Navigation – Plan du site
Introduction

Du bon usage du concept de cité-État ?

Jean-Jacques Glassner
p. 35-48

Résumés

« Cité-État » est une catégorie ou un concept encore peu exploré et suffisamment imprécis pour stimuler l’imagination et autoriser les constructions les plus variées. Il exige d’être mieux compris et doit faire l’objet d’une étude systématique faisant intervenir une dimension comparatiste.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

ville, cité, cité-État, État

Keywords :

town, city, city-state, state
Haut de page

Texte intégral

1Depuis son invention, en 1840, par le savant danois Johan N. Madvig, les historiens font un ample usage de la catégorie de « cité-État », bystat en danois. Au cours des seules vingt dernières années, plusieurs définitions ont été proposées, révélant combien le néologisme sollicite particulièrement l’imagination des chercheurs, en histoire comme dans les disciplines voisines. Intrinsèquement polysémique, la notion ou le concept de cité-État, selon les différents auteurs, recouvre en effet plusieurs dimensions, ce qui explique probablement la raison de son succès autant que la difficulté à s’entendre sur son contenu. D’emblée, ce mot composé fait référence à la ville, à son statut politique et à son inscription territoriale et, dans le même mouvement, relève d’une interrogation sur l’État, ses fonctions et le corps politique qui l’organise. Mais il permet aussi d’introduire la question de la diachronie, puisque la cité-État est prétexte à une réflexion sur la genèse des institutions, qu’elle soit envisagée dans une perspective évolutionniste ou d’un point de vue strictement historique. Que l’on raisonne sur la phase qui séparerait la préhistoire de l’histoire, sur celle qui marquerait l’entrée dans le néolithique, ou, dans des temps moins reculés, sur le passage des périodes archaïques aux périodes classiques de l’Antiquité, les tentatives de penser la cité-État sont nombreuses. Sans prétendre trancher un débat qui, malgré les écueils, demeure fécond, le relevé qui suit illustre abondamment ces différents aspects.

Cité-État : quel État, quelle cité ?

2Robert Griffeth et Carol G. Thomas1 voient dans la cité-État un petit État indépendant, composé d’une ville qui en est la capitale et d’un Hinterland adjacent, impliquant une économie autosubsistante et une homogénéité ethnique. De façon plus originale, les auteurs introduisent l’idée que la cité-État ne se concevrait pas seule ; il existerait des réseaux.

3Pour Bernard Durand2, le terme désigne des sociétés politiquement indépendantes, organisées autour d’une ville et s’étendant à la campagne environnante. La ville donne son nom aux habitants qui peuvent être d’origine ethnique diverse. Le pouvoir y est exercé selon un système distinct de celui de la parenté. Il existe, enfin, un culte collectif.

4Dans la conclusion d’un colloque consacré à ce sujet, Norman Yoffe3estime que le mot peut recouvrir des situations singulières d’une grande variété. Si elle est restreinte, la taille d’une cité-État est cependant susceptible de variations. Il n’y a pas nécessairement d’autosuffisance économique ; et, de fait, une cité-État se livre souvent au grand commerce international. La population pouvant en être diversifiée, elle peut être pluriethnique. Les instances familiales sont toujours susceptibles d’y jouer un grand rôle, car il n’y a pas réellement de dichotomie entre les sociétés fondées sur la parenté et les autres ; la nouveauté consiste dans le fait que la cité-État présente une arène inédite où peuvent s’opposer les membres de l’aristocratie politique.

5La définition de Mogens H. Hansen4 résulte d’une approche pragmatique. Une cité-État est un petit État du point de vue de sa taille et de sa population, mais elle n’est pas le contraire d’un État territorial, puisqu’elle dispose également d’un territoire, si petit soit-il. Le centre en est une ville, la capitale, ce qui n’exclut nullement la présence d’autres villes. La population urbaine se livre à des activités agricoles, mais aussi artisanales et commerciales. L’unité ethnique n’est pas un préalable. La capitale est fortifiée et l’État dispose d’une armée. Il dispose également de la souveraineté intérieure, qu’il soit ou non indépendant. Enfin, on distingue les citoyens des non-citoyens.

