Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Rombi, Marie-Françoise et Jacqueline M. C. Thomas, 2006, Un continuum prédicatif : le cas du gbanzili (République Centrafricaine)

Peeters, SELAF 420, Paris-Louvain, 383 p.
Paulette Roulon-Doko
p. 152-154
Référence(s) :

Rombi, Marie-Françoise et Jacqueline M. C. Thomas, 2006, Un continuum prédicatif : le cas du gbanzili (République Centrafricaine), Peeters, SELAF 420, Paris-Louvain, 383 p.

Texte intégral

1L’ouvrage commence par une brève présentation des Gbanzili-'Bolaka, population de République Centrafricaine qui parle une langue subdivisée en deux dialectes le gbanzili et le 'bolaka ayant entre eux une bonne intercompréhension. Il s’agit d’une langue oubanguienne de la Niger-Congo, groupe Adamawa-Ooriental, sous groupe oriental selon la classification de Greenberg. L’étude présentée ici est consacrée au système verbo-nominal. Elle repose sur un très important corpus recueilli principalement par un locuteur 'bolaka devenu assistant enquêteur, Paul Kossi Akoya à qui est d’ailleurs dédié ce travail.

2Un premier chapitre intitulé ‘préliminaires’ présente brièvement le système phonologique, la morphologie, les catégories grammaticales ou syntaxèmes, la synthématique – dérivation, composition et emprunt – et enfin la syntagmatique définie comme « le degré secondaire de la détermination ».

3Les trois chapitres suivants traitent successivement de la prédication verbale, de la prédication para-verbale et de la prédication non verbale.

  • 1  Seule cette structure CV permet d’opposer un schème tonal bas à un moyen.
  • 2  Tous les termes de la langue peuvent figurer comme interjection.

4La ‘prédication verbale’ (22 p. : 51-74) retient une construction à 2 éléments : un verbe de structure CV1, CVCV, CVV et CVCVCV toujours précédé d’un pronom appelé « marqueur personnel nécessaire ». La conjugaison marquée par des schèmes tonals qui affectent l’ensemble du syntagme verbal comporte 4 formes l’aoriste, l’inaccompli, le contingent et le participe dont les emplois sont illustrés d’exemples. A la marge, l’impératif et l’injonctif sont des formes verbales qui ne peuvent être précédées d’un pronom, ce qui mène les auteurs à les considérer comme des déverbatifs, constituant chacun une catégorie propre relevant de l’interpellation qui, comme les interjections2, peut apparaître dans un énoncé à un seul terme et n’est de ce fait pas retenu dans leur analyse qui ne prend en compte que les types d’énoncés d’au moins 2 termes (p. 38).

  • 3  Seuls 4 de ces ND jouent ce rôle de joncteur : trois localisateurs et un directionnel-destinatif.
  • 4  Sauf pour les verbes de structure CV qui confondent NV et NdV.
  • 5  VN et NV lorsqu’ils sont employés comme compléments de leur V source produise un intensif voire un (...)
  • 6  Les termes qui suivent rendent plus ou moins compte du long développement des auteurs qui ne donne (...)

5La ‘prédication para-verbale’ retient une construction à 3 éléments : un pronom appelé « marqueur personnel autonome » qui peut être remplacé par un nom ou un syntagme nominal suivi d’un Nominal dépendant (ND3) qui introduit un déverbatif. Les auteurs dénombrent 5 types de déverbatifs, présentés p. 41 sans indication de leur valeur sémantique respective. Seuls trois d’entre eux, distingués sur la base de leur schème tonal4, participent à cette prédication : le verbo-nominal VN, le nomino-verbal NV5 et, dans une moindre mesure, le nominal dérivé de verbal NdV. De fait seuls 2 ND tø- et nga- participent à la construction de paradigmes para-verbaux à 3 éléments exprimant respectivement6 un virtuel et un habituel. Ils peuvent également être utilisés après un verbe, comme c’est le cas des deux autres ND da- et na-, mais le pronom est alors toujours absent. Les auteurs s’interrogent alors sur la valeur prédicative de ces constructions.

6La ‘prédication non verbale’ retient une construction comportant au minimum 2 éléments et présente diverses formes : « l’actualisation, l’équalisation, la définition et la présentation » (p.109).

