Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

COLIN, Roland, 2007, Sénégal notre pirogue, Au soleil de la liberté, Journal de bord 1955-1980, Préface d’Elikia M’Bokolo

Paris, Présence Africaine,  408 p.
Philippe Laburthe-Tolra
p. 145-148
Référence(s) :

COLIN, Roland, 2007, Sénégal notre pirogue, Au soleil de la liberté, Journal de bord 1955-1980, Préface d’Elikia M’Bokolo, Paris, Présence Africaine,  408 p.

Texte intégral

1Pour comprendre le titre, il faut savoir que l’appellation Sénégal vient du wolof Sunyu gaal, « notre pirogue », et c’est bien sur un grand fleuve trouble et souvent terrible que nous embarque l’auteur, pour cette section historique de son existence, en lui dédiant pour commencer un court, mais superbe hymne lyrique. Suit une remarquable préface du professeur Elikia M’Bokolo, à qui le témoignage de Roland Colin inspire souffle et ferveur, puis un beau cahier de photos, ainsi qu’une carte du Sénégal (où manque pourtant Rufisque).

2Le chapitre I montre la contrariété qu’éprouve le jeune couple en janvier 1955 : l’administration coloniale ne souhaitait pas son retour au Soudan (cf, Kénédougou, 2004). Roland est donc affecté au Sénégal, dont il redoute l’ « inauthenticité » sous la longue action des Français. En fait, ce sera sa chance : sous l’impulsion d’un patron corse ouvert et intelligent, Colombani, il est initié aux deux versants complexes, – blanc et noir – de la société dakaroise, et sénégalaise en général. « Chocs d’amitié » du couple avec Assane Seck, directeur de la Cité universitaire, et avec le jeune prof. de philosophie Alassane Ndaw ; début d’un parcours auprès des chefs et personnages politiques locaux : Lamine Guèye, puis Senghor, élu contre lui en 1951, bientôt rejoint par Mamadou Dia. En 1955, des incidents violents sont maîtrisés en Casamance. A Paris, le ministre Teitgen amorce l’autonomie des territoires. Roland retrouve avec plaisir Senghor, qui a été son maître à l’Ecole Coloniale, et à qui il doit d’avoir adopté son concept de la ‘négritude’. Colombani, nommé gouverneur du Sénégal, fait de Roland son chef de cabinet : ils vont ensemble, à Saint-Louis (chap. 2, 1956-57), œuvrer au « réveil de la belle endormie ». Du côté des colons, intrigues de sexe et de personnes (pp.52-53). Parmi ses émotions familiales (naissance de sa fille Maria, deuil de son père), Roland Colin note que l’essentiel de l’avenir de l’AOF au XXIe siècle se joue avec les élections de début 1956 et la loi-cadre de juin, mais presque personne ne s’en rend compte (p.55-6). Pourtant, les hommes politiques tentent de s’unir et abordent le problème du destin des Fédérations de Territoire. Pèlerinage chez les Mourides au grand magal de Touba, et chez les Bassari pour leurs initiations traditionnelles (p. 66-67). En mars 1957 les Colin partent en congé en France, tandis qu’est signé pour l’Europe le traité de Rome, et qu’avec les élections du 31 mars, un gouvernement sénégalais entre en scène (chap. 3). Y triomphe le parti de Senghor et Mamadou Dia. Celui-ci est poussé par le premier à la vice-présidence (la présidence restant dévolue au gouverneur nommé par Paris). Comme conseiller politique, Dia fait appel à Colin qui rejoint Dakar le 4 juillet. Très nombreux problèmes de tous ordres : délicat transfert de la capitale de St Louis à Dakar, malaise avec le directeur de cabinet Jean Collin, chasse aux pots de vin, résistance aux contrôles français, mise en garde contre l’indépendance de la part du ministre de la F.O.M., désir d’un regroupement fédéral (pp. 89-90) contrarié par Houphouët-Boigny et par la France, (chap. 4, l’autonomie en marche et le défi du développement). Finalement de Gaulle décide à l’improviste sa tournée des capitales africaines en fin d’été 1958. Encore en vacances, Senghor et Dia se rencontrent alors en Normandie, et c’est le début de leur mésentente (p. 104) : Senghor désirerait un long maintien dans le giron de la France et Dia veut l’indépendance immédiate. Le compromis résultant sera le oui à l’entrée dans la Communauté avec la requête explicite d’une indépendance rapide. Le 15 septembre, Roland Colin succède comme directeur de cabinet à Jean Collin (partisan du « non » et démissionnaire). Dia constate que Sékou Touré souhaiterait renouer avec la France une fois l’indépendance acquise, mais il se heurtera au refus définitif du Général, malgré la médiation du nonce apostolique ami de Colin, – tournant lourd de conséquences (p. 112).

