Navigation – Plan du site

L’arme du chant collectif au cœur du conflit biafrais

Collective songs as a weapon in the Biafran war
Françoise Ugochukwu
p. 29-50

Résumés

Si des auteurs comme Basden, Leith-Ross et Nwando Achebe ont mentionné dans leurs écrits la puissance du chant dans la culture igbo, le rôle des chants nés du conflit biafrais et les raisons de leur diffusion sont des questions qui n’ont jamais encore été vraiment abordées - ce sera donc le but de cet article. Partant d’un disque de seize chants en igbo (6), anglais (8) et ijo (2) enregistrés pendant la guerre civile nigériane à 15km du front, juste avant la chute d’Umuahia, capitale provisoire, en avril 1969, et de ceux notés sur place l’année d’avant par les journalistes français en mission d’information, cette étude compare ensuite ces chants à ceux créés à la même époque et qui ont ensuite trouvé leur place dans des romans inspirés par le conflit et publiés depuis. Nous considérerons les thèmes abordés par ces chants populaires, leur style, leur structure, et les langues dans lesquelles ils ont été écrits et chantés, pour mieux comprendre les raisons de leur insertion à l’écrit dans les écrits des journalistes et les romans d’Ekwensi, Dee, Adichie, Aniebo, Iroh et Akuneme.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Biafra, chant collectif, guerre

Keywords :

Biafra, collective song, war
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Agu (1991) et Nwachukwu-Agbada (1996). Ces deux études contiennent plusieurs chants notés penda (...)

1Parlant du Nigeria contemporain, de Montclos écrivait (1994 : 272) : « avec la littérature, c’est sans doute la musique qui témoigne le mieux de la créativité des artistes au Nigeria. » Quant à Basden, il notait, il y a presqu’un siècle, la « puissance vitale » de la musique igbo, « intensément passionnée », qui « touche les cordes de ce qu’il y a de plus profond dans l’homme » (1921 : 192). Or le rôle des nombreux chants nés du conflit biafrais et les raisons de leur diffusion sont des questions qui ont été très peu abordées. Partant d’un 33 tours de seize chants en igbo (6), anglais (8) et ijo (2) enregistrés pendant la guerre civile nigériane à 15km du front, juste avant la chute d’Umuahia en avril 1969, et de ceux notés sur place l’année d’avant par un journaliste suisse en mission d’information, cette étude compare ces chants populaires à ceux créés à la même époque et transcrits dans des textes inspirés par le conflit et publiés entre 1968 et 2008. Nous considérerons les thèmes abordés par ces chants, leur style, leur structure et les langues dans lesquelles ils ont été écrits et chantés, pour mieux comprendre les raisons de leur insertion à l’écrit dans les essais journalistiques, les romans d’Ekwensi, Ike, Adichie, Aniebo, Iroh et Akuneme et les deux seules études sur les chants biafrais publiées depuis le conflit1.

Chanter pour être entendu

  • 2 La pochette, destinée à la vente en France, donne la traduction française des chants.

2Les seize chants enregistrés en 1969, en igbo mais aussi en anglais et ijo, par la chorale féminine biafraise sous la direction de Nwokolobia Agu, présentent une image globale du nouveau pays - le Biafira s’étendait entre Niger et Benue et jusqu’à la côte atlantique ; ils évoquent un quotidien marqué par les fleuves et la proximité des côtes ; ils disent les langues du Biafra, ses croyances et son héritage spirituel, ses blessures, ses hantises, sa volonté de libération et le désir d’un peuple de s’exprimer malgré le blocus imposé, interprété comme le fait que « les Hausa [...] nous empêchent de parler » (Chants du Biafra 1969)2. Le premier chant, l’hymne biafrais, également transcrit par Adichie (2008 : 325), présente le pays en même temps que les espoirs de la population et une sombre détermination :

A la radio, l’hymne national biafrais démarra d’un coup et remplit le silence :
Pays du soleil levant, nous t’aimons et te chérissons
Patrie bien-aimée de nos courageux héros ;
Nous devons défendre nos vies ou nous périrons.
Nous protégerons nos cœurs de nos adversaires ;
Mais si le prix est la mort pour tout ce qui nous est cher
Alors mourons sans la moindre peur... Ils écoutèrent jusqu’à la fin.

  • 3 II n’y a pas de mendiants en pays igbo, la mendicité y étant fortement réprouvée et l’initiative en (...)

3Les thèmes abordés dans les quinze autres chants sont variés. Le second chant, en ijo, est « une exhortation à ramer plus fort car le flux est bien haut ». Le 3e chant, en ijo lui aussi, dit « l’amertume d’un enfant abandonné par sa mère dans l’immense désert ». Les deux chants suivants, en igbo et en anglais, demandent de l’argent aux passants : « s’il vous plaît, un sou » plaide l’un des chants - une demande étrange pour qui connaît la répulsion igbo à quémander.3 Cette demande s’explique ici par le fait que ces chants ont été enregistrés pour soutenir la collecte organisée par la Croix Rouge ; le second de ces chants explique que ces aides sont :

  • 4 A partir d’août 1968, de nombreux enfants biafrais furent évacués par avion vers Libreville (Gabon) (...)

Pour un petit enfant
Dont les parents ont été tués
Sur un marché par les vandales nigérians [...]
Pendant leur raid de bombardement...4

  • 5 Voir à ce sujet Sosnowsky (1969), un ouvrage tout en photos.

4Le 6e chant, en igbo, évoque les pogroms de 1966, fait la liste des exactions hausa et appelle à la vengeance. Le suivant mêle les paroles d’un Negro Spiritual à l’évocation de la victoire biafraise à venir et à un Nigeria causant « le désespoir profond et la tristesse », « ce lourd fardeau » dont le Biafira va se débarrasser. Le 8e chant proclame, en igbo, la mort de la Fédération, scellée par le massacre « de nos bébés nés et à naître ». Ce thème de l’enfant victime de la guerre est central, non seulement à de nombreux chants, mais aussi aux rapports faits aux journalistes de passage ; il représente une triste réalité puisque les enfants ont été les premières victimes du blocus - les photos prises dans les camps de réfugiés en 1968-69 le disent de façon encore plus forte.5 Mais l’explication se trouve aussi dans la culture pour laquelle nwa ka mma ’l’enfant vaut mieux que tout’, nwa ka ego ’l’enfant vaut mieux que l’argent’.

5Le 9e chant, en anglais et plus long que les précédents, abandonne le style oral et les répétitions pour un réquisitoire en règle contre les pogroms de 1966 : le massacre des enfants et des femmes enceintes, les chrétiens assassinés dans leurs églises, l’unité du pays profanée ; le chant commence par assurer qu’

...il n’y a pas de vengeance dans notre cœur
Tout ce que nous demandons, c’est qu’on nous laisse
Tranquilles, chez nous, laissez-nous tranquilles.
Laissez-nous tranquilles chez nous...

