Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

MORAES FARIAS, Paulo Fernando de, 2003, Arabic Inscription from the Republic of Mali, Epigraphy, Chronicles and Songhay-Tuareg History

Oxford, Oxford University Press, 614 p.
Bernard Salvaing
p. 255-258

Texte intégral

1Avec l’imposant ouvrage de Paulo Fernando de Moraes Farias, qui nous guide patiemment dans la lecture des quelques quatre cents stèles épigraphiques sahariennes inventoriées dans la région de Gao et de Es-Souk, des pans entiers d’un passé inconnu surgissent à nos yeux et entrent dans l’histoire des hommes. C’est donc à une avancée majeure que nous assistons. Et d’autres commentateurs avant moi ont déjà comparé son importance à celle de la découverte du premier des ta’rîkh-s de Tombouctou par Heinrich Barth.

2De fait, c’est par l’évocation des travaux de Barth que l’auteur commence son analyse, et il rappelle l’émotion qui étreignit ce dernier, lorsqu’il découvrit à Gwandu le ta’rîkh as-Sûdân. Il nous explique pourquoi Barth crut, malgré le caractère fragmentaire des extraits qu’il put en lire, disposer enfin d’une source au dessus de tout soupçon, d’autant que la découverte d’un texte historique comblait le souci qui l’animait de prouver la possibilité d’écrire une histoire de l’Afrique.

3L’auteur nous montre ensuite comment et pourquoi les stèles, découvertes en 1907 et répertoriées presque aussitôt avec une minutie admirable par de Gironcourt, ont dû attendre presque un siècle pour livrer enfin une partie de leurs secrets. Gironcourt, qui était un ingénieur agronome sans formation d’historien, avait pressenti leur importance majeure. Mais l’attention portée par le monde savant à ces nouvelles sources fut éphémère. Si Houdas, le traducteur des ta’rîkh-s de Tombouctou, y trouva un temps quelque intérêt, son gendre Delafosse, qui allait publier Haut-Sénégal Niger, considérait les stèles comme des sources de valeur médiocre et dont l’existence des ta’rîkh-s de Tombouctou rendait l’examen approfondi superflu.

4Il fallut attendre la découverte inopinée lors d’une partie de chasse de nouvelles stèles à Saney près de Gao (1939-1941), cette fois encore faite par des amateurs - deux administrateurs qui s’improviseront historiens aux côtés de leur interprète - pour que les stèles reviennent à l’horizon scientifique. Théodore Monod - biologiste de formation - comprit tout de suite l’importance de cette découverte dont il fut informé en sa qualité de directeur de l’IFAN. Et cette fois, les noms de rois inscrits sur les stèles de Saney, différents de ceux connus jusqu’alors par les chroniques de Tombouctou, apportaient un nouveau lustre aux sources épigraphiques.

5Ne pouvant s’adresser à Vincent Monteil alors en captivité, Théodore Monod contacta Régis Blachère qui sut convaincre Jean Sauvaget de s’atteler à cette tâche. Celui-ci comprit l’importance de ces inscriptions. Il pensait contrairement à ses prédécesseurs que l’épigraphie est fondamentale pour la compréhension de l’histoire, car elle permet de s’appuyer sur des textes ignorant les reconstructions présentes dans les documents écrits plus élaborés. Il put faire des progrès importants dans l’interprétation de ces stèles, sans toutefois arriver à l’avancée majeure à laquelle nous assistons aujourd’hui.

6Le mérite revient donc à l’auteur – historien déjà reconnu avant cette publication, mais qui vient lui aussi d’un autre horizon, puisqu’il commença sa vie professionnelle comme médecin – de proposer enfin une interprétation des sources épigraphiques d’une ampleur qui fait de cette publication un des travaux essentiels de ces dernières décennies.

7Il valait sans doute la peine de retracer la genèse de cette découverte, qui devrait inciter à la modestie la corporation des chercheurs. Car cette percée majeure est le fruit d’un travail de plusieurs dizaines d’années mené par un seul homme (quel que soit le nombre des personnes auxquelles il a eu la sagesse de demander aide et conseil). Là aussi, il y a matière à réflexion pour ceux qui ne voient le salut que dans la constitution d’équipes nombreuses et pluridisciplinaires travaillant sur des projets quadriennaux.

8Il est temps maintenant de donner quelques indications sur la démarche et les résultats de l’auteur. Il s’est attaché avec opiniâtreté à faire parler un matériau ingrat, sans se borner à étudier les quelques joyaux historiques révélés par les inscriptions. Son étude s’étend à l’ensemble du matériau, y compris les éléments qui paraissent de peu d’importance historique, en s’attachant à traiter la rhétorique du discours tenu par les inscriptions et non plus seulement son contenu.

9Il pense que les ta’rîkh-s de Tombouctou ont une signification idéologique. Composés en période de crise après l’invasion marocaine, ils sont le produits d’un patriciat qui, bien que s’étant toujours ressenti comme indépendant du pouvoir songhay, recherche à travers ces textes une alliance avec les descendants des souverains songhay, et intègre également dans ce schéma les descendants des premiers Arma. L’auteur souligne également à quel point ces ta’rîkh-s contiennent des éléments d’oralité, empruntés notamment au légendaire touareg, démontrant ainsi les nombreux échanges qui eurent lieu entre la culture touarègue et la culture songhay.

