Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

ACHEBE, Nwando, 2005, Farmers, Traders, Warriors and Kings. Female Power and Authority in Northern Igboland 1900-1960, Portsmouth (USA)

Heinemann, 274 p.
Françoise Ugochukwu
p. 251-252

Texte intégral

1C’est le mérite de cet ouvrage d’historienne, à la fois dense et chaleureux, de faire bénéficier le lecteur de sa connaissance personnelle de la région de Nsukka, au nord du pays igbo. Il s’agit là du texte remanié de la thèse de doctorat de l’auteur, né du questionnement de l’image négative des femmes dans les études sur l’Afrique et enrichi de dix mois de terrain facilités par deux séjours à l’université du Nigeria en 1996 et 1998. Le sommaire est présenté de façon inhabituelle, introduisant des mots igbo dans le texte anglais, modèle repris dans le corps de l’ouvrage éclairé par les proverbes. Le premier chapitre présente la région de Nsukka, dresse un inventaire critique des études publiées sur le sujet et offre une vue analytique de la méthode adoptée, des difficultés rencontrées et des solutions apportées. Les trois chapitres suivants, fortement liés, explorent la place des femmes et de ce que l’auteur appelle « le principe féminin » à la base de l’histoire économique et politique de la région. Le dernier chapitre, consacré à Ahebi Ugbabe, commerçante polyglotte, prostituée, chef à brevet, intrigante et reine, révèle le déplacement des rôles masculin et féminin à l’époque coloniale.

2L’impression première concernant la richesse des données sur le pouvoir des femmes de cette région est plus que confirmée dans le corps de l’ouvrage, marqué par une prise de position féministe. Achebe aborde en particulier l’investissement de l’espace masculin par les femmes, ajoutant aux données déjà relevées par d’autres, comme Amadiume, et reprises par la littérature, tout en questionnant les positions de recherche traditionnelles. Ce faisant, elle démontre la présence et l’importance des divinités féminines locales et de ces femmes « chefs, cultivatrices, commerçantes, guerrières et reines » annoncées dans le titre. L’histoire de 1900 à 1960 est rappelée dans sa complexité régionale, locale et individuelle ; l’évolution de la position sociale féminine, depuis l’effacement relatif de l’enfance et de l’adolescence jusqu’au statut d’ « homme honoraire » de la post-ménopause, permet d’apprécier les changements intervenus. Sur la base de l’inventaire des recherches publiées depuis les années 1930 sur les femmes igbo, premier groupe féminin africain étudié, Achebe identifie trois « sources majeures » (p. 41) du pouvoir féminin – religieux, économique et politique – et étudie leur interaction. Elle dresse ensuite (p. 110) la liste des activités économiques des femmes, devins, guérisseuses et fondatrices d’églises, mais aussi tisserandes et potières.

3L’auteur présente son enquête comme le fruit d’une étroite collaboration avec les nombreuses personnes rencontrées de 1996 à 2000, toutes originaires de la région et qui viennent enrichir les enquêtes sur le terrain. Ces entretiens, qu’elle reconnaît facilités par son enracinement local et son statut de fille de Chinua Achebe, lui ont permis de recueillir l’histoire personnelle de nombreuses informatrices, dont elle justifie la valeur pour sa recherche. L’abondante bibliographie permet d’apprécier le grand nombre de sources consultées – archives missionnaires et gouvernementales, livres et articles mais surtout entretiens personnels et travaux de recherche non publiés. Le lecteur a ainsi accès à quarante mémoires de licence et de maîtrise consultés à Nsukka, qui viennent étayer l’ouvrage tout en révélant la richesse des recherches poursuivies dans cette université. L’ouvrage comporte enfin un glossaire introduisant le lecteur au vocabulaire de la chronologie igbo utilisé par les informateurs, et aux mots-clés du dialecte de Nsukka, ainsi qu’une liste des divinités féminines locales les plus révérées, de leur location géographique et de leurs fonctions – là encore une première.

4Cette étude est replacée dans le contexte de l’époque et aborde avec honnêteté des sujets comme l’esclavage, la prostitution, l’impact des sanctuaires locaux et leur importance, les oracles, les rapports du christianisme et de la religion traditionnelle et la montée des églises syncrétistes. L’auteur accorde une grande importance à la cosmogonie et à l’aspect religieux de l’histoire locale, et cette position qui informe toute l’étude l’enrichit considérablement. Le chapitre 4 offre (p. 164-173) une étude détaillée des groupes féminins et de leur rôle politique local, apportant ainsi sa pierre aux études déjà publiées sur l’activisme politique féminin de la période coloniale. La conclusion réitère le but de l’ouvrage : présenter les femmes comme actives participantes à l’histoire et au développement régionaux, à partir d’enquêtes orales et d’études de documents d’archives. Les dernières lignes proposent trois pistes de recherche : la nature de la gestion des espaces masculin et féminin, l’histoire de l’élite féminine et les systèmes d’esclavage religieux indigènes. Les notes, nombreuses et détaillées, offrent une mine d’informations sur les pratiques sociales et la langue. Des cartes à différentes échelles et des photos éclairent cette étude détaillée, attentive, soigneuse et de grande valeur qui participe à l’engrangement des connaissances sur une région souvent ignorée ou mal jugée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Ugochukwu, « ACHEBE, Nwando, 2005, Farmers, Traders, Warriors and Kings. Female Power and Authority in Northern Igboland 1900-1960, Portsmouth (USA) », Journal des africanistes, 76-1 | 2006, 251-252.

Référence électronique

Françoise Ugochukwu, « ACHEBE, Nwando, 2005, Farmers, Traders, Warriors and Kings. Female Power and Authority in Northern Igboland 1900-1960, Portsmouth (USA) », Journal des africanistes [En ligne], 76-1 | 2006, mis en ligne le 28 mars 2007, consulté le 28 avril 2017. URL : http://africanistes.revues.org/211

Haut de page

Auteur

Françoise Ugochukwu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org