6Mais après l’évocation du sang versé et des espoirs foulés aux pieds, les dernières lignes sont un appel à la vengeance sur le mode de l’Ancien Testament :

Ainsi, c’est le coup pour coup !
Oui, œil pour œil
Et la mort violente pour une mort violente de chacun de nos proches...

7Le 10e chant est une prière chrétienne igbo de protection pour le chef de l’Etat, Odumegwu Ojukwu, élevé au statut de serviteur et messager divin. Les trois chants suivants appellent au combat pour la victoire et la fin de « cette guerre de génocide », pour la libération et pour la liberté « au nom du Christ ». Suit un chant plus politique, invitant le Biafra au courage puisque « l’Afrique est d’accord / Et tout le monde est au courant / Que le Biafra est un grand pays ». Les deux derniers chants, l’un adressé à toutes les ethnies représentées au Biafra, l’autre chanté sur le mode du Negro Spiritual, retrouvent les rythmes traditionnels.

  • 6 Ces ethnies furent rapidement récupérées par les Nigérians après la chute de Port-Harcourt et les v (...)
  • 7 Le taux de scolarité a toujours été très élevé (proche des 100 %) au sud-est du Nigeria, et l’usage (...)

8Tous ces chants expriment « une identité biafraise plus large que l’identité proprement igbo » (Agu 1991 : 8) et promeuvent l’unité derrière Ojukwu et sous la bannière divine. Le choix de l’anglais, quand il est utilisé, peut s’expliquer par deux facteurs : un effort de rassemblement et un désir de communication. Le Biafra englobe en effet, en 1967, des ethnies non igbo - les Ibibios, Ijo et Efik des criques du delta.6 Mais le choix de l’anglais est surtout motivé par le désir de faire appel aux Européens et au monde pour alléger les souffrances du peuple et gagner l’Ouest à la cause biafraise.7 C’est surtout dans le disque qui sert ici de corpus principal que se révèle ce désir de communication, souligné encore par la traduction française de ces chants sur la pochette, réalisée avec l’aide de Paris-Match et distribuée par Discodis. Les autres chants, recueillis par Buhler, journaliste suisse, en 1968, ou transcrits après la guerre, sont, eux, généralement en igbo et à usage local ; celui qui les a recueillis les accompagne parfois d’une traduction destinée à son lectorat.

Chant individuel et collectif

9L’une des premières remarques que l’on pourrait faire à propos de ces chants populaires, créations spontanées ou adaptations - de chants traditionnels ou de refrains religieux, est qu’ils évoquent et exaltent avant tout des groupes - civils, familles, soldats, pays ayant reconnu le Biafira. Ils mettent en avant la force et la protection que représentent ces groupes et encouragent l’individu à s’y joindre en lui rappelant sa relation de frère ou de sœur. Le pronom « nous » et des mots comme ’commando’, ’groupe’, ’solidarité’ reviennent au début de presque toutes les phrases :

Sœur, voulez-vous vous joindre au groupe de la libération
Mais oui, le groupe de la libération
Frère, voulez-vous vous joindre au groupe de la libération
Bien sûr, je me joindrai
Mais oui, le groupe de la libération
Allons-y !
Joignons-nous au groupe de la libération [...]
(Chants du Biafra 1969)

So-lidarité pour toujours !
So-lidarité pour toujours !
Notre République vaincra !
Ugwu se joignit aux chants et regretta, une fois de plus, de ne pas pouvoir entrer dans la Ligue de Défense Civile ou la Milice, qui ratissaient la brousse pour dénicher les Nigérians qui s’y cachaient
(Adichie 2008 : 237).

10Inspirés par une guerre qui touchait sans distinction jeunes et vieux, hommes et femmes, riches et pauvres, ces chants expriment une expérience collective envisagée comme à la fois actuelle et sur le long terme :

Nous combattons ensemble pour vaincre
Nous nous réjouirons ensemble
Nous combattons ensemble pour gagner cette guerre de génocide
Nous serons libres ensemble.
(Chants du Biafra 1969)

11Un autre chant fait appel à la solidarité et à l’entraînement entre groupes d’âge :

  • 8 J’ai traduit moi-même de l’anglais ou de l’igbo les citations empruntées aux romanciers et chercheu (...)

Ogbo anyi ejeghi agha onye ga-eje agha
Si notre groupe d’âge ne va pas à la guerre, qui va aller à la guerre
(Agul991 : 11)8

12Diffusés au fur et à mesure de leur création, ces chants forment un réservoir commun auquel tous puisent selon les besoins et les circonstances. C’est ce qui explique que plusieurs auteurs citent souvent les mêmes, le plus célèbre étant semble-t-il : we are Biafrans, etc....dont les textes étudiés offrent plusieurs variantes très proches l’une de l’autre :

We are soldiers, marching unto war.

Nous sommes soldats,  marchant au combat,

In the name of Jesus, we shall conquer

Au nom de Jésus, nous vaincrons

(Akuneme 2004 : 105)

We are Biafrans

Nous sommes biafrais

Fighting for our freedom

Luttant pour notre liberté

By the grace of Jesus

Par la grace de Dieu

We shall conquer

Nous vaincrons

(Ekwensi 1980 : 8 & 223)

We are Biafrans

Fighting for our freedom

In the name of Jesus

We shall conquer

(Ike 1993 :45)

Un refrain déjà connu et que j’entendrai encore souvent :

Nous sommes Biafrais

Nous luttons pour la liberté ;

Nous sommes des soldats

Et nous allons vaincre

Par la grâce de Dieu.
(Buhler 1968 : 1721)

  • 9 Les romans de la guerre laissent entrevoir que cette unité n’a jamais été parfaite, et que nombre d (...)

13Ces chants ont pour ambition d’unir des ethnies de langue et de culture différentes embarquées dans l’aventure collective d’un pays neuf : c’est dans la guerre et dans le chant collectif que se forge l’identité biafraise.9

  • 10 Il s’agit là de salutations dans les trois langues mentionnées.

Nous vaincrons
D’Onitsha, d’Ogoja, de Calabar
Biafra vaincra
Oui, nous vaincrons (3 fois)
Lesefik, ’usona’10
Ogoja, ’chikan o’
Ijo, ’eugorowa’
Frères, du courage
Oui, nous vaincrons |
(chants du Biafra 1969)

14Certains se limitent à quelques lignes répétées :

Ils scandaient de façon continue, à présent - donne-nous des fusils, il y a de la colère dans nos cœurs, donne-nous des fusils. Le rythme était grisant.
(Adichie 2008 :206).

15Ou bien à un refrain entraînant qui rythme les marches forcées :

Une foule sur la route :

  • 11 L’incident rapporté est celui de la marche qui suit la décapitation d’un mercenaire européen au ser (...)

