitudes respectives face à l'eau qui vont être retenues. Plusieurs contes s'en font l'écho, comme chez les Giziga Bwi Marva :

« A l'époque où les animaux parlaient, la brebis et la chèvre se rendent en brousse pendant la saison des pluies, chacune suivie de son petit. Le chevreau ne supporte pas la pluie et crève. La brebis et son agneau reviennent sans difficultés du pâturage. En rentrant, la chèvre s'écrie : « plutôt le couteau sur la gorge que la pluie ! », la brebis se moque d'elle et lui dit : « Garde pour toi le couteau, quant à moi, je m'en tiendrai à la pluie »... Lorsque le chef Bwi Marva eut à marier sa fille, il fallut égorger des moutons, on choisit parmi eux cette brebis ».

  • 33  Information Doubla Doumakay, à Kossewa.

66Aussi le proverbe dit « Le sort qui touche la chèvre touchera à son tour le mouton »33. Autrement dit, ne te moque pas de quelqu'un dans le malheur car, à ton tour, le malheur t'atteindra.

  • 34  En plaine, les femmes ont également en charge la surveillance du petit bétail. Une loge spéciale l (...)

67Le statut différent assigné à l'un et à l'autre animal repose sur des comportements qui conditionnent en grande partie leurs connotations rituelles. Cela se concrétise par des enclos, des bergeries ou des loges séparés. L'habitation mafa enroule sa suite de cases autour de la « bergerie » kudum bok qui s'abouche à la « case » wudok de la maîtresse de maison34. Cette construction complexe peut compter trois compartiments. Le bas, en creux, est laissé aux moutons ; l'étage, plus aéré, est réservé aux chèvres. Ainsi les animaux sortent parfois de deux ouvertures séparées dans la case de la femme. Le second étage se présente comme une loge montée - en terre comme la paroi d'un silo - alors que le reste est en pierres. Cette partie sert de réserve de cendres pour la fabrication de sel de potasse.

  • 35  Le prédateur de la chèvre sur les monts Mandara est la panthère. Le massif de Dugur, énorme chaos (...)

68Chez les Mofu Mokyo, J. Boutrais (1973 : 251) signale "un petit abri pour les chèvres en saison des pluies... En saison sèche, les chèvres passent la nuit sous la case aux cendres, dans la maison, à cause des voleurs éventuels". Dans le plan levé par J. Boutrais, la « réserve de sel et abri aux chèvres » diget apparaît coincée entre la case-vestibule où dort le chef de famille et la chambre de son fils. les Mofu d'ailleurs renforçaient leur « chèvrerie » gedeng contre les panthères, dont ils redoutaient les incursions dans ces lieux35.

69Il ne faut pas provoquer de regards envieux, aussi ces bergeries occupent-elles le plus souvent un espace dérobé à la vue. Dans la pratique, chacun s'abstient de plonger son regard dans la bergerie d'autrui. Tout cet arsenal de protections, auquel s'ajoutent les pratiques occultes déjà évoquées, milite en faveur de l'importance du petit bétail dans ces économies familiales.

Figure 4La bergerie dans l'architecture villageoise

Figure 4La bergerie dans l'architecture villageoise

70On peut signaler encore, dans le même registre, les pratiques qui entourent la pose des piquets d'attache dans la bergerie, afin de prévenir le vol du bétail et pour favoriser une meilleure reproduction. Chez les Giziga, on creuse des trous de 30 cm de profondeur pour disposer des pieux fourchus en bois de Calotropis procera, puissant protecteur contre les voleurs ou encore en bois de Combretum aculeatum, que l'on place en limite des parcelles, non sans avoir versé de la poudre de certains Loranthus (mehemek). Les Peuls ne sont pas en reste, mais ils privilégient le bois de Piliostigma reticulatum (barkeehi) et de Diospyros mespiliformis (nel'bi) qui apportent la barka aux petits ruminants. Lorsque, dans la nouvelle bergerie on dispose les piquets d'attache, on commence par celui de la chèvre la plus âgée du troupeau. On verse dans le trou de la poudre de Loranthus, de Bauhinia rufescens (namareehi = rimajogoohi), arbuste aux gousses indéhiscentes qui entre dans de nombreux filtres pour la fécondité du bétail.

