Navigation – Plan du site

Nouveaux membres de la société des africanistes

Auge Axel

Axel Augé est maître de conférences en sociologie à l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr et membre du centre de recherche des écoles de Coëtquidan (Crec) et du laboratoire de recherche en sciences sociales (Lares) de l’Université de Rennes II. Ces travaux portent sur l’adaptation, les recompositions et les reconversions des trajectoires socioprofessionnelles de la fraction des dirigeants civils (politiques) et militaires en Afrique subsaharienne et en Europe occidentale.

Publications : 2005. Le recrutement des élites politiques en Afrique subsaharienne. Une sociologie du pouvoir au Gabon. Paris, L’Harmattan, coll. études africaines ; 2005. « Jeunes, jeunesse et intégration des élites politiques au Gabon : la place des trajectoires sociales individuelles », Afrique contemporaine, n°213 ; 2004. « Les réformes du secteur de la sécurité et de la défense (SSD) en Afrique de l’Ouest et du Centre », Rapport de recherche, DAS /DCAF/CREC.

Beccaria Simone

Né le 27/10/1977, S. Beccaria est doctorant à l’Université de Pisa en Italie (2003-2006). Il rédige une thèse sur l’islamisation du Sénégal dans la longue période, références locales et influences externes dans la formation de la société musulmane. Il a été chargé d’enseignement en Histoire et Institutions de l’Afrique Islamique (2004-2005) et Histoire et Institutions de l’Afrique (2003-2004) à l’Université de Trieste, en Sciences Politiques.

Deux articles soumis pour publication : Senghor et les confréries, le dialogue entre Etat et Islam dévotionnel (Africa), Société et intermédiation politico-religieuse au Sénégal (Afrimap). 

Il a participé au colloque « Il mondo afro-arabo-islamico di Ottavia Schmidt » (Gorizia, 6-7 juin 2005), aux Rencontres hebdomadaires pour étudiants en sciences humaines, organisés par Thomas Fouquet au WARC de Dakar (19 mai 2005), et il présente la communication « Devotional and political Islam in Italy » à la conférence Journeys of Expressions V (Belfast, 13-15 mars 2006).

Il a en projet la traduction italienne des Vies des Saint Musulmans de Emile Dermenghem.

Beuvier Franck

La recherche de F. Beuvier, doctorant, porte sur les « Associations culturelles de danse traditionnelle – Jeunesse » du village de Bamenjinda, dans la province bamiléké du Cameroun. L’analyse des prestations publiques des associations penemfon et kana au cours des funérailles, des choix opérés dans la mise en scène (objets, costumes, personnages, chorégraphie, gestuelle cérémonielle), des modèles culturels signifiés et des effets recherchés à destination du public, révèle que :

- la rivalité engendrée par la structure sociale (hiérarchisée et inégalitaire) informe les choix de mise en scène, structure les configurations relationnelles entre les acteurs lors des prestations, et sous-tend le processus d’innovation de ces groupes de danse ;

- la compétence rituelle manifestée par ces associations de « jeunes », non initiés et exclus de la notabilité coutumière, révèle une légitimité acquise dans la pratique du culte des ancêtres, prérogative historiquement réservée aux notables et aux chefs de famille.

Bonhomme Julien

Anthropologue, spécialiste du Gabon, Julien Bonhomme a soutenu en 2003 une thèse à l’EHESS intitulée « Le Miroir et le Crâne. Le parcours rituel de la société initiatique Bwete Misoko (Gabon) ». Il est ATER au Département d'anthropologie de l’Université Lyon-2 et mène actuellement des recherches sur les logiques et dynamiques contemporaines du rituel et de la sorcellerie en Afrique centrale. Ses publications incluent un livre (Le Miroir et le Crâne. Parcours initiatique du Bwete Misoko (Gabon), Paris, CNRS, 2006) et plusieurs articles (par exemple “Voir par-derrière. Sorcellerie, initiation et perception au Gabon”, Social Anthropology 13(3), 2005). Il a également réalisé des films ethnographiques (Bwete Misoko Ngonde. Une initiation, film, 33 min., 2003). Pour plus d’informations, on pourra consulter son site internet : http://julienbonhomme.ethno.free.fr

Cauvin-Verner Corinne

Corinne Cauvin Verner est anthropologue et cinéaste. Sa thèse, soutenue à l’EHESS en 2005, traite des effets du tourisme sur les sociétés bédouines du sud-est du Maroc. Elle a publié : « Le tourisme, un objet anthropologique récalcitrant », Prologues, 32, 2005 ; « Les objets du tourisme, entre tradition et folklore : l’impasse des catégories », Journal des Africanistes, 76-1 ; « Nomades de profession », Autrepart, 40 (4) (pour paraître) ; ainsi que le texte de synthèse d’un ouvrage photographique sur l’habitat marocain : Maisons et riads du Maroc (Aubanel, 2005). Elle collabore au Programme de l’IRMC (Tunis) : Mise en tourisme de la culture religieuse au Maghreb. Approches anthropologiques. Elle a par ailleurs réalisé cinq films documentaires sur le Sahara marocain : L'appel du désert, Nomades de profession, Les Nouaji, Les Noces de Nazha, Désert autre mesure (2000-2004).