6Hansen offre donc de la cité-État une définition enthousiaste. Il va jusqu’à envisager l’existence d’une « culture de la cité-État » dont il propose à son tour une description. Trois facteurs peuvent en expliquer la genèse : une période d’essor démographique et économique, où ville et État se développent de pair ; la colonisation d’une région ; une période de déclin, où la désintégration d’un macro-État permet à certaines villes provinciales de devenir autant de capitales. Quant à la description, elle tient en plusieurs points : la population parle une même langue et partage une même culture ; l’aire envisagée est subdivisée en une multitude de petites communautés ; certains groupes de cités-États peuvent être hiérarchisés ; l’état de guerre est endémique ; la formation de ligues ou de fédérations est envisageable en temps de paix ; chacune dispose d’une politique étrangère et de défense autonome ; le phénomène peut se reproduire plusieurs fois dans l’histoire d’une même région.

7Yoffee5 se montre plus circonspect sur l’emploi du concept. Du reste, il s’agit, à ses yeux, non d’un concept mais d’une « catégorie flexible » dont il faut se garder de faire un « fétiche intellectuel ». Recourir à cette catégorie permet de mettre en ordre des données variées ; dans ce sens, elle est dotée d’une valeur heuristique. Le régime de la cité-État constituerait un nœud sur une chaîne, celui de la formation de l’État, cristallisant une trajectoire sur le long terme d’une évolution.

La cité-État : un piège à penser ?

8Les historiens ont la fâcheuse réputation de ne pas chercher toujours à définir les concepts dont ils font usage ou de se contenter de définitions approximatives. Or, jusqu’à plus ample informé, le concept de cité-État n’a guère été exploré par d’autres que par eux, à l’exception de Max Weber qui, en 1909, y voit un stade intermédiaire entre l’État paysan et l’État territorial et où le pouvoir n’est plus exercé selon le système de la parenté6. Aucun des traits retenus par les auteurs précités, qu’ils soient pris isolément ou de manière cumulée, ne suffit à caractériser une forme spécifique d’État qui se distinguerait des autres. Hansen admet lui-même que tous les États sont égaux dans le sens où un micro-État est un État au même titre qu’une superpuissance7.

9Le mot cité-État est souvent employé dans un sens très vague, sans que ses contours soient définis avec une clarté suffisante. Un exemple suffira à le montrer : au ixe siècle avant notre ère, en Phénicie-Palestine, il est jugé que, au niveau VIId du site de Tell el-Fara’ah, on est en présence des vestiges d’une cité-État, puisqu’il existe un plan d’urbanisme hippodamien délimitant des insulae rectangulaires, que les rues sont orientées selon les points cardinaux et que l’on n’y trouve aucune influence étrangère dans la céramique qui est purement phénicienne8. Le concept menace alors de fonctionner comme un obstacle épistémologique, car la simple mention du terme se suffit à elle-même pour faire exister une réalité institutionnelle, politique et culturelle dont on ignore tout par ailleurs. Or, dans ce cas précis, cette prétendue réalité est vide de sens : quel est le régime politique, qui sont les habitants, quelles sont les diversifications sociales, comment s’est fait le tissu urbain si spécifique, quelle est la religion des habitants de Tell el-Fara’ah ? Nulle réponse n’est apportée à aucune de ces questions puisqu’elles ne sont pas posées.

10S’agissant de l’État, il est vrai, la difficulté est grande. L’État aurait-il, toujours et partout, le monopole de la violence ? Mais dans le royaume de Lagash, au xxiiie siècle avant notre ère, un membre de l’élite sociale est en mesure de lever une armée pour chasser un envahisseur9. En Grèce ancienne, Hansen rappelle que le droit exclusif d’user de la force n’est pas une caractéristique sur laquelle les sources qui définissent l’État insistent10. L’État aurait-il le droit exclusif de faire respecter un ordre juridique donné ? Les rois mésopotamiens, à la fin du IIIe et au début du IIe millénaire avant notre ère, font des efforts constants pour lutter contre les juridictions privées ou familiales ; la multiplication des codes de lois en témoigne11. Or, s’agissant au moins du royaume d’Ur, au xxie siècle avant notre ère, l’emploi du mot État s’impose, ce royaume s’étant doté de limites toujours plus solides qui prennent un sens politique, fiscal et militaire, les rois ayant su imposer avec une efficacité croissante, à l’intérieur de ces frontières, leur administration, leur fiscalité, leur système de poids et mesures, grâce à des agents toujours plus nombreux qu’inspirent et que contrôlent des services toujours plus importants12.

Polis ou civitas ?

