Navigation – Plan du site

Missions catholiques et modifications d’identité île de Fernando Poo (Guinée Équatoriale)1883-1910

Catholic Missions and identity modifications. Fernando Poo Island (Equatorial Guinea) 1883-1910
Jacint Creus
p. 107-136

Résumés

Depuis 1883, le gouvernement espagnol chercha dans les missionnaires clarétains un moyen efficace d’assurer sa présence officielle sur le territoire de la Guinée dite Espagnole. En contrepartie, les missionnaires reçurent les aides nécessaires pour étendre leur action au-delà de la capitale et pour introduire un nouveau mode d’action qui leur permettrait d’effectuer en Afrique ce qui ne leur était plus possible en Europe : convertir chacune de leurs Missions en un espace se gouvernant lui-même sans intervention de l’autorité civile ; un espace bâti autour d’une nouvelle idée de la Mission s’exprimant dans la création d’internats où les jeunes Guinéens recevraient une nouvelle identité, bien que cette idée provoquât une rupture dans la société guinéenne et fut la source d’un grand nombre de conflits. Cet article veut approfondir les idées des missionnaires de l’époque et analyser comment ils ont essayé de fournir à de nombreux jeunes Guinéens cette nouvelle identité, qui est présente encore aujourd’hui et distingue les Equatoguinéens de leur entourage francophone.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Congrégation des Missionnaires Fils du Cœur Immaculé de Marie, fondée à Vic (Catalogne) en juillet (...)

En novembre 1883, les missionnaires clarétains1 commencèrent la fondation de la Mission de Santa Isabeldans l’île de Fernando Poo. D’autres essais d’évangélisation et de colonisation avaient eu lieu et avaient échoué. Dans la perspective de la conférence de Berlin le gouvernement espagnol, décidé à assurer sa présence officielle sur l’ensemble du territoire de la Guinée dite Espagnole, trouva dans son alliance avec les Clarétains – souvent mieux acceptée par les autorités de Madrid que par des fonctionnaires coloniaux – un moyen efficace et économique d’aboutir à ses objectifs. En contrepartie, les missionnaires reçurent les aides nécessaires pour étendre leur action bien au-delà de la capitale et pour y introduire un nouveau mode d’action qui leur permettrait d’effectuer au cœur de l’Afrique ce qui ne leur était plus possible en Europe libérale : convertir chacune de leurs Missions en un espace isolé, se gouvernant lui-même sans intervention de l’autorité civile ; un espace catholique exclusif, bâti autour d’une nouvelle idée de la Mission s’exprimant dans la création d’internats où les jeunes Guinéens recevraient une nouvelle identité, plus adéquate que celle que leurs familles pouvaient leur transmettre.

1Le but de cet article est d’approfondir les idées des missionnaires de l’époque et d’analyser comment ils ont essayé de fournir à de nombreux jeunes Guinéens cette nouvelle identité, qui est présente encore aujourd’hui et distingue les Equatoguinéens de leur entourage francophone.

Une double tactique et un double but

  • 2  A l’époque, les Boubi étaient les seuls habitants africains de l’île de Fernando Poo.
  • 3  On appelait Krumen les travailleurs africains originaires de l’extérieur de la Guinée Espagnole.

2Le 24 novembre 1887 les Clarétains étaient sur le point d’établir une espèce de triangle (entre les Missions de Santa Isabel, Batete et Concepción), de telle sorte que la plus grande partie de l’île de Fernando Poo allait être soumise à leur influence. Ce jour-là, une expédition officielle quitta la capitale de la colonie, commandée par l’« explorateur » Luis Sorela, dont la mission consistait à se rendre dans le sud de l’île pour une entrevue avec l’« invisible » « roi » Moka, considéré par les Espagnols comme le chef suprême de tous les Boubi2. Outre un « proviseur », faisaient partie de cette expédition 2 marins, 22 Krumen3 et 2 interprètes. Il y avait aussi le père Joaquim Juanola qui, un mois et demi plus tard, fermerait ce triangle avec la fondation de la Mission de Concepción. L’objectif des Clarétains consistait à obtenir du « roi » la permission d’agir dans tout le territoire insulaire : la ratification, en somme, des accords partiels que les missionnaires avaient obtenus des « rois » de Batete et de Riaba, et la possibilité d’un accroissement important de la présence religieuse en territoire boubi.

  • 4  P. Joaquim Juanola, sous-Préfet Apostolique clarétain, Una excursión a los pueblos bubis, document (...)

Les cieux seront témoins du dernier incident de notre voyage. Le monde entier sera émerveillé par ses résultats ; et, quant à nous, tout ce que nous avons vu nous paraitra un rêve. Le grand boutoucou fait son apparition, sans se faire attendre. Son air arrogant, sa voix rauque, son aspect formidable et terrifiant nous donnent l’impression que, au lieu d’une personne, il s’agit bien d’un fauve qui vient à notre rencontre ; et que, par conséquent, nous sommes en danger. Depuis ce moment, que d’énigmes découvertes ! Nous vîmes l’invisible ! Nous parvenions à voir couronnés tous nos efforts de courage ! Le réconfort qui déborde dans nos cœurs récompense tous nos déboires... Le voile qui rendait invisible le grand roi Moca est levé. Nous avons trouvé la clé permettant de maîtriser aisément l’île au niveau civil et religieux à condition de savoir en faire un bon usage. Le chemin est enfin ouvert au missionnaire4.

3Le récit du P. Juanola, l’un des plus complets que l’on ait conservé, prouve à quel point les missionnaires ignoraient le fonctionnement de la société boubi, où pas un seul des chefs de lignage, mouchoukou, ou de clan boutoucou, ne possédait de droits territoriaux semblables à ceux qui existaient en Europe. Cette méconnaissance ne représentait, tout compte fait, que la continuité d’un comportement lié à l’expansion clarétaine dans le territoire. Les pourparlers aboutirent à un résultat satisfaisant autant pour les intérêts officiels que pour les missionnaires. Ils obtinrent la bienveillance d’un souverain qui, en réalité, ne reconnut jamais la souveraineté espagnole et ne s’approcha jamais de Santa Isabel :

  • 5  Ibidem.

La seule chose que je puisse dire c’est que le grand Moka se conduisit tout le temps comme un gentleman, amical vis-à-vis du gouvernement et encore plus des Pères, en qui il avait entièrement confiance une fois qu’ils se seraient établis dans ces domaines, convaincu que cela était imminent5.

4Cette conduite de « gentleman » de Moka, qui n’était qu’une caractéristique habituelle de l’hospitalité dans les sociétés centrafricaines, souleva dans l’esprit du sous-préfet clarétain un enthousiasme manifeste :

  • 6  Ibidem.

Je l’ai vu, et c’est pourquoi je le manifeste. Réveille-toi donc, chère Patrie. Oui, réveille-toi, c’est à toi que je m’adresse. Toi, qui sus si bien faire ondoyer ton drapeau à travers tous ces avatars partout ailleurs dans le monde, réveille-toi et sors de la léthargie. Viens, et tu verras ce que c’est que Fernando Poo et ce que ce sera le jour où grâce à un intérêt tout particulier tu parviendras à le tirer de l’état misérable dans lequel il est plongé : toutefois, n’oublie pas ces anciens jours, au cours desquels, auprès de tes soldats, le missionnaire partait poussé par le même objectif, celui de civiliser ; si bien que c’est pour lui et avec lui que nous vîmes l’invisible [roi Moka] pour le bienfait de la Religion et de la Patrie6.

5Pour cette Mission d’État l’évangélisation de l’Amérique devenait un modèle à suivre, car dans les anciennes Missions espagnoles en Amérique la croix et l’épée s’associaient. Le soutien de l’État était en effet fondamental pour le succès d’une Mission qui, à son tour, était utile aux intérêts coloniaux espagnols. Cette conception de la Mission, bien que s’accordant à l’idéologie ultramontaine des Clarétains, soulevait la méfiance parmi les autorités civiles et les colons qui ne voulaient nullement se soumettre aux intérêts des missionnaires. L’enthousiasme du P. Juanola était donc une réaffirmation du modèle missionnaire et un appel à une forme d’action organisée, conjointe, dont l’efficacité était prouvée par l’expédition du lieutenant Sorela.

6Poussé à l’extrême par le succès de ce voyage, le comportement de notre missionnaire à l’égard du roi Moka était quasiment respectueux. Quoi qu’il en soit, son autorité de décision vis à vis des intentions des missionnaires était indubitable. Une attitude qui contrastait grandement avec celle qu’il manifestera quelques années plus tard :

  • 7  Lettre du P. Juanola au P. José Mata, procureur clarétain à Madrid, du 18 mars 1892. AG CMF, Secti (...)

De son côté M. Cheli, Commandant du bateau, sut très bien jouer son rôle. Nous étions aux portes mêmes de Moka, moi, pour la troisième fois, et comme il [Moka] se plaignait du fait que les garçons et même les filles allaient à la Mission, le Commandant lui dit ses quatre vérités : "Il [Moka] dit que si les garçons et les filles vont à la Mission, un garçon veut une fille et puis le Père les marie, et ils sont perdus pour nous". "Et c’est effectivement comme ça", lui répondit-il [le commandant], “et prends garde à ne pas déranger la Mission. Autrement, les armes que je porte pour ta défense et pour que tu sois respecté de tous les Boubi, serviront à te punir". Ceci ne lui plut guère, mais il se vit obligé de se taire. Et c’est ce qui fut fait partout : le respect à l’égard du Gouvernement et de la Mission. Si seulement nous pouvions agir de la sorte plus fréquemment ! Quels beaux atouts pour la Religion et la Patrie ! Autrement, personne n’est capable de les faire sortir des bois. Si tout au moins ils laissaient venir librement les garçons et les filles ! ! Mais il n’y a rien à faire7.

7Ce changement d’attitude entre la première visite à Moka et la dernière résume à mon avis la conduite clarétaine en Guinée : au début, un respect pour des institutions méconnues qu’il faut convaincre du caractère positif de la Mission ; une fois celui-ci obtenu, ces mêmes institutions sont rejetées ou doivent se soumettre aux intérêts missionnaires. Il va sans dire que la dernière visite éveille en nous un soupçon d’incertitude sur un aspect qui sera vu plus tard : l’opposition d’un grand nombre de Boubi à la nouvelle attitude des missionnaires, qui se voyaient ainsi pris entre le manque de compréhension des autorités coloniales et le rejet d’un grand nombre d’indigènes, notamment de ceux qui possédaient une autorité.

8Ainsi donc Moka était-il la victime de sa décision ? Certainement, mais je tiens à faire remarquer ici la double tactique dont firent usage les missionnaires dans leurs rapports avec la population africaine : uneffort d’attrait, cherchant la soumission postérieure de la population africaine au modèle missionnaire devenu incontestable, et leprofit partiel des institutions indigènes qui plus tard seront perçues comme non valables au profit du même modèle.

9Il s’agit d’attitudes incessantes tout au long de l’action missionnaire lors de cette période : un effort d’approche et de respect envers les institutions africaines pouvait s’exercer, notamment au début de chaque Mission et au cours du labeur paroissial accompli par les Clarétains dans les différents villages de chaque zone. En revanche l’entrée des élèves dans les internats soulignait la disparition définitive de cette attitude de respect : les élèves devaient être la graine d’une nouvelle société, libérée des anciennes mœurs et liée au système colonial.

  • 8  Les Jésuites demeurèrent à la Mission de Santa Isabel entre 1858 et 1872.

10Ce renversement dans la conduite missionnaire était la conséquence d’une nouvelle conception missionnaire introduite par les Clarétains, qui les éloignait inexorablement des Jésuites, leurs prédécesseurs en Guinée8. Pour les uns et pour les autres, l’évangélisation des indigènes était le grand objectif. Mais les Clarétains croyaient fermement qu’il était possible aussi de les transformer par la colonisation, tandis que pour les Jésuites il ne s’agissait que de les convertir. Aussi tandis que les Pères de la Compagnie de Jésus, faute de ressources, s’efforçaient seulement de mener à terme un labeur d’évangélisation, les Clarétains comprirent que la conversion n’était possible que dans un nouveau cadre de relations, un cadre que les deux visites du P. Juanola à Moka illustrent de façon exemplaire : il fallait passer de « la visite dans leur territoire » à « l’obligation pour les Boubi de venir sur le territoire du missionnaire » ; du « respect envers les institutions africaines » à la « soumission des Boubi aux institutions missionnaires » ; de la « reconnaissance de l’autorité des Boubi » à la « sujétion des Boubi à la nouvelle autorité » représentée par les missionnaires partout où l’Administration espagnole n’avait pas accès (c’est-à-dire partout ailleurs que dans la capitale, Santa Isabel). Dans ce procès de « rapprochement-détachement » les internats devenaient le lieu où s’exerçait la rupture nécessaire à l’absorption postérieure, entraînant conversion, apprentissage du travail colonial, formation de familles catholiques, création de villages catholiques-coloniaux.