Coulibaly Elisée

Elisée Coulibaly est archéologue. Sa thèse, soutenue à Paris I en 1997, a pour titre : Savoirs et savoir-faire des anciens métallurgistes. Recherches interdisciplinaires sur les procédés en sidérurgie directe dans le Bwamu (Burkina Faso-Mali). Ce travail est à paraître aux Editions Karthala en 2006. Les recherches portent sur l’évolution, dans le temps et l’espace, des techniques anciennes de la sidérurgie en Afrique de l’Ouest, où le fer est produit depuis au moins 3 000 ans. L’objectif est de restituer les étapes de la chaîne opératoire (prospection minière, réduction, puis transformation du fer à la forge) en faisant appel aux investigations archéologiques, aux enquêtes ethno-archéologiques et aux analyses archéométriques, ainsi qu’à l’archéologie expérimentale. La question fondamentale est de comprendre et mesurer le degré d’ingéniosité des artisans du fer des siècles passés, l’impact des techniques qu’ils ont su développer sur l’évolution de l’environnement, mais aussi la conscience qu’ils avaient eux-mêmes de la protection du milieu naturel.

Durou Jean-Marc

Né en 1951 à Alger, Jean-Marc Durou est éditeur et photographe. D’abord guide saharien durant 10 ans dans le Hoggar et le Tassili n'Ajjer, il entame à partir de 1976 avec Théodore Monod une riche collaboration éditoriale. Il est auteur de 45 livres de photographies dont 33 traitent du désert, et de deux ouvrages sur l'histoire de l'exploration du Sahara aux Editions Actes Sud. Egalement auteur de 3 films pour la TV FR3 ayant pour thème les Touaregs, il dispose aujourd'hui d'une photothèque de 120 000 clichés sur le Sahara et le Sahel, dont une collection d'anciens clichés réalisés au Sahara depuis son exploration jusqu'à la colonisation. Réalisation d’expositions photographiques multiples, notamment en 2006 dans le cadre des rencontres de la francophonie.

Premier prix du Musée français de la photographie, Prix Henri Duveyrier de la Société de Géographie en collaboration avec Edmond Bernus pour leur livre Touaregs (1999) ; Award Africa festival (Allemagne, 2003).

Ezembe Ferdinand

Né le 3 Mai 1960 à Douala au Cameroun. F. Ezembé est docteur en psychologie et Directeur d'AFRIQUE CONSEIL, association pluridisciplinaire de consultants et psychologues africains (http. www.afriqueconseil.org). Sa thèse, qui porte sur l'articulation entre la médecine occidentale et la médecine africaine, a été soutenue en 1994 à l’Université Paris X - Nanterre sous la direction de J.-P. Deconchy. Il travaille sur les médiations interculturelles, intervient dans les Instituts de Formation en Soins Infirmiers, dans les écoles de travailleurs sociaux, et les centres sociaux. Il est l'auteur d’une douzaine d’articles dans des revues spécialisées sur la situation des enfants en Afrique et dans l’immigration en France, et d’un livre, L’enfant africain et ses univers, publié chez Karthala en 2004. Ferdinand Ezembe assure en outre une chronique sur les relations parents enfants à l’émission « l’école des savoirs » sur Radio France Internationale avec Emmanuelle Bastide.

Fancello Sandra

Sandra Fancello a soutenu en 2004 à l’EHESS une thèse d’anthropologie qui porte sur l'expansion transnationale des pentecôtismes africains (Ghana, Burkina Faso, Côte-d'Ivoire). Chercheur associée à l’Unité de Recherche 107 « Constructions identitaires et mondialisation » de l’IRD, ainsi qu’au programme « Réseaux transnationaux et nouveaux acteurs religieux en Afrique de l’Ouest » de l’Institut Français de Recherche en Afrique (IFRA), elle poursuit ses recherches sur les pentecôtismes en Afrique de l’Ouest et les enjeux de l’implantation des Églises africaines en Europe. Elle a publié plusieurs articles dans les revues Cahiers d’Études Africaines, Civilisations, Autrepart et Afrique & histoire. Sa thèse est à paraître en 2006 sous le titre Le plan de Dieu pour le Ghana. Pentecôtisme indigène et nation missionnaire africaine, en co-édition IRD-Karthala.

