Navigation – Plan du site
Dossier

La double vie du porte-bagages

Un objet singulier sous la tente des Maures
Sébastien Boulay
p. 112-139

Résumés

Dans cet article, nous proposons de suivre la trajectoire d’un objet omniprésent sous la tente des bédouins maures de Mauritanie, un porte-bagages qui, une fois retourné et placé sur l’échine du dromadaire, peut être utilisé comme palanquin, et d’en examiner différentes dimensions (matérielle, fonctionnelle, lexicale, spatiale, symbolique). Cette démarche analytique, inspirée des concepts de « carrière » et de « biographie » d’objet, dévoile la place centrale occupée par ce meuble dans cette société, en tant que support identitaire, mobilisable à différents niveaux (groupe statutaire, famille, individu), repère tangible dans le temps et dans l’espace et trait d’union symbolique entre l’univers protégé de la tente et le monde extérieur, entre les domaines féminin et masculin.

porte-bagages, palanquin, tente, trajectoire, nomade, identité, Maures, Mauritanie

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

palanquin
Haut de page

Texte intégral

1En Mauritanie, on observe sous la tente des Maures1 l’emploi d’un même et unique meuble, installé dans la partie « nord »2 sâhel3 de l’espace d’habitation. Il s’agit d’un porte-bagages d’apparence rustique dont on ne distingue généralement que les quatre larges pieds en bois, car souvent surchargé de sacs et de vêtements divers, ainsi tenus à l’abri du sol. En milieu bédouin, il est difficile de rencontrer une tente sans porte-bagages à l’intérieur, de même qu’il est rare de trouver ce meuble de bois dans une autre habitation que la tente. A ce titre, il nous semble intéressant d’essayer d’apporter un éclairage ethnologique sur la société maure, confrontée depuis la fin des années 1960 à un double phénomène de sédentarisation et d’urbanisation et à des changements sans précédent, à travers le prisme de cet artefact, a priori indissociable de la tente qui l’abrite et, plus largement, de la culture matérielle nomade à laquelle il appartient.

2Nous proposons donc, dans cet article4, de suivre la « carrière » du porte-bagages, autrement dit les différentes dimensions et étapes de son existence (Segalen et Bromberger, 1996 : 5-6), dans cette société bédouine, musulmane et arabophone de l’ouest du Sahara, afin de mettre au jour les valeurs culturelles dont il est investi et les enjeux identitaires qu’il mobilise.

3Dans ce cadre, nous procéderons en premier lieu à une description de l’objet, dans ses dimensions physique, fonctionnelle et lexicale. Précisons d’emblée que nous entendons par le terme « objet » une chose tangible socialement qualifiée par les membres d’un groupe humain, via leurs pratiques motrices (Warnier, 1999), leurs représentations et leurs discours. Nous examinerons ensuite en quoi le porte-bagages constitue un support d’identité familiale. Puis, nous évoquerons le sens de sa vie sociale, avant de nous pencher sur le rôle structurant de sa position à l’intérieur de l’espace domestique. En dernier lieu, nous examinerons les changements qui affectent actuellement cet objet et qui posent question quant à son devenir et à celui de la société tout entière.

Radiographie de l’objet

4Découvrons ensemble la matérialité de l’objet, avant d’aborder son originalité fonctionnelle, tenant dans un double usage de meuble de rangement et de palanquin, et enfin ses dénominations vernaculaires.

fig. 1. Croquis de porte-bagages (Boulay)

fig. 1. Croquis de porte-bagages (Boulay)