  • 36  "Les montagnards du nord [Mafa, Mofu...] ont généralement 4 à 5 moutons et chèvres par famille, ra (...)

71Sur la montagne, les bergeries peuvent abriter quelques moutons et une douzaine de caprins36. Elles sont nettoyées tous les deux ans pour les moutons et tous les trois ans pour les chèvres. Les excreta de mouton se révèlent d'un grand intérêt car ils donnent une poudrette recherchée pour fumer les champs de case, les billons de souchet et le jardinet de tabac jouxtant l'habitation. On prélève une part de ces déjections que l'on fait brûler pour obtenir des cendres qui subiront une lixiviation. Le filtrat récupéré servira de sel (cukkuri en fulfulde) conservé sous forme de saumure ou cristallisé en boulettes. Utilisé au quotidien en montagne, cette composante organoleptique reste indissociable de certains mets en plaine. Les repas sacrificiels, enfin, ne peuvent se dispenser de cet assaisonnement.

72Curer le fumier d'une bergerie s'associe à l'obligation de le partager avec ses voisins, en l'occurrence les voisines, qui apporteront en contrepartie, de la pâte d'oseille de Guinée. Il s'agit là d'une forme de partage du sel entre voisins. On peut également faire brûler le fumier de mouton et conserver pendant près d'une semaine un feu qui couve, sans avoir à rallumer le foyer. On le met également à brûler sur des parcelles de sorghos repiqués, pour éloigner certains déprédateurs des zones particulièrement touchées.

  • 37  Le développement de la scolarisation gêne le gardiennage des petits ruminants qui a toujours été l (...)
  • 38  Les pâtures encloses (wayam) qui communiquaient entre elles permettaient la circulation du bétail (...)

73En plaine, à Makabay et Meskine, près de Maroua, on observe des bergeries de 4,5 m de diamètre, subdivisées, avec deux issues, l'une pour les moutons, l'autre pour les chèvres, complétées parfois d'un enclos à l'avant des portes. Dans les corrals d'épineux (waalde), montés avec des abattis de jujubiers, d'Acacia sieberiana, de Balanites aegyptiaca, de Faidherbia albida... appartenant généralement à des Peuls, on peut trouver, rassemblés là, des troupeaux de plus de cinquante têtes, chèvres et moutons mêlés. Par manque de petits bergers, ovins et caprins partagent de plus en plus les mêmes pâturages37. Auparavant, sur les massifs, les moutons étaient mis au pâturage dans les fonds de talwegs ou, chez les Maffa, dans des pâtures encloses38, alors que les chèvres parcouraient les éboulis de blocs qui prolongent les ultimes terrasses.

74Dans la région de Maroua, où l'on déplore depuis deux décennies, la dégradation des pâturages, particulièrement ceux arbustifs, les chèvres en sont réduites à brouter l'herbe comme les moutons et à manger les jeunes feuilles et les fleurs de Calotropis procera.

  • 39  Les soins du petit bétail pourraient faire l'objet d'une étude. Mais d'ores et déjà le recours à l (...)

75Si moutons et chèvres réfèrent à des élevages dissociés et répondent à des demandes rituelles dissemblables, ils reçoivent, en revanche, pour les mêmes pathologies, des types de soins très proches39. En a-t-il toujours été ainsi ?

De la ségrégation culturelle entre petits ruminants aux nouvelles indifférenciations entre races

  • 40  Chez les non musulmans comme chez les Giziga, on constate l'inverse, le lépreux ne doit pas consom (...)