Eyimba, eyim
Eyimba, eyim
Gauche, droite, gauche, droite,
Eyimba, eyim [...]
Une vague d’hommes, de femmes, de machettes, d’épées, de haches brandies, de palmes [...] Leur chant leur donnait un air décidé [...]
Eyimba, eyim
Eyimba, eyim
La tête d’un blanc, eyim11(Ekwensi 1980 :179)

Une composition traditionnelle

16Ce qui fait le succès de ces chants, c’est leur enracinement dans la tradition. La majorité d’entre eux sont en igbo. Leur accompagnement s’appuie sur les instruments locaux : tams-tams et autres instruments à percussion ; ou plus simplement, « une danse s’esquisse dans un déhanchement général, que rythme le balancement des mortiers, des louches et des pelles de bois » (Buhler 1968 : 46). Buhler note la performance des femmes rencontrées : « En un instant, elles se sont groupées et elles vont reprendre au refrain, avec élan, les paroles que leur dicte la meneuse de jeu. » Le chant est d’habitude construit sur l’alternance solo-répons/couplet-refrain / appel-répons, « la structure la plus commune dans la musique traditionnelle africaine - le refrain enchainant avant même la fin du solo dans plus de la moitié des chants » (Fryer 2000 : 20). On retrouve cette même structure dans les parties chantées des contes igbo et dans les chants traditionnels des femmes, comme aussi dans les chants religieux actuels ou dans ce chant noté par Agu - le même noté plus haut par Ekwensi :

Nzogbu nzogbu !

Ecrase, écrase

Nzogbu ! (refrain)

Ecrase (refrain)

Enyi mba enyi

La foule est aussi puissante que l’éléphant

Nzogbu

Ecrase

Enyi mba enyi

La foule est aussi puissante que l’éléphant

Nzogbu nwoke

Ecrase l’homme

Enyi mba enyi

La foule est aussi puissante que l’éléphant

Nzogbu nwaanyi

Ecrase la femme

Enyi mba enyi

La foule est aussi puissante que l’éléphant

Nzogbu

Ecrase

Enyi mba enyi

La foule est aussi puissante que l’éléphant

Nzogbu

Ecrase

Enyi mba enyi

La foule est aussi puissante que l’éléphant

(Agu 1991 : 11)

17Cette structure commune à de nombreux contes africains (Dehoux 1986 : 114) reprend celle du dialogue et témoigne du rôle de soutien attendu de l’auditoire. Au centre de la culture, cette place donnée au dialogue avait déjà été notée par Basden selon lequel « les couplets semblent avoir la faveur des Ibos, le leader chantant deux versets en solo, et l’auditoire se joignant à lui avec un refrain de deux versets » (1921 : 190). C’est la même structure que l’on retrouve encore dans les chants des femmes par exemple, comme dans les préambules incontournables aux discours où Vigbo kwenu ! Igbo, acquiescez !’ de l’orateur est toujours suivi du même cri d’assentiment hurlé par le public. L’alternance et la duplication des répons et des solos sont laissés à l’initiative du conteur, qui module le récit selon le moment, la composition et les réactions de l’auditoire et le temps dont il dispose. La répétition est également centrale à la plupart de ces chants -procédé mnémotechnique, mais aussi et surtout, ici, arme psychologique et de propagande destinée à marteler ses vérités dans les esprits, à redonner du tonus, à persuader :

La fille qui est sur le banc
Donnez-moi de l’argent
Le garçon qui est sur le banc
Donnez-moi de l’argent
Si vous allez m’épouser
Donnez-moi de l’argent
Si vous n’allez pas m’épouser
Donnez-moi de l’argent
(Chants du Biafra, 1969)

Nous vaincrons
Qu’ils viennent par la mer, par l’air et par terre
Nous vaincrons
Oui nous vaincrons (3 fois)
Mes frères, du courage
Oui nous vaincrons (3 fois)
Mes frères du courage [...]
(chants du Biafra 1969)

18Ces chants s’inscrivent dans la tradition des chants guerriers d’autrefois dont ils reprennent les thèmes : la louange des héros, l’exaltation du patriotisme, la satire des parasites, la peur de la mort. Lors des émeutes d’Aba en 1929, les femmes igbo assiégeaient déjà le subalterne chargé d’exécuter les ordres des autorités coloniales, « tout en chantant une chanson créée pour la circonstance » avant de converger vers Aba en « chantant leur colère vis-à-vis des chefs et de leurs interprètes » (Leith-Ross 1965 : 25-26). Cet usage ancien du chant est confirmé par Nwando Achebe (2005 : 176) selon laquelle les femmes, à l’époque coloniale, avaient l’habitude de faire le siège des chefs locaux avec des « chants de dérision exprimant leurs griefs. » Le même usage a encore été noté par Fryer (2000 : 40) parmi les esclaves qui débarquaient en chantant sur les côtes du Brésil, exprimant douleur et révolte dans leurs langues maternelles.

Feu de tout bois

  • 12 Cette particularité de ’chanter la politique’ n’est pas limitée aux Igbo - Hugh (1954 : 236) la not (...)

19A mesure que la guerre se prolonge, l’enthousiasme des débuts et la foi dans la victoire, l’admiration et la confiance sans bornes accordées au chef, confrontés aux défaites répétées et aux pertes humaines, cèdent parfois la place à l’amertume, voire au désespoir quand les chants eux-mêmes font le compte des armes de l’ennemi : « Tanks, canons, artillerie lourde [...] » (Agu 1991 : 10). C’est tout cela que les chants patriotiques vont s’efforcer de minimiser. D’abord en chantant les événements politiques12 : il s’agit de rappeler le passé récent pour convaincre à nouveau du bien fondé de la guerre :

Mes frères :
Les Hausa nous en ont fait voir
Les Hausa ne nous ont pas ménagés
Les hausa nous en ont fait voir de toutes les couleurs
Les Hausa ne nous ont pas ménagés
Les Hausa nous ont fait taire
Les Hausa nous ont empêchés de rire
Les Hausa nous ont aveuglés, hélas ! [...]
Ils nous ont malmenés comme si nous n’étions plus des êtres humains [...]
(Chants du Biafra 1969)

20A défaut de radio et défiant le blocus, le chant, pour contrecarrer l’effet délétère des rumeurs de défaite, diffuse également les bonnes nouvelles qui remontent le moral des troupes - la reconnaissance du Biafra par d’autres pays par exemple :

  • 13 Félix Houphouët-Boigny (cl905-1993) dirigeait la Côte d’Ivoire au moment où le 14 mai 1968, ce pays (...)

 [...] Tanzania ekenesia gi oo

Tanzanie on te remercie

Nara ngozi

Sois bénie

Gabonu ekenesia gi oo

Gabon on te remercie

Nara ngozi

Sois béni

De Gaulle ekenesia gi oo

De Gaulle on te remercie

Nara ngozi

Sois béni

Boigny ekenesia gi oo

Boigny13 on te remercie

Nara ngozi

Sois béni

Haiti ekenesia gi oo

Haïti on te remercie

Nara ngozi ebighi ebi

Sois bénie à jamais

(Agu 1991 : 15)

21Il assure également la population de l’utilité de ses efforts et de ses souffrances qui ne sont pas passées inaperçues :

[...] Mes frères, en avant, l’Afrique est d’accord
Et tout le monde est au courant
Que le Biafra est un grand pays [...]
(Chants du Biafra 1969)

  • 14 Pour plus de détails sur cette offensive biafraise, lire Uchendu 2007 chapitres 2 & 3 et Madiebo 19 (...)

