Navigation – Plan du site
En Afrique de l’Ouest

L’État, avec ou sans cité

Jean Bazin
p. 49-56

Résumés

L’auteur, s’interrogeant sur la formation des États dans la Boucle intérieure du Niger, identifie deux dynamiques contrastées : l’État de Ségou, fondé sur l’accumulation des hommes et l’exercice d’une domination sur un territoire donné ; les cités marchandes Marka, pour lequelles l’accumulation des biens et une organisation en réseaux assurent une pérennité plus affirmée en raison même de leur implication épisodique dans les affaires politiques.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

city-state, Mali, capitals
Haut de page

Notes de la rédaction

Jean Bazin nous a quittés le 12 décembre 2001, alors que nous élaborions le programme de cette publication. Partie prenante d’une exploration dont le présent volume marque une étape, il avait exposé lors de la séance du 27 mars 2001 de notre séminaire une problématique qu’il précisa à l’occasion du colloque qui suivit les 21 et 22 juin.
La transcription de la communication de Jean Bazin enregistrée le 22 juin 2001 nous permet de suivre la courbe d’une analyse qui puise dans ses travaux antérieurs et esquisse les trajectoires d’une anthropologie qu’il souhaitait renouveler par la description des pratiques et de l’action. Dans leur forme inachevée, ses propos reproduits verbatim restituent un riche moment d’échanges auxquels fait écho chacun des articles d’une livraison que nous lui dédions en signe de dialogue ininterrompu.

Texte intégral

1[…] Je pense qu’il [faut] s’interroger sur les contrastes et les différences entre certains types de pratiques, pratiques sociales et historiques, qui sont souvent entremêlées dans des situations historiques données et qui ont des effets différents. J’ai d’abord en tête le cas que je connais le mieux, celui de l’ancien État de Ségou, sur les rives du Niger, entre le xviiie siècle et le xixe siècle et, plus généralement le cas des États de l’Afrique de l’ouest. Je voudrais proposer une sorte de vague modèle qui n’utilise pas de définitions strictes.

2Il y a deux pratiques lorsque l’on fait un État ; dans la langue des gens de Ségou, on dit « fabriquer un État », faηa kε ; les gens sont des faiseurs d’État, c’est-à-dire qu’ils ont une pratique donnée par laquelle ils parviennent à cela. Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire que l’on accumule essentiellement des hommes — je dis des hommes dans les deux sens du terme, car il s’agit plus des hommes que des femmes, puisque ce sont essentiellement des combattants, même si l’on accumule aussi des femmes, ne serait-ce que pour reproduire des hommes —, mais l’idée fondamentale c’est bien cela : des gens qui cherchent à accumuler des hommes par tous les moyens, et tous les moyens sont bons.

3Lorsqu’on analyse les récits, non pas les récits d’origine mais ceux de formation de l’État, on s’aperçoit que tous les moyens sont bons, le moyen le plus utilisé dans le cas que je connais le mieux étant l’esclavage, un moyen très commode pour accumuler des hommes qui, au demeurant, sont privés de leur identité, donc plus fidèles que les autres. Tous les moyens sont bons, y compris la parenté, y compris l’alliance, pour accumuler des hommes, et accumuler des hommes permet d’exercer une domination sur un territoire. Exercer une domination, c’est exercer une domination violente, mais c’est aussi exercer une domination qui donne lieu à un état de droit. Je pense que c’est fondamental dans l’idée que nous devons nous faire de l’État ; tout État, avec un grand « É », est ainsi un état avec un petit « é » de droit, quel que soit le degré d’élaboration de ce droit. Alors bien sûr, lorsque c’est peu élaboré, on dira qu’il s’agit d’Early State, d’« État archaïque », mais tout État est l’imposition dans un territoire donné d’une volonté juridique dont l’énoncé le plus simple reste jusqu’à ce jour celui formulé par Weber, c’est-à-dire le « monopole de la violence », c’est-à-dire nous sommes les plus forts, donc vous n’exercez pas la violence, vous la subissez ; vous y participez avec nous, sinon vous la subirez. Cette volonté d’imposer une sorte de paix armée, c’est l’État, c’est cela l’espace de l’État, et cela suppose que, dans un lieu donné, on rassemble des hommes en nombre suffisant pour impressionner tous les autres, c’est-à-dire que l’on est dans un rapport d’inégalité des forces tel que, effectivement, la position de ce droit puisse marcher. Alors ce droit peut être raffiné, etc., mais peu importe, je ne veux pas entrer dans les détails.