5Il s’agit d’un châssis rectangulaire (figure 1), présentant deux traverses horizontales en bois blanc de djewa (fromager, Ceiba pentandra Gaertner5) de moins de 2m de long, parallèles, dont l’écartement est maintenu grâce à deux courtes lattes perpendiculaires. Ce cadre est monté sur quatre pieds en bois brun d’imijîj (Grewia bicolor) d’un peu moins d’1m de haut, comportant chacun une extrémité fourchue, sur laquelle repose un des quatre angles du châssis, et une extrémité à base arrondie, en forme de champignon renversé, qui empêche l’enfoncement de la structure dans le sable. La partie centrale de ces quatre montants est large, plate et présente une face externe ornée et une face interne vierge de toute décoration. La rigidité de l’ensemble, cadre et pieds, est assurée au moyen de huit fines barres, fixées deux par deux en croisillons à l’arrière et sur les côtés du porte-bagages et en V retourné à l’avant. Enfin, les liens entre ces différentes pièces de bois sont réalisés à partir de fins lacets en peau, de mouton ou de chèvre, eux-mêmes recouverts de larges morceaux de peau de chameau ou de vache, plus épaisse et plus rigide. Ces liens sont posés mouillés et subissent une forte tension en séchant.

6C’est sur ce cadre de bois que la « maîtresse de tente » mûlât al-khayma6 dispose les réserves alimentaires de la famille : sacs de céréales, réserves de sucre et de thé, biscuits en vrac, etc. De part et d’autre de celles-ci, elle installe ses deux grands « sacs en cuir de vache » tiziyyâten (sg. tezêy), à l’intérieur desquels elle range ses affaires personnelles ainsi que les effets de ses jeunes enfants éventuels. Très souvent aujourd’hui ces deux sacs sont remplacés par des malles en métal ou, plus fréquemment encore, par des valises en plastique dur importées et nommées, indistinctement de leur marque de fabrique d’ailleurs, samsunît (pl. samsunîtât)7. Sous le porte-bagages, elle range le service à thé de la tente, ainsi que ses ustensiles de cuisine, calebasses et plats. Elle utilise les pieds du meuble pour suspendre ses différentes outres (à lait, à beurre et à eau) au-dessus du sol.

7La singularité de cet objet, ainsi que son succès auprès des éleveurs nomades, réside dans le fait qu’il cumule à sa fonction de porte-bagages celle de palanquin, la première, contrairement à l’idée reçue, primant sur la seconde. Lors des déplacements, le châssis est retourné, les pieds dirigés vers le haut, et les deux traverses sont posées sur un bât en bois, lui-même arrimé sur le dos de l’animal porteur, qui est généralement un dromadaire8. Pendant le voyage, l’épouse se tient à l’intérieur du palanquin (figure 2) avec ses enfants les plus jeunes et les jeunes cabris et agneaux, qui ne survivraient pas à l’épreuve du trajet. Certaines femmes aguerries dirigent leur monture elles-mêmes, d’autres confient la « courroie en cuir tressé » khzâme, fixée dans une des deux narines de l’animal, à leur époux ou à une autre personne de confiance, comme une personne d’origine servile dépendant de la tente. On installe parfois au-dessus de cette vaste selle de femme, un faîtage pyramidal, constitué de dix baguettes de bois, qui couvre l’occupante de la litière et sur lequel on tend un « dais de cotonnade blanche » hejba (pl. hjeb) pour la prémunir du soleil.

8Le terme vernaculaire le plus couramment employé pour désigner le porte-bagages est rahhâl (pl. arhâhîl), substantif dérivé de la racine arabe RHL qui exprime l’idée de se déplacer9, de bâter un chameau en vue d’un déplacement (Taine-Cheikh, 1988). Cette appellation insiste par conséquent sur le caractère mobile de l’objet10, sur sa fonction de transport et son emploi à l’extérieur de la tente. Il a également un autre nom avec des variantes, formés sur la racine ShQB (ou ShGhB)11 : shaqqab, shaqbu ou encore amshaqab (pl. imeshshaqqben), littéralement « celui qui peine, que l’on harcèle », terme qui renvoie davantage à son usage domestique. Nous avons noté que le terme générique rahhâl est plutôt employé chez les familles de tribu « religieuse », alors que l’emploi du mot shaqqab, plus imagé et caractéristique du langage des « guerriers » (hassân), est généralement en vigueur parmi ces derniers12.