Figueiredo-Biton Cristina

Cristina Figueiredo-Biton est anthropologue, diplômée de l’EHESS (2001). Sa thèse, à paraître, porte sur la construction symbolique et sociale du genre dans deux groupes touaregs vivant au Mali. Elle y développe une analyse de la perception autochtone du corps et des affects. Ses recherches actuelles sur les processus d’apprentissage mettent à jour la manière dont des représentations culturelles sont incorporées dès la plus tendre enfance, et comment l’arrivée de nouveaux savoirs (médicaux, culturels et religieux) bouleversent les représentations corporelles et l’identité individuelle et collective. Au cours d’un échange intellectuel avec les chercheurs spécialistes de l’Amazonie, financé par la Fondation Fyssen, il a été possible de confronter les observations du terrain saharien aux données amérindiennes. Il s’ensuit une réflexion sur les notions de perception, de personne et d’humanité.

Hayem Judith

Anthropologue, spécialiste de l’Afrique du Sud, Judith Hayem a essentiellement travaillé sur les formes de pensée ouvrières et la gestion du VIH/SIDA dans les mines. Sa thèse, basée sur deux enquêtes d’usine, est consacrée aux formes de pensée des ouvriers après l’apartheid et sera publiée en 2006, aux éditions IFAS-Karthala, sous le titre La figure ouvrière en Afrique du Sud après l’apartheid. Des articles reprenant des parties de la thèse sont d’ores déjà parus, par exemple, en 2001, « Après l’apartheid : communiquer pour mieux produire » dans le numéro 31 d’Ethnologie Française. Sur le VIH/SIDA, on lira entre autres, ses contributions dans les ouvrages collectifs intitulés respectivement Afflictions. L’Afrique du sud de l’apartheid au sida (2004, dir. D. Fassin) et L’Afrique du Sud dix ans après. Transition accomplie ? (2004, dir. Guillaume et al.), tous les deux aux éditions Karthala.

Lamarche-de Largentaye Patricia

 P. L.-de L. prépare une thèse sous la direction de B. Martinelli, sur l’étude comparée des objets de divination à frottement dans le bassin du Congo. La divination à frottement utilise un questionnement binaire, la réponse dépendant de l’adhérence d’une pièce en bois sur un support. Selon les régions, les formes varient : frottoirs naviculaires zoomorphes ou de forme oblongue chez les Banda et les Nzakara, support à deux pieds et un manche des iwa Azandé, support zoomorphe avec tête zoomorphe ou anthropomorphe (parfois bicéphale) des itombwa Kuba, cadre monoxyle évidé en son milieu, surmonté d’une tête généralement féminine des kashekesheke Luba, gouttière en bois sur laquelle est frottée une figurine féminine sculptée dans l’autre moitié du morceau de bois des ngombo ya kakuka Tschokwé. Cette technique semble en voie de disparition, et des enquêtes sur le terrain permettront d’observer par quelle autre technique ce mode de divination est remplacé.

Lassibille Mahalia

Docteur en Anthropologie Sociale de l’EHESS de Paris, Mahalia Lassibille mène ses recherches sur les danses des WoDaaBe, Peuls nomades du Niger. Après avoir analysé les dynamiques identitaires à partir de leurs pratiques dansées, ce travail l’a conduite à questionner les catégories de « danse africaine » et de « danse africaine traditionnelle ». Elle étudie actuellement les danses des WoDaaBe qui prennent désormais place dans des circuits internationaux et envisage les recompositions locales qu’elles entraînent. Elle a publié plusieurs articles dont « L’homme et la vache dans l’esthétique des Peuls WoDaaBe » (L’homme et l’animal dans le Bassin du lac Tchad, C. Baroin et J. Boutrais (éds.), IRD, 1999), « « La danse africaine », une catégorie à déconstruire » (Cahiers d’Etudes Africaines, XLIV (3), septembre 2004), « Danser en réseaux. Les danses des WoDaaBe, circuits internationaux et articulations locales » (Autrepart, IRD, à paraître).