4Il me semble que cette pratique-là c’est une chose, et puis il y a une autre pratique distincte qui est d’accumuler des biens. Alors je ferai allusion à quelque chose qui m’a toujours paru significatif. Vous savez que l’un des plus vastes États qu’ait connu l’Afrique c’est l’ancien empire du Mali, aux xiiie-xive siècles, et dans le récit que donnent les griots de la généalogie des fondateurs de cet empire, c’est-à-dire les Kéita, l’histoire des Kéita, l’un des traits fondamentaux, à mon sens, c’est que l’on vous dit qu’il y a deux frères : l’un va devenir l’ancêtre des rois et l’autre l’ancêtre des commerçants ; c’est l’aîné et le cadet. C’est une certaine façon de dire que les acteurs, et les acteurs anciens — parce que ces récits sont quand même largement la reproduction de récits anciens —, sont d’une certaine manière conscients de cette dualité. C’est-à-dire que, d’une certaine façon, il y a les gens qui accumulent des hommes, des guerriers, et qui exercent une domination étatique, et il y a des gens qui accumulent des biens. Ils accumulent des biens là aussi, éventuellement par l’esclavage, là aussi par tous les moyens. Ils s’enrichissent, mais ils ont une tactique différente et ces gens sont dans un rapport ambigu : les uns sont protégés par les autres, etc. On peut imaginer que le scénario de cette pensée, si vous voulez, est quelque chose qui donnerait lieu à une multiplicité de scénarios de la parenté, sans aller plus loin.

5Alors qu’est-ce que cela donne ? Cela donne, dans ce qui nous intéresse ici, lorsqu’on accumule des hommes, cela donne quelque chose comme une ville, peut-être, mais une ville d’un certain type. Les capitales, les anciennes capitales de l’Afrique de l’ouest — et c’est le cas de Ségou aussi — sont des sortes de « zones capitales », c’est-à-dire qu’en réalité — les auteurs arabes décrivent cela très bien pour la capitale de l’ancien Mali, mais Ségou c’est le cas aussi et là les choses sont plus près —, c’est en fait, à l’échelle de ce que les Français appelleront après un « canton », c’est une sorte d’aire assez vaste, qui peut faire vingt ou trente kilomètres ou quarante kilomètres de diamètre, et à l’intérieur de cela, il y a un lieu qui est le palais royal qui, éventuellement, se déplace dans cette zone, et puis ces hommes que l’on accumule qui s’installent tout autour. Et ils s’installent sous la forme de villages dispersés, mais qui sont à l’intérieur de cette même zone. Alors c’est bien une sorte d’établissement urbain, parce qu’il y a une grande densité de peuplement, mais en même temps c’est une ville qui est traversée de culture, etc., parce que ces hommes font la guerre, mais ils ne la font pas tout le temps et la guerre n’est jamais assez rentable pour que l’on puisse se passer totalement de cultiver ; ou bien les tributaires ne sont jamais assez généreux dans leur tribut pour que l’on puisse se passer totalement de cultiver.

6Donc, il y a cette sorte d’agglomération de régiments, etc. qui, autour du roi, occupe l’espace. Inversement, du côté de ceux qui accumulent des biens, ce sont des communes beaucoup plus resserrées, des villes, des cités, avec une architecture beaucoup plus centrée, et avec, au contraire, un espace autour où l’on cultive, où l’on fait cultiver des esclaves, etc. On pourrait s’amuser ici à décrire deux types d’espaces urbains différents et, dans le cas de Ségou en tout cas, je pourrais le faire, si j’avais le temps…

7Autre chose importante, dans un cas, vous avez une opposition stricte entre centre et périphérie. Un État c’est une zone centrale où s’accumulent, un peu comme dans le cas du Burundi, où arrivent des tribus, etc., et où arrivent les hommes drainés par le roi et ses gens. Et puis vous avez une périphérie qui est composée de paysans, de tributaires, de chefs vassaux, etc. Tandis que dans le cas de ces communes marchandes ou de production marchande qui couvrent toute l’Afrique de l’ouest, c’est le modèle de réseau qui l’emporte. C’est-à-dire que ces villes, elles existent en réseau, elles ont éventuellement la capacité — alors là je suis tout à fait d’accord avec ce que disait Glassner — à devenir momentanément des États, mais elles sont à tout moment sur le point de céder à la protection un peu envahissante du pôle étatique qui se développe ici ou là, ces pôles variant, bien entendu, selon la chronologie de l’histoire africaine. Donc, on a là un réseau ; ce réseau, on s’aperçoit souvent qu’il subsiste à travers les différentes dominations impériales, le réseau des villes marchandes subsiste, mais il varie dans son contenu, dans le contenu des marchandises qui circulent, etc.