11Une première incertitude réside sans doute dans le choix du terme. Indéniablement, il vient du grec polis et de sa traduction latine. Notre vocabulaire politique et juridique est un héritage de la Grèce et de Rome et nous en sommes prisonniers. Le grec polis connaît trois niveaux de sens qui en font l’équivalent des mots latins urbs, civitas et respublica. Les Romains finissent, non sans hésitations, par opter pour la traduction respublica. Hansen13 suppute que pour Johan N. Madvig le mot « cité-État » dérive de civitas, « cité ». Or, le latin entend, notamment, par ce terme une ville considérée comme une personne morale et dont les habitants, précisément, se gouvernent selon leurs propres lois. Il y aurait donc répétition, l’association de civitas et de polis formant un pléonasme bilingue pour dire une seule et même réalité : l’État.

12Tout en admettant que polis dit la notion d’État quelle que soit la forme sous laquelle elle s’actualise, la république d’Athènes ou l’Empire perse, Hansen pose comme fondatrice de cette même polis antique l’étroite relation qui en unit les aspects urbains et politiques14, point de vue que partage Yoffee15. Il milite donc en faveur du terme « cité-État », soulignant que, par ailleurs, le concept d’État en général n’est pas nécessairement lié à la présence d’un centre urbain16.

13Précisons, toutefois, que le mot civitas est susceptible également de désigner un territoire dépourvu de ville et dont les habitants assurent leur propre gouvernement. Quant à Alain Bresson17, il juge erroné de penser qu’il aurait existé un modèle unique de la cité grecque, la définition de l’» État-cité » en Grèce lui paraissant être un immense sujet.

14Selon Norbert Rouland, cité est un concept juridique qui se réfère à la notion de communauté de citoyens et ne se confond pas avec ville ; cette communauté civique doit être autonome sur le plan économique et politique ; elle possède un caractère exclusif : on est citoyen d’une cité déterminée ; elle ne se confond pas avec la population résidant sur le territoire. Mais peut-on, pour autant, s’interroge-t-il, parler de cité-État ? C’est un truisme de constater que des villes sont des centres de pouvoir politique !

15Pour le même Norbert Rouland18, le cas de Rome est fondateur du choix du mot. C’est, du reste, à son propos que le mot est inventé pour mieux saisir, dans l’ordre de la diachronie, un moment fugitif, celui d’une ville en train de se muer en capitale d’un État qui comprend l’Italie unifiée sous son autorité. Le mot français cité-État, soit une « ville qui s’est constituée en État », rend compte de cette particularité. Mais l’exemple est-il exportable ? Le mot existant, ne peut-on chercher à en préciser les contours et les nuances par d’autres moyens, entre historiens et anthropologues ?

L’État contre l’État :opportunisme et logiques micro-communautaires

16Henri van Effenterre19 y a vu la forme primitive de l’État, ce qui est contestable, au vu du dossier mésopotamien20. Car le fait que, à Sumer comme ailleurs, les habitants d’une cité partagent leur identité ethnique (langue, culture, histoire, religion) avec les habitants d’autres cités alors que leur sentiment d’identité politique est centré sur une ville particulière est un indicateur tout à fait insuffisant.

17Il est vrai, inversement, que l’organisation du royaume d’Ur, au xxie siècle avant notre ère, présente une particularité notable. L’administration des provinces y repose principalement sur deux personnages, le gouverneur civil et le gouverneur militaire. Entre les deux, et sous la haute autorité du Premier ministre, il y a partage de compétences. Or, si le gouverneur civil est très habituellement un membre éminent d’une famille de l’aristocratie locale, et dont la fonction est héréditaire, le gouverneur militaire, quant à lui, est un homme nouveau, sans lien avec la population locale mais allié en revanche à la famille royale par des mariages contractés avec des princesses21.

18Serait-on en présence de micro-sociétés où la guerre ne vise pas à l’expansion territoriale et qui font preuve d’une exceptionnelle force de résistance, des réflexes tenaces de conservatisme y pesant plus lourd que l’incapacité à évoluer22 ?

19Le cas d’Irikagina de Lagash, au xxiiie siècle, se prête-t-il à semblable analyse ? Face à la pression de ses voisins et aux ambitions conquérantes de Lugalzagesi d’Uruk devant lequel il est condamné à céder, il place les palais royaux sous la tutelle des dieux. Mais son effort, qui apparaît comme une réaction locale face à certains souverains cherchant à créer de vastes États territoriaux, ne peut être mis en application que pendant un laps de temps fort court au-delà duquel il ne manquerait pas de se poser de graves problèmes d’ordre économique et social23. Mais il nous faudrait en savoir davantage pour saisir la réalité profonde de ce phénomène historique qu’il ne suffit pas de définir dans ses grandes lignes.

