Navigation – Plan du site
Mélanges

In memoriam Claude Tardits (18 avril 1921- 1er mai 2007)

Geneviève Calame-Griaule, Claude-Hélène Perrot et Laure Carbonnel
p. 143-152

Texte intégral

1Claude a rejoint Claudie. Si peu de temps s'est écoulé entre ces deux disparitions qu'on imaginerait pour ce couple exemplaire une sorte d'impossibilité que l'un puisse continuer à vivre sans l'autre. Comme si Claude avait senti, malgré sa terrible maladie, que Claudie n'était tout à coup plus là et qu'il lui fallait partir à son tour. C'est un double deuil qui nous rassemble aujourd'hui.

2Ils s'étaient rencontrés et mariés aux Etats-Unis. Je les connaissais depuis leur retour en France dans les années cinquante. Au cours des ans, mon mari et moi avions forgé avec eux une grande amitié. En dehors des rencontres amicales, j'apprenais évidemment aussi à connaître Claude dans de nombreuses occasions professionnelles. Je mentionnerai deux détails de cette relation. Lorsqu'il a été détaché à l'Université de Yaoundé de 1966 à1969, il avait réparti ses heures d'enseignement à l'Ecole Pratique des Hautes-Etudes entre plusieurs collègues et m'avait fait l'honneur de m'en confier une partie. Je lui en suis très reconnaissante car c'est ce qui m'a permis de faire mes premières armes dans l'enseignement universitaire, d'y introduire la littérature orale africaine et de publier des travaux collectifs avec les étudiants, ce dont Claude a été très content. Plus tard, dans les années soixante-dix, nous avons été élus sur la même liste à la Commission 30 du CNRS et nous avons combattu ensemble pour la défense des candidats en ethnologie, pour qui les postes se faisaient de plus en plus rares, et aussi pour la promotion des chercheurs à l'intérieur du CNRS, toujours très difficile. Je me souviens de l'admirable rapport qu'il avait fait sur le dossier d'Annie Lebeuf, qui malgré son oeuvre, ses compétences et ses responsabilités, n'était pas encore directeur de recherche. Il avait à ce propos rappelé l'histoire du rôle des femmes françaises dans l'ethnologie de terrain, dont Annie avait été une des pionnières. Il déployait dans ces cas-là une éloquence étonnante.

3Comme beaucoup d''ethnologues de la première et deuxième générations en France, Claude a fait tout un parcours avant de se consacrer à cette discipline. On était en pleine guerre. Diplômé d'H.E.C.et de droit en 1943, il va interrompre ses études,et entrer en résistance. Il deviendra un héros. Dès juin 1943, il contribue, en liaison avec le Réseau Libération-Vengeance, au sauvetage d'un équipage américain dont la forteresse volante avait été abattue. Il conduit un des aviateurs chez ses parents, où il sera caché et hébergé. En septembre de la même année, il entreprend une véritable odyssée, dans des conditions souvent rocambolesques. N'ayant pas réussi à passer en Espagne, il s'évade de France et traverse l'Italie, parvenant à franchir les lignes allemandes pour rejoindre les armées alliées. Là il s'engage dans l'aviation pour la durée de la guerre, est interprète de l'armée de l'air, reçoit une formation de bombardier sur des avions américains et fait les campagnes d'Italie, de France, d'Allemagne comme officier français dans l'armée de l'air américaine. Il a également participé aux missions de guerre du groupe français "Bretagne". Ce qui signifie que pendant les trois dernières années de la guerre, il a risqué sa vie tous les jours en service actif dans des combats aériens. Il a d'ailleurs été gravement blessé à la fin de la guerre dans le crash de son avion. Entre autres distinctions, il a reçu la croix de guerre, qui, comme chacun sait, n'est pas donnée à tout le monde.

