Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

BAUMGARDT Ursula & Jean DERIVE (dir.), 2005, Paroles nomades. Ecrits d’ethnolinguistique africaine

Paris, Karthala, 538 pages
Jean-Luc Ville
p. 142-143
Référence(s) :

BAUMGARDT Ursula & Jean DERIVE (dir.), 2005, Paroles nomades. Ecrits d’ethnolinguistique africaine, Paris, Karthala, 538 pages.

Texte intégral

1Cet ouvrage publié sous la direction de deux grands spécialistes de l’oralité africaine est un hommage à Christiane Seydou et rassemble une trentaine de chercheurs, depuis ceux qui l’accompagnèrent dans l’ancien ERA 246 et plus récemment au LLACAN, dont certains comptèrent parmi ses étudiants, jusqu’à de jeunes doctorants la côtoyant surtout à travers ses nombreux écrits. Il s’ouvre sur un mot tendre de son aînée Geneviève Calame-Griaule et se ferme sur son impressionnante bibliographie incluant conférences diverses et interventions radiophoniques. Cependant, le parti pris des contributeurs n’est pas de coller à l’œuvre de Christiane Seydou (elle est peu citée dans les bibliographies de chacun) mais plutôt de nous faire voyager dans son univers culturel (plus particulièrement peul) et disciplinaire (plus particulièrement la littérature orale). Ainsi l’ouvrage se divise-t-il en quatre parties : Un premier ensemble plus théorique (« Théorie littéraire et oralité »), un deuxième centré autour de la culture peule (« Des Peuls »), un troisième explorant cette culture en relation avec d’autres à travers pratiques et représentations (« Des Peuls et des Autres »), la quatrième partie regroupant des contributions n’ayant rien à voir avec les Peuls (« Des Autres »). Il est question de voisins proches (Mandingue, Wolof, Bwa, Zarma, Tupuri, Gbaya…), moins proches (Igbo, Bemba, Bédja), voire très lointains (Antillais, Tsiganes ou Japonais !), ce qui confère à l’ouvrage un caractère transhumant : on ne quitte les Peuls vers d’autres pâturages culturels que pour mieux y revenir. Ce n’est pas désagréable et cela constitue sans doute un reflet de cette culture peule à la fois « élastique » et « résiliente » (p.188) dans son développement à travers l’ouest du continent. Le chemin se fait également à travers les disciplines linguistiques, littéraires, historiques et ethnologiques, la plupart des contributions se situant dans ces marges caractérisant sans doute l’ethnolinguistique revendiquée dans le titre de l’ouvrage. On sait trop aujourd’hui qu’il est difficile d’exercer l’une sans l’autre (les autres) et qu’en rassemblant les compétences on arrive à de meilleurs résultats. L’ouvrage est largement resserré sur les multiples formes de l’oralité (contes et épopées en particulier) constituant la grande spécialité de Christiane Seydou, tout en explorant des aspects de la relation à l’écriture (transcription du peul, rapport à l’arabe dans le contexte religieux, mise à l’écrit de textes oraux…). Ces différentes paroles, « nomades » puisque passant de bouches à oreilles, peuvent aussi être fixées par une écriture, mais qui ne serait pas une sédentarisation puisque l’écrit déploie des caractéristiques de l’oralité au plan stylistique. Si la musique, émotive et globale, est bien à la source de la parole et fonde « l’énergie épique » (p.94), ne peut-on la retrouver dans l’écrit ? Les mêmes pages ne sont-elles pas lues de multiples façons, chacun se faisant le conteur d’un texte qu’il s’approprie ? Enfin l’écrit conserve, certes, mais il peut ainsi permettre de faire revivre une tradition, et l’ouvrage est traversé par le rôle que jouent différentes paroles et leur mise en écriture dans la réaffirmation identitaire. Perméabilité de l’oral et de l’écrit, mais aussi perméabilité des Peuls et des autres. Sont en effet explorés différents aspects des contacts aux plans linguistique (modification prosodique, emprunts lexicaux) et social avec ce classique mélange de coopération et d’antagonisme, certaines contributions examinant ces façons qu’ont les voisins d’utiliser la figure du « Peul » pour dire la transgression, l’héroïsme ou la valeur pastorale. Peut-être manque-t-il ici une contribution explorant le regard que portent les Peuls sur eux-mêmes et les autres. Enfin, l’ouvrage touche à la question des universaux qu’une dimension comparative ne peut manquer de soulever, ainsi lorsque sont analysées les transformations d’un conte dans les Amériques noires ou l’existence d’un motif commun à l’Afrique et au Japon. Nous pouvons regretter là une ouverture sur d’autres peuples amoureux de la vache en Afrique ou ailleurs, qui aurait permis une mise en miroir du thème pastoral, que ce soit au plan des pratiques ou de l’oralité (poésie et mythe en particulier). Enfin, comme il est souvent de mise avec ce type d’hommage, l’ouvrage gagnerait en présentant un regard synthétique sur la multiplicité des contributions. N’ayant rien de systématique ni de rigoureux, il nous emmène dans une longue errance, nous animant parfois d’un sentiment d’instabilité, mais il éveille de ce fait la curiosité et on aimerait alors cheminer plus avant dans telle ou telle direction. Sans doute faut-il se mettre sous le chapeau du Peul et se laisser guider sur un parcours pastoral seulement marqué, ici ou là, par de verts pâturages dont seul le ciel aura décidé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Ville, « BAUMGARDT Ursula & Jean DERIVE (dir.), 2005, Paroles nomades. Ecrits d’ethnolinguistique africaine », Journal des africanistes, 77-2 | 2007, 142-143.

Référence électronique

Jean-Luc Ville, « BAUMGARDT Ursula & Jean DERIVE (dir.), 2005, Paroles nomades. Ecrits d’ethnolinguistique africaine », Journal des africanistes [En ligne], 77-2 | 2007, mis en ligne le 13 avril 2010, consulté le 24 mai 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2189

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org