9En tant que meuble présent sous toute (ou presque) tente bédouine maure, le porte-bagages est donc pour les familles un support privilégié d’appartenance à la société et à sa culture nomade. Il peut également constituer un instrument privilégié de différenciation sociale13.

Une « vitrine » de la famille 

10De manière générale, des différences non négligeables de mobilier existent entre des familles relevant de groupes statutaires distincts. D’une part, le mobilier des familles appartenant à des groupes inférieurs est généralement moins riche et fourni que celui de familles nobles, car le statut social est encore aujourd’hui synonyme d’un certain niveau de vie matériel. D’autre part, certains objets sont emblématiques d’une appartenance à l’un de ces groupes statutaires, par exemple le fusil chez les « guerriers », le livre et la tablette coranique chez les « religieux », le pilon et le mortier chez les familles d’origine servile, les objets liés à l’élevage camelin chez les familles « tributaires », les outils, le soufflet de forge et l’enclume chez les « artisans », les instruments de musique chez les « griots », etc. Ainsi est-il encore aujourd’hui relativement aisé de découvrir l’identité sociale d’une famille en observant le mobilier de sa tente : les objets y sont des reflets et des vecteurs du statut social de la famille.

11Ayant mené nos recherches doctorales dans des campements relevant de différentes régions et de groupes sociaux et culturels divers14, nous avons pu noter que l’esthétique (forme, dimensions, décoration, matière) du porte-bagages, mais aussi la valeur assignée aux objets qu’il servait à ranger ainsi que les canons de rangement et de présentation de ces objets, étaient mobilisés par les familles pour signifier leur singularité et leur place dans la société.

12D’après nos informations, jusqu’aux années 1950 environ, ce type de meuble était peu prisé et utilisé par un groupe statutaire particulier, celui des « tributaires », éleveurs de chameaux par excellence qui se déplaçaient plus fréquemment que les autres familles et étaient par conséquent d’autant mieux placés pour apprécier le double avantage de ce meuble. Les familles relevant d’autres statuts avaient recours pour leur part à deux objets distincts. Lors des déplacements, elles utilisaient un palanquin15, à l’ornementation parfois extrêmement sophistiquée dans le cas de familles nobles, qui, une fois la tente montée, n’avait plus d’utilité et était déposé à l’extérieur de celle-ci. Et sous la tente, elles avaient recours, pour tenir leurs bagages à l’abri du sol, à une structure démontable, faite de quatre pieux en bois de teyshot (Balanites aegyptiaca), fichés dans le sol, qui supportaient deux traverses horizontales, entre lesquelles on tendait un tissu ou de vieux sacs à céréales16, vraisemblablement l’« ancêtre » du porte-bagages. A partir du milieu du XXe siècle, le porte-bagages s’est diffusé aux autres groupes statutaires (depuis les régions orientales de la Mauritanie vers l’ouest et le Trarza17), qui abandonnèrent petit à petit les deux ou trois types de palanquin simple. Le rahhâl constitue à ce titre un exemple intéressant d’invention et d’amélioration techniques de la part d’un groupe social, qui plus est de statut non-noble, puis de diffusion de celles-ci, notamment grâce au succès de la double fonctionnalité de l’objet, aux autres catégories sociales, y compris les plus nobles d’entre elles.