4Selon ce qu'on peut appeler le parcours type de ceux qui avaient interrompu leurs études pour s'engager, il les reprend lorsqu'il est démobilisé (vraisemblablement en 1946), en changeant d'orientation pour préparer une licence ès-lettres qu'il termine en 1949. Et c'est à ce moment qu'il découvre l'ethnologie, réalisant un vieux rêve d'enfance, et part aux Etats-Unis, avec l'aide du gouvernement américain. Il fréquente trois célèbres universités : Northwestern, Chicago, Columbia. Il passera son doctorat d'état à la Sorbonne en 1978.

5D'autres parmi nos collègues, qui ont travaillé sur les mêmes terrains ou sur les mêmes thèmes de recherche que lui (anthropologie politique, royauté, parenté...), sont mieux qualifiés que moi pour parler de sa carrière d'africaniste. Disons seulement que de retour en France en 1953, il obtient des missions de l'ORSTOM et de l'UNESCO au Bénin (1954-55), puis de l'ORSTOM et du CNRS au Cameroun (de 1958 à 1980). Il y découvre les Bamoum, auxquels il consacrera par la suite la plus grande partie de ses travaux et avec lesquels il a toujours entretenu des relations privilégiées. Son dernier grand livre, publié en 2002, s'intitule .L'histoire singulière de l'art bamoum . Il nous en avait parlé dans sa dernière communication à la Société des africanistes.

6J'ajouterai encore que Claude était un enseignant remarquable (je le sais personnellement pour avoir assisté à certains de ses séminaires et par les témoignages de ses étudiants). Il pouvait aussi improviser avec éloquence sur un sujet qui lui tenait à coeur. C'est ainsi qu'à la mort de Jean Rouch en 2004, Claude, qui commençait à donner des signes de fatigue annonciateurs de la maladie (mais personne ne le savait encore), a improvisé, toujours aux Africanistes, un superbe hommage, vibrant et plein d'émotion, pour cet ami si cher. C'est la dernière fois que je l'ai entendu parler en public.

7Chez les Dogon, lors des funérailles d'une femme, ses vieilles parentes chantent des chants spéciaux en hommage à la morte. L'un de ces chants dit "Prends ta houe, mon frère, il pleut dans la brousse". La défunte, que l'on ramène dans sa famille paternelle pour y être enterrée, s'adresse à son frère en lui demandant d'aller cultiver son champ au lieu de la pleurer. Cette image exprime la philosophie dogon de la mort : il faut "faire revivre" les morts, parler d'eux, assurer leur survie en leur donnant des descendants et en cultivant la terre, car enfants et récoltes sont tout un. Claude et Claudie, inséparables dans la mort comme dans la vie, vous restez vivants dans vos enfants, qui ont prouvé, par le choix de leurs alliances, qu'ils avaient bien reçu votre message d'ouverture au monde et aux Autres.

Haut de page

Bibliographie

1954, Traduction de : J. H. Greenberg, Étude sur la classification des langues africaines (1ère partie). Bulletin de l'Institut Français d'Afrique Noire (Dakar), XVI : 1-2.

1955, Traduction de : J. H. Greenberg, Essai sur la classification des langues africaines. (Suite) ; la famille soudanaise orientale, les langues à click, familles secondaires, index des langues. Bulletin de l'Institut français d'Afrique noire (Dakar), XVII : 1-2.

1956a, Société paysanne et problèmes fonciers de la palmeraie dahoméenne : étude sociologique et cadastrale.  Paris, ORSTOM (En collaboration avec P. Adam, J. Clerc).

1956b, Enquête sociologique sur la population de la palmeraie ; société paysanne et problèmes fonciers de la palmeraie dahoméenne, l'Homme d'Outre-Mer (Office de la Recherche scientifique et technique Outre- Mer), n° 2 : 9-71.

1956c, Aspect économique et juridique de l'évolution des sociétés rurale au Dahomey, in Vers la promotion de l'économie indigène. Bruxelles, Centre de Sociologie, Université de Bruxelles.