76Dans le nord du Cameroun, la société peule, dominante, impose plus que jamais, à travers l'islam, ses codes. Le mouton y apparaît comme l'animal du musulman et du citadin. Sa viande garantirait à celui qui la consomme une parfaite santé. La chair de la chèvre, pourtant implicitement appréciée, tendrait à se charger de connotations de nourriture païenne. Elle accentuerait certaines maladies de la peau (sa'dawre40, sa'dawre 'balere, 'banndu 'balwi).

77Chez les musulmans, le mouton demeure au cœur de l'arsenal sacrificiel, que ce soit lors de rogations pour la pluie ou pour soigner diverses possessions, ainsi que pour les fêtes, dont la plus représentative, le tabaski, est précisément « la fête du mouton ». La peau d'un grand bélier fournit alors le « tapis de prière » laral juuldugal le plus prisé.

  • 41  La pratique de l'embouche se répand et touche essentiellement les béliers castrés uudaaji et woyla (...)

78A Maroua, une concession sur deux élevait de petits ruminants à la fin des années 1980, et les éleveurs islamisés (75 %) de la population (250 000 habitants) possédaient pour 90 % d'entre eux des troupeaux d'ovins purs (E. Thys et al, 1988 : 6). Après une courte embouche (trois à quatre mois)41, les bêtes abattues pour les fêtes n'arrivaient pas sur les marchés. "Maroua révèle une forte concentration de moutons, liée à un intérêt socio-religieux... Quant à la chèvre, elle prend plus d'importance à la campagne parce que la proportion d'animistes y est plus élevée" (Ibid. : 5). Les chèvres, en revanche, constituaient 58,4 % des bêtes conduites à l'abattoir dans la région de Maroua.

79Quant aux différentes communautés de forgerons, Giziga, Mofu, Mafa et jusque chez les Bata et les Dii (J.P. Muller, 2006 : 37), la viande de mouton se présentait comme un interdit. La peau de leurs soufflets à outre ne pouvait être que de chèvre, peau dépouillée sans être tranchée, jugée plus solide. mais surtout pas avec de la peau de mouton. En s'islamisant les forgerons 'entraient' chez les Sirata (Kanuri), rejoignant ainsi la seule communauté de forgerons résidant parmi les Peuls. Cette mutation ethnique a non seulement suscité un changement d'outillage et de travail du fer, mais également une réhabilitation du mouton et de sa peau.

80Ces dernières décennies, la radicalisation religieuse de la société peule n'a fait qu'accentuer le phénomène, ce qui prolonge, d'une certaine façon, la ségrégation chèvres/moutons.

81Ceux qui vont faire élevage commun se retrouvent pour la plupart parmi les musulmans. Toutefois, même chez les Peuls, les croyances de bonne femme (ka'b'be rew'be) sont tenaces et renvoient à de vieux héritages païens entretenus par des affranchis : il ne faut pas mélanger chèvres et moutons, car l'un va l'emporter sur l'autre (yaabtugo) et le détruire. Les mallum ne cessent de fustiger ces croyances sans fondement scripturaire. Quant aux communautés chrétiennes ou pseudo-chrétiennes, elles portent un regard nouveau sur l'élevage du petit bétail et elles l'enferment dans des bergeries communes. La disparition progressive de la classe des vieux adultes contribue à l'amoindrissement des pratiques sacrificielles traditionnelles.

82Si la reproduction reste peu contrôlée, on remarque néanmoins que nombre d'éleveurs font appel à un beau reproducteur, que ce soit un bouc de race mbeewa uudaawa pour couvrir des chèvres locales et donner des produits de plus grand format. Depuis une quarantaine d'années, les éleveurs Uuda'en ont non seulement commercialisé fort loin leurs grands moutons, notamment pour la tabaski, mais leurs brebis et leurs béliers ont considérablement transformé les élevages des régions du Diamaré et de la Bénoué. Ces produits croisés s'avèrent plus résistants pendant la saison des pluies que les grands moutons sahéliens et gagnent en gabarit sur les ovins locaux. On continue à les appeler pulfuli alors que les plus petits sont désignés indistinctement da'b'baaji haabeeji (bétail des païens). Dans les villages, les croisements devaient conduire à terme à plus d'homogénéité. Les populations ont aujourd'hui du mal à sérier leurs différentes 'races' de moutons et plus encore de chèvres, et elles dénoncent pour cela de constants croisements, mais, de fait, elles éprouvent moins le besoin de préserver ces distinctions.