22Le Bureau de la propagande participe à l’effort commun en créant et en enseignant aux recrues des chants destinés à soutenir la politique du gouvernement, comme celui-ci, maudissant les saboteurs de la victoire obtenue dans l’Ouest au moment où, en août 1967, les troupes biafraises ont poussé jusqu’aux abords de Lagos avant d’être repoussées14.

  • 15 Ifeajuna était à la tête de l’armée biafraise de libération du Midwest. Après la défaite biafraise (...)

Aa ee

Hélas

Mu na nwanne m jeelu ogu

Mon frère et moi sommes allés au combat

Akpiri ego

Le désir de l’argent

Ifeajuna leelu anyi

Ifeajuna15  nous a vendus

Aaee

Hélas

Mu na nwanne m jeelu ogu

Mon frère et moi sommes allés au combat

Nwanne aputa n’uzo lee

Mon frère est sorti sur la route et a trahi son

nwanne ya

frère

(Agu 1991 : 16)

23Ce chant met en même temps en avant les dangers d une attitude individualiste en temps de conflit : celui qui préfère ses propres intérêts à ceux du groupe est sur le mauvais chemin. Le chant satirique, bien que genre mineur dans les chants biafrais, est une arme de dissuasion aux mains du gouvernement comme des communautés, et qui montre du doigt l’individu qui fait passer son plaisir personnel avant le devoir civique, tout en égayant l’auditoire. « Certains chants excusaient ou ridiculisaient les erreurs et les crimes des autorités militaires ou des simples officiers. [...] C’était une façon de se détendre et d’oublier les souvenirs amers, puisqu’il n’était pas facile de déposer plainte » (Akuneme 2004 : 34). S’il y a des chants pour avertir les garçons de l’arrivée des conscripteurs dans les parages, deux autres disent le choix difficile des jeunes appelés :

  • 16 Ici, mgbo ’balle’ est employé pour ogu ’combat’ par métonymie.

Eje we la m ikwa mgbo

Je m’en vais au combat16

Sheri shi m a kwala mgbo

Chérie me dit de ne pas y aller

Aka a pukwala sheri

Chérie, laisse-moi

Sheri, a shi m gbalaga ?

Chérie, tu me dis de déserter ?

Onye ga-akwanu mgbo

Qui va donc combattre

Ma m gbalaga ?

Si je déserte ?

(Akuneme 2004 : 39)

B Conpany unu ga-akwa kwa mgbo

Compagnie B, allez-vous combattre

k’unu ka mma na bed nwada ?

Où préférez-vous le lit de la jeune fille ?

Attak e ruolanu

Le moment de l’attaque est venu.

(Akuneme 2004 : 90)

24D’autres chants, dans la tradition du chant satirique, blâment ceux qui renient leurs frères dans le danger. L’armée nigériane fit ainsi une tentative pour reprendre le département d’Asaba et tua un grand nombre de civils dans la ville même. Certains Igbo de l’autre rive du Niger, qui n’hésitaient pas jusque-là à reconnaître les gens d’Asaba comme des leurs, les renièrent jusqu’à la fin de la guerre, de crainte de subir le même sort. Une fois la guerre finie, les relations entre les Igbo de l’Est et ceux de l’Ouest reprirent leur cours normal. « Les femmes d’Asaba exprimèrent cette curieuse coïncidence dans une chanson satirique :

  • 17 Entretien avec Mme P.Ejere, 50 ans, novembre 1999.

Olu n’aza Asaba

Les Igbo de l’Ouest disent qu’ils sont d’Asaba

Igbo n’aza Asaba

Les Igbo de l’Est disent qu’ils sont d’Asaba

O lue ka agha bulu

Mais quand la guerre arrive

Onye akpolu onye Asaba o ju

Si on dit que quelqu’un est d’Asaba, il le nie.

0 lue ka agha bili

Quand la guerre est finie

Onye akpolu onye Asaba o

Si on dit à quelqu’un qu’il est d’Asaba, il est

kwe

d’accord.

(Uchendu 2007 : 94)17

25Satire et dénonciations publiques, évocation des plaisirs de la jeunesse et des liens filiaux dans leur confrontation à la conscription, font partie des chants qui occupent les soirées entre les alertes et permettent de faire retomber la tension. Le chant offre alors un moment de libération des émotions, une soupape permettant l’extériorisation des réactions face aux événements, l’évacuation des sentiments de frustration et de découragement ambiants, l’expression de la tristesse et la douleur de la séparation entre amants, mari et femme, parents et fils, publiquement et anonymement, sous une forme codifiée et socialement acceptable. Akuneme (2004 : 45) rapporte que Sansan, musicien local, détend le village avec son groupe le soir, et il cite ensuite les mélodies les plus populaires :

Baby, ishi m gbalaga

Chérie, tu me dis de déserter ?

Onye ga-akwanu mgbo ma m gbalaga ?

Qui va donc combattre si je déserte ?

ou :

O si mu, hey, you boy - bia kene bia

Elle me dit : eh, toi, le garçon -

kene

viens donc, viens donc

A si mu ya - hey, you girl, u, bie kene,

Je lui dis : eh, toi, la fille, toi, viens

bia kene.

donc, viens donc [...]

26Pour lui, « l’effet apaisant de cette musique convenait à tout le monde et au quotidien incertain des gens et faisait plus d’effet qu’un budget de survie. » comme le montre un autre chant, recueilli dans un centre de distribution de vivres :

  • 18 Caritas nous dit de manger de la morue / Pour que le kwashiorkor s’en aille

Caritas, merci
Caritas, si anyi taba okporoko
Na kwashiorkor ga-ana18
(Adichie 2008 : 332).

Sur le modèle de la louange traditionnelle

  • 19 Voir des exemples dans Ugochukwu 1992 : 23-31 et 106-114.

27Individuel ou collectif, le chant a encore pour fonction de rassurer sur les qualités des chefs et les hauts faits des héros, considérés comme la gloire de leur communauté. Le chant de louange traditionnel igbo, itu afa, en l’honneur d’un individu considéré comme un héros, du fait de « sa naissance, du renom de sa famille, de sa richesse, de sa position ou de ses hauts-faits » (Chukwuma 1994 : 52), met en valeur les noms de la personne : prénom, nom de famille et nom de salutation (ce dernier étant choisi par la personne adulte comme un rappel de son histoire personnelle, une proclamation de sa position ou de son succès), auxquels viennent s’ajouter ceux créés par le musicien-compositeur. Le nom propre a une place à part dans ces chants, et dans le refrain en particulier, où il peut être appel, apostrophe ou conjuration. On en trouve de nombreux exemples dans les refrains des contes qui rappellent les hauts faits des héros et les engagent à se rendre à la lutte, puis, une fois sur place, les encouragent à ignorer les signes de fatigue et à battre leur adversaire.19 Le monde s ’effondre offrait un exemple de ces louanges adressées aux héros guerriers et aux sportifs vainqueurs à la lutte :

  • 20 En italique dans le texte.