Leservoisier Olivier

Olivier Leservoisier est maître de conférences (HDR) en ethnologie à l’Université Paris 5 et est membre du Laboratoire « Langues, Musiques, Sociétés » (UMR 8099, CNRS/Paris 5). Ses recherches ont porté initialement sur les enjeux fonciers dans la vallée du fleuve Sénégal (région du Gorgol, Mauritanie). Dans le prolongement de ses analyses sur les rapports sociaux autour de la terre, il mène depuis ces dernières années des investigations sur la situation de l’esclavage dans la société haalpulaar de Mauritanie. Ses travaux, inscrits dans le cadre de l’anthropologie dynamique, l’ont conduit à s’intéresser aux processus de recompositions sociales et politiques et à privilégier plusieurs thèmes de recherche : processus d’identification, invention des traditions, relations de pouvoirs, trajectoires locales du politique, émergence de nouveaux acteurs… Il est l’auteur notamment de La question foncière en Mauritanie (L’Harmattan, 1994) et a dirigé l’ouvrage Terrains ethnographiques et hiérarchies sociale. Retour réflexif sur la situation d’enquête (Karthala, 2005).

Maino Elisabetta

Anthropologue, spécialisée dans les questions de développement, Elisabetta Maino est chercheur associée au CEAf-EHESS, chargée du cours « L’Afrique dans les relations internationales » à l’INALCO et du séminaire « Afriques lusophones : dynamiques de transterritorialisation » à l’EHESS. Ses recherches comparatives portent sur les spécificités des sociétés africaines issues des processus de créolisation. Après s’être consacrée à la dimension sociopolitique des positionnements identitaires à São Tomé e Principe (Le kaléidoscope identitaire. Anthropologie historique de São Tomé e Príncipe, thèse à paraître), elle s’intéresse aux transformations engendrées par la découverte du pétrole. Une deuxième thématique est la production et la transmission des savoirs sur l’Afrique dans l’aire lusophone, ébauchée in « Pour une généalogie de l’africanisme portugais », Cahiers d’études africaines, Paris, 2005, XLV, 177(1) :165-215.

Mensah Adjévi Hobli

A. H. Mensah a soutenu en 2000 une thèse en anthropologie sociale à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, sous le titre « Religions en contact en Afrique noire : cultes anciens/cultes nouveaux chez les Peda du sud du Togo ». Ses recherches portent sur l’analyse des faits religieux, anciens et contemporains, et les problèmes de cohabitation et d'inter-influence entre le christianisme et la religion traditionnelle chez les Peda du sud du Togo. A. H. M. travaille également sur les relations entre santé et développement en Afrique noire, sur l’anthropologie du corps et de la maladie, des itinéraires thérapeutiques des malades et des enjeux contemporains de santé publique en Afrique noire.

Publication : "Vigueur des possessions vodu ; transes récentes chez les catholiques du Renouveau charismatique au sud-Togo, in Marie-Claude Dupré (ed.), Familiarité avec les dieux. Transe et possession (Afrique noire, Madagascar, La Réunion), 2001, Presse Universitaire Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, pp. 271-303.

Montlahuc Marie-Laure

Agrégée de Lettres Classiques et spécialiste de linguistique bantu, M.-L. Montlahuc a soutenu sa thèse à l’INALCO en 2000 sur le chaga oriental (Tanzanie, Kilimandjaro), sous la direction de G. Philippson. Elle travaille depuis une dizaine d'années sur cette langue à partir de données recueillies sur le terrain de 1995 à 2003. Sa thèse de doctorat en présente la description phonologique et morphologique. Depuis, elle étudie certains éléments de syntaxe (les locatifs, les modalités de "être") en collaboration avec le groupe bantu du Lacito, CNRS. Plus récemment, elle s’est intéressée à une langue bantoïde, le vouté (Cameroun), dont les données lui ont été transmises par G. Guarisma, du Lacito. Elle a publié notamment, en collaboration avec G. Philippson, "Kilimanjaro Bantu (E 60 and E 74)" in D. Nurse & G. Philippson (eds), The Bantu Languages, London, 2003.

Mouton Marie-Dominique

M.-D. Mouton est responsable de la Bibliothèque Éric-de-Dampierre du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (Maison René-Ginouvès, Université Paris X - Nanterre). Dans ce cadre, elle définit et met en œuvre la politique documentaire du Laboratoire. Elle s’emploie, en particulier, à développer les collections (30 000 ouvrages et 15 fonds d’archives au 1er janvier 2006). L’intérêt de M.-D. Mouton pour les ressources documentaires africanistes l’a amenée à réaliser, pour le Bureau des bibliothèques du ministère des Affaires étrangères, diverses missions d’expertise. Dans ce cadre, elle participe également à l’élaboration d’une nouvelle politique de coopération avec les bibliothèques d’Afrique francophone et anglophone. Enfin, elle mène depuis une dizaine d’années une réflexion autour des archives des ethnologues (organisation de rencontres, animation d’ateliers).