20Serait-il fait référence à ce qu’il est possible d’appeler, avec André Bourgeot, des « espaces étatiques émergents », tels ceux qui apparaissent, par exemple, en certaines parties de la défunte Union soviétique ? Avec l’éclatement des grands États, des logiques micro-communautaires peuvent tendre à faire leur apparition ou à se recomposer, créant un mouvement de repli sur soi.

21L’affaiblissement des grands États en compétition, l’Égypte, l’Empire hittite, l’Assyrie et la Babylonie, ouvre la possibilité aux Araméens, au cours du xiie siècle avant notre ère, de s’organiser en une poussière de petits États urbains souvent désignés comme cités-États ; les plus connus sont Damas, Hamath, Bit Agusi avec sa capitale Arpad, Bit Adini avec sa capitale Til Barsip, Sam’al, Bit Bahiani avec sa capitale Guzana. Ces Araméens sont des marginaux issus d’environnements divers et dont les rangs sont grossis par l’arrivée de paysans ruinés ou de nomades appauvris. Ils occupent d’une manière toujours plus massive les territoires dépeuplés ou laissés en déshérence par les anciens pouvoirs affaiblis24.

22Entre les forces affaiblies de Babylone, laquelle est incapable de contrôler le pays, et la puissance grandissante de l’Assyrie voisine, les principales villes de Babylonie disposent, au viiie siècle avant notre ère, de troupes, de finances, d’un pouvoir de décision autonome. Mais forment-elles pour autant des cités-États25 ?

23Et que penser, au sein de l’Empire séleucide, de deux notables de la ville d’Uruk qui portent l’un et l’autre des noms doubles, babylonien et grec ? Il s’agit en l’occurrence d’Anu-uballit Nikarchos, ce dernier nom lui ayant été octroyé par décret royal d’Antiochos II, qui restaure en 244 avant notre ère le temple d’Anu et d’Antum dans sa ville et, de ce fait, se comporte comme un roi, et d’Anu-uballit Kephalon, un contemporain d’Antiochos III (223-187), qui semble même considéré comme un roi indépendant26.

24Mais ces situations ne sont pas faites pour durer, les grands États environnants ou leurs successeurs ne tardant pas à se constituer ou se recomposer. Il est toutefois un fait remarquable et qui mérite d’être souligné, s’agissant des catégories que pouvaient manipuler les anciens Mésopotamiens eux-mêmes. Les devins, tout au long de deux millénaires, véhiculent constamment, dans leurs écrits, la même conception d’un royaume, celle d’un État qu’ils se représentent à la manière d’une succession de cercles concentriques, un État centré sur une ville, parfois appelée « ville royale », avec ses faubourgs, plus loin ses jardins et ses terres cultivées, plus loin encore son arrière-pays caractérisé par des pâturages, et dont des villes frontalières marquent les limites27.

Villes, États et commerce : logiques de réseaux

25Mais peut-être faut-il sortir ici d’une analyse interne, pour observer alors la formation de réseaux économiques transnationaux qui, comme les précédents, défient les États en créant des loyautés multiples et mouvantes.

26Tel est peut-être le cas d’Assur, au début du IIe millénaire. La capitale, précisément Assur, est dotée d’une enceinte. Le roi, qui y réside, a tout l’air de n’être que le premier des marchands. En réalité, les institutions politiques nous demeurent obscures, faute de sources ; pourtant, Paul Garelli en arrive étrangement à proposer que ce souverain « dispose d’un pouvoir théocratique », mais qu’il « ne s’en sert pas en pratique »28 ! Or, il existe un arrière-pays et, pour reprendre une expression de Gilles Holder et Anne-Marie Peatrik, un « outre-pays », en l’occurrence les colonies de marchands assyriens établies en Cappadoce29.

27Au sein de l’Empire germanique, où l’empereur n’a que peu de pouvoir et ne dispose que d’un petit nombre d’instruments pour l’exercer, on relève la présence de cités libres munies d’institutions municipales où siègent les seuls citoyens qui y exercent leurs prérogatives politiques et économiques ; ce sont là autant de villes qui sont des centres d’artisanat et de commerce30.