1956d, La notion d'élite et l'enquête en milieu urbain africain, Bulletin International des Sciences Sociales (UNESCO), VIII, 3 : 499-502.

1958, Porto-Novo : les nouvelles générations africaines entre leurs traditions et l'occident.  Paris / La Haye, Mouton.

1959, Le milieu familial et l’enfant à Porto-Novo. Londres, CCTA/ CSA.

1960a, Contribution à l’étude Bamiléké de l'0uest Cameroun. Paris, Editions Berger-Levrault.

1960b, Divertissement et médiation par les masques yoruba, in Le Masque [exposition : décembre 1959-septembre 1960, Musée Guimet Paris]. Paris, Edition des Musées Nationaux : 56-58.

1961, Un séminaire International sur les systèmes agraires africains à l’université Lovanium (Congo), Etudes Rurales, n° 1 : 103-105.

1962a, Réflexions sur le problème de la scolarisation des filles au Dahomey, Cahiers d'études africaines, III, 10 : 266-281.

1962b, Panneaux sculptés Bamoun, Objets et Mondes, II, 4 : 249-260.

1962c, Religion, épopée, histoire. Notes sur les fonctions latentes des cultes dans les civilisations du Bénin /Religion, epic, history. Notes on the underlying functions of cults in Benin civilizations, Diogène n° 37 : 17-28.

1962d, Traditional Market Economy in South Dahomey, in P. Bohannan et G. Dalton (éds), Markets in Africa, Evantston, Northwestern University Press : 89-102. (En collaboration avec Claudie Tardits).

1962e, Compte-rendu de P. Lembezat, "Les populations païennes du Nord Cameroun et de l'Adamaoua", L'Homne, II, 3 : 130-132.

1963, Développement du régime d’appropriation privée des terres de la palmeraie du Sud Dahomey, in D. Biebuyck (éd), African agrarain system. Londres, Oxford University Press : 297-313.

1964a, Connaissance de l'Afrique et développement de l’enseignement supérieur africain, Revue de l’Enseignement Supérieur (Paris), n° 2 : 57-60.

1964b, Hommage à Alfred Métraux, L'Homme, IV, 2 : 5-19.

1965a, L'enseignement des sciences humaines dans les universités d'Afrique et de Madagascar. Paris, AUDECAM.

1965b, Stratification sociale et parenté chez les Bamoum, L'Homme, V, 3-4 : 174-188.

1966, Parenté et classe sociale à Porto-Novo, in Lloyd (éd), The New Elite of Tropical Africa. London, Oxford University Press : 184-198.

1967a, Chefs d'œuvres de l'art camerounais. Catalogue de l'exposition d'art camerounais faite à l'occasion de l’inauguration de l’Université fédérale du Cameroun, Yaoundé.

1967b, La parenté, L'homme et les autres, l’Aventure humaine, IV, Barcelone, pp. 81-89. (En collaboration avec Lucien Bernot).

1968, Réflexion sur le tribalisme, Abbia, n° 19 : 47-54.

1969, Njoya, in Présence Africaine, 1947-1967. Mélanges : réflexion d’hommes de culture. Paris, Présence Africaine : 196-201.

1970a, Femmes à crédit, in J. Pouillon, P. Maranda (eds), Echanges et communications : mélanges offerts à Claude Lévi-Strauss à l'occasion de son 60ème anniversaire. La Hague, Mouton : 382-390.

1970b, Négritude et architecture contemporaine à l’Université fédérale du Cameroun, L'Œil, n° 191. (En collaboration avec M. Ecochard).

1971, Le peuplement du rebord occidental de l'Adamawa, in H. Deschamp (éd.), Histoire générale de l'Afrique noire, vol. 2. Paris, Presses Universitaires de France : 172-191.

1973a, Parenté et pouvoir politique chez les Bamoum. L’homme, XIII, 1-2 : 37-49.