10La présence d’épitaphes se limite à une région précise du Sahara. Elles sont par exemple absentes de Kumbi Saleh et d’Awdaghost à cause du refus des épitaphes funéraires par une partie du monde musulman : ainsi les Almoravides. Dans la zone de Gao - Es-Souk, il semble que le commerce transsaharien a prospéré dès le neuvième siècle, entraînant peut-être un début de diffusion de l’islam. Mais l’importance durable des éléments ibâdites, qui refusaient les inscriptions funéraires, explique que les premières n’apparaissent que plus tardivement, au moment où se développe l’influence des éléments sunnites plus tolérants face aux épitaphes.

11Il est remarquable que, malgré leur présence dès le Ve siècle (ère chrétienne) dans l’Adrar – et plus tôt encore dans le Ahaggar – les inscriptions en tifinagh ne se soient jamais trouvées sur des tombes. De fait, chez les Touaregs on ne doit pas parler des morts ni citer leur nom. Aussi, le fait d’écrire en arabe sur les tombes signifiait, non une infraction à la loi juridique islamique, mais une coupure par rapport à la tradition touarègue « païenne » et l’affirmation forte de l’appartenance du défunt à la communauté islamique, par contraste avec l’arrière-fond de la culture écrite berbère.

12Les inscriptions les plus anciennes se trouvent dans l’Adrar, dans la région d’Es-Souk, dont l’étymologie est beaucoup plus obscure que celle qui nous vient spontanément à l’idée : sans trancher catégoriquement, l’auteur y voit une sorte de contamination réciproque entre le mot arabe sûq et certaines formes berbères. Les inscriptions apparaissent à Es-Souk en 1013 et disparaissent en 1387. La ville devait être un centre prospère du commerce transsaharien, dans un milieu favorisé par une pluviosité alors plus abondante qu’aujourd’hui. Les inscriptions plus méridionales, à Gao et surtout Bentyia, sont plus récentes, et à Bentyia elles sont présentes jusqu’en 1489. L’auteur attribue leur disparition à la diffusion du Mukhtasar de Shaykh Khalîl. Cet ouvrage de droit musulman est beaucoup plus explicite que la Risâla dans sa condamnation des épitaphes. Or il devient, dans la zone, le manuel le plus influent vers 1500, sous l’action conjuguée des savants de Tombouctou et de al-Maghîlî.

13On sait que certains manuscrits touaregs font de Tadmekket (Es-Souk) un centre important de diffusion du soufisme et considèrent que le groupe touareg des Kel Es-souk connus pour leur grande culture religieuse serait originaire d’Es-Souk. Il est à ce titre remarquable que plusieurs inscriptions funéraires, difficiles à dater mais non postérieures au XVe siècle, à Es-Souk mais aussi à Bentyia, reproduisent le nom d’Abû Hamid al-Ghazzâlî. Nous aurions ainsi, après la première période d’islamisation, commencée dès avant les inscriptions, et soulignée par l’insistance militante des premiers écrits d’Es-Souk (au début du XIe siècle) sur les éléments du calendrier musulman, une deuxième période où l’orientation soufie s’affirme.

14Aussi ténus que soient ces indices, ils pourraient confirmer l’ancienneté et l’importance de la présence d’un soufisme antérieur à ses formes confrériques, et l’on comprend mieux maintenant la force de l’influence des écrits de al-Ghazzali (mort en 1111) sur l’islam ouest-africain dans les périodes plus proches de nous.

15L’auteur fait une analyse très minutieuse et érudite de toutes les indications que nous donnent les tombes sur les détenteurs du pouvoir dans la zone. Les dates, les noms, la titulature, sont examinés longuement, tant du point de vue de la tradition épigraphique arabo-musulmane, que du point de vue de l’anthropologie et de la linguistique africaines.

16Bornons nous ici à souligner qu’elles conduisent à un questionnement essentiel, celui du raccordement à opérer entre l’histoire de la région de Es-Souk et Gao, sur lequel le voile se lève partiellement, et celle énoncée dans les ta’rîkh-s de Tombouctou, centrés sur une région plus occidentale et sur une période postérieure. Il est particulièrement difficile d’établir des correspondances entre les listes de personnages royaux contenues dans les chroniques et celles livrées par les épitaphes, qui de plus ne donnent aucune indication permettant d’y intégrer les Sonyi. Dans ses démonstrations savantes, l’auteur parvient cependant à des hypothèses éclairantes : il établit une concordance partielle pour la dynastie des Zuwâ, il explore les séries royales plus anciennes indiquées par l’épigraphie, il propose des hypothèses éclairantes sur les raisons de l’absence des Sonyi des listes épigraphiques. Chemin faisant, il renouvelle bon nombre de nos connaissances sur la zone.

17Peut-être l’archéologie, encore balbutiante dans la région, et la découverte de nouvelles stèles, permettront-elles un jour de trancher certains des points encore en suspens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Salvaing, « MORAES FARIAS, Paulo Fernando de, 2003, Arabic Inscription from the Republic of Mali, Epigraphy, Chronicles and Songhay-Tuareg History », Journal des africanistes, 76-1 | 2006, 255-258.

Référence électronique

Bernard Salvaing, « MORAES FARIAS, Paulo Fernando de, 2003, Arabic Inscription from the Republic of Mali, Epigraphy, Chronicles and Songhay-Tuareg History », Journal des africanistes [En ligne], 76-1 | 2006, mis en ligne le 28 mars 2007, consulté le 21 août 2017. URL : http://africanistes.revues.org/214

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org