Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

COQUET Michèle, 2007, Arts primitifs, arts populaires, arts premiers, petit cours de rattrapage à l’usage des parents

Paris, Nathan, 144 p.
Philippe Laburthe-Tolra
p. 149-150
Référence(s) :

COQUET Michèle, 2007, Arts primitifs, arts populaires, arts premiers, petit cours de rattrapage à l’usage des parents, Paris, Nathan, 144 p.

Texte intégral

1L’auteur propose ici un petit livre riche, intelligent, utile, bien présenté, documenté, bien écrit, à l’usage des parents qui souhaitent être dans le vent. Elle part du point capital auquel on ne peut que souscrire (p. 16) : « Ce que nous appelons « art primitif n’est rien d’autre que l’art populaire des peuples exotiques». D’où l’incohérence à Paris de fermer le Musée des Arts et Traditions Populaires quand on ouvre un Musée des Arts Premiers. Michèle Coquet cite le regard « croisé » de l’« autre », elle évoque l’inversion de l’émerveillement qu’il cause à son exploitation (24-26). Passage extrêmement brillant sur le fait que le Primitif est devenu un Premier (mais aussi un Dernier, pp. 32-33) , Suit une brève histoire des musées et du primitivisme, et la conclusion que « la notion de progrès n’a aucun sens en art. » (p. 44).

2On passe à la revue des matériaux domestiqués par l’art (le bison en Amérique, p. 50, est intégralement exploité, tel le palmier-raphia en Afrique centrale) incluant les plus fragiles : plumes, et végétaux. En couleurs, « la triade rouge blanc noir serait universelle » (62). Etude des artistes, des styles, des rôles masculins et féminins. Autre universel : la cuiller (82), le tatouage (qui existe en Afrique noire avec abondance chez les Fang cf. Tessmann) et semble redevenu chez certains jeunes Européens une épreuve d’endurance voulue (cf. 89), selon les témoignages de l’exposition Dapper sur le Corps en 2006. Bon chapitre sur l’autre monde et les reliques, puis un autre sur les symbolismes, bien illustré par les planches-couleurs du livre, suivi d’une très belle conclusion sur les Beautés, objet ultime de l’art.Mais là commencent mes rares réserves. Dans l’excellent épilogue sur la brillance nécessaire à la Beauté, l’auteur, parlant des onctions d’huile sur les corps et statues Bambara (135), paraît n’avoir pas appris par Cicéron, dans ses Verrines, que l’amateur d’art romain peignait et cirait ses statues, pour leur donner l’éclat attendu de déesses ou d’athlètes vivants.

3D’autres critiques mineures : Michèle Coquet retarde un peu pour les  « lectures d’enfance » qu’elle cite (12) : quel jeune parent d’aujourd’hui a lu le Dernier des Mohicans, connaît le Capitaine Corcoran ou même Croc-Blanc ? Lequel emploie les termes savants : cartel, abysses, honni, catégories (de pensée). Ce sont les bo-bos qui apprécieront certains tics de langage intellectuel : l’auteur retrace (8) l’histoire du regard porté sur les hommes et les œuvres, affine une proposition (16),pointe ce qui stigmatise (pour dire ‘met en relief’, non ce qui rend infâme ou détériore, mais simplement ‘ce qui différencie’) , etc. Elle semble ignorer (24) que le « plou » breton vient simplement du « populus » latin ! Elle exclut (61) l’Afrique sub-saharienne de l’intérêt pour le parfum : or, la poudre de padouk huilée servait de vêtement de fête parce qu’elle « sentait bon » au sud Cameroun, et l’auteur elle-même note l’attrait du parfum de l’indigo pour les Peules, selon un axiome dogon (136). Curieuse opinion (63) à propos du lis comme « emblème de Marie protectrice de la France » : elle ne le fut qu’à partir de Louis XIII ! Le lis, comme première fleur créée, ornait le Temple de Salomon (1er Livre des Rois, 7, 19), Les Carolingiens l’exigent dans les jardins royaux dès les années 800 ; il apparaît comme insigne royal sur le sceau de Philippe-Auguste en 1180, sa bannière d’azur étant en 1191 semée de lis d’or, dont les 3 pétales représentent pour S. Louis les 3 vertus de la France : « foi, science et chevalerie »… Rien de marial ici, sauf à voir ailleurs en Marie l’Épouse du Cantique des Cantiques- on sait la polyvalence des symboles.

4Mais ces critiques sont sans doute d’un autre âge et ne traduisent que la jalousie qu’on peut éprouver de ne pas avoir produit soi-même un livre aussi éblouissant…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Laburthe-Tolra, « COQUET Michèle, 2007, Arts primitifs, arts populaires, arts premiers, petit cours de rattrapage à l’usage des parents », Journal des africanistes, 77-2 | 2007, 149-150.

Référence électronique

Philippe Laburthe-Tolra, « COQUET Michèle, 2007, Arts primitifs, arts populaires, arts premiers, petit cours de rattrapage à l’usage des parents », Journal des africanistes [En ligne], 77-2 | 2007, mis en ligne le 13 avril 2010, consulté le 25 avril 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2199

Haut de page

Auteur

Philippe Laburthe-Tolra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org