Okafo fut enlevé du sol et emmené chez lui sur leurs épaules. Ils chantaient ses louanges et les jeunes femmes battaient des mains :
Qui luttera pour notre village ?
Okafo luttera pour notre village.
A-t-il terrassé cent hommes ?
Il a terrassé quatre cent hommes
A-t-il terrassé cent chats ?
Il a terrassé quatre cent chats
Alors envoyez lui dire qu’il se batte pour nous.20 (Achebe 1972 : 66)

28Les chants biafrais se greffent sur cette tradition qui leur donne « une certaine crédibilité » tout en inspirant « un mouvement nationaliste moderne » (Agu 1991 : 6). Ils exaltent en particulier le chef d’Etat, paré de titres traditionnels révélateurs de la symbolique igbo :

  • 21 Ce mot fait référence au roi sacré de Nri, capitale religieuse traditionnelle du pays. Ce titre don (...)
  • 22 Ville du Ghana où se déroulèrent, les 4 et 5 janvier 1967, les pourparlers visant à éviter un confl (...)

Ojukwu bu eze Biafra

Ojukwu est le chef le roi21 du Biafra

Echiri ya

On l’a intronisé

Na Aburi

A Aburi22

Ha enweghi ike imeri Biafra

Il leur est impossible de vaincre le Biafra

Biafra win the war

Biafra vaincra [...]

(Agu 1991 : 10)

29Le journaliste suisse Buhler, en visite sur le terrain et à court de mots, demande une chanson aux femmes qui l’entourent, qui improvisent aussitôt :

Gowon, Union soviétique et Grande-Bretagne frappent jusqu’à réveiller les enfants endormis.
Quand notre Ojoukwou [sic] est tiré de son sommeil
Il est furieux comme un lion.
(Buhler 1968 : 46)

30Ces chants empruntent leurs images à la tradition orale, rehaussant le blason de leurs soldats et de leurs chefs en leur donnant la pugnacité et la férocité du bestiaire mythique - bélier, lion, léopard. Les cornes du bélier, indirectement mentionnées dans le chant, évoquent celles de Yikenga, statuette religieuse traditionnelle.

  • 23 Les cornes du bélier, indirectement mentionnées ici, font référence à celles de Yikenga, divinité t (...)

Kweke kweke

Ebunu ji isi e je ogu

Le bélier se bat avec sa tête.23  [...]

(Agu 1991 : 12)

31L’évocation du léopard rappelle le conte (Ugochukwu 1992 : 181) où la rencontre avec le léopard femelle et ses petits représente l’épreuve par excellence :

Gowon I metekwe nwa di n’ura

Gowon, si tu réveilles le petit qui dort [...]

Mgbe nwa agu tetere, ebenebe egbuo

Quand le petit léopard se réveille, ce sera terrible !

(Agu 1991 : 11-12)

  • 24 Il s’agit là d’un proverbe déjà intégré dans un chant guerrier traditionnel qui précède le combat e (...)

Onye akpakwala agu aka n’odu24

Que personne ne touche la queue du léopard

M’o di ndu

Vivant

M’o nwuru anwu

Ou mort

Onye akpakwala agu aka n’odu24

Que personne ne touche la queue du léopard

(Agu 1991 : 12).

Appel à l’action

  • 25 Ces chants étaient aussi chantés par les civils engagés dans la BOFF - Biafran Organisation of Free (...)

32Le chant, abu, le plus souvent lié à la musique instrumentale dans la culture traditionnelle, accompagne d’habitude les activités quotidiennes. Le chant biafrais est quant à lui l’arme des désarmés sur les lèvres des soldats en marche vers le front et sur le chemin du retour après la bataille. Il sert à remonter le moral des troupes et à relâcher la tension générée par l’approche du combat. Les conscrits inexpérimentés, mal entraînés et mal équipés qui remplacent peu à peu les troupes régulières à mesure que le conflit se prolonge ont bien besoin de cet encouragement25. Au milieu de la bataille.

  • 26 Ce chant avait été composé pour les troupes par l’unité chargée des publications du Bureau de l’inf (...)

Rex constatait, la vue brouillée par les larmes, la dévastation de son théâtre d’opérations. Il se mit à fredonner la ’chanson du soldat inconnu’, que le Bureau de la propagande leur avait apprise26 :

My flanks are turned My centre gives way

On me contourne de tous côtés Le centre s’effondre

My position is desperate I attack !

I find not my of cer I find not a Mend

Ma position est désespérée

J’attaque

Mon commandant a disparu

Mes amis aussi

I remember my mission

Je me souviens de ma mission

I attack !

J’attaque

I comb through the bush

Je ratisse les buissons

My joints ache me

Mes articulations me font mal

Biafra comes to mind

Je pense au Biafra

I attack !

J’attaque

My of cer stands waving

Mon commandant est debout, il me fait signe

My flanks are moving

Ca bouge de tous côtés

Biafra takes the chase

Le Biafra se met en chasse

We advance !

Nous progressons.

Il savait bien qu’il ne pourrait pas progresser.               (Iroh 1979 : 176)

  • 27 Ils ne peuvent pas vaincre le Biafra.

Que le Biafra gagne la guerre.
Char blindé, machine à pilonner.
Chasseur et bombardier,
Ha enweghi ike imeri Biafra27
(Adichie 2008 : 323).

Rentrer, se défendre et périr

33Le thème de l’attachement à la terre, à la patrie, cher à tous ceux qui sont revenus sur le territoire ancestral, revient dans plusieurs chants, avec la phrase : « je ne quitterai pas le Biafra ». Chanter, c’est encore une façon de lutter, contre la tentation de la fuite, à l’heure où nombreux sont ceux qui profitent des avions venus livrer des vivres pour quitter le pays. C’est aussi se prémunir contre le découragement et dominer sa peur quand on n’a pas d’autre choix que de voir le pays se réduire de jour en jour et de grossir le nombre des déplacés.

Nous sommes rentrées
Au Biafra, notre pays ;
Nous y travaillerons,
Nous n’en sortirons plus
(Buhler 1968 : 46).

Ebe ka unu si ?

d’où venez-vous ?

Biafra

Du Biafra

Ebe ka unu si ?

d’où venez-vous ?

Biafra

Du Biafra

Agaghi m ahapu Biafra

Je ne quitterai pas le Biafra

Je n’ebe ozo ga-biri

Pour aller vivre ailleurs

Agaghi m ahapu Biafra

Je ne quitterai pas le Biafra

Je n’ebe ozo ga-biri

Pour aller vivre ailleurs

Biafra ga-adi ndu

Le Biafra va survivre

(Agu 1991 : 8-9).

Ole ebe unu no, Biafra (bis)

Ou êtes-vous, Biafra ? (bis)

Agaghi m arapu Biafra ga Nigeria ga biri (bis)

Je ne quitterai pas le Biafra pour aller vivre au Nigeria (bis)

Biafra ga-adi ndu

Le Biafra va survivre

(Ike 1993 :42).