83Les Giziga Bwi Marva, par exemple, présentent deux types de boucs, le koko'bo qui remplit des obligations sacrificielles, et le mazawal que l'on castre, engraisse et commercialise. Ici s'exprime toute l'ambiguïté de ces « races », dont l'existence relève de référents ethniques, parfois désuets. Les Giziga ont longtemps affublé leurs voisins montagnards mofu du nom de « bouc de la montagne » Koko'bo ngu mwa. Pourtant, aujourd'hui, ces mêmes Giziga affirment que le koko 'bo ressemble à tel point au mazawal qu'ils en ont tiré une expression : ti mazawal, ti koko 'bo, pour désigner deux choses identiques.

84Les éleveurs ont, dans le passé, manié la diversité adaptative de leur cheptel. Ils ont joué sur la plasticité des populations de caprins et d'ovins et leur pression sélective a, avec le temps, orienté le réservoir génétique vers plus de conformité avec leur environnement et les critères d'élevage au sein de chaque agrosystème. Aujourd'hui, au contraire, la tendance est à l'indifférenciation entre ces petits ruminants. Dans les zones urbaines et suburbaines, comme Maroua ou Garoua, se met en place un contexte favorable à la recomposition de stocks génétiques et à un (re)brassage des 'races traditionnelles'. Cette situation nouvelle susceptible de recréer un fonds indifférencié de caprins et d'ovins n'en serait pas moins porteuse d'un nouveau pool génétique en réserve. ce qui peut entraîner, à terme, l'intégration des élevages de caprins et d'ovins.

Haut de page

Bibliographie

Je tiens à remercier Philippe Lhoste (vétérinaire, Cirad) pour sa relecture attentive.

BARDOUX, P., 1986, Les petits ruminants dans la province de l'extrême-nord du Cameroun (enquêtes zootechniques), Thèse doc. Vét., Créteil, 182 p.

Bourzat, D., P.S. Zafindrajaona, J.J. Lauvergne, V. Zeuh, 1993, Comparaison morpho-biométrique de chèvres au Nord-Cameroun et au Tchad, Revue Elev. Méd. Vét. pays Trop., 46 (4), pp. 667-674.

BOUTRAIS, J., 1973, La colonisation des plaines par les montagnards au nord du Cameroun (monts Mandara), Travaux et documents de l'Orstom, n° 24. Orstom-Paris, 278 p.

BOSCH, F., 1985, Essais zootechniques en station sur trois races ovines locales du Nord-Cameroun, Mesres-Station de Yagoua, IEMVT, 66 p.

Braukämper, U., 1997, The cow emerges from the water myths relating to the origin of cattle in the chad basin, in H. Jungraithmayr, D. Barreteau, U. Seibert (éds.), L'Homme et l'eau dans le bassin du lac Tchad. IRD, pp. 191-205.

ChARRAY, J., P. TSANGUEU, 1987, Projet de développement de l'élevage des petits ruminants au Cameroun, MINEPIA, Cameroun, 31 p.

COLLARD, C., 1977, Organisation sociale des Guidar ou Baynawa (Cameroun septentrional), Thèse, Univ. Paris X/Ephess, 438 p.

DlGARD, J.P., 1990, L'homme et les animaux domestiques. Anthropologie d'une passion, Le temps des Sciences, Fayard, 325 p.

DINEUR, B., O. OUMATE et E. THYS , 1985, Enquête préliminaire sur l'élevage des ovins-caprins, Rapport final, FONADER, Maroua, 20 p.