28Parmi les villes du nord de l’Italie médiévale, il en est qui savent se rendre indépendantes des autorités seigneuriales et monarchiques en matière de fisc, de monnaie, de défense, de haute justice et d’activités commerciales, arrivant jusqu’à la pleine souveraineté. L’essor d’une économie marchande joue un rôle crucial dans ce phénomène, car les États qui contrôlent ces villes ne montrent guère d’intérêt à son développement. La cité-État, suggère Stephan R. Epstein31, est la forme appropriée à cet état de fait. L’institution peut exister grâce à la victoire de la Ligue des Lombards sur Frédéric Barberousse à Legnano en 1176. L’âme de la cité est constituée par un corps de commerçants spécialisés engagé dans le commerce international et qui crée des réseaux de communautés mercantiles. Mais l’expérience ne dure guère. Les cités-États finissent par être intégrées aux États territoriaux ou se soumettent à des tyrans. Machiavel, dans Le Prince, a montré que leur déclin est dû à leur incapacité d’instaurer durablement la paix civile, à la compétition engagée pour la conquête de nouveaux marchés qui conduit à une perte de profits, aux guerres dans lesquelles elles se lancent et pour la conduite desquelles elles ne sont pas des machines efficaces.

29On se gardera, toutefois, de faire de toutes les cités commerçantes des cités-États. Palmyre est sans conteste la plus célèbre des villes caravanières du Proche-Orient hellénistique et romain. Autrefois indépendante, elle est soumise à Rome dès le début de l’Empire. Une garnison y stationne, mais la ville dispose de sa propre milice, d’un sénat, d’une assemblée et d’un trésor qui est le véritable organe exécutif. Elle acquiert sous Hadrien (r. 118-138) le statut de ville libre. Caracalla (r. 211-217) l’élève à la dignité de colonie. Elle devient indépendante pendant une brève période, sous les règnes d’Odainat II (r. 260-266) et de Zénobie (r. 266/267-272), mettant à profit la faiblesse des Perses et les troubles qui secouent l’Empire romain dans ses provinces syriennes. Reprise par les troupes de l’empereur Aurélien en 273, elle ne se remettra jamais de sa défaite32. Rien dans ce qui vient d’être dit ne peut caractériser le royaume de Zénobie comme une cité-État.

30Que retenir d’un tel foisonnement de faits et d’interprétations parfois contradictoires ? Entre succès et mésaventure, les différents usages de la cité-État proposés par les historiens montrent que cette appellation déjà ancienne n’est pas une catégorie descriptive et encore moins une catégorie analytique. Pour autant, et pour peu qu’on y observe une perspective transdisciplinaire et qu’on lui accorde des fins heuristiques, la notion de cité-État permet d’opérer des rapprochements et de conduire des comparaisons en faisant tomber certaines cloisons intellectuelles entre aires culturelles, époques et disciplines. Le présent volume consacré au statut politique de la ville s’en veut précisément l’illustration.

Haut de page

Bibliographie

Bresson, Alain, 2000, La cité marchande, Bordeaux, Éditions Ausonius.

Dakari, Maria (avec M. Augé, C. Castoriadis, P. Descola, C. Mosse, A. Motte, M.-H. Quet, G. Romeyer-Dherbey), 2000, La Grèce pour penser l’avenir, Paris, L’Harmattan (L’homme et la société), pp. 173-190.

Dion, Paul-Eugène, 1997, Les Araméens à l’âge du fer : histoire politique et structures sociales, Paris, Gabalda.

Doty, Timothy L., 1988, « Nikarchos and Kephalon », in Erle Leichty et al. (éd.),
A scientific humanist. Studies in memory of Abraham Sachs, Philadelphie, University Museum/Babylonian Section, Occasional Publications of the Samuel Noah Kramer Fund, pp. 95-118.

Durand, Bernard, 1983, Manuel d’histoire comparative des institutions (Europe, Arabie, Afrique), Dakar, Nouvelles Éditions africaines.

Effenterre, Henri van, 1985, La cité grecque, des origines à la défaite de Marathon, Paris, Hachette.

Epstein, Stephan R., 2000, « The rise and fall of Italian city-states », in Mogens H. Hansen (éd.), pp. 277-293.

Garelli, Paul, 1982, « Les pouvoirs locaux en Assyrie », in André Finet (éd.), Les pouvoirs locaux en Mésopotamie et dans les régions adjacentes, actes du colloque organisé par l’Institut des hautes études de Belgique, 28-29 janvier 1980, Bruxelles, pp. 76-91.

Gibson, McGuire & Biggs, Robert D. (éd.), 1991, The organization of power. Aspects of bureaucracy in the ancient Near East, Chicago, SAOC 46.