34Rester, c’est s’exposer à la mort et accepter d’être enterré en même temps que le Biafra - ceux qui chantent le savent bien.

Biafra, Biafra

Biafra, Biafra

Biafra ka m ga-eso

C’est le Biafra que je vais suivre

Ma m ga-anwu anwu

Que je meure

Ma m ga-adi ndu

Ou que je vive [...]

(Nwachukwu-Agbada 1998 : 527)

35Aniebo (1998 : 51) écoute le chant d’un combat désespéré, suicidaire : le chant des innocents sacrifiés, au rassemblement dans le stade plus tôt ce jour-là

From life to death

De la vie à la mort

Pushed against the wall

Le dos au mur

Like a bush rat

Comme un rat des champs

We turn and fight back

Nous ferons face et nous nous battrons

With our dane guns

Avec nos fusils danois

With our machetes

Avec nos machettes

We will destroy them

Nous les détruirons.

And if more follow

Et si d’autres les suivent

With our teeth

Avec nos dents

With our bodies

Avec nos corps

We will block their path.

Nous leur barrerons la route.

36D’autres chants crient ou murmurent le même désespoir, la même attente de la mort :

Chineke mee

Mon Dieu

Mere anyi ebere

Aie pitié de nous

Kama ndi iro ga-achi anyi ooo

Au lieu que les ennemis nous gouvernent

Ka élu uwa gbawasia

Que la terre explose

(Agu 1991 : 14).

37Selon Akuneme (2004 : 13-14), « un chant qu’on chantait souvent, et qui disait clairement les pensées des soldats dans l’attente d’une mission était le suivant : « Maman, ne t’inquiète pas, Papa, ne t’inquiète pas si je meurs au front. Ça ne fait rien, on se reverra. » Romanciers et journalistes sont nombreux à rapporter des veillées mortuaires et à noter des chants funèbres hérités de la tradition - Ada na-alala (Akuneme 2004 : 53). Le même auteur raconte sa rencontre de deux villageois qui se lamentaient, prenant la population de leur ville à témoin, une fois encore sur le mode traditionnel :

  • 28 A comparer avec la lamentation du conte après la mort du héros à la guerre (Ugochukwu 1992 : 190).

Owerri lee, na-achoga m nwanne m

Owerri, vois, je suis à la recherche de mon frère

Ugbo Onitsha aloo, nwanne esoghi ya, eh

Le véhicule venant d’Onitsha est passé, mon frère ne l’avait pas pris

Ugbo Owerri aloo, nwanne esoghi ya, eh

Le véhicule venant d’Owerri est passé, mon frère ne l’avait pas pris

Owerri mu Owerri lee, na-achoga nwanne m

Mon Owerri, Owerri, vois, je suis à la recherche de mon frère

(Akuneme 2004 : 20-21)28

38Adichie (2008 : 440) rapporte elle aussi une veillée funèbre à la mémoire du jeune Ugwu, considéré comme mort au front :

  • 29 Va en paix / Ugwu, va en paix / Ça va être bon pour toi / Va en paix.

les premiers chants vibraient d’énergie, puis la voix de Marna Adanna s’éleva.
élégiaque et rauque.
Naba na ndokwa.
Ugwu, naba na ndokwa.
O ga-adili gi mma
Naba na ndokwa29.

39Le chant funèbre chanté par les soldats sur les routes en hommage au Major Chukwuma Kaduna Nzeogwu, tombé au front de Nsukka dans les premières heures de la guerre en 1967, a été noté, lui, par Agu (1991 : 15) :

Commando

Anyianaa

Nous nous en allons

Nekwanu Nzeogwu oo

Regardez Nzeogwu

Gi na-abara anyi mba

Toi qui nous blâmes

Nzeogwu no na front anwurugo

Nzeogwu qui est mort au front

Nzeogwu nwanne m oo

Nzeogwu mon frère

Ubosi Gowon ga-eme uche ya

Quand Gowon fera ce qu’il veut

Na Nzeogwu amarasigo

Que Nzeogwu savait [...]

Dieu avec nous

  • 30 La Bible tient une place importante dans l’enseignement (où elle est matière au programme) et les é (...)
  • 31 Ce chant est construit sur le modèle du Psaume 1 de la Bible et on y retrouve la même image de l’ar (...)

40Si la population soutient le conflit, tant bien que mal, en dépit de tout, c’est qu’elle est persuadée de son bon droit et de la protection divine, exprimés par le chant qui enracine les Igbo dans le terreau biblique.30 Adichie (2008 : 197) décrit ainsi l’expérience d’entraînement collectif vécue par enseignants et étudiants du campus de Nsukka à l’annonce de la déclaration d’Indépendance du Biafra : rassemblés à Freedom square, au centre du campus, ils vivent une création musicale spontanée sur le mode du Psaume31 et s’en étourdissent :

“Non, nous ne bougerons jamais.
Rien, comme l’arbre planté au bord de l’eau
Ne pourra nous faire bouger.
Ojukwu est derrière nous, nous ne bougerons jamais.
Dieu est derrière nous, nous ne bougerons jamais.”
Ils se balançaient en chantant et [...] Olanna était pleine d’une délicieuse exubérance.

41Le chant donne aux soldats comme aux civils une bonne raison supplémentaire de poursuivre la guerre : c’est une guerre sainte, une croisade contre des assaillants qui ne connaissent pas Dieu.

Biafra lee !

Biafra, vois !

Buso Nigeria

Attaque le Nigeria [...]

Agha, agha, agha !

Guerre, guerre, guerre !

Maka gini ?

Pourquoi ?

N’ihi na ha bu ndi

n’amaghi Chukwu

Parce que ce sont des gens qui ne connaissent pas Dieu

Ndi n’amaghi Chineke kere ha.

Des gens qui ne connaissent pas leur créateur

42(Agu 1991 : 8 et Ike 1993 : 113)

43Les enfants les plus âgés balayaient la cour en chantant en igbo :

  • 32 Biafra, debout ! Attaque le Nigeria / Nous avons vaincu les Hausa / Ceux qui ne connaissent pas Die (...)

Biafra, kunye, buso Nigeria agha
Anyi emelie ndi awusa
Ndi na-amaro Chukwu
Tigbue fa, zogbue fa32
(Adichie 2008 : 391).

44L’appel au Dieu des chrétiens, dans ce pays où la grande majorité de la population a, dès l’époque coloniale, rejoint une église catholique ou protestante, ajoute son poids d’encouragement, et le chant devient souvent prière :

Protégez notre pays en lutte

amen

Dieu de notre soleil levant

amen [...]

