Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Calame-Griaule, Geneviève, 2006, Contes dogon du Mali

Paris, Karthala -Langues O’, 243 p.
Paulette Roulon-Doko
p. 144
Référence(s) :

Calame-Griaule, Geneviève, 2006, Contes dogon du Mali, Paris, Karthala -Langues O’, 243 p.

Texte intégral

1Après avoir brièvement présenté le pays dogon au Mali, G. Calame-Griaule rappelle le rôle de la parole dans cette culture et précise que cet ouvrage est consacré aux contes, dites « paroles étonnantes » chez les Dogon. Ces récits fictifs sont spécifiés comme « ordinaire » pour les devinettes, « étonnant » pour les contes proprement dits, et « chantefables » qui ceux qui comportent des chants et sont plutôt produits par les femmes (p. 81). Les contes récoltés sur le terrain entre 1946 et 1980 sont présentés ici selon l’ordre chronologique du recueil. Ils ne sont que peu touchés par l’influence de l’islam qui a depuis beaucoup progressé et sont tous dits par des hommes.

2Chaque conte a reçu, par commodité, un titre qui est aussitôt suivi du nom du conteur et de la date de l’enregistrement. Le texte bilingue qui suit est présenté sur deux pages en vis-à-vis. Sur la page de gauche, le texte dogon dont les phrases sont numérotées n’utilise pas les signes de ponctuation, mais des signes - , + , / et //, dont certains sont explicités p. 185. Sur la page de droite, le texte en français est normalement ponctué mais, pour faciliter le repérage, découpé de façon parallèle au texte dogon, sans être numéroté. Chaque conte est suivi d’un riche commentaire qui, apportant les informations culturelles nécessaires à sa compréhension, analyse le sens du récit pour la société dogon tout en soulignant son universalité. Ce sont donc 16 contes qui mettent en scène des humains, des animaux et des êtres surnaturels et comporte une version dogon du conte type bien connu de l’enfant terrible (133-142). Les contes décrivent des activités et les querelles de la vie quotidienne révisées par la dimension imaginaire et nous font découvrir un univers fascinant.

3Dans une seconde partie, une présentation des caractéristiques linguistique du dialecte tÒrø utilisé dans les contes – rappel phonologique, structures gramma­ticales et éléments du discours – précède une reprise de chaque texte dogon. Chaque phrase reprend le numéro qu’elle avait dans la première partie et est accompagné d’un mot à mot. De nombreuses notes apportent des précisions grammaticales ou sémantiques.

4Le livre est illustré de nombreuses photos en noir et blanc qui nous permettent, entre autres, de découvrir le visage de certains des conteurs et comporte un portfolio de 14 photos sur papier glacé, en couleurs pour certaines. Une bibliogra­phie clôt l’ouvrage.

5Ce livre est très agréable à lire et j’invite vivement le lecteur à aller y découvrir cet aspect encore peu connu de la culture dogon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulette Roulon-Doko, « Calame-Griaule, Geneviève, 2006, Contes dogon du Mali », Journal des africanistes, 77-2 | 2007, 144.

Référence électronique

Paulette Roulon-Doko, « Calame-Griaule, Geneviève, 2006, Contes dogon du Mali », Journal des africanistes [En ligne], 77-2 | 2007, mis en ligne le 13 avril 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2195

Haut de page

Auteur

Paulette Roulon-Doko

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org