Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

DACHER, Michèle, 2005, Cent ans au village. Chronique familiale gouin (Burkina Faso)

Paris, Karthala, 400 p.
Éric Jolly
p. 253-255

Texte intégral

1Avec ce livre unique, passionnant et inclassable, l’auteur nous fait partager l’histoire d’une famille gouin en suivant l’ensemble de ses membres sur trois générations, à l’intérieur comme à l’extérieur de leur village situé au sud-ouest du Burkina Faso. Les principaux protagonistes de cette saga familiale, Michèle Dacher les connaît bien : elle a vécu dans leur cour ou les a longuement côtoyés au cours de missions de terrains successives, entre 1982 et 1990. Si des problèmes de santé l’ont ensuite éloignée de ce village, elle a continué à avoir des nouvelles régulières de ses hôtes par l’intermédiaire de courtes visites, de lettres ou de cassettes audio envoyées depuis la douane ivoirienne par son ami Diellon1. Après avoir débuté fin XIXe siècle avec l’histoire flamboyante de son grand-père, cette chronique familiale s’achève en 2002 avec le témoignage émouvant de cet émigré solitaire, pris malgré lui dans de violents conflits familiaux et politiques.

2C’est là toute la force et l’originalité de ce livre : partir des individus d’une même famille – de leur histoire personnelle, de leur quotidien, de leurs discours et de leurs affects – pour éclairer et analyser, par petites touches successives, la structure de la société gouin ainsi que son évolution sur plus d’un siècle, depuis les guerres précoloniales jusqu’à la crise ivoirienne. À travers des récits de vie qu’elle entrecroise ou enchaîne, Michèle Dacher nous entraîne en effet au plus près de la réalité sociale, économique et politique telle qu’elle a été vécue au quotidien par trois générations de Gouin. Dans de nombreux livres et articles, cette ethnologue avait déjà livré des analyses très fines sur cette société matrilinéaire, mais cet ouvrage va plus loin, et nous touche davantage, parce qu’il ne s’arrête pas à la description abstraite des normes sociales ou des règles matrimoniales. Il apporte un témoigne exceptionnel – vivant, précis et concret – sur les conduites réelles des individus, en rendant compte ainsi de la part de liberté et de singularité laissée à chacun dans une société lignagère.

3Tirant parti de ses observations et de ses entretiens, l’auteur reconstitue cette chronique familiale en intégrant dans ses récits ses propres impressions, émotions et interrogations face aux individus ou aux événements. Or cette part de subjectivité clairement assumée a plusieurs avantages. Si ce livre n’est pas un journal de terrain, Michèle Dacher n’occulte jamais les conséquences de sa présence, notamment sur les relations ou les interactions à l’intérieur de la famille qu’elle côtoie, voire sur le destin de certains de ses membres. Elle rend compte également, par bribes, de l’évolution conjointe de son enquête, de son regard et de ses analyses anthropologiques. Enfin, vis-à-vis des différents acteurs de cette saga familiale, l’attention qu’elle leur porte tout comme les portraits savoureux qu’elle leur consacre contribue, autant que leurs histoires personnelles, à les singulariser, conformément aux objectifs de ce livre.

4Au fil des pages, le lecteur comprend très vite que le mariage, dont le coût est impressionnant, est à la fois la grande préoccupation des Gouin et leur institution centrale. À partir des histoires matrimoniales de chacun, l’auteur analyse tous les types d’alliance réalisés ainsi que les stratégies complexes qui les motivent. Ce livre démontre par ailleurs que les querelles conjugales, les conflits familiaux et les tensions entre générations sont en partie inhérents à l’institution du mariage et au système dysharmonique gouin. Quant au contrôle social exercé par les aînés, il repose notamment sur l’utilisation de fétiches, et sur la crainte qu’ils inspirent. Les femmes et les jeunes développent toutefois leurs propres stratégies pour se soustraire à la menace d’une sanction occulte et échapper ainsi à l’autorité des hommes ou des vieux.

5Acteurs dynamiques du jeu social, les protagonistes de cette chronique familiale ne semblent jamais enfermés dans des rôles purement contraints ; ils cherchent constamment à contourner les règles, à les adapter ou à les manipuler à leur profit. Cette étude est donc une alternative originale aux monographies totalisantes : elle s’inscrit dans la durée et se nourrit d’histoires individuelles pour rendre compte brillamment de l’évolution d’une société lignagère traversée par de multiples conflits, tensions et contradictions.

Haut de page

Notes

1 Tous les prénoms cités dans ce livre sont fictifs, pour respecter l’anonymat des membres de cette famille.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Jolly, « DACHER, Michèle, 2005, Cent ans au village. Chronique familiale gouin (Burkina Faso) », Journal des africanistes, 76-1 | 2006, 253-255.

Référence électronique

Éric Jolly, « DACHER, Michèle, 2005, Cent ans au village. Chronique familiale gouin (Burkina Faso) », Journal des africanistes [En ligne], 76-1 | 2006, mis en ligne le 28 mars 2007, consulté le 23 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/212

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org