Dumas-Champion, F., 1997, La pêche rituelle des mares en pays masa (Tchad), in H. Jungraithmayr, D. Barreteau, U. Seibert (éds.), L'Homme et l'eau dans le bassin du lac Tchad, IRD, pp. 385-401.

FRECHOU, H., 1966, L'élevage et le commerce du bétail dans le Nord- Cameroun, Cah. Orstom Sc. Hum 3 (2), 125 p.

Garine, I. de, 1999, Contribution à l'ethnologie du chien dans le Nord du Cameroun et le Sud-Ouest du Tchad, Masa, Muzey, Tupuri, Kera, in C. Baroin et J. Boutrais (éds), L'Homme et l'animal dans le bassin du lac Tchad, IRD, pp. 321-348.

HALLAIRE, A., 1991, Paysans montagnards du Nord-Cameroun (les monts Mandara). A travers champs, Orstom éditions, 253 p.

IYEBI-MANDJEK, O., C. SEIGNOBOS, 1995, Terroir de Mowo, saturation foncière et émigration, Dpgt-Orstom-Minagri. 79 p. JAOUEN, R., 1995, L'eucharistie du mil, Paris, Karthala, 286 p.

MOUCHET, J., 1948, Prospections ethologiques sommaires de quelques massifs du Mandara, Massif Mada, Etudes camerounaises, N° 21-22, pp. 105-120. MULLER, J.-P., 2006, Les chefferies dii de l'Adamaoua (Nord-Cameroun), Paris Cnrs/ Maison des Sciences de l'Homme. 210 p.

Muzzolini, A., 1987, Les premiers moutons sahariens d'après les figures rupestres, Archaeozoologia. vol. 12, pp. 129-148.

Seignobos, C., 1997, Maîtrise de l'eau et contrôle de l'érosion, l'exemple mafa (Nord-Cameroun), in H. Jungraithmayr, D. Barreteau, U. Seibert (éds.), L'Homme et l'eau dans le bassin du lac Tchad. IRD, pp. 351-365.

—, 1998, Taurins du Cameroun, une extinction annoncée ? in C. Seignobos et E. Thys (éds), Des taurins et des hommes, Cameroun, Nigeria. Orstom éditions. 199 p.

—, 2000, Elevage I, la densité du bétail, in Atlas de la Province Extrême-Nord

Cameroun, Paris, MINREST-IRD. pp. 115-119 . SlGAUT, F., 2000, Allaitement et maternage entre espèces animales différentes,

Ethnozootechnie n° 65, Varia, pp. 81-88. Thys, E., O. Njobdi, A. Ndjidda, W. Davaï, J. Oumarou, D. Sadou, W.

DaHIROU , 1988, Observations sur la commercialisation des ovins dans le département du Diamaré, CNFZV (Maroua), 20 p.

THYS, E., EKEMBE Th., 1988, La situation des petits ruminants à Maroua (province de l'Extrême-Nord Cameroun). Un exemple d'élevage citadin en Afrique, CNFZV (Maroua), 15 p.

VINCENT, J.-F., 1991, Princes montagnards du Nord-Cameroun, T. 1, Paris, L'Harmattan, 466 p.

—, 1997, Princes, pluies et puits dans les montagnes Mofu-Diamaré (Nord-Cameroun), in H. Jungraithmayr, D. Barreteau, U. Seibert (éds.), L'Homme et l'eau dans le bassin du lac Tchad. IRD, pp. 337-349.

Wehr, H., 1979, A Dictionary of Modern Written Arabic, ed. by J. Milton Cowan, Wiesbaden. O. Harrassowitz XVII, 1301 p.

Haut de page

Notes

1  Le parcage séparé des moutons et des chèvres s'est encore précisé lors d'enquêtes concernant des aménagements de terroirs (cf. O. Iyebi Mandjek, C. Seignobos, 1995 : 9-10), avec à l'appui le levé de trois concessions dans les quartiers Katamsa et Dengel (canton de Mokong).