7Le chapitre suivant ‘Les modificateurs énoncématiques’, traite successive­ment de la temporalité (p. 161-208), des déictiques (p. 210-237), de la condition, succession, suspension (p. 237-278), de l’interrogation (p. 278-322), de l’affirmation (p.323-328), de la négation (p. 328-344) et enfin de l’affirmation négative (p. 344-354). La temporalité et la négation sont déclinées en suivant les distinctions de prédication précédemment retenues, à savoir : verbale, para-verbale et non verbale, entraînant des répétitions.

8Une synthèse-conclusion (p.356-363) résume la démarche adoptée par les auteurs. L’ouvrage se termine par un glossaire et une bibliographie. On regrettera l’absence d’un index.

  • 7  La liste des abréviations est présentée p. 19.

9Sur le plan formel, la présentation est très soigneuse et les exemples imprimés en couleur bleu sont bien identifiables et il s’agit toujours d’énoncés provenant de textes spontanés. Cependant l’absence d’interlinéarisation – un mot à mot en correspondance stricte avec les termes analysés – rend celui-ci difficile à suivre. Mais ce sont surtout les choix retenus7 pour le balisage du mot à mot qui compliquent à l’extrême la lecture. D’une manière générale, à vouloir faire passer trop d’informations les auteurs rendent le mot à mot indéchiffrable. De plus certains choix sont étonnants, je n’en prendrai qu’un seul exemple. Ainsi par exemple pour le verbe « mourir », puisqu’on distingue le Verbo-nominal VN du Nom-verbal NV, la notation dans le mot à mot devrait être < VN mourir > et < NV mourir >, et non pour ce dernier < NV mourage > qui, au lieu de manifester le verbe de base « mourir », propose une traduction « mourage ». Cette traduction, si on l’adopte, se suffit à elle-même et point n’est besoin d’y rajouter NV devant. Enfin les signes utilisés pour construire des formules récapitulatrices des diverses analyses que les auteurs disent eux-mêmes « apparemment rébarbatives » (p. 20) sont si difficiles à déchiffrer qu’il ne me semble pas possible de les promouvoir comme des aides à la comparaison.

10Sur le fond, je critiquerai tout d’abord le trop grand nombre de catégories grammaticales retenues (par ex. 4 catégories différentes de pronoms personnels). Je trouve aussi que les auteurs multiplient les termes du lexiques lorsqu’ils considèrent comme des dérivés le redoublement d’un ND ou, pour d’autres termes, le recours au redoublement à valeur d’intensif ou de superlatif. Je pense que c’est un raisonnement du même ordre qui leur fait préférer de traiter les formes issues des bases verbales comme des déverbatifs plutôt que d’y voir la réalisation de formes complexes de conjugaison verbale. Enfin, certaines notions comme ‘logophoriques’ ou ‘séries verbales’ bien qu’elles semblent présentes sont simplement ignorées des auteurs. L’idiosyncratie des étiquettes et un défaut de synthèse rend donc l’ouvrage très ardu à lire. Cependant, en dépit de ces réserves, on ne peut que se réjouir que soit mis à disposition de la communauté des chercheurs une étude extrêmement minutieuse et très documentée sur une langue jusqu’ici non décrite.

Haut de page

Notes

1  Seule cette structure CV permet d’opposer un schème tonal bas à un moyen.

2  Tous les termes de la langue peuvent figurer comme interjection.

3  Seuls 4 de ces ND jouent ce rôle de joncteur : trois localisateurs et un directionnel-destinatif.

4  Sauf pour les verbes de structure CV qui confondent NV et NdV.

5  VN et NV lorsqu’ils sont employés comme compléments de leur V source produise un intensif voire un absolutif.

6  Les termes qui suivent rendent plus ou moins compte du long développement des auteurs qui ne donnent pas, en fin de compte, un sens précis à chacun.

7  La liste des abréviations est présentée p. 19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulette Roulon-Doko, « Rombi, Marie-Françoise et Jacqueline M. C. Thomas, 2006, Un continuum prédicatif : le cas du gbanzili (République Centrafricaine) », Journal des africanistes, 77-2 | 2007, 152-154.

Référence électronique

Paulette Roulon-Doko, « Rombi, Marie-Françoise et Jacqueline M. C. Thomas, 2006, Un continuum prédicatif : le cas du gbanzili (République Centrafricaine) », Journal des africanistes [En ligne], 77-2 | 2007, mis en ligne le 13 avril 2010, consulté le 22 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2208

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org