13Ainsi, aujourd’hui, presque toutes les familles maures vivant sous la tente en Mauritanie utilisent ce type de porte-bagages/palanquin. Du point de vue lexical, les noms vernaculaires des différentes composantes du rahhâl sont les mêmes dans les différentes régions citées. Par contre, les types de bois utilisés dans sa fabrication sont plus variables d’une région à une autre et dépendent avant tout de leur disponibilité dans les différents milieux naturels concernés. Aujourd’hui, les éléments du porte-bagages ne sont plus fabriqués que dans le sud du pays, là où les artisans maures trouvent encore le bois d’imijîj (Grewia bicolor Juss.), dont les branches sont bien droites et rigides, et le bois de fromager (djewa). C’est ainsi qu’au Tagant, où les artisans ne fabriquent plus ces structures faute de bois d’oeuvre, les hommes vont acheter les pièces du porte-bagages de leur fille ou de leur épouse dans la région de Kiffa (située plus au sud), pour 10 000 UM (environ 50 € en 1999), alors qu’importé à Rachid, bourgade du nord-Tagant, un jeu de pièces de porte-bagages est mis en vente à 25000 UM. Même chose pour les familles d’éleveurs vivant au nord de Oualata et qui vont acheter ces meubles « en kit » à Néma ou encore plus au sud-ouest vers Addel Bagro, plaque tournante du commerce du bois avec le Mali voisin et important centre de fabrication de mobilier de tente destiné aux familles d’éleveurs de l’Est mauritanien. Par ailleurs certaines espèces sont plus prestigieuses que d’autres, et donc plus recherchées par les familles d’un rang social élevé.

14Le prestige et l’aisance de la famille passent aussi par l’esthétique du porte-bagages et en particulier par sa taille. Les familles revendiquant une ascendance noble ont de manière générale des porte-bagages de plus grande taille, présentant des décors plus sophistiqués et soignés que les familles relevant des autres groupes statutaires. La réputation et la respectabilité d’une femme, même si elle n’est pas issue d’une « grande tente », passent également par le soin qu’elle apporte à l’entretien de sa khayma, au confort intérieur de celle-ci et au bien-être qu’elle procure au visiteur18. A noter que les femmes d’origine servile restent bien souvent dépourvues de ce meuble dont elles comblent l’absence par une structure ressemblante, faite de branches grossièrement taillées. Par conséquent, la possession ou non d’un porte-bagages est révélatrice d’une certaine place dans la hiérarchie sociale.

15Les familles de noblesse guerrière se distinguent de surcroît des familles de noblesse religieuse par l’importance supérieure qu’elles accordent à l’esthétique de leur amshaqqab et des objets qu’il supporte et donne à voir (figure 3). Chez les premières, le porte-bagages présente des dimensions significativement supérieures à celui employé par les secondes. Le bât et les coussins de bât, généreusement décorés, sont ostensiblement placés entre les deux sacs féminins, avec quelques coussins, le tout soigneusement recouvert par une couverture de belle facture (généralement importée aujourd’hui). Les « guerriers » laissent pendre sous la traverse avant du porte-bagages le fusil19 du chef de famille20. Le porte-bagages fait alors l’effet d’un présen­toir des biens matériels les plus précieux et représentatifs du statut de la famille, alors que chez les « religieux » prévaut une certaine discrétion sur ce que l’on possède.

16Le porte-bagages est également un moyen pour les couples nouvelle­ment constitués de mettre en scène leur jeunesse. Les jeunes couples se distinguent en effet des plus âgés par le prestige du mobilier de leur tente. D’une part, ils valorisent la « nouveauté » shi târi et notamment les objets et les matières d’importation occidentale (valises, appareils radio, couvertures en acrylique, sacs à main de marque, vaisselle métallique, etc.), aux couleurs souvent très vives et voyantes. D’autre part, ils continuent à accorder leur préférence à des objets qu’ils qualifient de « traditionnels » taqlîdiyîn, fabriqués par les artisans à partir de matériaux locaux (nattes en graminée et cuir, calebasses en bois, coussins et sacs en cuir, etc.), l’essentiel étant pour eux que ces objets « traditionnels » soient nouvelle­ment fabriqués.

Un support d’histoire(s) familiale(s)

17Nous avons noté que le porte-bagages peut être utilisé par les familles maures pour signifier leur différence au sein de la société. A présent, postulant que les objets ont une épaisseur diachronique, voyons en quoi la trajectoire singulière suivie par le porte-bagages est révélatrice de l’histoire d’une famille, et plus particulièrement de celle d’une maîtresse de tente, dans cette société bédouine. La destinée du porte-bagages semble en effet entièrement liée à celle de l’épouse, comme si l’objet « incarnait » en quelque sorte la biographie21 de celle-ci.