2  Les chasseurs (gaw), kanuri en particulier, dans le nord du Diamaré, ont toujours et jusqu'à présent apprivoisé à des fins ludiques de très jeunes gazelles rufifrons trouvées ou capturées en brousse.

3  Ce « mythe » des origines de la chèvre relève d'infracroyances. Lors de suivis (fin des années 1970) de sacrifices aux mbolom (pierres plantées sur lesquelles reposent des cols de poteries) de quartiers ou de massifs et qui s'adressent aux grands ancêtres (je'dje'd des Mafa), j'ai été surpris (après coup) du choix des chèvres sacrificielles (Oupay, Soulédé, Tchouwok et Douvangar). Toutes possédaient une robe chamoisée, avec une ligne dorsale plus foncée, couleurs rappelant celles de la supposée gazelle originelle.

4  Shuwa viendrait de l'arabe [suwawi], « éleveur de petit bétail ». H. Wehr, 1979 : 574, donne [siwah] comme pluriel de mouton.

5  Aux abords du lac Tchad, il existe aussi un « cattle-water-mytheme » (U. Braukâmper, 1997) pour certains groupes de Fulbe ladde ( = Peuls de brousse) et d'Arabes shuwa.

6  Les musulmans du Tchad désignaient ainsi les populations païennes. Le terme sera adopté par l'administration coloniale militaire française qui l'appliquera au Cameroun. Pour le bétail, on parlera de « cheval kirdi », de « chèvre kirdi », du « petit bétail qui est le bas de laine kirdi »...

7  Le céphalophe de Grimm est présenté comme le messager des sorciers dans nombre d'ethnies, dont les Gidar (C. Collard, 1977 : 347) . Chez les Masa, Bagawna, génie de la brousse et des animaux qu'elle abrite, revêt l'apparence du céphalophe de Grimm. Approché par un chasseur, sur des champs ou des jachères, il se transforme en mouton.

8  Informateur : Ngatsebay Hawadak, quartier Chéré (Gouzda).

9  Les services de l'élevage du Nord Cameroun classent les moutons en trois catégories : poulfouli, oudah et massa (E. Thys et al., 1988 : 5). Dans les rapports, on peut également trouver un « mouton kirdi », un « mouton nain de montagne » et un « mouton de Maroua ».

10  Dourbali, appellation d'une bourgade au nord du Baguirmi. Elle est composée de dôr (« campement » en arabe) et de mbaali (« mouton » en fulfulde). Les Fellata am arba, éleveurs de la région, sont un mélange de lignages arabes et fellata (peuls) totalement bilingues.

11  Dans un rapport de tournée (novembre 1932), le lieutenant David, chef de la subdivision de Mokolo, décrit la situation chez les Kirdis [Xide] : "Récolte : presque nulle à Libam, Lingline (Tourou) [...] la soudure sera difficile pendant environ deux mois. Cheptel : par suite de la mauvaise récolte de mil des deux dernières années, les Kirdis ont dû se défaire d'une grande partie de leur cheptel [...]". Les recensements faits par l'administrateur montrent que le petit bétail a quasi diminué de moitié dans les villages enquêtés.

12  Le terme est aussi signalé par J.F. Vincent, 1991 : 160.

13  Les Mada ont toujours été réceptifs aux nouveautés venues de la plaine. Ils l'ont prouvé en constituant, à la différence des autres montagnards, un élevage bovin (qui ne se limite pas aux taureaux claustrés) pâturant durant la saison sèche sur le massif et son piémont (J. Mouchet, 1948 : 111).

14  Chez les Mofu, on ne peut directement revendiquer comme origine le Wandala. Car avant les Peuls, ceux qui les harcelaient étaient les Wandala, partant tout ce qui est mauvais vient du Wandala. Chez les Mofu, on chasse quelqu'un en lui disant : « fiche le camp au Wandala », pour « va au diable ».