11Cette absorption ultérieure était perçue comme définitive par les Clarétains. Elle représentait leur objectif maximum consistant à assurer et à donner une solidité au labeur d’évangélisation que les Jésuites n’avaient pas su mettre sur pied de façon durable.

  • 9  Lettre du P. Feliciano Pérez, de la Mission de Batete, du 3 octobre 1898. In : « Anales de la Cong (...)

Notre école, grâce à Dieu, est en plein épanouissement : près de 60 enfants y reçoivent une éducation soignée et ils la quittent instruits sur leurs devoirs de catholiques et d’Espagnols. Dès qu’ils arrivent à la Mission on leur attribue un morceau de terrain à cultiver afin qu’une fois sortis de l’école ils aient de quoi se nourrir. Ceci est pour eux un stimulant qui les encourage tout d’abord à rester dans la Mission ; et c’est grâce à cela que nous avons obtenu que quelques jeunes désireux de rejoindre leurs foyers restent parmi nous. Leurs petites "propriétés" vont de l’avant et le jour où ils se marient ils sont déjà capables de se débrouiller tous seuls ; une fois mariés, ils restent tous dans ce village de María Cristina [Batete] qui grâce à Dieu et à notre très Sainte Mère comble tous nos espoirs9.

12Le principe qui marque ce processus est la croyance qu’il existe une culture supérieure (l’européenne, qui dans son état le plus « pur » est représentée par le christianisme) et une autre inférieure (l’africaine). La supérieure se doit de sauver la deuxième en lui apportant la « civilisation ». Placées autant l’une que l’autre dans cette position de déséquilibre, les rapports établis entre elles sont inégaux : dans leur labeur civilisateur, les Européens (i.e. les missionnaires) doivent offrir aux Africains une protection, notamment contre eux-mêmes ; et ils attendent d’eux gratitude, respect et obéissance, en un mot la résignation à leur rôle présumé et la soumission à l’autorité coloniale et missionnaire.

13En ce qui concerne la conception des deux cultures, la supérieure est considérée comme plus convenable, plus appropriée pour tout le monde ; tandis que l’inférieure, bien que réelle, se révèle beaucoup moins convenable et, quelles que soient les circonstances, insuffisante pour assumer la « civilisation » que l’on recherche pour elle. Dans le domaine culturel, il faut donc passer d’une identité mal fondée, car elle est supersti­tieuse et particulariste, à une autre adéquate, car elle est présentée comme le fruit de la logique et comme universelle.

14Dans ce processus l’inférieur pouvait soit s’obstiner à garder cette culture mal fondée, soit accepter la substitution. Cette obstination méritait d’être punie, et l’acceptation pouvait être stimulée par la récompense. Ces deux possibilités, en fin de compte, se réunissaient en une : la substitution culturelle. Cette substitution comprenait la langue, la religion, le système de croyances, l’organisation sociale et familiale... bien que son objectif dernier fût un changement dans la méthode productive : les individus de la culture erronée devaient s’intégrer dans la méthode productive occidentale, ce qui devait leur permettre de se développer. Cependant, au cours de cette intégration ils venaient occuper une position subordonnée dans le système ; ce qui était frustrant ou empêchait, en fait, le développement auquel ils aspiraient.

15Deux traits me paraissent spécialement remarquables : en attribuant aux autres peuples une identité culturelle mal fondée, l’Européen (i.e. le missionnaire) pouvait, à bon escient, ignorer les autres cultures. Il n’y avait pas d’autre issue : autant le retour à la culture originelle que le développe­ment espéré ne pouvaient avoir lieu. L’effort missionnaire devait consister à placer l’indigène ayant passé par les internats dans une situation soi-disant meilleure que celle qu’il avait avant, mais en réalité pire que celle des Européens et toujours subordonnée à eux. La justification première qui permettait aux « peuples cultes » de civiliser les « peuples avilis » était qu’ils considéraient l’Africain comme présentant toute une série de vices et de misères :

  • 10  P. Francesc Salvadó, Apuntes histórico-geográficos de la isla de Corisco. In : « Boletín Religioso (...)

Soumis à la passion de l’avarice, nommée par l’apôtre (I ad Tim., VI, 10) racine de tous les maux, et livrés au vice dégradant de l’ébriété, il est aisé de comprendre que la moralité est presque inexistante parmi ces pauvres gens. Ajoutons à tout cela l’habitude fatale et invétérée de la polygamie, que l’on considère comme une loi dans ce pays, et nous avons tracé le portrait parfait d’un peuple sauvage, poussé presque uniquement par ses instincts, à l’encontre de la férocité caractéristique des autres peuples du continent10.

16Des peuples sans moralité, sans lois, sans culture, sans religion, sans capacité de décision, sans... et accablés de connotations négatives : ivrognes, fainéants, anthropophages et livrés à la sorcellerie. Cette perception de l’Africain, nécessaire pour justifier l’intervention missionnaire, allait jusqu’au bout de ses conséquences lorsqu’il s’agissait des croyances religieuses, que les missionnaires qualifiaient de simples superstitions inspirées par le diable :

  • 11  Esprit personnel des Boubi. A l’époque, identifié par les Clarétains comme le diable.
  • 12  P. Ermengol Coll, Préfet Apostolique de Fernando Poo, Desde Fernando Poo. In : « El Iris de Paz », (...)

Marcher courbé, voilà la démarche du morimo11, autrement il ne pourrait guère se déplacer dans sa maison. Une nuée de chauves-souris voltigeait dans ce trou arrivant à éteindre nos lumières dans leurs déplacements. Nous nous introduisîmes jusqu’au fond [de la grotte] et nous ne pûmes voir que deux casseroles à même le mur. Aucune idole, aucun autel, rien. Pauvres gens, jouets aux mains de leurs féticheurs ! Puis, nous fîmes entrer les enfants qui furent surpris de voir comment ils étaient leurrés par ces prêtres du diable. Et quels commentaires ils faisaient après ! Quelles invectives !12.

17L’autorité missionnaire se manifestait, entre autres choses, par sa capacité de profanation impunie de lieux sacrés ainsi que par la recherche de la complicité des élèves, pour lesquels ils recherchaient l’éloignement (et la profanation active) de la tradition séculaire :

  • 13  Lettre du P. Isidore Vila, Supérieur de la Mission de la petite île d’Annobon (située près de Sāo (...)

J’ai pris quatre matos, des petites propriétés qui appartenaient d’après eux aux lutins, et où personne ne mettait jamais les pieds. Ils disaient que dans l’une, il y avait une marmite qui bouillait sans feu. Tous étaient sûrs que nous allions être ensorcelés ; mais en voyant qu’il ne nous était rien arrivé, que la marmite n’était pas là et que la terre – qui était restée en jachère – produisait bien plus que les autres, ils perdirent peu à peu ces fausses appréhensions et jusqu’aux enfants de la Mission en prirent de bon gré quelques lopins13.

18La raillerie et le mépris des rites et des cultes étaient possibles aux missionnaires. En revanche, l’adaptation de fêtes païennes aux célébrations catholiques ne fut introduite, au cours de cette période, que comme un moyen d’attrait éventuel :

  • 14  Lettre du P. Jaume Pinosa, Supérieur de la Mission de Batete, au P. Climent Serrat, sous-directeur (...)

Nous avons célébré le mois du Cœur de Marie avec toute la solennité possible. Ainsi la fête de notre Mère bien aimée a été très solennelle. Je fis de mon mieux pour que le roi y participât, ce qu’il fit tant et si bien que toute l’après-midi de la veille, ses femmes portèrent des arbres énormes pour les planter sur la magnifique et grande place située devant le presbytère. A un moment donné, il commença à pousser de grands cris et aussitôt accoururent un nombre infini de Boubi pour se mettre à son service. Il leur dit que c’était la fête du grand Bouchoukou [chef] Ibomospagne [le gouverneur de l’Espagne], et qu’il voulait qu’ils la célèbrent tous. Ils se mirent en effet, tous en rangs et, après avoir évolué tout autour de la maison et devant nous, ils commencèrent à tirer des coups de feu et à chanter à leur façon14.

19La rupture des Boubi avec leurs traditions était, pour les missionnaires, une condition sine qua non pour l’acceptation de leur conversion. Et cette conversion marquait une frontière nette entre l’état « sauvage » et l’état « civilisé », qui s’accentuait par le passage des jeunes dans les internats :

  • 15  Lettre du P. Ermengol Coll au P. Mata, du 3 août 1896. AG.CMF, Section F, Série N, Boîte 16, Carto (...)

L’autre jour, lors de mon voyage à Elobey, et à mon insu, j’eus l’occasion de comparer les Pamues [Fang] qui étaient venus à [la Mission de] Banapa un an auparavant et ceux qui étaient encore dans le village d’Amenchi, le même que commença à catéchiser le jeune Isidro par une causerie sur l’enfer. Par hasard, se mirent ensemble deux d’entre eux qui allaient de Banapa au Muni [des élèves de la Mission] pour voir leurs parents et quatre qui par la rivière se rendaient à Banapa [des futurs élèves de la Mission]. Quelle différence ! Les deux premiers habillés à l’européenne, propres et décents, les deuxièmes sales, vêtus d’un pagne court et les cheveux en bataille ; les premiers gros et dodus, les autres maigres quoique nerveux ; les premiers déjà chrétiens, et les autres encore païens15.

20La bibliographie clarétaine, en outre, nous fournit une foule de cas de personnages exemplaires, surgis du rang des convertis, ainsi que des faveurs divines destinées à ce même groupe, ou des punitions infligées aux infidèles :

  • 16  Lettre du P. Pau Pardina, de la Mission de Concepción. In : « El Iris de Paz, o sea El Inmaculado (...)

Après de longs raisonnements et des pétitions réitératives pour qu’il embrassât la religion, il quitta le sermon aussi têtu qu’à son arrivée. Le malheureux ! Le Père lui dit que Dieu pouvait le punir s’il n’écoutait pas son appel ; c’est ce qui arriva pour son malheur. Huit jours après, vers 2 h. de l’après-midi, il vint à notre maison et nous demanda la permission de déménager dans une maisonnette boubi que la Mission avait achetée non loin de là ; mais il ne put faire usage de la concession car, cet après-midi même, quelques heures après, il tomba d’un grand palmier, ce qui provoqua sa mort16.

21Les missionnaires propagèrent donc une image négative des infidèles et de leur culture, et une image positive des convertis et de leur nouvelle identité. Ils présentèrent aussi comme une constatation le fait que l’obstination était punie alors que l’acceptation de cette nouvelle identité était récompensée. Le labeur du missionnaire consistait à être le médiateur entre ces deux réalités : c’était lui qui rendait possible la rédemption de l’état « sauvage » – lié à la tradition, l’autorité des vieillards, le culte aux ancêtres et la polygamie – et l’apparition d’une personnalité « civilisée », rencontrée notamment chez les jeunes des internats et liée à la culture occidentale et à son système de travail et d’organisation familiale et sociale, représenté par des familles monogames et catholiques consacrées à la culture du cacao et groupées dans des villages gouvernés par les missionnaires.

22Néanmoins, dans cette situation le missionnaire n’était pas un médiateur neutre et objectif mais plutôt un belligérant face aux uns et fondamentaliste vis à vis des autres. Ainsi les Clarétains se devaient de défendre « les leurs » contre leurs mœurs dépravées et sauvages et ils se préoccupaient en même temps de tous les niveaux de la vie personnelle de leurs interlocuteurs jusqu’à ses aspects les plus personnels.

  • 17  Lettre du P. Joaquim Juanola au P. Norberto Garcia, Supérieur de la Mission de Concepción, du 31 m (...)