3Commence pour le cabinet du ‘patron’ (Mamadou Dia) une période de travail intense en vue de rationaliser surtout l’économie : élaboration d’un Plan à l’école d’ « Économie et Humanisme » fondée par le P. Lebret et F. Perroux (pp. 116 sq). Dès octobre, Lebret avec de nombreux collaborateurs (dont le Dr Anne Laurentin) lance sa Recherche-Action fondée sur la constitution de communautés de base homogènes à partir desquelles la micro-analyse « remonte » démocratiquement vers la macro-analyse classique, précisant ainsi les facteurs négatifs et positifs (124). Le ‘patron’, ancien instituteur rural, tenait à ces communautés pour lesquelles il fit appel à l’IRAM (Institut de recherches et d’applications des méthodes de développement) fondée au Maroc à la demande du roi sous l’inspiration de l’abbé Pierre. L’auteur souligne que développements politique et économique sont intimement liés pour sortir de l’ordre colonial et permettre d’envisager (chap. 5) le temps des grandes mutations : la Fédération du Mali et l’Unité Africaine. Le 25 novembre 1958 est votée avec émotion la naissance de l’Etat du Sénégal. Suivent en 59 les péripéties de grèves, la constitution de la Communauté avec la France, l’échec d’une réelle entente avec la Gambie, le désistement du Dahomey et de la Haute-Volta, détournés par la Côte d’Ivoire et le Niger d’une Fédération que ratifient seuls en définitive l’ex-Soudan français et le Sénégal, et que Senghor préside. Les institutions paritaires sont mises en place, mais la connaissance réciproque fait défaut (156 sq.). En septembre naît Dominique, fils de l’auteur. Les chefs d’Etats de la Communauté se réunissent avec de Gaulle à St Louis le 11 décembre 59, et le 12 le Général légitime les volontés d’indépendance du Sénégal, du Soudan, donc du Mali (165). Pourtant, en 1960 (chap. 6) la Fédération part en fumée : son indépendance est proclamée à Dakar le 20 juin 1960, un mois après celle du Togo à laquelle assistent l’auteur (172 sq.) et le ‘patron’ : Houphouët, brouillé avec Senghor, se dit heureux d’y rencontrer Dia. Cependant, le Soudan exigeait toutes les fonctions régaliennes. Un compromis est trouvé ; présidence de la République fédérale et de l’Assemblée laissées au Sénégal, présidence du gouvernement fédéral et ministère des Affaires étrangères au Soudan. Or, la Fédération éclate : le Soudan récuse Senghor comme Président car catholique, et Modibo Keita nomme un chef d’état-major général sans faire contre-signer sa nomination par Dia, comme le prévoient les textes. Modibo tente un coup d’état, auquel parent Dia et Senghor le 20 août au matin, avec une Assemblée proclamant l’indépendance du Sénégal. Le 21 août, Modibo Keita, ministres et fonctionnaires soudanais ainsi que leurs familles sont renvoyés en wagons plombés à Bamako. Rupture totale, – la voie ferrée est fermée par Bamako –, mais pas une goutte de sang n’a été versée.