18Toute femme, sauf de condition ou d’origine servile, est dotée d’un palanquin qu’elle acquiert lorsqu’elle quitte pour la première fois le campement de ses parents pour celui de son mari, généralement au terme de l’année qui a suivi22 le mariage. A l’occasion de son premier « voyage »23, la jeune femme se voit confier un « trousseau » rhîl24, variable selon le rang social et les moyens économiques de son père. Chez les familles nobles ou tributaires, celui-ci se compose généralement d’une bête de bât et de quelques laitières, d’un palanquin et de son bât, et surtout de matériel domestique, dans lequel on trouve quelques nattes, coussins et couvertures, qui constitueront les premières « affaires » dbesh du couple. Ces biens matériels sont la propriété inaliénable de l’épouse et constituent une avance sur l’héritage du père. Ils sont accompagnés de cadeaux matériels destinés à la belle-famille.

19Ce n’est qu’à l’occasion de la naissance de son deuxième enfant25 (les premières naissances ont toujours lieu dans la tente de la mère de l’épouse), qui déclenche l’acquisition par le jeune couple de sa première tente, que l’épouse obtient de son père ou de son époux le remplacement de son palanquin simple par un porte-bagages/palanquin, l’objet scellant et concrétisant le passage de la jeune femme d’un statut de jeune mariée à ceux de maîtresse de tente et de mère de famille. Autrement dit, alors que l’acquisition du palanquin simple (et généralement d’une bête destinée à le transporter) signifiait l’accession de la jeune femme à la propriété de ses moyens de déplacement, bref à une autonomie extérieure, l’acquisition du porte-bagages/palanquin, après deux naissances ou plus, symbolise pour sa part l’autonomisation de l’épouse à l’intérieur de sa propre tente.

20Les différents éléments matériels du « trousseau » sont commandés longtemps à l’avance à une famille d’« artisans » mcallemîn26, en particulier le palanquin et son bât qui occupent, avec les nattes et les coussins, une place centrale dans le « trousseau » et dont la fabrication nécessite des matériaux et des savoir-faire techniques spécifiques. Ces deux groupes d’objets, l’un lié au déplacement, l’autre au confort domestique intérieur, représentent deux dimensions essentielles de la culture maure : la nécessaire mobilité extérieure, complémentaire du confort et de l’hospitalité de la tente.

21Le porte-bagages constitue non seulement un capital économique vivant à préserver, mais il comporte surtout pour l’épouse une indéniable valeur affective et sentimentale. Tout au long de sa vie, la maîtresse de tente apporte donc un certain soin à l’entretien de son unique meuble, car celui-ci « peine » – comme l’indique l’une de ses deux dénominations vernaculaires (amshaqqab) – plus ou moins selon la fréquence des déplacements. L’entretien consiste27 à défaire occasionnellement tous les liens de cuir qui maintenaient l’ensemble de la structure composite, et à en appliquer de nouveaux (après les avoir mouillés) afin de solidifier l’ensemble. Par ailleurs, la maîtresse de tente est amenée régulièrement à enduire les pieds du porte-bagages de beurre fondu pour prévenir un dessèchement prématuré du bois. Lorsqu’une pièce de bois est endommagée, c’est l’« artisan » mcallem, du campement ou d’un campement voisin, qui est sollicité pour la réparer. Lorsque les éléments du porte-bagages sont hors d’usage, au bout de dix ou quinze ans, le chef de famille se doit d’assurer leur remplace­ment28 (figure 4), en allant en commander de nouveaux auprès d’un artisan, souvent aujourd’hui installé dans une région méridionale de la Mauritanie. Par conséquent, l’existence de l’objet est régulièrement prolongée ou maintenue par des modifications physiques, superficielles ou substantielles, de ses composantes. De même que l’épouse orchestre la restauration de sa tente, dont elle prolonge la vie tous les deux ou trois ans (Boulay, 2003a), c’est elle, assistée par quelques femmes du campement, qui se charge de l’assemblage des pièces du porte-bagages à l’aide de liens de cuir mouillés.