Quint Nicolas

Né à Poitiers en 1970, Nicolas Quint étudie dans un premier temps la biologie (ingénieur agronome de l’école de Montpellier) et les langues romanes (cursus d’espagnol, portugais et occitan). Ses premières recherches linguistiques portent sur la dialectologie de l’occitan (diverses publications) et de l’espagnol (parler aragonais d’Ansó). Un service militaire en coopération au Cap-Vert débouche sur une thèse consacrée au créole capverdien (grammaire, philologie et dictionnaire de l’idiome), soutenue en 1998 à Paris III-La Sorbonne Nouvelle (discipline : espagnol) et publiée en trois volumes à L’Harmattan (1999 et 2000). Entré au CNRS (LLACAN) en 1999, il se consacre actuellement à la description du koalib (langue kordofanienne du Soudan : une Phonologie de la langue koalibe est actuellement sous presse) tout en maintenant une activité de recherche sur les créoles afro-portugais.

Saucourt Emmanuelle

E. Saucourt est chercheur associée au Centre de Recherches et d’Études Anthropologiques (CREA) de la Faculté de Sociologie et d’Anthropologie, Université Lumière Lyon 2. Sa thèse soutenue en 2004 interrogeait, à travers la figure du conte initiatique peul, le rapport de l’oralité traditionnelle à sa mise en écriture telle que l’a réalisée l’auteur malien Amadou Hampâté Bâ. Que devient un matériau immatériel comme la parole, jouant un rôle social et culturel pour l’individu et la communauté, lorsqu’il s’ancre dans l’écriture ? E. Saucourt poursuit ses recherches auprès de la communauté peule immigrée à Lyon, en collaboration avec un conteur peul de Guinée autour de la question : le conte traditionnel peut-il perpétuer les savoirs d’une culture hors de ses frontières ? Cette interrogation a mené à l’expérimentation d’une forme contemporaine d’incarnation de la parole traditionnelle peule à travers la mise en place de sortes de « conférences-contées ».

Van Doosselaere Barbara

B. van Doosselaere, doctorante en archéologie à l’université de Paris I, étudie les dynamiques de production de la poterie durant les périodes contemporaines, en Afrique de l’Ouest, de l’émergence des « premiers empires ». S’appuyant sur l’analyse technique du matériel céramique exhumé à Koumbi Saleh (sud-est mauritanien, VIe-XVIIe siècles), son étude apporte de nouveaux éclairages à une histoire sociale et politique qui reste principalement documentée par la littérature arabophone et l’histoire orale. Publications : « Perception stylistique et technologie céramique : techniques de façonnage de la poterie à Koumbi Saleh”, 2005, Livingstone Smith A., Bosquet D., Martineau R. (eds.) Pottery manufacturing process : reconstruction and interpretation, British Archaeological Reports (BAR), International Series 1349. ; et « Technologie de la poterie à Koumbi Saleh : premiers résultats, premiers enjeux”, 2005, Afrique, Archéologie et Arts 3.

Villasante Cervello Mariella

Docteur de l’EHESS (1995), M. V. C. conduit des recherches en Mauritanie depuis 1986. Dans une double perspective anthropologique et historique, elle combine les enquêtes de terrain, le recueil de discours et de traditions orales, et le travail d’archives coloniales en Mauritanie et en France. Les thèmes traités ont concerné le système foncier dans la région de l’Assaba, la relation entre parenté et politique et son évolution depuis le XVIIIe siècle au sein d’une confédération arabophone, la question de l’esclavage endogène, et enfin l’étude comparative des colonisations ouest-africaines. Principales publications : 2 livres, Parenté et politique en Mauritanie (L’Harmattan, 1998), et Groupes serviles au Sahara (Paris, CNRS-Editions, 2000), une contribution sur la “Négritude” au Livre noir des colonisations (s.d. Marc Ferro, R. Laffont, 2003), une quinzaine d’articles sur le politique contemporain en Mauritanie, notamment dans le Handbook of Oriental Studies, vol. 81, Nomadic Societies in the Middle East and North Africa, Dawn Chatty (ed.), Leiden & Boston, Brill, 2006. Depuis 2001, M. V. C. prépare un livre collectif sur les Colonisations et héritages actuels au Sahara et au Sahel (à paraître en 2006).

