Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

MIRAN, Marie, 2006, Islam, histoire, et modernité en Côte d’Ivoire

Paris, Karthala, 546 pages
Mara Vitale
p. 173-175

Texte intégral

1L’ouvrage de Marie Miran est le résultat d’un long travail de recherche débuté en 1995 en Côte d’Ivoire, dans la mégapole d’Abidjan qui, avec ses trois millions et demi d’habitants, figure parmi les mégapoles les plus importantes de l’Afrique subsaharienne. A travers la reconstruction historique de la présence musulmane dans les deux importants quartiers abidjanais de Treichville et d’Adjamé, dans la période comprise entre 1950 et les années 2000, l’auteur nous montre le dynamisme et l’originalité de la société islamique en Cote d’Ivoire.

2Les neuf chapitres qui composent le livre retracent donc l’histoire de l’islamisation d'une mégapole, dans un pays longtemps considéré réfractaire à l’islam et caractérisé par son multiculturalisme. La société ivoirienne se compose en effet de plus de 60 ethnies, regroupées au sein de quatre grandes familles linguistiques et culturelles (Mandé, Voltaïque ou Gour, Krou, Akan), et 26 % de la population résidant en Côte d’Ivoire est de nationalité étrangère (burkinabé, malienne, sénégalaise, ghanéenne…)1. La présence de cette mosaïque de cultures est à la base de l’islamisation du pays, mais aussi des nombreuses crises politiques qui se sont succédées, la dernière en 1999. L’auteur se propose de reconstruire les événements historiques les plus marquants de ce processus d'islamisation, mais elle mène également une analyse approfondie des relations et des interactions entre le pouvoir étatique et la société musulmane.

3On pourrait ainsi dire que le véritable protagoniste de ce travail, extrêmement riche d’informations et de témoignages directs (entretiens, articles de journaux, archives des associations…), est un islam réformiste « à l’ivoirienne », dont la naissance et l’affirmation sont soigneusement décrites et analysées. En effet, dans le contexte urbain d’Abidjan, la communauté musulmane a été obligée de définir de nouvelles formes identitaires pour mieux se conformer à la modernité insistante de cette ville. Si ailleurs la modernisation imposée a menacé les communautés de sécularisation, tel n'a pas été le cas en Côte d’Ivoire, où l’islam réformiste est devenu une modalité pour se donner une identité (Le Blanc 2006), et un moyen pour surmonter les différences ethniques et culturelles, ainsi que pour soulager les pressions liées à la présence occidentale dans la ville.

4Marie Miran nous apprend que le mouvement réformiste s’est affirmé autour des années 1970-80 grâce surtout à la volonté et aux exigences des nouvelles élites intellectuelles musulmanes, confrontées à une réalité où coexistent d’un coté des confréries assez peu influentes sur la société, et de l’autre le mouvement wahhabite, écarté à cause de son sectarisme. Cet islam « ivoirien », considéré par les réformistes comme le « vrai » islam, a réussi à imposer progressivement son idéologie « fruit d’années d’intenses réflexions collectives interrogeant le rapport de la religion à l’histoire, du global au local, des idéaux à la réalité » (p. 296), et à conquérir ainsi une place significative dans le complexe espace public de la Côte d’Ivoire.

5L’auteur identifie trois figures qui ont joué un rôle central dans ce processus d’affirmation du mouvement réformisme : El Hadj-s Tidjane Ba, Aboubacar Fofana et Mohamed Lamine Kaba. Ces « trois mousquetaires », bien que provenant de milieux religieux et ethniques différents (seule la langue dioula les unissait), représentaient la synthèse entre l’islam sufi et le wahhabisme, entre modernité et tradition. Leur mérite, selon l’auteur, aurait été de comprendre les nouvelles exigences de la société, en particulier des jeunes qui n’arrivaient pas à trouver une place ni dans le système des valeurs occidentales, ni dans l’islam proposé par les vieilles générations, qu’ils percevaient comme inerte.

