Navigation – Plan du site
L'expression de l'espace dans les langues africaines

Présentation du dossier

Ursula Baumgardt et Paulette Roulon-Doko
p. 9-10

Texte intégral

1Pendant plusieurs années, des chercheurs spécialistes d'ethnolinguistique et /ou de littérature orale préoccupés d'explorer l'apport de la diversité des langues naturelles, en l'occurrence les langues africaines, à la problématique de la catégorisation ont travaillé sur le thème de l'espace. Celui-ci est abordé ici sous deux angles : celui de l'ethnolinguistique et celui de la littérature orale.

2La première partie du dossier est consacrée aux Approches ethnolinguistique et cognitive de la notion d'espace. Il s'agit de s'interroger sur la notion d'espace dans plusieurs langues africaines. Il n'y a pas, pour nous, d'équivalence stricte entre une culture et sa langue, car l'organisation conceptuelle des différents domaines de la réalité est antérieure à toute formalisation linguistique. Cependant la langue est une des manifestations fondamentales de la culture, et son étude un moyen privilégié pour y accéder. La méthodologie ethnolinguistique qui sous-tend notre travail consiste à associer l'observation directe du milieu et l'utilisation constante de la parole des locuteurs qui sont, ici, les deux éléments fondamentaux d'approche de la pensée.

3Chaque culture perçoit le monde à travers un système conceptuel dont la langue, avec ses moyens propres - lexicalisation, procédures syntaxiques, etc. - rend plus ou moins compte. On peut certes tout dire dans une langue, mais tout n'est pas nécessairement nommé, car la prise en compte lexicale, par exemple, ne retient le plus souvent que certains axes de pertinences. Dans ces conditions chaque système linguistique a sa propre structuration qui, le plus souvent, est une assez bonne mesure de l'organisation conceptuelle du champ sémantique étudié et il ne saurait être question de parler de manque dans un tel système. Chaque système linguistique a sa cohérence, investissant certains pans du champ étudié tout en en négligeant d'autres, voire en les prenant en compte dans un autre champ.

4Les huit études qui constituent ce dossier illustrent la spécificité de chacune des langues. Elles illustrent cependant pour souligner l'importance qu'il faut accorder à la notion de frontière ou de limite, et dégager la place de l'autre dans un espace donné.

5En pays boo, au Mali, Cécile Leguy démontre que l'axe est / ouest qui oriente le village, s'il suit la course du soleil, prend de plus en charge, dans cette culture d'agriculteurs de savane, une représentation fondamentalement inégalitaire des positions sociales plaçant à l'est la fécondité et à l'ouest les malheurs. En pays gbaya, en République Centrafricaine, Paulette Roulon-Doko présente la conception de l'espace qu'ont ces chasseurs cueilleurs cultivateurs. Ils entretiennent un rapport harmonieux avec la nature qui est placée sous le contrôle des ancêtres toujours protecteurs des vivants, sans contact avec l'univers mythique peuplé de diverses divinités qui reste, lui, cantonné au monde des contes. En pays igbo au Nigéria, Françoise Ugochukwu nous fait découvrir un monde fortement structuré où la coutume garantit la place de chacun. Le monde humain côtoie en perma­nence le monde des esprits, contraignant les hommes à partager cet espace dont ils ne sont que les usufruitiers. Elisa Fiorio étudie, chez les Tupuri du Tchad, la notion de « bois sacré » qui crée un espace symbolique manifestant une zone de contact entre le monde des vivants et celui des ancêtres et représentant le lieu de production de l'identité lignagère. Catherine Vaudour présente la tente comme répondant au besoin d'un espace protecteur pour se prémunir de l'hostilité de la brousse chez les Touareg Kel-Tamasheq d'Algérie. Cependant, dans les deux contes étudiés, c'est en fin de compte le corps d'une ânesse qui procure un abri à la jeune fille en quête d'un espace refuge. Anne-Marie Dauphin-Tinturier a choisi d'étudier l'organisation de l'espace chez les Bemba du Nord de la Zambie comme un emboîtement de localisations sacralisées par divers rituels. Elle décrit en particulier l'espace initiatique qui renvoie à la configuration des mythes d'origine. Chez les Tupuri du Tchad, Suzanne Ruelland présente les vastes plaines inondables du Mayo-Kebbi, tour à tour humides et sèches, qui constituent une frontière entre deux mondes, celui des hommes et celui du génie des eaux, montrant que les cérémonies propitiatoires à l'égard du génie des eaux s'insèrent parfaitement dans le calendrier agricole tupuri. Enfin, Pascal Boyeldieu fait une présentation du lexique concernant les conceptions du temps et de l'espace chez les Yakoma d'Afrique centrale, montrant qu'espace et temps sont souvent associés et soulignant l'importance du fleuve comme référence spatiale fondamentale dans cette culture.

6Une seconde partie de ce dossier consacrée aux représentations de l'espace en littérature orale, sera publiée dans le volume 79-2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ursula Baumgardt et Paulette Roulon-Doko, « Présentation du dossier », Journal des africanistes, 79-1 | 2009, 9-10.

Référence électronique

Ursula Baumgardt et Paulette Roulon-Doko, « Présentation du dossier », Journal des africanistes [En ligne], 79-1 | 2009, mis en ligne le 08 juillet 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2373

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org