4Le Sénégal ajuste ses rêves : Senghor est élu à l’unanimité Président, comme Dia investi président du Conseil deux jours plus tard, le 7 septembre. Celui-ci acquiert un poids international : à la conférence d’Abidjan dès octobre, et plus tard dans les lettres secrètes à de Gaulle contresignées par Senghor, pour plaider la paix en Algérie, puis la fin des essais nucléaires au Sahara : unc copie de la 2ème est détournée par une secrétaire et publiée… (212). Des contradictions (chap.7) se dessinent jusqu’à la fête de l’Indépendance prévue le 4 avril 1961. Le plan Recherche-Action se révélait peu applicable, l’auteur le reconnaît : impossible de « transformer miraculeusement des habitudes et comportements » modelés par une longue histoire (220), ce qu’il reprend dans son journal d’hôpital le 5/11/1962 : « je pense (…) à la persistance inouïe du frein sociologique ». Les jeunes cadres de retour de l’étranger ont à compter alors avec leur « identité sociale traditionnelle » qui leur impose « des charges et des obligations dont il n’est pas aisé de s’affranchir (272) et ce, malgré des rencontres (230-232) et des réponses de terrain (236) parfois ‘miraculeuses’, a contrario de celles de l’archevêque de Dakar (245 sq.). Le patron de l’auteur lui a demandé un programme de développement de la culture africaine qu’il publie en janvier 1962 (255), manuel de recherche culturelle appliquée, avec en perspective le Premier festival mondial des arts nègres qu’Alioune Diop vient proposer à Senghor enthousiasmé. Un congrès international des linguistes africanistes a lieu à Dakar, qui connaît une activité culturelle intense. Les coopératives se développent avec Desroche. Mais l’étincelle de la crise chemine (chap. 8) : la socialisation inquiétait les milieux économiques français (266), et les ennemis de Dia manœuvraient autour de Senghor. L’auteur doit rentrer en France en novembre pour soigner une tuberculose. Il est décoré par Dia comme « plus sénégalais, plus africain que nous » (276). Il lui confie devant Cheikh Hamidou Kane sa tristesse que Senghor, après 17 ans d’amitié, se méfie de lui. De fait, calomnies, complots, machinations se multiplient contre lui, avec une motion de censure qui doit être votée le 17 décembre. A 11 h. du matin, Dia, qui veut faire appel au Parti, demande à la gendarmerie d’évacuer l’Assemblée nationale, et d’arrêter 4 députés qui troublent l’ordre public. Senghor considère qu’il s’agit d’un coup d’état, alors que lui-même a requis illégalement le 14 décembre le chef des para-commandos de Rufisque en lui demandant d’être prêt à marcher sur Dakar. 47 députés destituent Dia, qui sera arrêté le 18 après midi ainsi que ses ministres. (chap. 9). Senghor n’hésite pas à calomnier Dia, qui est emprisonné à Bakel, à la frontière du Mali, interdit de communication (296). Seuls osèrent s’engager pour la défense 4 avocats sénégalais, dont Me Abdoulaye Wade. On fit donc appel à des Français, Me Badinter, Farthouat, Baudet et Sarda. Le procès à Dakar se déroule du 9 au 13 mai 1963, intense et pathétique, où est mis en évidence le fait que Senghor a enfreint le premier la légalité. François Perroux souligne la droiture et le rôle majeur de Dia au service du développement, ainsi que, par écrit, le P. Lebret. Dia proteste avoir agi selon sa conscience, et les co-accusés se solidarisent avec lui. Malgré un réquisitoire modéré, Dia est condamné à la déportation perpétuelle dans une enceinte fortifiée, les autres à 20 ans de réclusion criminelle – sauf Alioune Tall à 5 ans. Le lendemain, Roland Colin quittait son sanatorium pour six mois de convalescence, et regagne finalement Paris. En septembre, Esprit fait paraître sur l’affaire un dossier très documenté appuyé sur des recherches de Belloncle. Senghor y fait répondre en juillet l964 par 2 jeunes ministres : ils reprennent la thèse officielle, mêlée de perfidies contre le « gauchisme clérical » des conseillers de Dia, suspectant de néo-colonialisme Domenach, qui répond sobrement. Senghor lui-même laisse parler de « chrétiens progressistes », taxant ainsi Robert Buron, négociateur de la paix en Algérie, qui avait demandé la libération de Dia. Pourtant, depuis le Sénégal, un ministre avertit Roland Colin que Senghor souhaite vivement son retour. Notre auteur répond qu’il est hors de question qu’il revienne tant que Mamadou Dia est en prison (308). Mais en octobre 63 il accepte de prendre la co-direction de l’IRAM avec la responsabilité de l’Afrique subsaharienne, en détachement via le ministère de la Coopération. Le voici en 1964 au Niger, puis à Madagascar, suivant à distance le Sénégal. Dia et ses amis sont prisonniers à Kédougou, sans communication entre eux, avec le droit à la visite de leur épouse une heure par mois en présence du régisseur du camp. Dia est soutenu par sa foi de croyant. Le P. Lebret décède en juillet 66. R. Colin lui succède comme directeur de l’IRFED tout en gardant la co-direction de l’IRAM. Il reçoit à cette occasion une lettre très aimable de Senghor. En novembre 67, prié à Dakar au Congrès international des Africanistes, il ne peut échapper à une audience avec Senghor à qui il parle très franchement. Senghor lui demande le temps de réfléchir… Mais en 68-69, le pouvoir est ébranlé, crise étudiante, détérioration des termes de l’échange, attentat contre le Centre culturel français à la veille de la visite de Pompidou… Senghor accepte que Me Sarda aille visiter les prisonniers de Kédougou, qu’il ne voit qu’un à un, admirant leur moral, déplorant leur état sanitaire, – Dia perd un œil. En 1972, Senghor décide de réduire à 25 ans la peine de Dia… et accepte qu’au bout de 10 ans, le 29 mai, Roland aille rendre visite à son ami (transféré à Dakar), qui pourrait être libéré à condition de renoncer à la vie politique. Après avoir dirigé la prière de ses gardiens, Dia refuse : il dicte sa réponse. Il préfère « vivre libre en prison plutôt que prisonnier dehors. » Lettre mise au point le lendemain - dernière visite autorisée. Senghor étant en voyage, Colin va rendre compte à son ami le Premier Ministre Abdou Diouf. Rentré à Paris, il fait porter par Cheikh Hamidou Kane en poste à Abidjan une copie de la lettre de Dia à Houphouët-Boigny. Le vieux lion avait reçu Senghor à Abidjan : il fait savoir qu’il ne peut lui rendre sa visite tant que Dia n’est pas libéré ; tous les condamnés le sont le 24 avril 1974.