Glassner, Jean-Jacques, 2000, « Les petits États mésopotamiens à la fin du 4e et au cours du 3e millénaire », in Mogens H. Hansen (éd.), pp. 35-53.

Goetze, Albrecht, 1947, Old Babylonian Omen texts, New Haven/Londres, Yale University Press.

Griffeth, Robert & Thomas, Carol G. (éd.), 1981, The city-state in five cultures, Santa Barbara, California.

Hansen, Mogens H. (éd.), 2000, A comparative study of thirty city-state cultures. An investigation conducted by the Copenhagen Polis Centre, Copenhagen, The Royal Danish Academy of Sciences and Letters (Historisk-filosofiske Skrifter, 21) [un second volume, A comparative study of six city-state cultures, est paru en 2002].

Hansen, Mogens H., 2001, Polis et cité-État, Paris, Les Belles Lettres.

Johanek, Peter, 2000, « Imperial and free towns of the Holy Roman Empire, city-states in pre-modern Germany ? », in Mogens H. Hansen (éd.), pp. 295-319.

Larsen, Mogens T., 2000a, « The old Assyrian city-state », in Mogens H. Hansen (éd.), pp. 77-87.

— 2000b, « The city-states of the Early Neo-Babylonian Period », in Mogens H. Hansen, (éd.), pp. 117-127.

Niemeyer, Hans G., 2000, « The Early Phoenician city-states on the Mediterranean. Archaeological elements for their description », in Mogens H. Hansen (éd.), pp. 89-115.

Roth, Martha T. et al., 1995, Law collections from Mesopotamia and Asia Minor, Atlanta, Society of Biblical Literature [1re éd. 1903].

Rouland, Norbert, 1998, Introduction historique au droit, Paris, PUF (Droit fondamental).

Sollberger, Edmond, 1956, Corpus des inscriptions « royales » présargoniques de Lagash, Genève, E. Droz.

Starcky, Jean & Gawlikowski, Michel, 1985, Palmyre, Paris, J. Maisonneuve [éd. revue et augm. de la 1re éd. de 1952].

Steinkeller, Piotr, 1991, « The administrative and economic organization of the Ur III State : the core and the periphery », in McGuire Gibson & Robert D. Biggs (éd.), op. cit., pp. 19-41.

Weber, Max, 1998, Économie et société dans l’Antiquité, précédé de Les causes sociales du déclin de la civilisation antique, Paris, La Découverte [1re éd. all. 1909 et 1924].

Yoffee, Norman, 1997, « The obvious and the chimerical : city-states in archaeological perspective », in Deborah L. Nichols & Thomas H. Charlton (éd.), The archaeology of city-states : cross-cultural approaches, Washington D.C., Smithsonian Institution Press, pp. 255-263.

Haut de page

Notes

1Griffeth & Thomas (éd.) 1981 : xiii-xx.
2Durand 1983 : 331.
3Yoffee 1997 : 255-263.
4Hansen (éd.) 2000 : 11-33, 597-622.
5Yoffee op. cit.
6Weber [1909] 1998 : 298 sq.
7Hansen 2001 : 272.
8Niemeyer 2000.
9Sollberger 1956 : 46, ENZ. 1.
10Hansen 2001.
11Roth 1995, passim.
12Gibson & Biggs (éd.) 1987, passim.
13Hansen 2001 : 19.
14Ibid. : 180.
15Op. cit.
16Hansen 2001 : 272.
17Bresson 2000 : 245 sq.
18Rouland 1998 : 130.
19Effenterre 1985 : 33.
20Glassner 2000.
21Steinkeller 1991.
22Voir notamment les remarques de Maria Dakari 2000.
23Glassner 2000 : 43.
24Voir, par exemple, Dion 1997.
25Larsen 2000b.
26Doty 1988.
27Par exemple, Goetze 1947, passim.
28Garelli 1982 : 78-79.
29Voir, récemment, Larsen 2000a.
30Johanek 2000.
31Epstein 2000.
32Starcky & Gawlikowski 1985.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Glassner, « Du bon usage du concept de cité-État ? », Journal des africanistes, 74-1/2 | 2004, 35-48.

Référence électronique

Jean-Jacques Glassner, « Du bon usage du concept de cité-État ? », Journal des africanistes [En ligne], 74-1/2 | 2004, mis en ligne le 10 avril 2007, consulté le 30 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/218

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Glassner

Assyriologue, CNRS-EHESS.

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org