Wion Anaïs

Historienne spécialiste de l'Éthiopie chrétienne, Anaïs Wion est chercheure associée au Centre d’Étude des Mondes Africains et actuellement en post-doctorat à l'Université de Hambourg, bénéficiant d'une bourse de recherche de la fondation A. von Humboldt. Sa thèse de doctorat, soutenue en 2003, est un travail de type monographique sur un monastère royal fondé au xviie siècle, faisant pour la première fois dans le champs des études éthiopiennes largement appel aux traditions orales autant qu'aux sources écrites. Consciente de l'importance de la préservation et de l'accessibilité du patrimoine documentaire, elle coordonne depuis 2001 un programme de coopération avec la Bibliothèque et les Archives Nationales d'Éthiopie. Elle a publié en 2005 l'ouvrage Peintures sacrées d'Éthiopie. Collection de la Mission Dakar-Djibouti aux éditions Sépia. Sa recherche post-doctorale porte sur la diplomatique éthiopienne (étude des chartes et documents d'archives anciens). Contact : anais.wion@univ-paris1.fr

RAPPORT MORAL 2005-2006

Je voudrais tout d’abord dire un grand merci aux « dames du Trocadéro », qui ont donné de leur temps pour faire vivre notre Société : nos trésorières Françoise Nozati et Anne-Marie Bénézech, ainsi que Cécile de Rouville, Marie-Noël Verger-Fèvre, Berthe Fournel et Line Eskenazi, pour la gestion du courrier, les ventes de livres et l’organisation des pots amicaux après nos conférences mensuelles. Un grand merci également à Paulette Roulon-Doko, qui non seulement assure la direction scientifique du Journal des africanistes, mais réalise aussi sa mise en page. Grâce à leur dévouement nos finances sont saines malgré des subventions en baisse, en particulier celle du CNRS qui est passée de 3050 € en 2003 à 2000 € en 2004, puis 1600 € en 2005. Nous subissons de plein fouet la politique drastique de restriction budgétaire du CNRS pour les revues de sciences humaines.

Convention avec le musée du quai Branly (MQB)

Après une négociation laborieuse menée en concertation avec les autres sociétés savantes, nous avons signé la convention avec le MQB le 23 mai 2006. En dépit de quelques problèmes concrets (espace de stockage trop limité, salle de conférence inadéquate), notre partenariat avec ce musée devrait donner plus de dynamisme à nos activités : nous sommes invités à faire des propositions de conférences, colloques, séminaires, à participer aux activités de formation et aux ateliers pédagogiques du MQB, à contribuer à son activité éditoriale, en échange de quoi nous bénéficierons d’un local et de facilités matérielles, de la mise en ligne de notre journal et d’une meilleure visibilité de notre Société à l’accueil du MQB avec tract, vente de nos publications à la librairie, accès gratuit à la médiathèque pour nos membres et tarifs préférentiels pour le musée et les expositions. J’espère vivement que ces diverses dispositions prévues dans la convention trouveront écho parmi nous, et invite tous les membres de la Société à faire des propositions.

Mise en ligne du Journal

Le MQB a numérisé notre revue en totalité jusqu’au tome 74 inclus. Cependant, suite à des discussions avec le MQB et les responsables du site Persée, il ressort qu’un partenariat tripartite entre le MQB, Persée et notre Société serait souhaitable, afin que les données numérisées soient hiérarchisées pour être plus facilement utilisables (voir exemples sur le site Persée). Cela suppose la signature d’une convention avec Persée et le travail d’un vacataire pendant plusieurs mois, ce qui retarde d’autant la mise en ligne de notre revue mais lui assurera une meilleure lisibilité. Les contacts avec Persée ont été pris et l’affaire est en cours.

Par ailleurs, la numérisation MQB s’arrêtant au tome 74, un partenariat avec Revues.org nous permettra d’assurer la mise en ligne des tomes ultérieurs. Anne-Marie et François Dauphin sont prêts à suivre la formation de trois jours prévue à cet effet par Revues.org, afin d’effectuer cette mise en ligne (d’abord celle des résumés des articles, puis des textes intégraux trois ans après la publication papier, puisque nous avons fixé la « barrière mobile » à trois ans).

Rapports avec le musée de l'Homme

Compte tenu de certaines incertitudes, et notamment des problèmes de stockage et de salles au MQB, il nous a semblé judicieux de veiller à conserver nos bons rapports avec le musée de l’Homme. Une lettre a été adressée en ce sens à son directeur, M. Gourarier, lui demandant notamment de poursuivre au musée de l’Homme la tenue de nos conférences de l’an prochain, et de conserver sur place quelques armoires de stocks. Par ailleurs, notre société a participé à la souscription ouverte par la Société des Amis du Musée de l’Homme pour la rénovation de la salle de cinéma (salle Jean Rouch), marquant par ce don symbolique notre attachement à ce musée qui nous héberge depuis sa création.