Comme je regrette ce qui est arrivé à la pauvre Inés ! Je crains aussi que Moriri ne soit tuberculeux. Vous devriez veiller à ce que les mariés ne dorment pas du côté d’où souffle le vent qui vient de la forêt pendant la nuit ; et s’ils pouvaient recouvrir les murs de l’intérieur de tissus ou de sacs et les deux de l’extérieur de bambou, ils tousseraient, j’en suis sûr, beaucoup moins17.

23Ils croyaient avoir droit à cette intrusion vu leur caractère d’initiateurs à cette nouvelle identité qu’ils maîtrisaient et que les indigènes se devaient de revêtir. Le droit de guider les jeunes et les nouvelles familles dans leur itinéraire « civilisé » comportait, en outre, le fait de les convertir en travailleurs au service de la colonie, et aussi de transférer les Fang de certaines Missions du Muni jusqu’à Fernando Poo, tout en apportant une aide à leur installation en territoire boubi ; ou en essayant de changer l’emplacement du village d’Annobon pour que les Annobonais quittent la plage et s’installent auprès de la Mission... afin de les protéger des miasmes et de tout autre danger dû « au climat » ; en bref, pour les préserver de leur propre « ignorance ». Les missionnaires manifestaient ainsi sans cesse un paternalisme protecteur qui décidait du chemin adéquat pour ceux qui étaient « naturellement » mal fondés ; un paternalisme qui décida aussi la nouvelle identité des jeunes et des convertis guinéens :

  • 18  L’hymne national.
  • 19  Lettre du P. Josep Huguet, de la Mission de Basilé, au P. Climent Serrat, du 24 août 1903. AG.CMF, (...)

A la suite de la messe solennelle, il y eut le baptême, tout aussi solennel. Les baptisées étaient neuf filles de l’école des Mères conceptionnistes. Quel acte émouvant ! Deux fois, je dus faire un effort pour empêcher mes larmes de couler, notamment lorsqu’au moment de verser l’eau sur la tête de la première baptisée, on entendit la “Marche Royale espagnole”18 et le carillonnement des cloches19.

24Les plus chanceux de ces « sauvages » devaient devenir catholiques et Espagnols. Voilà la nouvelle identité, la plus adéquate, que désiraient les missionnaires et les colonisateurs. Cette nouvelle identité s’imposa peu à peu, au fur et à mesure que le modèle clarétain devenait plus élaboré, complété par une conduite parallèle provenant des autres secteurs coloniaux à la fin de cette période. Face à l’imposition missionnaire, les sociétés guinéennes réagirent sans « la férocité qui caractérisait ceux du continent » (les Fang) et de manière diverse, avec des conduites d’évitement situées entre deux extrêmes : les uns l’acceptèrent de bon gré, conscients des avantages matériels qu’ils pouvaient tirer de leur accès à une société européenne qui, jusqu’à ce moment là, n’avait jamais envisagé de les assimiler ; les autres s’y opposèrent, car ils se rendaient compte que « être catholique et Espagnol » signifiait aussi « ne plus être Boubi ». A l’aide de la complicité des uns et malgré les autres, le labeur clarétain fut persévérant :

  • 20  Lettre du P. Antoni Aymemí, Supérieur de la Mission de Musola, du 25 juillet 1897. In : « El Iris (...)

Rien que dans le petit village de María Cristina, situé sur la baie de San Carlos, en moins d’un an [1896] on en baptisa environ 60 et onze couples s’unirent en mariage. Ce qui, pour ceux qui ont eu des contacts avec les Boubi et les connaissent comme extrêmement superstitieux, timides et méfiants, ne leur paraîtra pas négligeable20.

La vie dans les internats

  • 21  Contre les règles de l’époque, imposées par les lois bourboniennes, Saint Antoni Mª Claret prêcha (...)

25Dans le nouveau modèle mis en marche par les Clarétains, les internats représentaient le moteur, l’accélérateur qui rendait possible tout le reste : rééducation, conversion, travail dans les propriétés, incorporation au système productif, formation de familles catholiques, création de villages. C’était à la fois le mécanisme qui agissait comme la division entre la société païenne et la catholique, et le ressort qui devait assurer la continuité des nouvelles idées et la reproduction suivie du modèle. L’organisation des internats devait donc s’orienter vers une immersion des élèves dans leur présumée nouvelle identité : c’est pourquoi tout se faisait en espagnol, contrairement à un grand nombre de Missions spiritaines, où l’usage d’une langue européenne toute seule (sans l’usage en même temps de la langue africaine sur place) était considéré comme négatif. Je tiens à faire remarquer ce trait, qui apparemment contrastait avec la manière d’agir de Saint Antoni Mª Claret, le fondateur des Clarétains21, et avec le fait que la plupart des missionnaires étaient des Catalans ou des Navarrais (donc, de langue maternelle non castillane).

26En fait, je ne crois pas qu’il en fut ainsi : Saint Antoni Mª Claret prêchait en catalan, et c’est ce que continuèrent à faire les Clarétains en Catalogne. Cependant le système linguistique unitaire de l’État ne fut jamais remis en question. Je veux dire que le Saint donna un domaine d’usage très concret à une langue, la sienne, qu’il considérait comme régionale ou, plus exactement, comme propre au peuple ; mais, en revanche, il se servait du castillan dans ses contacts habituels avec les gens cultivés ; ainsi, dans ses rapports épistolaires avec d’autres curés catalans. Autrement dit, le Saint prêchait en catalan parce que c’était plus efficace, et non en raison d’une revendication linguistique ou politique, et se servait du castillan dans les domaines plus élevés.

27Pour les Clarétains déplacés en Guinée, auteurs, pour certains d’entre eux, de grammaires sur les diverses langues du pays, la conduite linguistique obéissait à la même conception : les langues guinéennes – boubi et pidgin english à Fernando Poo ; ndowe (benga) et fang dans la région continentale ; ambou à l’île d’Annobon – étaient nécessaires à leur labeur pour attirer les indigènes et, d’une manière générale, pour leur labeur paroissial ; mais, en ce qui concerne les internats tout était différent : là, il s’agissait de transformer les élèves, moyennant l’accession à une nouvelle identité, en membres d’une société différente qui se devait d’être « civilisée » et apte au développement colonial. Une nouvelle société qui devait s’exprimer en espagnol, pour attester cette transformation.

  • 22  Institut de Religieuses Missionnaires de l’Immaculée Conception, fondé à Mataro (Barcelone), par l (...)

28En outre, les Clarétains formaient une congrégation répandue dans tout le territoire de l’État espagnol. Agir en sorte que « tout le monde se comprenne », donc en langue espagnole, était considéré comme une exigence de la charité ; et négliger ce principe était de ce fait une action qui tenait du pêché. J’ai fourni jusqu’ici de nombreuses références de lettres écrites par des missionnaires catalans à des destinataires eux aussi catalans, mais elles étaient toujours rédigées en espagnol. Et c’est aussi dans cette langue qu’ils répondaient aux quelques lettres qui leur étaient adressées en catalan. Cependant ils prenaient la liberté, entre Catalans, d’utiliser quelques phrases éparses dans leur langue qui visaient à donner à leurs échanges un ton de cordialité, de proximité, de sympathie. De même ils adoptaient également ce ton de sympathie vis-à-vis des langues guinéennes, qui pourtant étaient interdites systématiquement dans les internats tenus par les Clarétains autant que dans ceux des religieuses Conceptionnistes22 :

  • 23  Lettre du P. Ermengol Coll au P. Mata, du 21 avril 1891. AG CMF, Section F, Série N, Boîte 16, Car (...)

A ce propos, je me porte garant d’un fait qui m’arriva un jour à Banapa où je rencontrai une fillette qui venait de quitter l’internat où elle était restée trois ans et où elle avait appris à lire des textes écrits à la main, à lire comme l’échantillon ici inclus, à faire des soustractions et à coudre assez bien : mais je fus surtout frappé de voir comment elle s’exprimait en castillan23.

29Cette citation nous montre quel était le contenu de l’enseignement que recevaient les filles : lire et écrire, compter, prier et coudre. Mais, en ce qui concerne la langue, les missionnaires ne revendiquèrent jamais l’utilisation de l’espagnol face aux langues guinéennes. Pour eux il était évident que ceci n’était pas de leur ressort, et pas une seule fois ils ne tentèrent de l’utiliser. Ils le revendiquaient en revanche à l’égard de l’anglais employé par les Protestants de Santa Isabel et de Wesbe, tout en s’efforçant de jouer de leur influence auprès des autorités coloniales et de celles de Madrid. Il se peut que cette même attitude de coïncidence prétendue entre une langue et un État leur faisait redouter l’imposition du français par les Spiritains, si la décision du Saint Siège, à propos des délimitations territoriales, les avait obligés à se soumettre au Vicariat Apostolique de Libreville. Cette attitude sert à expliquer l’exigence immédiate d’enseigner en espagnol dans la Mission de Bata, la seule Mission spiritaine qui dut se soumettre à la Préfecture Apostolique de Fernando Poo après la Convention de Paris (1900).

30Les Clarétains échouèrent dans leur objectif d’hispaniser la colonie, et ceci justement à Santa Isabel et à Wesbe, où la population – protestante et anglophone – opposa la plus forte résistance à amener ses enfants dans les internats. Ceci fut une des raisons qui entraînèrent la fondation de la Mission de San Carlos (Wesbe) en 1904. L’échec que représentait cette petite ville contrastait avec le succès des Missions proches de Batete et Musola, situées en territoire boubi. Cet échec dans les deux localités « européennes » de Fernando Poo était vraiment inopportun, étant donné que c’étaient les deux seuls endroits de l’île où se trouvait une présence administrative espagnole. Ceci nous permet de faire remarquer une des causes de l’ignorance administrative face au labeur des Clarétains. Celui-ci était souvent évalué uniquement en fonction de sa conduite dans la capitale. Le labeur d’hispanisation des Clarétains devait, finalement, se rattacher au caractère de Mission d’État de tout l’ensemble missionnaire : dans la mentalité centraliste espagnole de l’époque, on ne pouvait concevoir une assimilation qui ne fut pas linguistique. Et les Clarétains se vantaient de cet enseignement de l’espagnol, qui constituait une partie déterminante de leur œuvre de colonisation :

  • 24  Lettre du P. Ermengol Coll au P. Xifré, Supérieur Général de la Congrégation, du 9 février 1896. A (...)

Ils n’établissent pas de rapport entre l’état actuel de la colonie et celui de 1883. A ce moment-là, il n’y avait pas de commerce de cacao car il n’y avait qu’une propriété. Par contre, aujourd’hui le “Larache” vient de faire deux voyages de 7.000 et 8.000 sacs. (...) L’espagnol n’était parlé dans aucune de ces possessions ; par contre, maintenant notre langue est répandue partout ailleurs24.

31Quant aux contenus des enseignements donnés dans les internats clarétains, nous en avons déjà eu quelques aperçus. Nous possédons des données plus concrètes : lorsque l’école de Santa Isabel fut transférée de manière provisoire à Banapa à cause des travaux d’agrandissement, le P. Vall-llovera exposait de la sorte le programme scolaire qu’il avait l’intention de suivre :

  • 25  Lettre au P. Mata, du 1er. mars 1889. AG.CMF, Section F, Série P, Boîte 10, Carton 8. Au Post-Scri (...)

Nous leur apprendrons l’anglais, et dans ce but j’ai appelé le P. Salvadó qui, poussé par les mêmes sentiments, est disposé à tout enseigner ; en outre, il y a aussi la géographie, l’arithmétique, l’histoire d’Espagne, l’Histoire Sainte, le dessin, le chant et la musique25.

32Les contenus furent exposés à plusieurs reprises :

  • 26  Lettre du P. Joaquim Juanola, à l’époque Supérieur d’Annobon, du 15 octobre 1886. In : « Boletín R (...)

Les matières que nous enseignons aux élèves de cette école sont : le catéchisme chrétien, la religion et la morale, la lecture et l’écriture, la grammaire castillane, et quelques rudiments de géographie26.

33Telle était la constante : catéchisme, lecture et écriture, arithmétique, ceci comme base ; accompagnés de quelques compléments secondaires : musique, chant, géographie et/ou histoire (d’Espagne). A Santa Isabel, des examens collectifs étaient organisés en présence des autorités qui de la sorte pouvaient percevoir les progrès de l’enseignement clarétain ; et ce spectacle public rafermissait l’image extérieure du pouvoir de la Mission. Quelques lettres nous précisent aussi les horaires suivis :

  • 27  En zone équatoriale à 6 h du matin.
  • 28  Lettre des élèves de la Mission de Batete, du 25 avril 1892. In : « El Iris de Paz, o sea El Inmac (...)