8Alors, autre niveau d’interrogation : le politique. Il n’y a pas d’État, à mon sens, sans un lieu politique, même dans un État totalement despotique — que l’on peut assez facilement imaginer (on en a même quelques exemples) —, il y a toujours quelque part quelque chose qui se dit, c’est-à-dire qu’il n’y a pas d’État qui soit jamais arrivé à imposer le silence absolu des sujets. Mais le problème c’est la façon dont s’organise cette parole publique. Alors, il me semble que dans un cas — encore une fois c’est un modèle très simplifié que je vous propose –, celui de Ségou par exemple — pour tout ce qui est de l’empire du Mali on ne sait pas très bien, parce que nos sources manquent un peu, mais enfin on a quelques éléments —, vous avez le palais, qui est quelque chose d’assez massif, dans lequel réside le roi et ses proches : ses esclaves, ses gardes, ses femmes, etc. Et puis vous avez, devant le palais, quelque chose qui se dessine, ce que l’on pourrait appeler « place publique », mais qui est plutôt un espace neutre, dans lequel éventuellement le roi — Ibn Battuta décrit cela très bien dans le cas de l’empire du Mali —, sort un jour d’audience, il sort dans une sorte d’aire qui est en dehors du palais — à Ségou, c’était pareil, devant le palais il y avait une sorte d’aire où le roi se rendait ; par exemple, c’est là qu’il rendait la justice, etc. Il y a cette dualité, au fond, entre un espace interne, réservé, dans lequel on ne peut pas rentrer, qui est très gardé, et puis un espace « public » entre guillemets où, éventuellement, des choses, des cérémonies, des actes juridiques se passent.

9Et puis il y a un troisième niveau, qui est essentiel, qui est… ; à Ségou, on dirait c’est le lieu, les cabarets où l’on boit de la bière ; nous, nous appelons cela aujourd’hui l’opinion publique, parce que l’on a les moyens de la sonder que vous connaissez. Alors les rois de Ségou, eux, envoyaient des espions dans les bars et on leur rapportait que le roi était mal vu, que telle guerre était vraiment très contestable, qu’on allait la perdre, etc. Il y a une rumeur, il y a quelque chose, mais qui ne s’exprime pas, parce qu’il y a un poids royal considérable. Mais il y a une rumeur dont le roi tient compte, il y a une politique, il y a une vie politique qui se traduit de temps en temps par des coups d’État, par le fait que tel ou tel prince est renversé par un de ses frères ou un de ses cousins, etc.

10Donc, il y a cela. Dans l’autre cas, le cas des communes soit dioula, soit marka, enfin ces réseaux de communes marchandes généralement islamisées qui tissent l’ensemble de l’espace de l’Afrique de l’ouest, c’est quelque chose qui est de l’ordre d’une politique communale, c’est-à-dire qu’il y a quelqu’un qui est une sorte de maire de la commune, une charge qui est détenue par une famille, et là on est dans un système, je dirai de luttes de factions qui n’est pas, au fond, sans rappeler notre propre système politique, même s’il n’y a pas de partis. Je veux dire qu’il y a des factions organisées : vous êtes les Untels ou avec les Untels — j’allais dire que vous êtes avec les Médicis ou avec d’autres, c’est un peu cela. Il y a des grandes familles qui contrôlent ces cités, ces familles sont rivales, elles ont des clients, différentes clientèles, elles donnent l’hospitalité à des tas de gens, et il y a des affrontements politiques qui se font essentiellement autour de la gestion de la commune. Et en même temps, il y a finalement un accord sur la survivance de cette commune, c’est-à-dire que ces conflits…