Notre fonctionnement cette année : application des nouveaux statuts

Suite à la modification de nos statuts en juin 2005, un nouveau mode de fonctionnement a été mis en place cette année, marqué par l’allègement de la procédure d’élection des nouveaux membres, un rôle accru du bureau dans une bonne concertation, et trois réunions de Conseil d’Administration dans l’année, notamment pour définir la politique générale de la Société. Par ailleurs, la liste d’envoi électro­nique a permis comme auparavant d’adresser nombre d’informations utiles à nos adhérents. Après cette année transitoire, nous devons aujourd’hui renouveler notre CA en totalité pour une période de trois ans. Ce nouveau fonctionnement, en donnant plus de stabilité à l’équipe dirigeante, apportera davantage de cohérence à ses actions que la pratique antérieure du renouvellement annuel par tiers.

Locaux et stocks

Nous avons quitté en décembre 2005 notre petit perchoir du 3ème étage du musée de l’Homme en raison de travaux, et déménagé vers le Département Afrique en sous-sol où nous bénéficions de locaux beaucoup plus spacieux. Nous remercions Serge Tornay et Manuel Valentin de nous y avoir très aimablement accueillis, et ce dernier pour son aide dans ce déménagement.

Par ailleurs, nous avons cherché à diminuer l’importance de nos stocks de publications, cumulés au fil de 75 années. A cette fin, nous avons développé les ventes promotionnelles (Cécile de Rouville et Berthe Fournel) et initié une politique de ventes à bon marché sur l’Afrique, grâce à l’association « Le Français en Partage » (Denys Ferrando-Durfort et Anne-Marie Bénézech). Nous espérons ainsi, à terme, nous alléger de stocks qui encombrent, aussi bien au musée de l’Homme que chez divers imprimeurs.

Le Journal des africanistes

Le contenu des prochains numéros du Journal des africanistes ne pose pas de problème particulier. La parution peut être escomptée dans des délais normaux, grâce au travail du Comité de rédaction et de Paulette Roulon-Doko.

Le programme de conférences 2006-2007

Le programme des conférences de l’année prochaine est arrêté. Il vise un équilibre dans les disciplines et les aires géographiques du continent africain. Il sera publié sur le site web de la Société dès juin 2006, lors de la mise à jour semestrielle du site.

Notre intervention aux journées "Etudes africaines" du CNRS (29/11-1/12/2006)

L’objectif de ces journées est d’établir un état des lieux et des savoirs des études africanistes en France. Il importe que la Société des africanistes y soit présente, d’autant plus que la création d’une nouvelle association africaniste est envisagée à l’issue de cette rencontre : à l’évidence, cette dernière ne pourrait que faire concurrence à notre Société, en dissuadant certains chercheurs de nous rejoindre. Nous prévoyons donc de manifester haut et fort notre existence en insistant sur notre ouverture disciplinaire et le dynamisme de notre recrutement. Nous tiendrons un stand lors de cette manifestation, avec affiches, dépliants et vente de nos publications. En outre, nous avons proposé un atelier-débat sur ce thème d’actualité s’il en est : « Entre musée de l’Homme et musée du quai Branly, quel avenir muséographique pour les études africaines en France ? ». Nous comptons y inviter des représentants de ces deux musées.

Développement et améliorations à mettre en place

Il faut souligner l’important effort de recrutement de ces dernières années :

En 2003 : 17 nouveaux membres

En 2004 : 25 nouveaux membres

En 2005 : 23 nouveaux membres

En 2006 : 15 nouveaux membres dont 5 en AG

mais l’année n’est pas finie !

Tous les membres de la Société sont invités à contribuer au recrutement de nouveaux adhérents, de la jeune génération en particulier. Une discussion s’impose d’ailleurs sur les critères d’adhésion à notre Société, car les opinions divergent sur ce sujet. Ce point sera mis à l’ordre du jour de la première réunion de CA, à l’automne 2006.

En outre, des remarques critiques ont été formulées sur la convivialité de la Société, qui mériterait d’être améliorée, notamment pour l’accueil des nouveaux membres. Denys Ferrando-Durfort ayant suggéré l’organisation de repas en commun, Anne-Marie Dauphin a proposé que ces réceptions aient lieu chez elle, dans le 9ème arrondissement, et nous la remercions d’avance pour son hospitalité.

Conclusion : projets en perspective

Force m’est de souligner pour conclure que cette année transitoire a été l’occasion d’initier plusieurs changements importants dans la vie de notre Société, et de formuler le vœu que nos activités scientifiques se développent, notamment dans le cadre du partenariat avec le musée du quai Branly. Nous espérons aussi améliorer à l’avenir la communication vers les média, et développer la politique éditoriale.