6Une partie importante du texte est consacrée à l’analyse, très instructive, de la da’wa : il s’agit, selon Marie Miran, de l'instrument le plus puissant que les réformistes aient utilisé dans leur effort de modernisation de la religion musulmane. Conçue à partir des idées inspirées par les discours arabo-islamiques transnationaux, la da’wa (ou « appel ») fut proposée sous une nouvelle formulation (plus attentive aux exigences de la modernité) et mise en œuvre dans toutes ses formes possibles, à travers tous les moyens de communication disponibles (journaux, radio, télévision, audiocassettes, etc.). La da’wa servit plusieurs objectifs visés par les réformistes : une nouvelle organisation communautaire, la réislamisation de la communauté musulmane, et le renforcement de la présence de l’islam dans la sphère publique. Marie Miran parle ainsi d’ « ivoirisation » de la da’wa pour montrer l’originalité de ce projet voulu par les dirigeants des associations islamiques, qui, à travers la « professionnalisation du prosélytisme »2 et l’accomplissement d’œuvres sociales et économiques, se proposaient d’introduire concepts et comportements propres à la globalisation dans la tradition islamique.

7En ce qui concerne les rapports entre islam et Etat, l’auteur mène une analyse transversale des attitudes et des comportements des musulmans, en particulier vis-à-vis du régime houphëtiste. Elle nous montre cette relation d’abord du côté de l’homme politique, en établissant un lien entre la biographie politique et personnelle du président ivoirien et l’islam, et en définissant sa politique dite « de la cooptation et du contrôle ». Ensuite on passe du côté des communautés musulmanes, à travers la description de l’engagement politique de leurs associations : bien que leur implication dans la vie politique du pays date des années 1960/70, à cette époque-là il ne serait pas correct de parler d’une participation active, mais plutôt d’une attitude de « soumission et d’accommodation » (taqiyya). C’est seulement dans une phase ultérieure, après la naissance de nombreux mouvements de contestation, que le président Félix Houphouët-Boigny fut forcé « à une timide ouverture démocratique et à l’intégration de leurs dirigeants [des associations] dans le jeu politique » (p. 191). L’élargissement de la liberté d’association, ainsi que le renforcement de la présence arabo-islamique dans le contexte international et en Côte d’Ivoire (suite aux booms pétroliers de 1973 et 1979), permirent aux associations musulmanes de se multiplier et de conquérir leur place sur la scène publique ivoirienne. Marie Miran retrace les vicissitudes des associations les plus influentes de cette époque3 : malgré les efforts pour garantir l’entente entre musulmans, ces associations se montrèrent séparatistes et concurrentielles, et surtout incapables de résoudre les problèmes qui concernaient la majorité des musulmans.

8L’ouvrage, enrichi par nombre de photographies, cartes et tableaux chronologiques, a le mérite d’offrir aux lecteurs une approche simple et directe des sujets traités. Avec son style peut-être parfois un peu trop académique, il remplit son objectif de retracer l’histoire de l’islamisation de la Côte d’Ivoire à travers le cas particulier de la ville d’Abidjan. La littérature consacrée à l’évolution de l’islam africain et de ses communautés se restreint souvent aux contextes ruraux ou aux villes moyennes. Avec cet ouvrage portant sur une mégalopole, Marie Miran apporte donc une contribution importante et originale à l’élargissement de ce champ de recherche.

9On regrettera toutefois que l’auteur n’ait consacré qu’un court épilogue aux années des régimes Gueï et Gbagbo et à la récente « crise ivoirienne » : bien que nombreux articles sur cette crise soient parus dernièrement dans d’importantes revues, la question religieuse, voire islamique, n’apparaît qu’indirectement. N éanmoins l’islam est un des principaux déterminants de la politique « d’ivoirité » intentée par l’Etat, 70% des étrangers présents sur le sol ivoirien étant de religion musulmane. En conclusion, cet ouvrage est un excellent outil pour la compréhension de l’islam africain et de ses multiples variantes : il s’adresse à tous ceux qui s'intéressent à l'étude de l’islam en Afrique subsaharienne, qu’ils soient anthropologues, historiens ou islamologues.

Haut de page

Notes

1 https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/iv.html
2Dans ce cadre s’inscrit l’œuvre de plusieurs associations telles que l’AJMCI et la LIPCI, cette dernière née pour organiser et coordonner les activités missionnaires. Elle était la seule association réformiste dont l’arabe était la langue de travail.
3UCM, AEC, AMOP, CSI , CII , ANAMUCI, AEENCI, etc.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mara Vitale, « MIRAN, Marie, 2006, Islam, histoire, et modernité en Côte d’Ivoire », Journal des africanistes, 77-1 | 2007, 173-175.

Référence électronique

Mara Vitale, « MIRAN, Marie, 2006, Islam, histoire, et modernité en Côte d’Ivoire », Journal des africanistes [En ligne], 77-1 | 2007, mis en ligne le 04 décembre 2007, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2042

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org