22Le cycle de vie du porte-bagages est, de fait, calqué sur celui de l’épouse29. De même que la femme récemment mariée doit toujours être « présentable », apprêtée, bien habillée et parfumée – surtout (mais pas seulement) en présence de son époux –, l’intérieur de sa tente doit également attirer la vue, donner envie d’y pénétrer, procurer des sensations de confort et de bien-être. C’est la raison pour laquelle une « nouvelle tente » (sous-entendu habitée par une femme nouvellement mariée), outre la relative liberté de mœurs qu’elle procure et la certitude de se retrouver avec des personnes de même classe d’âge, est souvent le rendez-vous privilégié des jeunes du campement, qui viennent y passer la mi-journée, prendre le repas du midi, précédé et suivi d’un thé, puis d’une sieste, écouter de la musique, etc. Ils y trouvent aussi de « beaux » objets, récents et « modernes », qui leur plaisent, comme un « sharp » radio-double K7 dernier cri, de beaux voiles portés par la jeune femme, du parfum, etc. Ils peuvent également venir y fumer librement, loin des tentes des vieux, et parler de sujets tabous.

23Si ces objets sont tant caractéristiques des « jeunes tentes », c’est aussi parce que chez les couples plus âgés, on accorde beaucoup moins d’impor­tance à l’apparence, à l’esthétique, à la nouveauté. La maîtresse de tente, après quelques années de mariage, et surtout quelques naissances, est devenue une femme « accomplie », qui a déjà pu, à de nombreuses occasions, faire preuve des qualités que l’on attend d’une épouse dans cette société. Elle n’a plus à se préoccuper de son apparence autant que ne le ferait une jeune épouse, même si elle doit encore prodiguer des efforts pour plaire à son mari. Son mobilier a augmenté au fil des années à l’image du monceau d’affaires qui culmine sur son porte-bagages.

24Quand la maîtresse de tente décède et laisse un porte-bagages en bon état, il peut être transmis à celle de ses filles qui en a alors le plus besoin ou bien donné à une autre maîtresse de tente du campement, parente ou dépendante, dans le besoin à ce moment là.

25Les objets domestiques, et en particulier le porte-bagages, se chargent au fil des ans de mémoire familiale et participent à la genèse de l’histoire de la « tente », et donc de son identité.

Une balise dans l’espace social

26La position du porte-bagages, à l’intérieur comme à l’extérieur de la tente, n’est pas anodine : ce meuble constitue, à notre sens, un pôle fixe et tangible qui structure l’espace social.

27L’espace intérieur de la khayma, restreint à celui recouvert par le vélum textile, ne présente généralement pas de cloison30, contrairement par exemple aux tentes des bédouins de la Péninsule arabique (Boulay, 2003b). Par conséquent, c’est l’agencement des objets, et en particulier du porte-bagages, qui permet d’exprimer un certain nombre de règles de vie, dans ce microcosme qu’est la tente, et de valeurs culturelles. Lors d’un déména­gement et d’une installation dans un nouveau lieu, après le montage de la tente, le porte-bagages est le premier objet à être introduit et positionné sous le vélum. Et c’est par rapport à lui que sont ensuite déployées les nattes de sol et disposés les autres objets domestiques. Signalons également que, par le passé, dans la région du Trarza notamment, une natte-paravent entourait le support à bagages et pouvait être refermée sur lui pour empêcher le petit bétail de venir y dérober quelque vivre31.

28L’unique meuble de la tente, que les bédouins qualifient parfois par autodérision de « buffet de la tente », en constitue aussi la principale polarité intérieure, au point qu’il sert souvent à situer des choses ou des individus dans l’habitation32. Appartenant à l’épouse et utilisé essentiellement par elle et ses enfants, il fait de la partie sâhel « nord » de la tente, où il est toujours installé33, un espace féminin par excellence. Lorsqu’elle est seule avec ses enfants, l’épouse peut s’accaparer l’ensemble de l’espace intérieur de la tente. Mais en présence de son mari, qui se place systématiquement dans la partie opposée au porte-bagages, où il dépose sa selle et son grand sac de voyage en cuir, son espace se restreint à la moitié sâhel « nord » de la tente.