A peu de différence près, voilà l’emploi du temps que nous suivons : lever au petit jour27, exercice du chrétien, assistance à la Sainte Messe, accompagnée de la prière au chapelet, puis le travail. Déjeuner composé d’ignames ou de riz, école, deux heures, lecture, écriture, arithmétique, catéchisme, grammaire castillane. Pour d’autres, géographie le matin et l’après-midi, travail, et le soir le chapelet et tout le reste. Les dimanches, les uns vont pêcher en mer, d’autres vont à la chasse. Comme vous pouvez le voir, notre vie se déroule agréablement28.

34A la même époque, le P. Coll rapportait les emplois du temps des élèves et des familles catholiques de Concepción, très semblables :

  • 29  Lettre du 11 juin 1892. In : « El Iris de Paz, o sea El Inmaculado Corazón de María », 1892, p. 25 (...)

Ils se lèvent le matin vers 5h 30 et puis se rendent à l’église, où ils effectuent l’exercice du chrétien et écoutent la messe, qui est tout de suite suivie du travail ; les mariés y restent jusqu’à 11 heures et les enfants jusqu’à 8h, pour pouvoir assister au cours. A 11h 45 ils ont un quart d’heure pour prier, ce qui consiste en des prières très dévotes et un examen de conscience sommaire. A midi, ils déjeunent et se reposent jusqu’à 13h. Alors, au son d’une cloche, ils retournent tous au travail qui dure jusqu’à 18h., sauf pour les enfants qui arrêtent de 14 à 16h pour aller à l’école ; à la sortie, munis d’un coutelas d’une main et d’une banane de l’autre, ils se remettent au travail comme les autres. A 18h 30 commence le saint chapelet suivi d’une demi-heure de catéchisme dans la langue du pays. A 20h, ils dînent et ils se couchent à 21h 15 ; ceux qui ont fondé une famille font la prière du soir dans leurs chambres. Le seul travail est, pour l’instant, la culture du café et du cacao29.

35Inutile de souligner l’importance que les Clarétains donnaient à l’insertion du travail colonial, la culture du cacao et du café qui occupait  –d’après cette dernière citation – jusqu’à dix heures par jour, au cours desquelles il s’établissait une exception pour les enfants qui étudiaient cinq heures durant à l’école. A mon avis, il faut remarquer aussi le traitement identique que recevaient autant les enfants que les adultes : rester à la Mission c’était, tout compte fait, continuer à mener le même rythme de vie et avoir des horaires semblables au cours desquels les heures d’école étaient tout simplement remplacées par des heures de travail supplémentaires. Il existe aussi d’autres détails à mettre en relief : par exemple, la nourriture des élèves se composait surtout, bien que non exclusivement, de produits du pays – ignames et bananes. Or Coll affirmait que « le seul travail est, pour l’instant, la culture du café et du cacao ». Autrement dit, les élèves et anciens élèves de la Mission se consacraient de manière exclusive à la culture de produits pour l’exportation, tandis que c’étaient les Krumen de la Mission – et les Frères coadjuteurs – qui travaillaient dans les propriétés destinées à la production des aliments quotidiens. Qui plus est, les élèves devaient participer à l’entretien de l’internat et à la production de leur propre alimentation au moyen de la chasse et de la pêche, auxquelles ils s’adonnaient les jours fériés ; ce qui contraste avec le caractère théorique­ment gratuit et subventionné de leur séjour.

  • 30  On a conservé aussi quelques listes éparses. Par exemple, la « Nota de los géneros mandados a las (...)
  • 31  En 1896, à la suite d’un grand nombre de scandales provoqués par les Clarétains, le gouvernement d (...)

36Ceci contraste aussi avec les envois importants provenant de la Maison clarétaine de Barcelone à chacune des Missions, qui recevaient le « vu et approuvé » du Préfet Apostolique et comprenaient autant de vivres que de matériel scolaire30. Ces vivres ne faisaient pas habituellement partie du régime alimentaire des élèves. Était envoyé aussi un matériel scolaire rare, concernant les matières qui étaient enseignées à l’école : tableau, craies, ardoises, cahiers, plumes et encre, en plus de quelques cartes, de livres de grammaire, de géographie et d’histoire sainte, et beaucoup de livres de prières. Matériel rare, il est vrai, mais semblable à celui que devaient posséder la plupart des écoles espagnoles de l’époque où l’enseignement se limitait à la lecture et à l’écriture, à l’arithmétique et à d’autres matières complémentaires31.

37Les contenus et le matériel nous donnent un aperçu du fonctionnement des internats dans le domaine académique. Mais là n’était pas le plus important : vivre dans les internats signifiait, par dessus tout, mener un certain mode de vie, contrôlé à tous moments par les religieux et compris comme une évangélisation permanente, et des pratiques religieuses incessantes : prières, messes, méditations, prière du chapelet, etc. C’est dire que, en accord avec leur nouvelle identité, les élèves acceptaient une immersion autant religieuse que linguistique. Si plus haut je faisais référence au fait que les garçons devenaient profanateurs de leurs propres traditions et des lieux sacrés, je dois aussi souligner la présence persistante et insistante du fait religieux catholique dans les internats :

  • 32  Lettre du P. Josep Sutrias, de la Mission d’Elobey, du 28 avril 1893. In : « Anales de la Congrega (...)

Le mois de décembre fut plein de réjouissances pour les enfants, autant pour la célébration de la fête de la très pure et Immaculée Conception, laquelle est célébrée solennellement, que pour la préparation de la Nativité du Seigneur : ils prièrent, à partir du 30 novembre,  40 Ave Maria tous les jours, ce qui jusqu’au 24 décembre donna un total de mille Ave Maria qui furent, ce jour-là, offerts affectueusement à la Sainte Vierge afin d’obtenir sa protection maternelle, pendant toute la vie et à l’heure de la mort32.

38Cette ambiance d’exaltation religieuse « flamboyante » fut à l’origine de douzaines de « cas exemplaires » et de « morts édifiantes » où tout était possible, y compris les apparitions de la Vierge (rappelons ce qui, à l’époque, se passait en Europe) :

  • 33  COLL, Ermengol (circa 1900), Misión de María Cristina, éd. de Jacint Creus, p. 52.

Elle garda ses esprits jusqu’à sa mort ; et paisiblement elle prit congé des religieuses et des filles tout en disant : “La Vierge Marie est venue vers moi. Je m’en vais au ciel, à Dieu”. C’est ainsi que périt cette plante qui, transférée du bois de l’idolâtrie au jardin de la religion, nous embauma en si peu de temps de toutes ses vertus. Elle mourut le 24 février 189433.

39Il s’agissait de Montserrat Mesabó, la première fille interne de la Mission de Batete. Il est vrai que tous les cas « exemplaires », « édifiants », renfor­çaient, aux yeux des missionnaires, la valeur de leur propre labeur ; et ils étaient publiés dans les revues clarétaines, notamment des revues pour l’extérieur, afin de réaffirmer le bien fondé de leur travail aux yeux du public et des bienfaiteurs. La période étudiée dans cette recherche à peine commencée, le P. Coll en faisait déjà le dénombrement :

  • 34 Lettre du P. Ermengol COLL au P. Mata du 8 septembre 1896. AG.CMF, Section F, Série N, Boîte 16, Ca (...)

Décès édifiants : Enfants de l’école de Santa Isabel : Masongo (Luis) : 1894 ; Emilio : 1894 ; Melan :1896. Enfants décédés à Elobey : Trois à mort édifiante : 1893 ; Ligorio (Alfonso) : 1896. Filles de l’école de Santa Isabel : Maria ; Mesabbo (Montserrat) : 1894 ; Carmen Buelá : 1896 ; Une autre fille de Santa Isabel.
D’autres indigènes : Gustavo, d’Elobey Grande : 1894 ; Lázaro, de Corisco : 1896 ; le Kruman de Corisco décédé à Elobey : 1896
Actes héroïques : Gregorio Dung : 1892
Enfant intrépide : 1896
Trait édifiant : 1895 : Rosa Mayani34 .

40Il s’agit de cas « spécialement réussis » dont les missionnaires se vantaient devant leur public mais qui d’habitude provoquaient la risée des secteurs libéraux. En principe tel n’était pas le destin auquel les Clarétains aspiraient pour les garçons et les filles des internats. Les missionnaires visaient à la formation de familles offrant une garantie, et, au cas où cela ne serait pas possible, à l’accueil de nouveaux élèves et à leur collaboration au labeur paroissial des missionnaires :

  • 35  Lettre du P. Miquel Daunis au P. Climent Serrat, du 27 avril 1896. AG.CMF, Section F, Série P, Boî (...)

Plusieurs des 300 enfants qui ont été éduqués à Elobey et à Saint Jean et qui sont passés par Santa Isabel pour apprendre un métier sont devenus, une fois rentrés dans leur pays, de petits missionnaires, instruisant quelque peu leur entourage en matière de religion, de sorte qu’ils effectuent environ 60 baptêmes par an in articulo mortis, sur le continent35.

41Cette conception de l’éducation prédominait dans toutes les écoles des Clarétains, et pas seulement dans celles de la Guinée :

  • 36  Reglamento para las escuelas dirigidas por los Misioneros Hijos del Inmaculado Corazón de María. I (...)

L’éducation religieuse et morale sera l’âme de nos écoles, et devra se manifester toujours et dans tous leurs actes si bien que, en plus des leçons quotidiennes qu’ils en reçoivent habituellement, leurs écoliers devront s’habituer aux pratiques suivantes : Il est désirable que, ne serait-ce que pour les plus grands des élèves, ils assistent tous les jours à la Sainte Messe ; qu’à chaque fois que l’heure sonne ils disent tous l’Ave Marie, qu’au début et à la fin des classes, ils disent avec lenteur et dévotion les prières “Illuminez, Seigneur”, etc. etc., et : “Nous vous remercions, Seigneur”, etc., que chaque semaine, pendant les jours fériés, ils écoutent tous le Saint Sacrifice de la messe, au cours duquel leur sera explicitée la signification contenue, enfin ils doivent dire le chapelet. Les samedis après-midi (...) il sera exercé sur les élèves la surveillance la plus stricte, afin que, dans la mesure du possible, ils évitent, au dedans et au dehors de l’école, tout acte immoral et qu’ils s’habituent à l’accomplissement de leurs devoirs36.

  • 37  Primera enseñanza. In : « Boletín Religioso de la Congregación de Misioneros Hijos del Inmaculado (...)

42Le même règlement général établissait deux séances par jour de trois heures chacune vouées à l’enseignement et partageait les élèves en trois classes : dans la classe préparatoire, ils devaient apprendre les rudiments de la religion et de la morale, la lecture, la calligraphie, l’arithmétique et la grammaire castillane ; dans la classe élémentaire, il fallait ajouter des notions de géographie ; et dans la classe supérieure, en plus d’une étude plus approfondie de ces matières, on introduisait le dessin, la géométrie et l’histoire de l’Espagne. Quelques mois auparavant avait été fixé l’emploi du temps : le matin, à 8h, entrée en classe ; à 8h 15, lecture ; à 9h, écriture ; à 9h 30, doctrine chrétienne ; à 10h, repos ; à 10h 15, arithmétique ; à 11h, fin des activités. Et l’après-midi à 2h, entrée en classe ; à 2h 15, lecture ; à 3h, écriture ; à 3h 30, Histoire Sainte ; à 4h, repos ; à 4h 15, grammaire castillane ; à 5h, fin des activités37.

43Nous pouvons établir une comparaison entre ce que je viens de citer pour les écoles guinéennes, et leurs dispositions générales et ce qui se faisait dans d’autres régions. Ainsi, en 1892 à l’école de Las Palmas, aux Canaries :

  • 38  Crónica de la Casa-Misión de Las Palmas. Archives Clarétains de Las Palmas de Gran Canaria (ALP.CM (...)

Les missionnaires Fils du Cœur de Marie (...), outre la Religion, la moralité et l’éducation enseigneront les matières suivantes : la lecture de caractères imprimés et manuscrits, l’écriture des caractères espagnols et anglais, l’arithmétique et un peu de géométrie, d’histoire sainte, universelle et d’Espagne, la géographie, la grammaire espagnole, les langues anglaise et française, la gymnastique, le dessin, le solfège, les bonnes manières, le catéchisme chrétien, le commerce, la tenue des livres et l’agriculture38.