Avançons, luttons

amen

Chassons les vandales

amen, amen, amen

Amen, le nom du Seigneur

Ayez merci [sic]

amen, amen, amen

(chants du Biafra 1969)

Quand le chant perd son sens

45Mais toutes ces armes - celles de l’information et de la propagande, celle de la satire et celle de la louange, celles du souvenir et celles de la persuasion, celle du réconfort et de la prière, finissent pas révéler leur inutilité face au destin. Akuneme (1991 : 37) a un jour qualifié un chant de « stupide » et le fait est que le fossé qui sépare les chants de la réalité se creuse et finit par être si profond, que les mots perdent leur sens. Ce qui poussait les soldats à l’action dans les premiers mois de la guerre leur paraît maintenant comme un chant de désespoir, une tactique dérisoire. C’est Buhler (1968 : 78) qui a le mieux saisi combien certains chants peuvent sonner creux : il assiste à

un défilé de soldats au torse nu, des recrues à l’entraînement, qui chantent de tous
leurs poumons sous la conduite d’un sergent-instructeur [...].
Traduction du premier couplet :
“Toutes choses sont suffisantes au Biafra,
Sauf la mort qui menace chacun.
Ailleurs, les choses ne sont pas suffisantes,
Seule la mort est également répartie [...]”
(1968 : 78).

46Plus loin dans son livre, il se demande : « l’esprit militaire est-il donc partout si limité qu’il préfère le slogan à l’argument, l’enthousiasme scandé à l’assentiment personnel ? » Conclusion désabusée : « Le visiteur doit assister à un spectacle sans fausse note et son compte-rendu aura valeur de propagande »(1968 : 173).

Conclusion

47Il reste que, sur les routes, sur le front mouvant du Biafira et tout au long de cette guerre civile de trois ans, ces « armes de guerre persuasives » (Agu 1991 : 7) qu’étaient les chants biafrais ont soutenu et accompagné civils et militaires, au point qu’elles continuent à marquer ceux qui les ont chantés, comme le démontrent ces textes qui les reprennent comme une litanie. Les nombreux chants notés et transcrits pendant et après la guerre, éparpillés dans les romans, essais et études inspirés par cette période, ont enfin trouvé leur anthologie (Njoku 2009) : ils ont en tout cas prouvé que « tout texte littéraire écrit sur la guerre civile nigériane qui n’intègre pas ces chants guerriers qui étaient des armes à l’époque, risque fort d’être considéré comme une représentation inexacte de la vérité du roman, surtout si son auteur était du côté biafrais » (Nwachukwu-Agbada 1996 : 525).

Carte du pays igbo33

Carte du pays igbo33
Haut de page

Bibliographie

Achebe C, 1972 [1966], Le monde s’effondre, Paris, Présence africaine, 254p., trad. Michel Ligny.

—, 1981, Femmes en guerre, Paris, Hatier, 159 p., trad. Jean de Grandsaigne.

Achebe N, 2005, Farmers, Traders,  Warriors & Kings - Female Power and Authority in Northern Igboland, 1900-1960, Portsmouth NJ, Heinemann, 274 p.

Adichie C, 2006, Half of a Yellow Sun, London, Fourth Estate, 437 p.

—, 2008, L’autre moitié du soleil, Paris, Gallimard, 500p. Agu O., 1991, Songs and War: The Mixed Messages of Biafran War Songs,

African Languages and Cultures, vol. 4 (1), The Literatures of War, pp. 5-19.

Akuneme C, 2004,1 Saw Biafra, Lagos, The Book Company Ltd, 110 p.

Aniebo I.N.C. 1998, RearguardActions, London, Heinemann, 171 p.

Basden G.T. 1966 [1938], Niger Ibos, London, F. Cass, 456 p.

—, 1966 [1921], Among the lbos of Nigeria, London, F. Cass, 456 p.

Buhler J., 1968, Tuez-les tous ! Guerre de sécession au Biafra, Paris, Flammarion. 232 p.

Dehoux V., 1986, Chants à penser gbaya, Paris, SELAF, 219 p.

Ekwensi C, 1980, Divided We Stand, Enugu, Fourth Dimension, 235 p.

Fryer P., 2000, Rhythms of Resistance. African Musical Heritage in Brazil, London, Pluto Press, 267 p.

Goetz N. H., 2001, Humanitarian issues in the Biafra conflict, New Issues in Refugee Research, Working Paper No.36, Pepperdine University, School of Public Policy, California, April, http://www.jha.ac/articles/u036.htm. Huntington Julie Ann, 2005, Transcultural Rythms: an Exploration of Rhythm, Music and the Drum in a Selection of Francophone Novels from West Africa and the Caribbean, French PhD Thesis, Vanderbilt University, May, Nashville, Tennessee, 269 p. http://etd.library.vanderbilt.edu/ETD-db/available/etd-04142005-161736/unrestricted/etd.pdf

Hugh T., 1954, The Social Role of African Music, African Affairs (London) 53.pp, 234-241.

Ike C, 1976, Sunset at Dawn, London, Fontana; Ibadan, University Press Ltd. 252 p.

Iroh E., 1979 [1976], Forty-Eight Guns for the General, London, Heinemann. 218 p.

Jones J. B., 2006, The Songs That Fought the War: Popular Music and the Home Front, 1939-1945, Waltham & Hanover, USA, Brandeis University Press / University Press of New England  - reviewed by Tona Hangen, 2007, The Journal of Popular Culture vol. 40 (3), June, pp. 560-561.

Leith-Ross S., 1965 [1939], African Women -A Study of the Ibo of Nigeria, London, Routledge, 367 p.

Madiebo A., 1980, The Nigerian Revolution and the Biafran War, Enugu, Fourth Dimension, 411p.

Montclos M.-A. (de), 1994, Le Nigeria, Paris-Ibadan, Karthala-IFRA, 323 p.

Njoku J.A.K. 2009, Enyi Biafra: Regimental Drill, Duty Songs, and Cadences from Biafra, Glassboro/Owerri, Goldline & Jacobs Publishers, 49p. et CD.

Nwachukwu-Agbada J.O.J., 1996, Lore From Friction : Praise and Protest in Biafran War Songs, Anthropos vol. 91 (4), pp. 525-534

Onwuejeogwu M.A., 1981, An Igbo Civilization. Nri Kingdom and Hegemony, London, Ethnographica / Benin, Ethiope, 204 p.

Roulon-Doko, P., Dehoux, V. et Monino, Y. 1977, Musique gbaya, Chants à penser [1 disque 30 cm, 33 t.], Paris: ORTF.

Sosnowsky A., 1969, Biafra, proximité de la mort, continuité de la vie, Paris, Fayard, n.p.

Uchendu E., 2007, Women and Conflict in the Nigerian Civil War, Trenton, Africa World Press, 307 p.

Ugochukwu Clifford, 2000, Isu Factor in Nnewi History, Onitsha, Tabansi Press. 300 p.

Ugochukwu Françoise, 1992, Contes igbo du Nigeria. De la brousse à la rivière, Paris, Karthala, 351 p.

—, 2005, Le chant, zone de liberté ou le conteur igbo (Nigeria) comme artiste, in J. Derive & A-M. Dauphin-Teinturier (éds), Oralité africaine et création / African Orality and Creativity, Paris, Karthala, pp. 105-124.

