Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Diawara, Mamadou, Paulo Fernando de MORAES FARIAS et Gerd SPITTLER (dir.), 2006, Heinrich Barth et l’Afrique

Cologne (Köln), Rüdiger Köppe,  Studien zur Kulturkunde n° 125, 286 p.
Philippe Laburthe-Tolra
p. 150-151
Référence(s) :

Diawara, Mamadou, Paulo Fernando de MORAES FARIAS et Gerd SPITTLER (dir.), 2006, Heinrich Barth et l’Afrique, Cologne (Köln), Rüdiger Köppe,  Studien zur Kulturkunde n° 125, 286 p.

Texte intégral

1Bonne nouvelle pour les lecteurs si pressés de notre temps : lors de ce colloque, organisé en 2003 à l’occasion du 150ème anniversaire de l’arrivée de l’explorateur allemand H. Barth (1821-1865) à Tombouctou, A. Ricard et G. Spittler nous apprennent, exemples à l’appui, que la traduction abrégée de ses découvertes (1849-1855) en français s’appuie sur un résumé de 950 pp., effectué par l’auteur lui-même, depuis les 3.600 p. des éditions originales allemande et anglaise. Cette version est déclarée suffisante, voire supérieure pour le lecteur cultivé, sauf s’il est à la recherche d’un détail d’érudition (v.g. la première mention historique des Beti du futur Cameroun, cf. P. Laburthe-Tolra, Les Seigneurs de la Forêt pp. 45,64).Selon cet ouvrage, admira­blement publié par les Allemands uniquement en français et en anglais, avec une excellente introduction, et une biographie d’Heinrich Barth examiné ensuite sous tous les angles, ce voyageur demeure un modèle pour l’ethnographe d’aujourd’hui par au moins deux traits : en premier lieu, il se passe toujours d’interprète grâce sa maîtrise des langues – dès l’âge de 14 ans, il connaissait le latin, le grec classique, l’anglais, à 17 ans il possédait l’arabe, c’est pourquoi ce petit-fils de paysan se fait offrir par son père, boucher à Hambourg, outre des études universitaires, un voyage de près de trois ans en Grèce, Turquie, Proche-Orient, Egypte, Maghreb, il apprend au passage l’italien, le français, le dialecte syrien et un peu de turc. En Afrique, où il se joint à l’expédition britannique de Richardson en compagnie d’un géologue allemand, Overweg, il acquerra les langues véhiculaires hausa et kanuri et possédera des éléments de bien d’autres langues. Son deuxième trait remarquable, c’est qu’il ne veut se distinguer en rien des habitants : il se fait inviter par eux, dort, mange et s’habille à la mode du pays. Il est gêné que ses deux compagnons européens dressent une tente, et soulagé quand ils le laissent enfin seul. Il ne montre aucun racisme, sauf à laisser transparaître ses désirs d’embourgeoisement en privilégiant ses contacts avec les élites, chefs et lettrés. Il se délecte dans la rencontre d’intellectuels, tel le sage Faki Sambo trouvé au fin fond du Baguirmi, un Peul qui avait fait ses études au Caire et possède en traductions arabes les textes de Platon et d’Aristote (p. 64). Grâce à sa réputation de lettré, Barth se fait ouvrir jusqu’à Tombouctou les bibliothèques les plus secrètes, où il découvre (même s’il en fait parfois des lectures réductrices) la profondeur jusque là ignorée en Europe de l’histoire séculaire africaine. Sur la route de Kano, il parle en grec avec un ancien esclave qui a vécu 20 ans à Istanbul. Dans le Marghi-Wandala, il découvre la beauté de la population, et la pratique chez les païens de la vaccination contre la variole (dont les musulmans s’abstiennent par religion). Du côté de Sokoto, un ancien esclave revenu du Brésil a introduit des plantations rationnelles exemplaires. L’exactitude rigoureuse des cartes de Barth fera la gloire de leur éditeur, Petermann.

2Certes, on peut faire à Barth des reproches. Il a un caractère ombrageux, fait confiance à des traîtres comme l’Arabe al-Walati, est mauvais diplomate (il n’a pas saisi le virage de la Grande-Bretagne et de la France cessant leur rivalité pour s’allier contre la Russie). Il laisse ses illustrateurs embellir ses descriptions selon les idées reçues de l’époque. Contre G. Klute (d’ailleurs mal traduit, p. 170) je doute que les Soudanais aient été de bonne heure conscients des risques de colonisation, car, si j’ai bonne mémoire, Nachtigal à la cour du Bornou dans les années 1875 la trouve déchirée par des problèmes de préséance, et sans égard pour l’étranger qui tente de la mettre en garde contre l’impérialisme (à cet époque, l’Allemagne selon Bismarck est anti-coloniale). On ne peut que recommander ce petit livre agrémenté de cartes, de photos, de gravures, voire de souvenirs familiaux pittoresques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Laburthe-Tolra, « Diawara, Mamadou, Paulo Fernando de MORAES FARIAS et Gerd SPITTLER (dir.), 2006, Heinrich Barth et l’Afrique », Journal des africanistes, 77-2 | 2007, 150-151.

Référence électronique

Philippe Laburthe-Tolra, « Diawara, Mamadou, Paulo Fernando de MORAES FARIAS et Gerd SPITTLER (dir.), 2006, Heinrich Barth et l’Afrique », Journal des africanistes [En ligne], 77-2 | 2007, mis en ligne le 13 avril 2010, consulté le 22 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2201

Haut de page

Auteur

Philippe Laburthe-Tolra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org