44Autrement dit, dans une structure assez identique les écoles se permettaient des adaptations et des retouches en fonction de chaque situation.

45Or, en Guinée, il existait un trait fondamental qui rendait différents les internats clarétains de cette colonie et ceux de l’Espagne : le fait de passer durant une bonne partie de la journée de l’activité éducative au travail agricole et à la production du cacao. Ce travail spécifique faisait de la compensation économique ainsi entraînée un motif d’accueil d’élèves et d’entretien de la morale vis à vis d’un labeur quotidien long et accablant :

  • 39  Lettre du P. Josep Sutrias, de la Mission de Banapa, du 1er. novembre 1891. AG.CMF, Section F, Sér (...)

Peu à peu, avec l’aide de Notre Mère très Sainte qui veille sur nous, ils se sont tous si bien adaptés au nouveau règlement donné par le Rd. Père que pour faire leur travail, qui leur paraissait au début une corvée, ils s’y rendent maintenant avec un tel empressement qu’il est inutile de les appeler et de leur dire quoi que ce soit. Bien au contraire, car, dès que l’heure arrive, ils partent en courant pour voir qui sera le premier à arriver au travail. Si bien que si au début il leur fallait trois ou quatre heures pour le réaliser, ils le font à présent en une demi heure. Comme c’est important de faire les choses de bon cœur !39.

46Quoique le fait de travailler dans les plantations de cacao fût pour les élèves un des signes de leur transformation en hommes « civilisés », ce n’était pas du tout l’objectif final envisagé par les missionnaires. Entrer dans un internat signifiait selon eux s’engager dans une nouvelle vie sous le contrôle des missionnaires qui en échange exigeaient la transformation des élèves. Au delà de leur travail, les Clarétains devenaient les pères de leurs élèves, au point de décider en cas de besoin de leur transfert :

  • 40  Lettre du P. Coll au P. Mata, du 17 septembre 1892. AG.CMF, Section F, Série N, Boîte 16, Carton 1

On ne fit que transférer à la propriété [de Banapa] les élèves en apprentissage d’un métier [à Santa Isabel] pour des raisons que je vous avais exposées, ainsi qu’au Rd. Père l’année dernière : en premier, afin d’éviter que les élèves les plus grands sortent de nuit, ce qui avait entraîné quelques événements désagréables. Ensuite, pour les faire travailler davantage, selon le nombre d’heures habituelles dans ce pays. Et enfin, dans le but de favoriser chez eux la piété et pouvoir choisir ceux qui seraient bons comme catéchistes40.

47C’est pourquoi beaucoup d’entre eux ne voulaient pas rester pendant les trois ans que devait durer leur formation, car la nouvelle vie que leur offraient les missionnaires avait également ses contraintes. Et de plus beaucoup de parents réclamaient, souvent sans succès, le retour de leurs enfants qu’ils voyaient perdus à jamais. Le modèle clarétain était cohérent et efficace, bien qu’il provoquât une rupture dans la société guinéenne. Et il fut la source, tout au long de cette période, d’un grand nombre de conflits.

La naissance du conflit

  • 41  Evangelizadores de la Guinea Española, p. 18.

Notre Frère, imitant avec zèle – peut être excessif – le Sauveur dans le temple, s’en prit très souvent, non pas muni d’un fouet comme Jésus Christ, mais à coup de pierres, contre ceux qui, si indécemment, se présentaient aux portes de la Mission41.

48Voilà comment se comportait le F. Melitón Huici, un des fondateurs de la Mission d’Annobon et un des premiers qui y mourut, à l’égard des habitants de l’île qui arrivaient nus à la Mission. Cet incident nous permet de voir que la Mission se montrait souvent en opposition avec la société qui l’accueillait et tentait d’imposer – fut-ce à coups de pierres – une manière particulière de concevoir la moralité. Être nu était inacceptable, car la nudité était associée à l’état « sauvage » et au manque de pudeur sexuelle. La répression de cette nudité dans un pays équatorial ne pouvait se faire qu’à partir d’une position de déséquilibre. En même temps elle permettait aux missionnaires de contrôler la vie privée de leurs fidèles, bien qu’à maintes reprises cette intrusion autoritaire eût provoqué quelque affrontement avec l’autorité coloniale, qui désirait délimiter les domaines religieux et civil :

  • 42  Lettre du P. Coll au P. Mata, du 20 novembre 1893. AG.CMF, Section F, Série N, Boîte 16, Carton 1.

Le 12, j’ai appris qu’on veut m’accuser pour un avertissement donné au père d’une fille qui acceptait son fiancé chez elle depuis plus d’un an et demi42.

49Nous retrouvons à nouveau cette tradition du contrôle des mœurs privées et publiques présente déjà dans l’action du P. Claret à Cuba ; l’éloignement entre les élèves des écoles et leurs familles existait là aussi partout.

  • 43  Circulaire du P. Xifré à tous les Supérieurs de la Congrégation, du 13 novembre 1886. In : « Bolet (...)

Nous ordonnons qu’aucune visite ne soit permise dans nos écoles et noviciats, hormis les jeudis non prohibitifs, au cours desquels on pourra recevoir de 10 à 11h du matin43.

50La différence en Guinée consistait dans le fait que les internats avaient justement été fondés dans le but principal d’éloigner les élèves de leurs familles, qui étaient considérées comme un danger par les missionnaires. En revanche, dans la Péninsule, on tenait pour sûre la bonne volonté des parents qui livraient leurs enfants aux internats :

  • 44  Lettre du P. Ermengol Coll au P. Xifré du 12 février 1891. AG.CMF., Section F, Série N, Boîte 16, (...)

Étant donné que leurs parents ignorent les avantages que représentent la civilisation et l’instruction, ils espèrent les garder auprès d’eux pour les faire travailler à la culture des ignames. Au cas où les Boubi emporteraient leurs enfants, aussitôt que ceux-ci auraient l’occasion de fuir leurs parents, ils regagneraient la Mission. Mais comme les parents n’ignoraient pas que nous avions le gouvernement contre nous et qu’il était en leur faveur, ils seraient bien capables de brûler nos maisons ou de nous causer tout autre dommage pour nous reprendre les enfants ; de sorte que nous perdrions le fruit de toutes ces années et tous les espoirs que nous avions tous déposés en ces enfants, qui sont vraiment bons. J’espère l’intervention de notre Sainte Mère pour que ceci n’arrive pas44.

51La citation prouve la méfiance des missionnaires à l’égard des parents des élèves, la séparation entre les parents (i.e. sauvages) et les enfants (i.e.  civilisés) organisée par les Clarétains, ainsi que la fragilité de la conduite missionnaire, qui dépendait de l’aide apportée par le gouvernement colonial.

52Cette fragilité provenait en grande partie de la manière dont les missionnaires recrutaient les enfants indigènes. Quelques chefs de famille amenaient leurs enfants à la Mission de leur propre gré. En revanche, un grand nombre de ces enfants allait dans les internats malgré l’opposition de leurs parents. Le travail des missionnaires consistait à les accueillir et à leur donner une protection face à des géniteurs qui ne comprenaient pas, à cause de leur « état primitif », les avantages de l’éducation que recevaient les élèves des internats, ni l’importance de leur incorporation dans le système productif colonial. Dans ces cas-là, la Mission s’attribuait le rôle de refuge pour les futurs chrétiens :

  • 45  Lettre du P. Jaume Pinosa, Supérieur de la Mission de Batete, au P. Climent Serrat, du 1er. octobr (...)

Nous avons déjà 9 garçons boubi internes et désirant ardemment recevoir le baptême et ne jamais revenir chez eux. Tous, à l’exception de deux, se sont enfuis de chez eux poussés par leur désir d’être parmi nous. La loi entre les Boubi est basée sur le fait qu’un fils peut quitter ses parents sans que ceux-ci aient le droit de le réclamer45.

53C’est cette dichotomie qui surprend le plus et qui supposait une rupture dans les sociétés guinéennes. D’après les écrits des missionnaires, l’entrée des élèves dans les internats se faisait très souvent contre la volonté de leurs parents, et dépendait de la décision des enfants. On ne donnait jamais, dans ces écrits, ni de statistiques ni de détails sur la situation familiale des nouveaux élèves ; en revanche, on mettait l’accent sur leur volonté de devenir chrétiens malgré l’opposition familiale. Les jeunes (certains d’entre eux) contre les vieux (pas tous) : c’est une dichotomie qui nous fait penser à des individus peu intégrés dans l’organisation familiale guinéenne. L’absence de données ne nous permet pas d’aller plus loin, mais il ne faut pas oublier pour autant un aspect qui me paraît fondamental au moment d’essayer de comprendre ce phénomène.

54Une des causes du succès des missionnaires se trouve dans le fait que le recours le plus important dont ils firent usage – la création d’internats – s’adressait directement au secteur le plus instable des sociétés guinéennes : les jeunes. Comme dans la plupart des sociétés centrafricaines, les jeunes étaient assujettis à un grand nombre d’obligations familiales et ne bénéficiaient que de très peu de droits dans une organisation sociale où toute l’autorité reposait sur les éléments les plus âgés de la population. Les femmes se trouvaient elles aussi dans une situation sociale de dépendance par rapport aux hommes. Les jeunes et les femmes (surtout les premiers car les femmes maintenaient des liens de parenté proche, soit avec soit le père, soit avec l’époux ou le fiancé), pouvaient être les bénéficiaires immédiats de l’offre des Clarétains, à laquelle ils répondirent, non pas tous mais un grand nombre d’entre eux. Elle leur donnait accès au système de production européen, potentiellement bien plus riche en possibilités d’accès à de nombreuses propriétés, et à des gains immédiats qu’ils n’étaient pas obligés de partager avec un réseau étendu de parenté. Bien au contraire, ils pouvaient se permettre une accumulation individuelle de richesses s’adressant à une organisation familiale bien plus restreinte, la famille monogame, et cela dans une nouvelle société où l’accent était mis sur des valeurs telles que l’individualisme, l’épargne et l’investissement .

55A mon avis donc, un grand nombre des jeunes qui entrèrent dans les internats avaient un profil très précis : des jeunes séduits par une culture prestigieuse et/ou manifestant une solidarité plutôt distendue vis à vis de leur propre groupe. Ceci nous permet de comprendre leur participation à des actes de moquerie concernant les croyances africaines, et leur acceptation non seulement des trois ans d’études parmi les Clarétains, mais la prolongation de leur séjour dans la Mission au-delà de la période de scolarisation. Ainsi pouvaient-ils continuer à cultiver les propriétés de cacao, et par dessus tout ils pouvaient se marier avec des filles des écoles conceptionnistes, ce qui représentait une rupture définitive avec l’autorité familiale et le rejet d’une institution indispensable à la cohésion du groupe et à l’établissement d’alliances dans le groupe. C’est pourquoi, à la suite d’une première étape pacifique, au fur et à mesure que le modèle clarétain se développait dans les différentes Missions les parents des élèves devinrent de plus en plus hostiles à l’égard des internats qui représentaient la désintégration progressive et la déstructuration des systèmes d’organisations traditionnels :

  • 46  COLL, Ermengol (circa 1900), Misión de María Cristina, éd. de Jacint Creus, p. 28.

Les Boubi acceptaient de mauvais gré la fréquentation toujours plus importante de l’école mais pas pour la raison que c’étaient leurs enfants qui y assistaient, car leur loi exige que le garçon (mais non la fille) se sépare de sa famille une fois atteint l’âge de raison, mais parce qu’un grand nombre d’entre eux étaient très attachés à leurs traditions, et ils voyaient que leurs enfants apprenaient des choses très différentes et suivaient un mode de vie très dissemblable du leur46.