15  Informateurs principaux : Hayan Deden et Hamadou Madaw, de Douvangar.

16  Ces ignames étaient alors cultivées en pérenne. On en faisait la récolte tous les trois ou quatre ans ou encore on réalisait des prélèvements sur le tubercule. Seules les familles de notables étaient habilitées à en posséder.

17  Les Peuls pulvérisent aussi de la « salive » moccugo sur leur bétail, tout en récitant des « formules de protection » diggoore, généralement héritées.

18  Les Giziga Bwi Marva font de même. A l'inverse, quand un Giziga achète une chèvre au marché, il prend une braise de son foyer et brûle quelques poils sur la tête, le dos et la queue de l'animal afin de conjurer le mauvais sort, avant de l'attacher dans sa bergerie.

19  Informateurs : Skimey Telke (Douvangar), Yauba Wandala (Mowo).

20  Informateur, Hamadou Madaw (Douvangar).

21  Les Jariba, clan encore au pouvoir à Mowo, font leurs sacrifices avec des moutons qu'ils auraient jadis introduits ou, du moins, dont ils auraient favorisé la diffusion (O. Iyebi-Mandjek, C. Seignobos, 1995 : 21).

22  Désigné dans un grand nombre d'ethnies (Giziga, Mofu, Mafa...) comme kuli (pl. kuley), terme synthétique qui rend compte d'un système de médiation vers l'au-delà par les ancêtres, en même temps qu'une sorte de 'force vitale sacrée'. (R. Jaouen, 1995 : 15-16).

23  Ces termes sont communs à un certain nombre d'ethnies. Le madama renvoie aux impuretés collectives accumulées sur une année par une communauté et qui la rejette hors de ses limites selon un calendrier intégrant un ensemble de voisins. Le tokwora relève d'une impureté contractée avec le sang versé (meurtre) au cours d'une rixe. Yowna (ou encore madama) recouvre les impuretés contre nature : inceste lignager, bestialité, tout ce qui touche aux mélanges de choses ne devant pas entrer en contact.

24  Tout l'arsenal des médicaments des forgerons : graisse et onguent divers, est conservé dans des phylactères en cornes de bélier. La corne droite sert d'instrument de musique (ngalom), on en joue essentiellement au début de la saison des pluies.

25  Au moment d'égorger le bélier, on libère un petit serpent inoffensif, Psammophis elegans (mucurdede), à queue longue très fine, rayé de trois bandes longitudinales marron clair, bordées de lignes noires, et à ventre blanc. Ce serpent, qui consomme de très petits rongeurs, est toléré à proximité des habitations. Il joue ici le rôle d'un bouc émissaire dérobé qui fuira avec l'esprit de mal.

26  J. Mouchet (1948 : 113) signale que le maître de la pluie du massif mada à Zougoudou, possède des « esprits » qui « se promènent sous la forme de mouton ».

27  Appelé Mofu Diamaré par J.F. Vincent.

28  Le marché de Doulek, sur le piémont de Molkwo, a été le grand marché de damans, vendus vivants, ligaturés, la gueule fermée sur un bois, jusqu'en 2003. Cette année-là, les agents des Eaux et Forêts ont décidé d'y voir un moyen supplémentaire de taxer les montagnards.

29  Lors de leur descente en plaines dans les années 1970, les Mofu furent, à leur tour, touchés par des épidémies de possession par fakalaw. Ils établirent un rituel prenant en compte tous les symboles de la plaine avec comme autel le sable des mayos dans un col de jarre, lui- même situé sous un Faidherbia albida... et le mouton

30  Les résultats de séances de divination qui répondent à des demandes individuelles vont avoir recours à un choix plus grand d'animaux mettant en cause le sexe, l'âge et surtout la robe : noire, blanche, chamoisée, mantelé antérieur, mantelé postérieur, avec tache oculaire...

31  Ce sujet réclamerait un complément d'enquête. Nombre de familles de montagnards descendent encore en plaine auprès des Peuls en cas de manque ou de mauvaise qualité du lait de la mère. L'enfant est alors nourri de lait de vache à l'aide de biberons ad hoc en cucurbitacées (gurmusel).