29En présence de visiteurs masculins, ceux-ci prenant place dans la partie sharg « sud » de la tente, cette bipartition entre sâhel-féminin-privé et sharg-masculin-public est exacerbée. Leur présence régit ce mode bipartite d’occupation de l’espace et restreint le « territoire » de l’épouse au plus près de son porte-bagages. Ces règles d’occupation de l’espace sont destinées à protéger l’intégrité du « domaine privé » et réservé du chef de famille harîm (épouse, enfants et dépendants éventuels), représentant ce qu’il y a de plus sacré pour l’homme, qu’une trop grande proximité avec des individus masculins « extérieurs », époux potentiels de la maîtresse de tente (ou de ses filles), pourrait mettre en péril. Ces règles de « pudeur » sahwa et d’« honneur » harme, admises dans l’ensemble de la société, doivent être respectées, non seulement par le visiteur, mais aussi par les habitants de la tente qui l’accueillent, tel un contrat de comportement spatial des individus sous la tente. Le porte-bagages balise et définit alors aux yeux du visiteur le domaine spatial où il doit éviter de s’aventurer34.

30La position du porte-bagages dans la partie sâhel « nord » de la tente n’est pas due au hasard. Sâhel est un orient connoté plutôt négativement. Les Maures se représentent en effet l’univers en général et leur environnement proche en particulier selon une opposition structurelle entre espaces habités et domestiqués par la société, et espaces « vides » khle ou khalawa, dépourvus de campements et de pâturages et peuplés de djinns (appelés « gens du vide » ahl le-khle)35. Or, pour les Maures, les djinns les plus dangereux sont localisés essentiellement au sâhel de la tente, dans la proximité immédiate du porte-bagages et des effets féminins. Ainsi, pendant la nuit36, le chef de famille vient dormir entre le porte-bagages et son épouse, considérée comme plus vulnérable face aux attaques nocturnes des « gens du vide ». La femme est conçue comme une personne impure de par ses pertes de sang menstruel, et donc menacée car ce sang est très prisé des djinns. Les Maures disent à leur propos qu’ils convoitent les espaces souillés et impurs (Tauzin, 2001 : 38-39). Par conséquent, l’espace féminin, marqué principalement par son objet emblématique, le porte-bagages, est associé à des valeurs négatives d’impureté et de danger et serait, sans la présence de ce meuble et de la paroi amovible de la tente (appelée dve, kfe ou encore kurâr), directement menacé par le Malin, inversement à la partie masculine de la tente, qui est associée à des valeurs positives.

31Lorsqu’il est utilisé comme palanquin à l’extérieur de la tente, durant les déplacements, il nous semble que le rahhâl surmonté du baldaquin se voit assigner le même rôle protecteur que celui que peuvent jouer la tente et le « voile féminin » melhafa. Il isole la maîtresse de tente des dangers de l’extérieur, du « vide » et de ses « habitants », et la préserve par ailleurs des convoitises de courtisans potentiels, à moins qu’au contraire cette dissimulation incomplète par le dais n’alimente le jeu de la séduction. Outre sa relation métonymique évidente avec la tente, il en constitue une sorte d’« annexe mobile »37. Le pôle fixe de la tente (l’épouse et son porte-bagages) se déplace d’un point à un autre, subit une translation, tout en gardant son intégrité physique et morale. Le dais est par ailleurs appelé hejba, terme employé en arabe classique pour désigner le voile de tête féminin, substantif formé sur la racine HJB, qui exprime l’idée de « cacher », ici l’épouse et ses jeunes enfants éventuels (ainsi que l’honneur du chef de famille). Les sorties lointaines effectuées par la maîtresse de tente sont protégées par le palanquin et surtout par le dais. Le rahhâl permet à l’épouse de sortir de l’espace de la tente tout en y restant d’une certaine façon, comme le permet la natte dans les déplacements féminins chez certains groupes touaregs38. Dans la poésie arabe dialectale, le palanquin occupe également une place très importante, matérialisant ce que Abdallah Ould Mohamed Salem a justement appelé l’« espace-itinéraire » (1995 : 214), le parcours suivi par le palanquin renvoyant à celui suivi par l’aimée et les siens.