56Que trouvaient les jeunes gens dans les internats au point de vouloir y rester ? La Mission s’engageait à leur donner trois repas par jour, des vêtements et un enseignement. Elle leur apprenait à travailler ; elle leur donnait des outils, une maison et un terrain à la fin de leurs études. Elle les aidait dans la vente de leurs produits, et elle leur trouvait une épouse. En ce cas, on leur livrait une partie de la nourriture avant les premières récoltes. C’était là une aide matérielle importante mais qui ne suffit pas à justifier la fidélité que vouaient les jeunes aux missionnaires. Les difficultés rencontrées dans le sein de leur propre famille pouvaient être une des raisons qui amenaient un nombre croissant de jeunes à se rendre aux collèges de la Mission. Il existait donc un rapport entre l’obstination des garçons et la rupture familiale, accompagnée de gains immédiats et tangibles. Très souvent aussi ils étaient poussés par la sincérité d’une conversion renouvelée dans une ambiance catholique. La bibliographie missionnaire est peu objective, tant s’en faut . Mais tout comme les exemples d’opposition aux anciens y abondent, on y trouve aussi de nombreux exemples de fidélité aux missionnaires.

57J’ai cependant remarqué que les missionnaires utilisaient des expressions telles que « la loi parmi les Boubi dicte que le fils peut quitter ses parents sans que ceux-ci aient le droit de le réclamer », ou encore « leur loi exige que le garçon (mais pas la fille) s’émancipe une fois atteint l’âge de raison ». Un anthropologue clarétain actuel, Martín del Molino, expose clairement le cycle vital traditionnel des jeunes Boubi qui vivaient seuls avec leur mère pendant toute la période d’allaitement. Ils allaient ensuite vivre dans la famille de leur mère, dans le village de leur tante ou leur oncle maternel. Arrivés à l’âge de la puberté ils revenaient au village de leur père pour s’engager dans leur vie d’adulte indépendant. Cette indépendance se manifestait par le fait qu’ils vivaient seuls jusqu’au mariage. Mais au cours de cette période, guidés par leur père et un initiateur obetyi, ils recevaient toutes sortes d’enseignements autant matériels que moraux et spirituels (concernant la chasse, la production du vin de palme, la construction de leur maison et de la chapelle vouée à l’esprit personnel, le culte aux ancêtres...).

58A nouveau donc, on se trouve devant un fait institutionnel indigène dont les missionnaires surent tirer profit à la suite d’une interprétation européanocentrique du phénomène. Cette entrée dans la société humaine que représentait pour les Boubi le retour au village paternel était conçue par les Clarétains, du fait que le jeune homme allait vivre seul et construisait sa propre maison, comme une majorité ou comme une émancipation, deux concepts juridiques européens, L’insistance des missionnaires à ce sujet ne partait donc pas d’une étude approfondie de la culture indigène, mais de leur besoin de légitimer la situation de ces garçons qui, évadés de leur maison et réfugiés à la Mission, méritaient la protection des religieux et des autorités face aux possibles réclamations de leurs parents ou de quelqu’un de leur famille qui, d’après cette version, n’auraient possédé aucun droit sur les élèves. Bien entendu, le profit tiré d’une institution locale n’en exploitait que partiellement les possibilités, car si les missionnaires réclamaient pour leurs internes le droit traditionnel de vivre éloignés de leur famille, ils n’acceptaient pas, en revanche, le reste de l’institution, qui impliquait bien d’autres traits. Le jeune homme devait continuer à être éduqué par son père et par un «  prêtre des idoles » obetyi, ou pour les Clarétains « prêtre du diable ». Il devait maintenir les liens familiaux, et il devait se marier selon les intérêts de l’ensemble de la famille et du groupe.

  • 47  Voir notamment les œuvres de L. MALLART GUIMERÀ citées dans la bibliographie.

59J’ai parlé plus haut de la perception qu’avaient les Clarétains des Africains. Nous pouvons maintenant parler du phénomène inverse : pour les Africains, un bon rapport avec les Européens pouvait toujours leur apporter quelques bénéfices. Ce qui était aussi le cas pour les missionnaires. Mais, au fur et à mesure que le modèle clarétain s’enracinait plus profondément, l’image du missionnaire devint négative pour une bonne partie de la société guinéenne : il était celui qui essayait de détruire le modèle boubi de la famille, celui qui voulait s’emparer des jeunes pour les éloigner de la société où ils étaient nés. L’équivalence de cette perception avec celles d’autres constructions symboliques élaborées par les sociétés de cette zone africaine a déjà été décrite par d’autres auteurs47. Ajoutons que tout cela se déroulait dans le contexte colonial espagnol à une époque où les jeunes espagnols parvenaient à la majorité légale à 25 ans seulement ; et que, au delà de la période de mon étude, une fois la plupart des indigènes incorporés au système colonial, ils furent soumis à des lois d’émancipation où la jouissance et l’exercice de la majorité ne dépendaient pas de leur âge mais de la reconnaissance manifestée par certains organismes officiels constitués, entre autres, par des représentants des missionnaires. Tirer profit de cette institution africaine était donc quelque chose de partiel et d’occasionnel.

60Le changement d’attitude de certaines autorités indigènes se reflète dans plusieurs documents :

  • 48  Lettre du P. Luis Sáenz, Supérieur de la Mission de Concepción, du 28 juin 1891. In : « Anales de (...)

Nous avons fait six expéditions aux villages boubi, dont deux auprès du roi Moka, premier boutoucou de l’île : l’une, dans le but de faire sa connaissance, de lui demander des enfants pour l’école et de lui remettre un costume militaire offert par l’Espagne et d’autres menus cadeaux provenant de la Mission (...). A la demande qu’on lui fit pour qu’il cédât des enfants à la Mission, il répondit que cela n’était pas possible, parce qu’il n’en avait que très peu et en outre parce que le démon se vengerait sur eux. On eût beau faire tout ce qu’on pouvait, mais on ne parvint pas à détruire ses craintes relevant du fanatisme et de la superstition48.

61L’allusion de Moka au démon, autre témoignage de la méconnaissance de la culture boubi et de l’interprétation européanocentrique de faits culturels africains par les missionnaires, nous permet de comprendre que les Guinéens développèrent des mécanismes symboliques de défense face à la conduite clarétaine : j’en ai étudié quelques uns, comme les changements introduits dans la littérature orale. La bibliographie clarétaine ne fait pas la lumière sur ce mécanisme : l’opposition de la population s’avérait incompréhensible pour des missionnaires convaincus de leur supériorité culturelle et religieuse. Elle était donc soit ignorée, soit seulement suggérée, hormis quelques faits spécifiques qui mettaient en relief l’« héroïsme » missionnaire ou la cruauté de ces « sauvages » :

  • 49  COLL, Ermengol (circa 1900), Misión de María Cristina, éd. de Jacint Creus, p. 23-24.
  • 50  [COLL, Ermengol] (circa 1908), Crónica de la Casa-Misión de Sta. Isabel. AG.CMF, Section F, Série (...)
  • 51  Lettre du P. Coll au P. Mata du 20 novembre 1893, doc. cit.

Ils [les missionnaires] marchaient sans se douter de rien, tout en parlant, lorsque tout d’un coup ils virent passer au dessus de leurs têtes une pluie de dards ou de lances en bois appelés mochika par les Boubi, capables de causer la mort. Au début, comme ils ne voyaient rien, ils ignoraient ce qui se passait ; mais, lorsqu’ils se rendirent compte du danger qu’ils couraient, ils rebroussèrent chemin à la hâte et furent épargnés. Ils n’arrivèrent pas à savoir qui leur avait tendu ce guet-apens, mais ils comprirent que désormais ils ne pouvaient plus s’éloigner de la maison sans être convenablement accompagnés49.
Un jour qu’il [le P. Tomàs Casassas] avait recueilli un enfant à l’école, un Pamue fut sur le point de tirer sur lui presque à bout portant50.
Le 15 au matin, le F. Vilamasana de San Carlos [Batete] arriva portant une lettre du P. Sala, en disant que les Boubi n’arrêtaient pas de les menacer et qu’ils voulaient retirer les femmes et les enfants de la Mission51.

62Ces citations, qui prouvent l’existence de l’opposition d’une partie de la population à la conduite des missionnaires, sont de petits éclats dans une situation tendue qui à plusieurs reprises impliqua une intervention menaçante de la part de l’Administration, ainsi que nous l’avons vu au début de cet article (concernant la visite du P. Juanola et du Commandant Cheli au roi Moka) et dans toutes sortes d’occasions :

  • 52  Lettre du P. Ermengol Coll, du 11 juillet 1892. In : « Anales de la Congregación de los Misioneros (...)

Il s’efforce avec acharnement de faire travailler les Boubi et de les rapprocher des Européens ; et s’il n’y parvient pas avec la bienveillance, il utilisera des méthodes bien plus dures. Mais, tout compte fait, je crois que nous allons être obligés d’exiger de chaque Mouchoukou qu’il donne cinq enfants, soit à la Mission pour s’instruire, soit aux colons pour travailler dans les propriétés52.

63Ces desseins ne furent jamais accomplis, mais ils nous aident à comprendre la façon d’agir des missionnaires et l’opposition de la population.

64Cette résistance, à son tour, provoqua la méfiance des missionnaires à l’encontre des Africains les plus âgés, par opposition à ce qu’ils éprouvaient envers ceux qui leur étaient favorables. Une prévention indiscutable mais qui n’empêchait pas les missionnaires d’essayer de toutes leurs forces de les convertir :

  • 53  Lettre du P. Natalio Barrena, Supérieur de la Mission du Cap de Saint Jean, du 8 juin 1900. AG.CMF (...)

Bien que ces indigènes, notamment les adultes et bien plus encore les vieux, ressentent une prévention contre le baptême, nous en baptisons quand même quelques uns in articulo mortis dans leurs villages mêmes ; d’autres dans nos Maisons, ce qui nous permet d’exercer la charité en les soignant de notre mieux, vu que chez eux ils sont dans l’abandon53.

65Tout cela conduisit les missionnaires à acquérir auprès des indigènes une image qu’ils avaient d’une part bien méritée, et qui d’autre part était renforcée par les anciens et les personnes qui avaient le plus d’autorité comme arme de défense face à la nouvelle situation subie :

  • 54  Lettre du P. Luis Sáenz, Supérieur de la Mission de Concepción, du 25 octobre 1890. AG.CMF, Sectio (...)

La Mission en territoire boubi est très difficile, car comme fruit de notre travail nous ne récoltons que des calomnies, ce qui n’est pas rien. Ils disent que nous tuons les enfants et que nous les mangeons ; que nous les prenons pour les envoyer en Espagne, et que là-bas on les tuera et qu’on leur fera subir mille méchancetés. La peur qu’ils ont insufflée aux enfants est telle qu’ils fuient à la vue d’une soutane comme s’il s’agissait d’une bête féroce. Plus on les appelle, plus ils s’éloignent. Que Dieu ait pitié de ces malheureux ! Car nous pouvons dire qu’ils ne savent pas ce qu’ils font [Lc, XXIII, 34]. Le pouvoir du démon sur eux est infini. Et comme c’est notre principal ennemi, il n’est pas étonnant qu’il nous fasse la guerre en les rendant réfractaires à la Mission, car ils n’arrêtent pas d’accourir à lui et de faire des sacrifices pour qu’il les aide dans toutes leurs œuvres, et ils sont persuadés de son pouvoir illimité. De sorte que si un missionnaire tombe malade et doit quitter la Mission, ils disent que le démon l’a puni parce qu’il est son ennemi, etc.54.

66Or, cette image négative ne se répandit pas seulement parmi la population guinéenne ; elle fut présente, accompagnée d’autres formulations et raisonnements, parmi la population européenne et l’administration coloniale. Par exemple, l’opinion que les Clarétains obligeaient les garçons à épouser de force les filles des internats conceptionnistes était généralisée.

67Face à tous ces obstacles, les missionnaires réclamaient instamment la protection administrative :

  • 55  Lettre du P. Jacint Guiu, Supérieur de la Mission de Corisco, au P. José Mata, du 30 août 1893. AG (...)

Ce qui contribuerait grandement à ce qu’on puisse obtenir un fruit plus abondant et soulagerait notre labeur (ce qu’avait déjà sollicité le Rd. Père Général au sous-gouverneur lui-même sans que celui-ci ait fait quoi que ce soit) serait : tout d’abord, éditer un décret obligeant tous les garçons et filles à aller à l’école, imposant une petite amende aux insouciants ou aux négligents. Ceci serait facile, étant donné les conditions de l’île ; et, quant à nous, cela nous épargnerait tous ces voyages que, au détriment de notre santé, nous sommes obligés d’effectuer pour obtenir des parents la permission d’amener leurs enfants à l’école. (...) Une autre des choses auxquelles le gouvernement pourrait contribuer pour améliorer la situation, s’il en avait la volonté, serait de défendre aux chrétiens, hommes ou femmes, de se marier selon les mœurs du pays sans suivre les ordres canoniaux. Car tant qu’ils gardent ce précepte ecclésiastique, ils n’ont aucun mal à observer tous les devoirs d’un bon chrétien ; en revanche, une fois qu’ils ont rompu cet engagement envers Dieu, ils se laissent complètement aller pour s’adonner à nouveau à l’infidélité55.