32  Au-delà d'un comput du temps, le maray représente le sommet de la vie socio-culturelle des montagnards, qui fait rejouer toutes leurs relations de parenté et d'alliance.

33  Information Doubla Doumakay, à Kossewa.

34  En plaine, les femmes ont également en charge la surveillance du petit bétail. Une loge spéciale lui était réservée dans leur case (Masa, Musgum, Gidar, Mundang.).

35  Le prédateur de la chèvre sur les monts Mandara est la panthère. Le massif de Dugur, énorme chaos de blocs granitiques, défraya la chronique durant toute la période coloniale en raison des attaques de panthères. On observe encore (en 2000) sur le sommet, des ruines de pièges à panthères, trébuchet géant appâté d'une chèvre vivante.

36  "Les montagnards du nord [Mafa, Mofu...] ont généralement 4 à 5 moutons et chèvres par famille, rarement plus de 7 à 8, tandis qu'au sud, notamment chez les Kapsiki et les Fali, certains exploitants ont de véritables troupeaux de 20 à 30 têtes". A. Hallaire (1991 : 58).

37  Le développement de la scolarisation gêne le gardiennage des petits ruminants qui a toujours été l'affaire des enfants. Il faut, aujourd'hui, rétribuer les pastoureaux. En 2000, autour de Maroua, le chevrier recruté perçoit 500 Fcfa pour « l'argent des chaussures a'deeje ou ceede pa'de) » et 100 Fcfa par tête gardée, tous les trois mois.

38  Les pâtures encloses (wayam) qui communiquaient entre elles permettaient la circulation du bétail de quartier à quartier pendant la saison végétative. Elles connurent un rétrécissement de leurs surfaces avant de se fixer dans leur état actuel, dans le but de préserver les points d'eau et de bloquer l'érosion dans les vallées hautes. Ces wayam reçoivent aujourd'hui les quelques moutons des massifs afin de limiter leur claustration durant la saison des pluies (C. Seignobos, 1997 : 354).

39  Les soins du petit bétail pourraient faire l'objet d'une étude. Mais d'ores et déjà le recours à l'infirmier vétérinaire (dofta) et aux produits pharmaceutiques remise certaines pratiques au domaine du passé. Les protections occultes, en revanche, restent d'actualité.

40  Chez les non musulmans comme chez les Giziga, on constate l'inverse, le lépreux ne doit pas consommer de viande de mouton.

41  La pratique de l'embouche se répand et touche essentiellement les béliers castrés uudaaji et woyla. Leur alimentation comprend les tiges de certains sorghos, les fanes de niébé et d'arachide, les boules de mil séchées (helelemri), le son de mil (ngaajiri), des tourteaux et des coques de coton... Ces élevages font de plus en plus appel à des soins vétérinaires. Cette embouche ovine, dont E.Thys mettait déjà en doute l'intérêt économique, relève, de l'aveu même de ceux qui la pratiquent, d'un élevage à visée sociale. Il signe la présence d'une vaste maisonnée disposant de moyens pour élever un petit troupeau.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 Exemple de chèvres et de moutons du Nord Cameroun
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/2459/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Figure 2 Sacrifice d'une chèvre à une "pierre plantée" mbolom, Mofu Duvangar
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/2459/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Figure 3 Sacrifice d'un mouton pour la pluie sur un couteau de jet, Giziga de Bilgim
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/2459/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 4La bergerie dans l'architecture villageoise
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/2459/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 786k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Seignobos, « Chèvre animal de la terre, mouton animal de l'eau Nord Cameroun », Journal des africanistes, 78-1/2 | 2009, 157-182.

Référence électronique

Christian Seignobos, « Chèvre animal de la terre, mouton animal de l'eau Nord Cameroun », Journal des africanistes [En ligne], 78-1/2 | 2009, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2459

Haut de page

Auteur

Christian Seignobos

Géographe, Directeur de recherches, IRD. christian.seignobos@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org