Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

SEYDOU, Christiane, Contes peuls du Mali

Paris, Karthala, 2005, 489 pages
Paulette Roulon-Doko
p. 185-186

Texte intégral

1Il s’agit de contes enregistrés entre 1970 et 1980 lors de soirées traditionnelles. Trente-cinq d’entre eux ont déjà fait l’objet d’une édition bilingue1 en 1976. Ce sont donc 67 contes dits par des hommes ou des femmes, jeunes ou âgés, qui sont ici présentés dans leur traduction française. Une information complète sur chaque conteur, la date et le lieu de recueil ainsi que la mention des contes produits est donnée à la fin de l’ouvrage (pp. 483-484).

2L’ample corpus présenté ici a été organisé en deux parties, la première centrée autour de la femme (38 contes), la seconde intitulée « l’aventure » (29 contes). Christiane Seydou souligne la spécificité ‘peule’ de ces contes manifestée par la façon de traiter la femme face à l’univers masculin de ses pères, frères et époux. Elle est indépendante d’esprit et a plein d’initiatives, tandis que les pères sont plutôt passifs. Ainsi c’est elle, et non son père, qui impose les épreuves imposées au futur époux, et dans les deux versions de la fille difficile, c’est un jeune frère qui la sauve. La polygamie est surtout exprimée par ses implications sur les relations entre les orphelines et leur marâtre. Enfin ces contes mettent en scène plusieurs types d’épouses ainsi que des maris jaloux. Dans les contes rangés sous le signe de l’aventure « ce sont les personnages masculins qui dominent » (p. 11) tout en faisant également une place à des personnages animaux ou surnaturels. La rupture avec la famille est souvent le déclencheur de tels contes et il y a deux versions de l’enfant terrible. Pour clore ce volume, l’auteur nous donne une version d’un récit mythique sur l’origine du pastoralisme des Peuls appelé Légende de Tiânâba dont l’originalité est ici, signale C. Seydou, que Tiânâba est un être féminin.

3L’ensemble est très bien présenté et le recours à des notes de bas de page permet d’expliciter des éléments ethnographiques ou linguistiques qui apportent au lecteur une meilleure compréhension du conte. Une seule cependant (la note 1 p. 130) intervient un peu tardivement qui explique l’usage de certains noms traditionnels, alors qu’ils ont déjà été utilisés dans les contes précédents. Une rubrique ‘Note’ est placée à la fin de certains contes qui donne des informations sur lesdits contes et signale d’autres versions dont sont précisées les références bibliographiques. La traduction est toujours proche du texte peul et certains usages comme parler d’« un tel » ou d’« une telle » frappent par leur fréquence d’emploi.

4Il ne saurait être question de raconter ces contes que j’invite le lecteur à découvrir par lui-même, afin de s’imprégner de cette représentation du monde peul dont ces contes nous dévoilent la saveur.

Haut de page

Notes

1 Seydou, C.,  1976, Contes et fables des veillées, Paris, Nubia.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulette Roulon-Doko, « SEYDOU, Christiane, Contes peuls du Mali », Journal des africanistes, 77-1 | 2007, 185-186.

Référence électronique

Paulette Roulon-Doko, « SEYDOU, Christiane, Contes peuls du Mali », Journal des africanistes [En ligne], 77-1 | 2007, mis en ligne le 04 décembre 2007, consulté le 23 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/1962

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org