68Cette citation nous rappelle que les Clarétains, qui cherchaient à rendre l’école obligatoire ainsi que la protection du gouvernement face aux prétentions des parents à récupérer les élèves des internats, avaient comme but final non pas les écoles et les internats mais le changement de la société. Et ils ne cessaient de proclamer l’utilité de la collaboration administrative lorsqu’elle existait.

69Ce qui me paraît le plus significatif c’est que là où l’autorité administrative exerçait son autorité, c’est-à-dire à Santa Isabel, il suffisait que celle-ci n’offre pas son aide aux Clarétains pour que les internats en subissent les conséquences, parfois inattendues. Ainsi, lorsqu’en 1891 le gouverneur Barrasa, qui acceptait de bon gré que les garçons et les filles aillent à l’école sans être pour cela internes, si telle était la volonté de leurs parents, ordonna que les jeunes filles, élèves des religieuses conception­nistes, soient livrées aux familles qui les réclamaient, le résultat fut spectaculaire :

  • 56  Lettre du P. Coll au P. Mata, du 21 avril 1891. AG.CMF, Section F, Série N, Boîte 16, Carton 1.

70Les bonnes Mères n’ont pu garder qu’une fille de cette ville et trois de Corisco56.

71Ce résultat nous dit tout. Il explique le fait que les missionnaires faisaient en sorte que ce décret du gouvernement ne parvienne pas aux autres Missions. Il est vrai aussi que le temps travaillait en faveur des missionnaires : au fur et à mesure que se créaient de nouvelles familles catholiques et des villages chrétiens à l’ombre des Missions, l’attitude des indigènes changea. Et à la fin de la période étudiée dans les limites de mon travail les conflits avaient considérablement diminué. Or, si le refuge qu’offraient les Missions aux garçons qui s’étaient échappés de leurs villages créa des problèmes, le cas des filles fut si conflictuel qu’il fut nécessaire de trouver d’autres solutions, sans que le temps écoulé eut diminué la capacité de résistance des sociétés guinéennes.

72Cette dernière question mériterait un article entier, sans changer, néanmoins, les traits essentiels de la conduite des missionnaires. Je n’ai voulu ici que la caractériser de façon générale. Face à une image, assez répandue en Espagne, de Missions « humanitaires », dévouées avec générosité à la « rédemption » des peuples « retardés », plusieurs documents des missionnaires nous montrent une série d’institutions conflictuelles, coûteuses, liées aux idées de l’Ancien Régime et contraires aux valeurs des cultures locales. Une conduite que la postérité ignorerait, ou dont elle se détournerait par pudeur.

73Toute cette histoire visait à un seul mobile de la part des Clarétains : leur désir d’évangéliser. A leur défense il existe des statistiques impres-sionnantes qui prouvent leur efficacité, tout au moins dans les termes de l’époque. Les missionnaires firent de Fernando Poo, puis de toute la Guinée, un pays catholique, même si la valeur réelle d’un grand nombre des conversions ait été parfois fort discutable. La période que j’ai étudiée n’est qu’un intervalle colonial. En un temps réduit, les missionnaires créèrent un nouveau modèle d’action dont le but était d’incorporer les indigènes à un système d’agriculture de plantations. Cette formule éloignée de l’ancien modèle paroissial, était née de l’invention d’une nouvelle identité pour les jeunes guinéens : les Clarétains faisaient d’eux des élèves catholiques et espagnols et des travailleurs du cacao intégrés à une société coloniale qui était à faire, à la fois renégats et soumis.

Haut de page

Bibliographie

ALVAREZ García, Heriberto Ramón, 1948, Historia de la acción cultural en la Guinea Española, Madrid, Instituto de Estudios Africanos.

Anales de la Congregación (de los Misioneros Hijos del Inmaculado Corazón de María) : revue clarétaine, plusieurs numéros.

Anonyme, 1919, Catolicismo y Protestantismo : carta pastoral a los fieles del Vicariato Apostólico de Fernando Poo, Madrid, Imprenta Vallesias.

Anonyme, 1948, Evangelizadores de la Guinea Española, Barcelone, Imprenta Pulcra.

Boletín Religioso de la Congregación de Misioneros Hijos del Inmaculado Corazón de María) : revue clarétaine, plusieurs numéros.

COLL, Ermengol, circa 1900 (1995), Misión de María Cristina, éd. de Jacint Creus, Vic, CEIBA.

—, 1911, Segunda Memoria de las Misiones de Fernando Poo y sus dependencias, 2ª ed., cor. y aum. por el P. Eusebio Sacristán, Madrid, Imprenta Ibérica de Estanislao Maestre.

—, 1912, El misionero en el golfo de Guinea, Madrid, Imprenta Ibérica de J. Maestre.

CREUS, Jacint, 1996, Estratègies d’evangelització a l’inici de la colonització de Guinea Equatorial, Ausa, numéro 136, Vic, Patronat d’Estudis Osonencs.

—, 1997, Le “rachat de jeunes filles africaines” en Guinée Équatoriale, 1890-1900, Revue Française d’Histoire d’Outre-Mer, tome 84, numéro 315, Paris, Société Française d’Histoire d’Outre-Mer.

—, 1997, Espansione missionaria e occupazione del territorio : il caso della Guinea Equatoriale, Terra d’Africa, numéro VI, Milano, Unicopli.

—, 1997, Identidad y conflicto : aproximación a la tradición oral en Guinea Ecuatorial. Madrid, Los Libros de la Catarata.

—, 1998, El Pare Joaquim Juanola, 1853-1912, i l’inici de la colonització de Guinea Equatorial. Olot, Arxiu Històric Comarcal d’Olot & Museu Comarcal de la Garrotxa.

El Iris de Paz (o sea, el Inmaculado Corazón de María) : revue clarétaine, plusieurs numéros.

FERNÁNDEZ, Cristóbal, 1962, Misiones y Misioneros en la Guinea Española : Historia documentada de sus primeros azarosos días (1883-1912), Madrid, Coculsa.

GONZÁLEZ, Nicolás, 1924, Plan de enseñanza para los internados y escuelas de la Guinea Española, Banapá, Imprenta de la Misión.

LABRA, Rafael María de, 1898, Nuestras colonias en África : Fernando Poo, Corisco, Annobón, Elobey, la costa de Guinea, Madrid, Tipografía de Alfredo Alonso.

MALLART GUIMERA, Louis, 1981, Ni dos ni ventre: Religion, Magie et Sorcellerie evuzok. Paris, Société d’Ethnographie.

—, 1987, La forêt de nos ancêtres. Tervuren, Musée Royal de l’Afrique Centrale.

MARTÍN del Molino, Amador, 1989, Los bubis : ritos y creencias, Malabo, Centro Cultural Hispano-Guineano.

NANNI, Stefania, 1990, Lo spostamento dei confini : lo spazio missionario nell’Africa Occidentale. In BOESCH Gajano, Sofia & SCARAFFIA Lucetta (eds.), Luoghi sacri e spazi della santità, Torino, Rosenberg & Selier.

NEGRÍN, Olegario, 1993, Historia de la educación en Guinea Ecuatorial : el modelo educativo colonial español, Madrid, UNED.

PUJADAS, Tomàs L., 1968, La Iglesia en la Guinea Ecuatorial : Fernando Poo, Madrid, Iris de Paz.

RAISON-JOURDE, Françoise, 1991, Bible et pouvoir à Madagascar au XIXe siècle : invention d’une identité chrétienne et construction de l’État (1780-1880), Paris, Karthala.

SALANOVA Orueta, Daniel, 1951, Guinea escolar española, Madrid, Instituto de Estudios Africanos.

XIFRÉ, Josep, 1892, Espíritu de la congregación de Misioneros Hijos del Inmaculado Corazón de María. Colección de circulares, 1885-1892, Madrid, Imprenta de S. Francisco de Sales.

Haut de page

Notes

1  Congrégation des Missionnaires Fils du Cœur Immaculé de Marie, fondée à Vic (Catalogne) en juillet 1849 et répandue un peu partout en Espagne, spécialement dans les anciens domaines carlistes (Catalogne, Navarre, Pays Basque, Aragon…). Son fondateur, Saint Antoni Mª Claret, fut nommé archevêque de Santiago de Cuba en 1851.

2  A l’époque, les Boubi étaient les seuls habitants africains de l’île de Fernando Poo.

3  On appelait Krumen les travailleurs africains originaires de l’extérieur de la Guinée Espagnole.

4  P. Joaquim Juanola, sous-Préfet Apostolique clarétain, Una excursión a los pueblos bubis, document du 8 janvier 1888. Archives Générales de la Congrégation Clarétaine à Rome (AG.CMF), Section F, Série N, Boîte 16, Carton 1.

5  Ibidem.

6  Ibidem.

7  Lettre du P. Juanola au P. José Mata, procureur clarétain à Madrid, du 18 mars 1892. AG CMF, Section F, Série N, Boîte 8, Carton 8.

8  Les Jésuites demeurèrent à la Mission de Santa Isabel entre 1858 et 1872.

9  Lettre du P. Feliciano Pérez, de la Mission de Batete, du 3 octobre 1898. In : « Anales de la Congregación », volume 7, 1899-1900, p. 21-22.

10  P. Francesc Salvadó, Apuntes histórico-geográficos de la isla de Corisco. In : « Boletín Religioso de la Congregación de Misioneros Hijos del Inmaculado Corazón de María », volume 1, novembre 1885 - juin 1886, p. 247-250 et 278-288.

11  Esprit personnel des Boubi. A l’époque, identifié par les Clarétains comme le diable.

12  P. Ermengol Coll, Préfet Apostolique de Fernando Poo, Desde Fernando Poo. In : « El Iris de Paz », 1899, p. 373-375.

13  Lettre du P. Isidore Vila, Supérieur de la Mission de la petite île d’Annobon (située près de Sāo Tomé, mais faisant partie de la Préfecture Apostolique de Fernando Poo et du territoire guinéen actuel), du 27 septembre 1890. In : « Anales de la Congregación de los Misioneros Hijos del Inmaculado Corazón de María », volume 2, 1890, p. 593-595.

14  Lettre du P. Jaume Pinosa, Supérieur de la Mission de Batete, au P. Climent Serrat, sous-directeur général de la Congrégation, du 22 août 1887. AG.CMF, Section F, Série N, Boîte 8, Carton 7.

15  Lettre du P. Ermengol Coll au P. Mata, du 3 août 1896. AG.CMF, Section F, Série N, Boîte 16, Carton 1.

16  Lettre du P. Pau Pardina, de la Mission de Concepción. In : « El Iris de Paz, o sea El Inmaculado Corazón de María », 1894, p. 372-373.

17  Lettre du P. Joaquim Juanola au P. Norberto Garcia, Supérieur de la Mission de Concepción, du 31 mai 1896. Archives Clarétains de Malabo (APG CMF), Copiador de cartas y telegramas de la Administración de Santa Isabel, document non catalogué, f. 68.

18  L’hymne national.

19  Lettre du P. Josep Huguet, de la Mission de Basilé, au P. Climent Serrat, du 24 août 1903. AG.CMF, Section G, Série H, Boîte 2, Carton 33.

20  Lettre du P. Antoni Aymemí, Supérieur de la Mission de Musola, du 25 juillet 1897. In : « El Iris de Paz », 1897, p. 296-298.

21  Contre les règles de l’époque, imposées par les lois bourboniennes, Saint Antoni Mª Claret prêcha toujours en catalan. Une phrase lui est attribuée : « Vous prêchez en castillan, mais votre peuple se condamne en catalan ».

22  Institut de Religieuses Missionnaires de l’Immaculée Conception, fondé à Mataro (Barcelone), par l’évêque Josep Costa i Borràs, un ancien ami de Saint Antoni Mª Claret. Ces religieuses tenaient les internats féminins de la Guinée Espagnole depuis 1885, sur la demande des Clarétains.