1973b, Guerre et paix chez les Bamoum, in L'homme hier et aujourd'hui. Recueil d'études en hommage à André Leroi-Gourhan. Paris, Cujas : 479-489.

1974a, L'écriture et la monture, in Perspectives nouvelles sur le passé de l'Afrique noire et de Madagascar : mélanges offerts à Hubert Deschamps. Paris, Publications de la Sorbonne : 221-226.

1974b, Prix de la femme et mariage entre cousins croisés : le cas des Bemba d'Afrique centrale, L'Homme, XIV, 2 : 5-30.

1974c, A propos du mariage Bemba, L'Homme XIV, 3-4 : 111-118. (En collaboration avec Audrey Richard).

1976, Conclusion aux Actes du colloque de Sénanque sur l'organisation sociale des Touaregs, Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, n° 22 : 163-169.

1978, Njoya (C 1875-1933) ou les malheurs de l'intelligence chez un sultan bamoum, in C-A Julien, M. Morsy, C. Coquery-Vidrovitch (éds.), Les africains 9. Paris, Jeune Afrique : 261-295.

1979a, L'organisation politique traditionnelle du royaume Bamoum (Cameroun), Paideuma : 73-87.

1979b, Réflexion sur le sacrifice dans la religion traditionnelle des Bamoum (Cameroun), Système de Pensée en Afrique Noire, n° 4 : 117-130.

1979c, Un témoignage sur Hubert Deschamps, Revue française d'Histoire d'Outre-mer, LXVI, n° 242-243 : 5-10.

1979d, Débat anthropologique et science historique, in L’Anthropologie en France, situation actuelle et avenir. Paris, Centre National de la Recherche Scientifique, 119-120 : 152-167.

1980a, Le Royaume Bamoum. Paris, Armand Colin.  

1980b, Passage d'une religion traditionnelle à l'islam, in Sociétés africaines, monde arabe et culture islamique : Mémoires du Cermaa, Paris, Centre d’études sur les relations entre le monde arabe et l’Afrique : 120-137.

1980c, Roi divin, in Encyclopedia Universalis( supplément II) : 1251-1254.

1981a, (éd.), Contribution de la recherche ethnologique à l’histoire des civilisations du Cameroun. Paris, Editions du Centre national de la recherche scientifique, 2 Volumes.

1981b, Introduction, in C. Tardits (éd.), Contribution de la recherche ethnologique à l'histoire des civilisations du Cameroun, Volume 1 : 13-15.

1981c, Le royaume bamoum : chronologie, implantation des populations, commerce et économie, diffusion du maïs et du manioc, in C. Tardits (éd.), Contribution de la recherche ethnologique à l'histoire des civilisations du Cameroun, Volume 2 : 401-420.

1981d, L’implantation des populations dans l’Ouest Cameroun, in C. Tardits (éd.)  Contribution de la recherche ethnologique à l'histoire des civilisations du Cameroun, Volume 2 : 475-484.

1981e, Économie et religion dans le royaume bamoum (Cameroun), L’Uomo, V, 1 : 85-98.

1982, Témoignage sur Yves Person, Journal des africanistes, LII, 1-2 : 181-186.

1984, L'étiquette à la cour royale bamoum (Cameroun), in Culture et idéologies dans la genèse de l'état moderne. Rome, Ecole française de Rome : 179-198.

1985a, L’Afrique, un autre espace historique. Paris, Armand Colin. (En collaboration avec M. Augé, C. Perrot, J. Vansina et al.).

1985b, Connaissez-vous la littérature africaine traditionnelle ? Balafon, n° 69 : 27-32.

1985c, Le palais royal de Foumban, Païdeuma, n° 31 : 65-83.

1985d, Aimer, manger et danser. Propos sur la grande polygynie, in J-C Barbier (éd.), Femmes d'Afrique. Paris, Karthala : 119-131.