Filmographie

Things Fall Apart (1986), VCD, adapté par Adiela Onyedibia et Emma Eleanya ; producteur : Adiela Onyedibia ; Directeur : David Orere.

Discographie

Chants du Biafra, disque vendu au profit de la Croix rouge biafraise, Umuahia / Paris 1969, avec la collaboration de J.C. Sauer(Paris-Match), des Etablissements Dillard, des disques AZ, de la SATERS et de DISCODIS.

Haut de page

Notes

1 Cf. Agu (1991) et Nwachukwu-Agbada (1996). Ces deux études contiennent plusieurs chants notés pendant la guerre par leurs auteurs.

2 La pochette, destinée à la vente en France, donne la traduction française des chants.

3 II n’y a pas de mendiants en pays igbo, la mendicité y étant fortement réprouvée et l’initiative encouragée.

4 A partir d’août 1968, de nombreux enfants biafrais furent évacués par avion vers Libreville (Gabon) sous la direction de Caritas International. Plus tard, d’autres organismes participèrent à ces évacuations, vers le Gabon et la Côte d’Ivoire : les Croix rouge biafraise et française, l’Ordre de Malte et Terre des Hommes : en 1970, les enfants du Biafra étaient officiellement 3,940 au Gabon, 908 en Côte d’Ivoire et 130 à Sao Tome. Dans les deux ou trois années qui suivirent la guerre, ils furent ramenés et retrouvèrent progressivement leurs familles (Cf. Goetz 2001). Le mot « vandales » désignant l’armée nigériane a été largement utilisé par les biafrais pendant la guerre et le chant ne fait que reprendre ici la désignation habituelle.

5 Voir à ce sujet Sosnowsky (1969), un ouvrage tout en photos.

6 Ces ethnies furent rapidement récupérées par les Nigérians après la chute de Port-Harcourt et les victoires ultérieures qui transformèrent le Biafra en peau de chagrin.

7 Le taux de scolarité a toujours été très élevé (proche des 100 %) au sud-est du Nigeria, et l’usage de l’anglais s’est rapidement étendu dès l’époque coloniale. Certains des chants recueillis mêlent igbo et anglais, témoignant de la diglossie habituelle au Nigeria.

8 J’ai traduit moi-même de l’anglais ou de l’igbo les citations empruntées aux romanciers et chercheurs nigérians, sauf pour les textes d’Adichie, publiés en traduction française.

9 Les romans de la guerre laissent entrevoir que cette unité n’a jamais été parfaite, et que nombre d’Igbo ont eu du mal à accepter la présence parmi eux des ethnies voisines.

10 Il s’agit là de salutations dans les trois langues mentionnées.

11 L’incident rapporté est celui de la marche qui suit la décapitation d’un mercenaire européen au service des troupes nigérianes.

12 Cette particularité de ’chanter la politique’ n’est pas limitée aux Igbo - Hugh (1954 : 236) la notait déjà à propos des chants bantu.

13 Félix Houphouët-Boigny (cl905-1993) dirigeait la Côte d’Ivoire au moment où le 14 mai 1968, ce pays reconnut le Biafra en tant que nation.

14 Pour plus de détails sur cette offensive biafraise, lire Uchendu 2007 chapitres 2 & 3 et Madiebo 1980 : 156-161.

15 Ifeajuna était à la tête de l’armée biafraise de libération du Midwest. Après la défaite biafraise et la retraite de ses troupes, il fut condamné pour trahison et exécuté le 22 septembre 1967, dix jours avant la chute de la capitale Enugu. Pour plus de détails, lire Madiebo 1980 : 166-170 & Ademoyega 1981 : 172.

16 Ici, mgbo ’balle’ est employé pour ogu ’combat’ par métonymie.

17 Entretien avec Mme P.Ejere, 50 ans, novembre 1999.

18 Caritas nous dit de manger de la morue / Pour que le kwashiorkor s’en aille

19 Voir des exemples dans Ugochukwu 1992 : 23-31 et 106-114.

20 En italique dans le texte.

21 Ce mot fait référence au roi sacré de Nri, capitale religieuse traditionnelle du pays. Ce titre donné au chef d’Etat le met sur le même pied que ces rois considérés comme moitié esprits-moitié hommes, et dont la parole était acceptée sans discussion.

22 Ville du Ghana où se déroulèrent, les 4 et 5 janvier 1967, les pourparlers visant à éviter un conflit armé.

23 Les cornes du bélier, indirectement mentionnées ici, font référence à celles de Yikenga, divinité traditionnelle qui reçoit un culte, le culte de la main droite (avec laquelle on gagne sa vie en travaillant) et de la réussite personnelle. Cf. Onwuejeogwu 1981 : 49.

24 Il s’agit là d’un proverbe déjà intégré dans un chant guerrier traditionnel qui précède le combat et provoque l’ennemi en l’avertissant du danger qui le menace - même mort, le léopard inspire encore la frayeur. On trouve ce proverbe dans Things Fall Apart (1986), vidéo-film inspiré par Le Monde s’effondre d’Achebe, où il accompagne les danses de provocation précédant le tournoi de lutte traditionnelle (cf. Achebe 1966 : 9). L’évocation du léopard dans les contes igbo peut être comparée à celle du loup dans les contes français.

25 Ces chants étaient aussi chantés par les civils engagés dans la BOFF - Biafran Organisation of Freedom Fighters, l’organisation biafraise des forces libres.

26 Ce chant avait été composé pour les troupes par l’unité chargée des publications du Bureau de l’information de guerre.

27 Ils ne peuvent pas vaincre le Biafra.

28 A comparer avec la lamentation du conte après la mort du héros à la guerre (Ugochukwu 1992 : 190).

29 Va en paix / Ugwu, va en paix / Ça va être bon pour toi / Va en paix.

30 La Bible tient une place importante dans l’enseignement (où elle est matière au programme) et les églises en pays igbo. Au sujet des traditions faisant des Igbo une tribu perdue d’Israël, voir Ugochukwu C.N. 2000 : 21.

31 Ce chant est construit sur le modèle du Psaume 1 de la Bible et on y retrouve la même image de l’arbre planté au bord de l’eau. Le chef d’Etat du Biafra, Ojukwu, y est placé au même niveau que Dieu - c’est dire la confiance et le respect dont il jouissait au début de la guerre.

32 Biafra, debout ! Attaque le Nigeria / Nous avons vaincu les Hausa / Ceux qui ne connaissent pas Dieu /Bats-les à mort, écrase-les du pied.

33 http://igbology.igbonet.net/docs/igboworld/detailedmap.html

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte du pays igbo33
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/2273/img-1.png
Fichier image/png, 73k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Ugochukwu, « L’arme du chant collectif au cœur du conflit biafrais », Journal des africanistes [En ligne], 80-1/2 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://africanistes.revues.org/2273

Haut de page

Auteur

Françoise Ugochukwu

Maître de conférences, Open University (GB) et CNRS-LLACAN

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page