23  Lettre du P. Ermengol Coll au P. Mata, du 21 avril 1891. AG CMF, Section F, Série N, Boîte 16, Carton 1.

24  Lettre du P. Ermengol Coll au P. Xifré, Supérieur Général de la Congrégation, du 9 février 1896. AG.CMF, même localisation. L’exportation de cacao concerne l’ensemble de la colonie, ce qui nous permet de calculer l’exportation clarétaine cette année-là, soit environ 2,5 % de la production. Le pourcentage aurait augmenté au cours des années postérieures, au fur et à mesure que le nombre de propriétés clarétaines se multipliait ; mais cela ne justifie nullement les craintes des colons quant à la « concurrence » des missionnaires, ni le triomphalisme de ces derniers pour leur rôle prépondérant dans l’introduction de cette culture dans l’île.

25  Lettre au P. Mata, du 1er. mars 1889. AG.CMF, Section F, Série P, Boîte 10, Carton 8. Au Post-Scriptum il ajoutait : « Si vous pouviez nous envoyer une grande mappemonde, et une grande carte d’Espagne, pour l’école, nous vous serions très reconnaissants, parce que celles que nous avons sont très petites ».

26  Lettre du P. Joaquim Juanola, à l’époque Supérieur d’Annobon, du 15 octobre 1886. In : « Boletín Religioso de la Congregación de Misioneros Hijos del Inmaculado Corazón de María », volume 3, janvier-juin 1887, p.50-51.

27  En zone équatoriale à 6 h du matin.

28  Lettre des élèves de la Mission de Batete, du 25 avril 1892. In : « El Iris de Paz, o sea El Inmaculado Corazón de María », 1892, p.188-189.

29  Lettre du 11 juin 1892. In : « El Iris de Paz, o sea El Inmaculado Corazón de María », 1892, p. 251-252.

30  On a conservé aussi quelques listes éparses. Par exemple, la « Nota de los géneros mandados a las Misiones del Golfo de Guinea el 25 de mayo de 1889 » (AG.CMF, Section F, Série N, Boîte 8, Carton 7) indique que cette fois-ci on envoya à la Mission de Concepción, qui possédait déjà un internat mais pas de familles catholiques, ces denrées domestiques : riz, vin ranciot, vin de table, farine, pois chiches lentilles, sel de Cardone, petit salé, saucisson, boudin, jambon de pays, jambon des États Unis, morue, lait concentré, fromage, galettes, biscuit, épaules du porc, xérès, anisette, orgeat en poudre, épices, safran, noix de muscade, pâtes (macarons, semoule, vermicelle, étoiles et du couscous), pignons, amandes, noisettes, noix, olives, confiture, châtaignes, raisins secs, figues, eau-de-vie, dattes, pommes de terre, oignons, ails, cire, bougies, chandelles, sel, conserves de Calahorra, haricots en grains et autres légumes, allumettes, pétrole, soude caustique, cretonne et plombs de chasse. Des envois très semblables à ceux des autres Maisons, auxquels il fallait ajouter cette fois là essuie-mains pour la sacristie, vases pour le Saint Sacrement et un essieu pour la cloche. Figuraient en plus divers matériels pour l’école : 6 exemplaires du « Maná del Cristiano » (un catéchisme rédigé par Saint Antoni Mª Claret), 1 géographie élémentaire, 3 cartes, 1 dictionnaire latin-espagnol et vice-versa, 1 corrigé des exercices, 3 « Kempis » (livre de méditation), 1 tableau, 2 boîtes de crayons d’ardoise, de la craie, 12 boîtes de porte-plumes et des plumes, 24 encriers et 38 livres de prières. Certains des produits (pommes de terre, oignons et ails) étaient commandés aux Canaries, et leur montant s’élevait à 656’25 ptas. La totalité de l’envoi à toutes les Maisons atteint 29. 087’01 ptas. A ceci s’ajoutaient quelques produits destinés aux religieuses conceptionnistes (d’une valeur de 471’62 ptas.) et quelques paquets de vêtements, de livres et de médicaments envoyés comme une aumône : le tout pesait plus de 31 tonnes.

31  En 1896, à la suite d’un grand nombre de scandales provoqués par les Clarétains, le gouvernement décida de créer une école laïque de garçons à Santa Isabel et une de filles à Basilé, avec à leur tête un maître et une maîtresse fonctionnaires. Il va sans dire que les missionnaires firent de leur mieux pour s’y opposer. Ils furent obligés, cependant, sur l’ordre du gouverneur, d’acheter du matériel pour elles. Comme les factures ont été conservées, nous pouvons vérifier l’équipement que les Clarétains considéraient nécessaire au bon fonctionnement d’une école. Ainsi, dans la facture qui correspond aux garçons, dont le montant s’élève à 684’82 pts, il y a : « 1 crucifix pour l’école ; 1 dais pour l’école ; 1 tableau de SS.MM. le roi et la reine ; 2 tableaux pour l’emploi du temps ; un bureau en noyer ; 1 garniture de bureau munie de deux encriers ; 1 sous-main ; 2 règles, plate et carrée ; 1 armoire en bois peint vitrée ; 1 chevalet en bois ; 1 tableau couvert de toile cirée ; 1 mappemonde de la maison d’éditions Paluzie ; 1 mappemonde d’Europe, 1 mappemonde d’Afrique, 1 mappemonde d’Espagne ; 1 boulier ; 1 boîte de lecture de méthode intuitive ; 1 livre pour le registre du matériel ; 1 registre pour le cahier de présence ; 1 livre de visites ; 1 livre de comptabilité scolaire : 1 règle plate ; 1 équerre ; 1 journal de manque de présence ; 1 compas ; 12 grammaires castillanes ; 12 livres d’agriculture ; 12 livres d’arithmétique, 1 bouteille de colle liquide ; 1 boîte d’encre en poudre ; 6 encriers en verre au couvercle pivotant ; 6 baguettes en bois ; 6 chiffons à effacer le tableau ; 1/2 rame de papier tissu ; 1 rame de papier ; 2 tables en bois non peint et des bancs de 3 m. de long x 0’60 de large et 0’75 de haut ; 12 géométries ; 12 livres de bonnes manières ; des livres : 12 de géographie, 12 d’orthographie » ; et celle qui correspond aux filles, pour une valeur de 235’88 pts. : « 8 mètres de toile pour les tableaux ; 24 tableaux en pierre encadrés de bois de hêtre ; 12 baguettes ; 200 craies ; 12 chiffons pour id. ; 100 crayons d’ardoise fins ; 40 porte-crayons d’ardoise en laiton ; 3 pièces de canevas pour broderie ; 6 douzaines d’écheveaux de coton pour marquer ; du matériel de laine et de cordon ; mille aiguilles à coudre ; 3 douzaines d’aiguilles à tricoter ; 3 douzaines de corbillons pour le tricot ; 3 douzaines de crochets et 3 boîtes d’écheveaux de coton ; 1 ensemble d’alphabet mural pour l’école ; 800 serviettes assorties ; 2 boîtes de plumes à 3 pointes ; 2 id. Perry ; 12 douzaines de porte-plumes à double ressort ; mille prix assortis ; 10 livres "Camino Recto" (du P. Claret] ; 12 livres "Maná del Cristiano" ; 100 images pieuses du Cœur de Marie ; 12 livres "Guia de la niñez" ; 25 catéchismes du P. Claret ; 10 livres "El devoto de los Sagrados Corazones" ». APG.CMF, Copiador de cartas y telegramas de la Administración de Santa Isabel, document non catalogué, f. 120-122 i 157.

32  Lettre du P. Josep Sutrias, de la Mission d’Elobey, du 28 avril 1893. In : « Anales de la Congregación de los Misioneros Hijos del Inmaculado Corazón de María », volume 4, 1893-1894, p. 115-116.

33  COLL, Ermengol (circa 1900), Misión de María Cristina, éd. de Jacint Creus, p. 52.

34 Lettre du P. Ermengol COLL au P. Mata du 8 septembre 1896. AG.CMF, Section F, Série N, Boîte 16, Carton 1.

35  Lettre du P. Miquel Daunis au P. Climent Serrat, du 27 avril 1896. AG.CMF, Section F, Série P, Boîte 6, Carton 5.

36  Reglamento para las escuelas dirigidas por los Misioneros Hijos del Inmaculado Corazón de María. In. « Boletín Religioso de la Congregación de Misioneros Hijos del Inmaculado Corazón de María », volume 3, janvier-juin1887, p. 60-64. La citation se rapporte aux articles 16-18.

37  Primera enseñanza. In : « Boletín Religioso de la Congregación de Misioneros Hijos del Inmaculado Corazón de María », volume 2, juillet-décembre 1886, p. 348-350. L’horaire que j’ai résumé se rapporte à la classe élémentaire.

38  Crónica de la Casa-Misión de Las Palmas. Archives Clarétains de Las Palmas de Gran Canaria (ALP.CMF), document non catalogué ni paginé.

39  Lettre du P. Josep Sutrias, de la Mission de Banapa, du 1er. novembre 1891. AG.CMF, Section F, Série N, Boîte 8, Carton 8.

40  Lettre du P. Coll au P. Mata, du 17 septembre 1892. AG.CMF, Section F, Série N, Boîte 16, Carton 1.

41  Evangelizadores de la Guinea Española, p. 18.

42  Lettre du P. Coll au P. Mata, du 20 novembre 1893. AG.CMF, Section F, Série N, Boîte 16, Carton 1.

43  Circulaire du P. Xifré à tous les Supérieurs de la Congrégation, du 13 novembre 1886. In : « Boletín Religioso de la Congregación de Misioneros Hijos del Inmaculado Corazón de María », volume 2, juillet- décembre 1886, p. 390.

44  Lettre du P. Ermengol Coll au P. Xifré du 12 février 1891. AG.CMF., Section F, Série N, Boîte 16, Carton 1.

45  Lettre du P. Jaume Pinosa, Supérieur de la Mission de Batete, au P. Climent Serrat, du 1er. octobre 1887. AG.CMF, Section F, Série P, Boîte 7, Carton 6.

46  COLL, Ermengol (circa 1900), Misión de María Cristina, éd. de Jacint Creus, p. 28.

47  Voir notamment les œuvres de L. MALLART GUIMERÀ citées dans la bibliographie.

48  Lettre du P. Luis Sáenz, Supérieur de la Mission de Concepción, du 28 juin 1891. In : « Anales de la Congregación de los Misioneros Hijos del Inmaculado Corazón de María », volume 3, 1891-1892, p. 218-220.

49  COLL, Ermengol (circa 1900), Misión de María Cristina, éd. de Jacint Creus, p. 23-24.

50  [COLL, Ermengol] (circa 1908), Crónica de la Casa-Misión de Sta. Isabel. AG.CMF, Section F, Série P, Boîte 6, Carton 1, p. 56.

51  Lettre du P. Coll au P. Mata du 20 novembre 1893, doc. cit.

52  Lettre du P. Ermengol Coll, du 11 juillet 1892. In : « Anales de la Congregación de los Misioneros Hijos del Inmaculado Corazón de María », volume 3, 1891-1892, p. 487. Concerne le Gouverneur Eulogio Merchán.

53  Lettre du P. Natalio Barrena, Supérieur de la Mission du Cap de Saint Jean, du 8 juin 1900. AG.CMF, Section F, Série P, Boîte 5, Carton 7.

54  Lettre du P. Luis Sáenz, Supérieur de la Mission de Concepción, du 25 octobre 1890. AG.CMF, Section F, Série P, Boîte 6, Carton 9.

55  Lettre du P. Jacint Guiu, Supérieur de la Mission de Corisco, au P. José Mata, du 30 août 1893. AG.CMF, Section F, Série N, Boîte 16, Carton 1.

56  Lettre du P. Coll au P. Mata, du 21 avril 1891. AG.CMF, Section F, Série N, Boîte 16, Carton 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacint Creus, « Missions catholiques et modifications d’identité île de Fernando Poo (Guinée Équatoriale)1883-1910 », Journal des africanistes, 77-2 | 2007, 107-136.

Référence électronique

Jacint Creus, « Missions catholiques et modifications d’identité île de Fernando Poo (Guinée Équatoriale)1883-1910 », Journal des africanistes [En ligne], 77-2 | 2007, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 26 avril 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2175

Haut de page

Auteur

Jacint Creus

Professeur d’Histoire africaine (Université de Barcelone).

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org