1985e, Le worso, Journal des africanistes, LV, 1-2 : 5-11.

1985f, Bibliographie thématique de Marguerite Dupire, Journal des africanistes, LV, 1-2 : 12-14.

1985g, Singuliers Lovedu, Journal des africanistes, LV, 1-2 : 144-161.

1985h, L'espace, indicateur historique, révélateur structural : l'exemple Bamoum (Cameroun), Annales, Economies, Sociétés, Civilisations, n° 6 : 1261-1287.

1986, Le lignage royal dans les monarchies africaines, in E. Leroy Ladurie (éd.), Les monarchies.  Paris, Presses Universitaires de France : 137-159.

1987a, Lo spazio corne archivio storico. Metodi di recerca e classi sociali presso i Bamoum del Cameroun. Napoli : Bibliopolis.

1987b, Princes et serviteurs du royaume : cinq études de monarchies africaines. Paris, Société d'ethnographie. (En collaboration avec J.-P. Lebeuf,  A. Lebeuf, E. Terray, M. Izard).

1987c, Introduction, in A. Adler, M. Izard, J.-P. Lebeuf, A. Lebeuf, C. Tardits, (éds.), Princes et serviteurs du royaume. Cinq études de monarchies africaines. Paris, Société d'Ethnographie : 11-21.

1987d, Le royaume bamoum,  in A. Adler, M. Izard, J.-P. Lebeuf, A. Lebeuf, C. Tardits (éds.), Princes et serviteurs du royaume. Cinq études de monarchies africaines. Paris : Société d'Ethnographie : 109-135.

1987e, Centenaire de la section mère de l'anthropologie, La section sciences religieuses de l'École pratique des hautes études,  Gradhiva, n° 2 : 53-57.

1987f, Un siècle de recherche, in J. Baubérot (éd.) Cent ans de sciences religieuses à l'École Pratique des Hautes Études. Paris, Edition du Cerf : 21-31.

1988a, Trônes bamoum, in L. Perrois (éd.), Anthropologie de l'Art : Formes et significations, fasc. 1. Paris, Orstom : 103-108.

1988b, Le fait politique à travers les œuvres de quelques anthropologues, Revue Française de Science Politique, XXXVIII, 5 : 698-708.

1988c, Die Lineage stirbt nicht aus : Abstammungsgruppen in den Kônigreichen Bamum und Baganda, in E. Conte (éd.) Macht und Tradition in Westafrika.  Frankfurt : Campus Verlag ; Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme : 49-69.

1989a, Fumban, una città nata dal Palazzo (Camerum) , in A. Marazzi (éd.), Antropologia, tendenze contemporaenee.  Milan, Hoepli : 299-312.

1989b, L'écriture et le secret, in  Graines de paroles, puissance du verbe et traditions orales : textes offerts à Geneviève Calame-Griaule. Paris, Centre National de Recherche Scientifique : 119-137.

1989c, Golfe de Guinée, Gradhiva, n° 5 :,  73-75.

1989d, Roi divin, in  Encyclopaedia Universalis, Volume 20 : 111-114.

1990a, Le temps des incertitudes, Cahiers du Monde Russe, XXXI, 2-3 : 455-462.

1990b, A propos du pouvoir sacré en Afrique : que disent les textes ? Systèmes de Pensée en Afrique Noire,  n° 10 : 35-48.

1990c, Berichte und Kritik : wohin mit den Prinzen ? Rechtstheorie, XXI, 1 : 59-70.

1990d, L'invitation au comparatisme : Marc Bloch et les anthropologues, in H. Atsma & A. Burguière (éds.),  Marc Bloch aujourd'hui : histoire comparée et sciences sociales.  Paris, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales : 135-146.

1990e, Le roi N'Joya : l'image allemande et l'image française d'un souverain africain, Paideuma, n° 36 : 303-317.