Catherine Baroin

Secrétaire Générale

Rapport financier 2005-2006

L’exercice que nous vous présentons concerne la période allant du 01/06/2005 au 31/05/2006.

Remarques générales

Cette année encore tout le travail d’enregistrement et d’envoi du courrier ainsi que le service commercial et comptable du Journal et les entrées et sorties de fonds ont été assurés par la même équipe de bénévoles. Sans l’aide régulière d’Anne-Marie Benezech, trésorière adjointe et de Marie-Noël Verger, il me serait impossible de remplir mes fonctions de trésorière. Les tâches accomplies représentent au bas mot 800 à 900 heures de travail bénévole. Valorisé au Smic ceci représente environ 10 000 euros que la Société serait dans l’impossibilité de financer. Par ailleurs, avec l’aide ponctuelle de Berthe Fournel, Cécile de Rouville épaule Catherine Baroin pour une partie du secrétariat et se charge de la gestion des stocks et de la promotion de nos publications. Enfin, n’oublions pas que Paulette Roulon-Doko – outre son rôle de Directeur de la Publication – met elle-même en page le Journal, ce qui représente un considérable allégement des factures d'imprimeur.

Cette année que nous avions espérée sereine puisque notre système de gestion et de comptabilité commençait à être bien rôdé nous réservait en fait une péripétie qui - pendant trois mois - a lourdement obéré notre fonctionnement. Il nous a fallu, en effet, déménager à l’intérieur du Musée de l’Homme en passant du 3ème étage au rez-de-jardin où nos collègues africanistes du Musée nous hébergent avec beaucoup de cordialité. Mais de multiples problèmes d’organisation internes au Musée nous ont rendu la vie difficile pendant de trop nombreuses semaines.

Il serait impératif d’étoffer l’équipe de bénévoles ; il faudrait une personne pour partager les tâches de Marie-Noël Verger (ce qui n’exige aucune connaissance informatique) et une troisième personne pour la partie purement comptable (il faut être capable de s’initier au fonctionnement de quelques logiciels). Ceci permettrait d’éviter tout problème lié à la défaillance éventuelle de l’une ou de l’autre

Les chiffres que vous avez en main appellent les remarques suivantes

1) Grâce à tous ces efforts, nous dégageons un excédent de trésorerie de 4 047,15 euros, ramené à 2 047,15 euros en excédent budgétaire ; en effet nous avons prévu une provision de 2 000 euros pour couvrir les frais de déménagement au Musée Branly et pour l’amortissement du matériel.

2) Les ventes du présent exercice accusent une forte baisse. Une partie importante de cette baisse est conjoncturelle et sera rattrapée ultérieurement. Ceci concerne les abonnements. En effet, du fait du déménagement, nous avons envoyé une partie des factures d’abonnement plus tard que d’habitude. En revanche les ventes d’ouvrages et de numéros antérieurs ont baissé d’environ 40%.

3) Le poste le plus inquiétant est celui des cotisations qui ont baissé de 30 % environ en dépit d’appels de fonds envoyés aux dates voulues, de la hausse du montant et d’un important recrutement. Beaucoup des membres anciens ne cotisent plus ou avec une grande irrégularité. Nous rappelons que la cotisation, grâce à la déduction fiscale, revient à 16,32 € et donne droit à l’envoi du Journal.

4) Le poste des subventions présente une forte diminution par rapport à l’exercice précédent. Si la subvention du CNL reste stable à 4500 euros, celle du CNRS a connu une diminution de 20 % et n’apparaît pas dans le présent budget car elle avait été payée en avance. Il n’y a pas de subvention ad hoc cette année.

5) Le budget de la présente année a été également fortement obéré par la conception particulière du T 75 du Journal dont les frais d’impression se sont élevés à 46% de plus que d’habitude.

6) Les autres postes varient dans de faibles proportions.

Budget prévisionnel

Nous savons que les subventions continueront à ne représenter qu’un faible apport.

a) Nous n’envisageons aucun achat important puisque le matériel informatique est encore très performant.

b) Dans la perspective de notre installation au musée du quai Branly, nous savons que nous devrons supporter des frais de déménagement qui pourront être facilement supportés compte tenu de l’importance de nos provisions

c) Le problème du stockage continue à faire l’objet de mesures destinées à ce que les frais à venir ne soient pas trop élevés en dépit des changements qui interviendront du fait de notre nouvelle implantation.

Françoise NOZATI

Trésorière

Société des africanistes - Assemblée Générale du 12 juin 2006. Compte d'exploitation du 01/05/2005 au 31/05/2006

Image1

  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org