11Alors, il me semble qu’en voyant comme cela très rapidement les espaces politiques d’Afrique de l’ouest, on arrive un petit peu à répondre à notre question de la cité-État, que je ne classerai ni d’un côté ni de l’autre. C’est-à-dire que l’État, on voit très bien qu’il produit du phénomène d’urbanisation, dans la mesure où accumuler des hommes et, par voie de conséquence, des femmes, cela transforme l’espace. Vous avez des espaces déserts et puis des espaces qui sont généralement des espaces propres à l’agriculture plus intensive, où s’accumulent les gens, etc. Et puis cela dure un certain temps. Tout le monde sait — depuis Ibn Khaldûn lui-même, d’ailleurs — que ces États ont une vie courte ; le Mali s’est construit en quatre générations. Le système ne se retrouve pas à chaque fois, mais enfin c’est vrai que ces États s’étendent, puis s’écroulent et un autre qui se crée un peu plus loin. Tandis que dans l’autre cas, on a bien quelque chose qui est de l’ordre de la cité, mais qui ne devient qu’assez rarement un État. Dans certains cas, cela le devient ; là se pose — cela me permet de passer la parole à Holder — dans certains cas, il semble bien, pour autant que l’on soit renseigné, qu’il y ait eu effectivement des cités marchandes qui aient exercé une domination politique. Et c’est, semble-t-il, le cas de Djenné pendant une partie de son histoire, où vous avez là quelque chose qui serait alors une cité, organisée un petit peu comme je l’ai dit, essentiellement autour de grandes familles contrôlant le commerce nord-sud, etc., mais aussi organisée autour d’un appareil sans doute de mercenaires, contrôlant une sphère étatique et contrôlant les réseaux commerciaux. Dans la plupart des cas, eh bien, ces villes commerciales, qui sont bien des cités, avec leur gestion interne relativement autonome, elles sont néanmoins pas souveraines, c’est-à-dire elles sont contraintes de payer tribut, et en même temps elles ont une position relativement forte par rapport aux États centraux, dans la mesure où elles fournissent, par exemple des armes, par exemple…, etc. Elles ont une position d’autonomie relative qui les oblige périodiquement à entrer en soumission par rapport à l’État qui se constitue à leur porte, tout en maintenant l’autonomie relative de leurs réseaux.

12Alors, on peut dire que dans ce cas-là, qui est encore une fois très inspiré par l’Afrique de l’ouest, mais c’est peut-être plus généralisable, on peut dire que notre cité-État, elle est perpétuellement en devenir et en risque. C’est-à-dire que, au fond, généralement, l’État produit de l’urbain, mais pas sous la forme d’une cité du type polis grec, mais plutôt sous la forme d’une accumulation démographique autour d’un palais. Et puis parfois, c’est au contraire une cité avec des citoyens et des familles représentées, identifiées comme telles dans cette cité, qui devient provisoirement un État, c’est-à-dire qui est capable à un moment de dominer un territoire donné, ce qui, généralement, ne dure pas très longtemps.

13Alors, on pourrait s’interroger sur cette dynamique, mais il me semble que le fond de tout cela, c’est une sorte de partage entre des pratiques différentes qui s’articulent les unes aux autres, qui ne vont pas l’une sans l’autre, tout cela étant évidemment appuyé sur des références culturelles distinctes. J’ai un peu passé là-dessus mais, dans le cas de l’Afrique de l’ouest, bien sûr, il y a d’un côté l’islam, de l’autre le « fétichisme » entre guillemets, l’ensemble des cultes qui est… Voilà en gros ce que je voulais mettre en place, comme cela, mais c’est purement expérimental.

Haut de page

Bibliographie

1975, « Guerre et servitude à Ségou », in C. Meillassoux (éd.), L’esclavage en Afrique précoloniale, Paris, Maspero, pp. 135-181.

1979, « La production d’un récit historique », Cahiers d’études africaines, 19 (1-4), 73-76, pp. 435-483.

1982, « État guerrier et guerre d’État », in J. Bazin & E. Terray (éd.), Guerres de lignages et guerres d’États en Afrique, Paris, éditions des Archives contemporaines, pp. 321-374.

1985, « À chacun son Bambara », in J.-L. Amselle & E. M’Bokolo (éd.), Au cœur de l’ethnie. Ethnie, tribalisme et États en Afrique, Paris, éditions de la Découverte, pp. 87-127.

1988, « Genèse de l’État et formation d’un champ politique : le royaume de Segu », Revue française de Science politique, 38 (5) : L’anthropologie politique aujourd’hui, pp. 709-719.

1988, « Princes désarmés, corps dangereux. Les rois-femmes de la région de Segu », Cahiers d’études africaines, 28 (3-4), 111-112 : Manding, pp. 375-441.

1992, « Le roi sans visage », in Fondation Cartier, À visage découvert, Paris, Flammarion, pp. 103-111.

2000, « Science des mœurs et description de l’action », Le genre humain, 35 : Actualités du contemporain, pp. 33-58.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Bazin, « L’État, avec ou sans cité », Journal des africanistes, 74-1/2 | 2004, 49-56.

Référence électronique

Jean Bazin, « L’État, avec ou sans cité », Journal des africanistes [En ligne], 74-1/2 | 2004, mis en ligne le 10 avril 2007, consulté le 27 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/222

Haut de page

Auteur

Jean Bazin

Anthropologue, directeur d’étude à l’EHESS.

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org