1990f, Parenté et politique en Afrique : les briques de l'État, article liminaire, Annuaire de l'École Pratique des Hautes Études, XCVII (1988-1989) : 24-49.

 1990g, Le roi et ses ancêtres, in A.-M. Blondeau et K. Schipper (éds.), Essais sur le rituel, II, Colloque du Centenaire de la Section des Sciences Religieuses de l'École Pratique des Hautes Études. Louvain-Paris, Peeters : 107-126.

1991a, Histoire du peuplement du pays bamoum, in Actes du Colloque du Centenaire du Palais de Foumban. Foumban : 22-25.

1991b, Njoya, la leçon de l'histoire, in Actes du Colloque du Centenaire du Palais de Foumban. Foumban : 26-29.

1991c, L’écriture, le politique et le secret chez les Bamoum, Africa, XLCI, 2 : 224-240.

1992a, L'écriture, la politique et le secret chez les Bamoum, Liaisons-HESO, n° 21-22 : 125-134.

1992b, Le royaume bamoum : un État africain traditionnel qui a traversé toute l'histoire, Mondes et Cultures, LII, 2-4 : 671-696.

1992c, The kingdom of Bamum; “Bamum art" in H. Beumers, H-J. Koloss (éds.), Kings of Africa, art and authority in Africa. Maastricht: Foundation Kings of Africa, 43-55 : 303-305.

1993a, Cadeau royal Bamoum: une pipe / Royal gift of Bamum : A pipe, Art tribal : 47-62.

1993b, Le serpent à deux têtes et la panthère, in R. Schott, W. Krawiet, L. Paspisil, S. Steinbruch (éds.), Sprache, Symbole und Symbolverwendungen in Ethnologie,Kulturanthropologie, Religion und Recht. Berlin : Duncker et Humbolt : 321-328.

1993c, Le parcours africain du Docteur Pierre Harter, in L. Perrois (éd.), Les rois sculpteurs, art et pouvoir dans le Grassland camerounais. Paris, Réunion des musées Nationaux.

1995, In Memoriam Annie Lebeuf, Journal des Africanistes, LXVI, 2 : 239-249. (En collaboration avec V. Pâques).

1996, Pursue to attain, a royal religion, in I. Fowler, D. Zeitlyn (éds.), African crossroads. Intersections between history and anthropology in Cameron. Oxford: Bergham Books : 141-164.

1997, Jean Pouillon : un grand parcours, L'Homme, XXXVII, n° 143 : 47-56.

2000a, L’espace, indicateur historique. L’exemple bamoum, in C-H Perrot (éd.),  Lignages et territoire en Afrique aux xviiie et xixe siècles. Stratégies, compétition, intégration. Paris, Karthala :  176-203.

2000b, La liberté par l'Italie Revue de la France libre n° 310, 57-59.

2000c, Frère et sœur au bord du Nil, in J-L Jamart et al. (éds.), En Substance. Paris, Fayard : 285-287.

2004, L'histoire singulière de l'art Bamoun.  Paris, Afredit - Maisonneuve & Larose.

Haut de page

Notes

1 Le sultan Njoya fur arrêté en 1931 par les autorités coloniales françaises, transféré à Yaoundé où il mourut en résidence forcée le 30 mai 1933.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Calame-Griaule, Claude-Hélène Perrot et Laure Carbonnel, « In memoriam Claude Tardits (18 avril 1921- 1er mai 2007) », Journal des africanistes, 77-1 | 2007, 143-152.

Référence électronique

Geneviève Calame-Griaule, Claude-Hélène Perrot et Laure Carbonnel, « In memoriam Claude Tardits (18 avril 1921- 1er mai 2007) », Journal des africanistes [En ligne], 77-1 | 2007, mis en ligne le 04 décembre 2007, consulté le 22 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/1992

Haut de page

Auteurs

Geneviève Calame-Griaule

Articles du même auteur

Claude-Hélène Perrot

Articles du même auteur

Laure Carbonnel

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org