5Réconciliation toute formelle Dia-Senghor. En fait (chap. 9) la République de Senghor et l’Internationale de Dia optent pour deux « socialismes » différents, le premier composant avec les intérêts en place, le second prônant l’autogestion à partir des communautés de base. Roland rapporte en 3 pages remarquables (342-344) la disparition des « animateurs » et l’échec du mouvement coopératif au Sénégal, se référant à sa thèse (n.30 p.346) ; il évoque le projet d’éducation africaine très original mis au point avec Senghor et Abdou Diouf en 1971, considéré comme ‘non-orthodoxe’ par 14 experts de la Banque Mondiale qui refusent de le financer (350). Dia constate bien (351) que les Etats africains actuels restent fils de l’Etat colonial. Il fonde l’Internationale africaine des Forces pour le Développement (IFAD). Il entreprend une tournée inter-africaine émouvante. Le livre se conclut sur un parallèle entre la personnalité complexe de Senghor toujours célébrée et la droiture éthique de Dia toujours méconnue. Sont publiés en annexe : un grand entretien avec Senghor sur l’éducation, la circulaire 32 de Dia sur la doctrine du mouvement coopératif au Sénégal, et le fac-similé intégral du message du prisonnier à Senghor daté du 30 mai 1972.

6Ces 400 pages constituent un monument historique digne des plus célèbres Mémoires, grâce à la perfection de l’écriture, à l’intensité de la sensibilité et de l’engagement personnel de l’auteur, à la valeur des personnalités en cause, à l’importance des enjeux évoqués, quand on considère non sans mélancolie les pistes abandonnées qui auraient pu conduire ailleurs l’Afrique d’aujourd’hui. Cent anecdotes irriguent le fleuve dramatique. La fissure entre les deux protagonistes, qui s’équilibraient bien, se creuse quand Senghor s’engonce dans son personnage de Chef d’État, et cesse de fréquenter familièrement Mamadou Dia. Paradoxalement, chez le chantre de l’intuition et du sentiment, le masque social a gelé les vérités du cœur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Laburthe-Tolra, « COLIN, Roland, 2007, Sénégal notre pirogue, Au soleil de la liberté, Journal de bord 1955-1980, Préface d’Elikia M’Bokolo », Journal des africanistes, 77-2 | 2007, 145-148.

Référence électronique

Philippe Laburthe-Tolra, « COLIN, Roland, 2007, Sénégal notre pirogue, Au soleil de la liberté, Journal de bord 1955-1980, Préface d’Elikia M’Bokolo », Journal des africanistes [En ligne], 77-2 | 2007, mis en ligne le 13 avril 2010, consulté le 23 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2197

Haut de page

Auteur

Philippe Laburthe-Tolra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org