32Le porte-bagages, à l’intérieur comme à l’extérieur de la tente, permet de baliser l’espace et de le structurer selon un ethos propre à cette société. Son double usage, soit en milieu domestiqué, soit dans l’espace « vide », fait de lui un trait d’union entre ces deux univers, chargés de valeurs antagoniques.

Un objet appele à disparaître ?

33Du fait de la raréfaction des bois d’œuvre utilisés dans la fabrication du porte-bagages (suite notamment à la désertification et à la surexploitation des espèces ligneuses dans le Sud mauritanien) et de l’exode continu des artisans du milieu pastoral vers une clientèle plus urbaine, on pourrait penser que le meuble emblématique de la tente est en train de disparaître de la culture matérielle des bédouins maures.

34En réalité, parmi les objets de tente qualifiés par nos interlocuteurs de « traditionnels » taqlîdiyîn39 ou d’« anciens » ders, certains, comme les grands sacs de rangement en cuir ouvragé ou les couvertures en peaux d’agneaux cousues, sont en voie de disparition, tandis que, comme nous l’avons constaté sur le terrain, le porte-bagages reste omniprésent sous les tentes des éleveurs maures, certes beaucoup moins nombreux que par le passé40. Il semble en effet que, pour eux, la tente est inconcevable sans un porte-bagages à l’intérieur, et c’est vraisemblablement l’importance tenue par ce meuble dans le milieu domestique, dans les pratiques motrices ajustées aux habitudes spatiales, dans la mémoire de chacun, mais aussi dans la cosmologie, qui permet cette permanence. L’objet garde tout son sens au sein de ces familles bédouines, à tel point que son absence, momentanée ou prolongée, génère une rupture puis un manque.

35Quant aux familles sédentarisées en milieu rural, elles continuent parfois d’utiliser leur vieux porte-bagages sous le hangar voire dans la maison, positionné, comme sous la tente, dans la partie sâhel « nord » de l’espace domestique. Celui-ci peut même être installé à côté d’un petit buffet en contreplaqué acheté à Nouakchott : dans ce cas le premier sert à ranger les matelas et les coussins (selon les mêmes canons esthétiques que sous la tente), tandis que le second, souvent doté d’une petite vitrine, est utilisé pour ranger les objets liés à la vie sédentaire (verres, vaisselle, bibelots divers, etc.). Cet attachement au porte-bagages est mû à la fois par une nostalgie de la vie nomade et par les occasions ponctuelles qui se présentent d’aller passer quelques jours dans le désert, pendant un week-end ou des vacances scolaires, en réutilisant la tente et son meuble emblématique.

36Certes avons-nous observé quelques essais de remplacement du porte-bagages par des structures, en bois ou en métal, inspirées de son architecture, notamment chez certaines familles d’éleveurs du Trarza, région proche de la capitale mauritanienne. Mais ces meubles de substitution, commandés à des menuisiers ou des soudeurs de Nouakchott ou de Rosso, ne remplissent plus alors qu’une des deux fonctions du rahhâl, celle de meuble de rangement. De fait, la fonction de palanquin devient obsolète pour ces familles qui soit sont sédentarisées, soit nomadisent encore mais en ayant recours à un véhicule tout terrain (figure 5).

37Par ailleurs, toujours dans la région du Trarza, on observe depuis une dizaine d’années, dans certaines tentes d’éleveurs, la présence d’un petit meuble insolite, qui rappelle quelque peu la forme du porte-bagages. Il s’agit d’un châssis monté sur quatre pieds et fait d’un clayonnage de fines racines d’acacia. En milieu bédouin, ce petit meuble sert officiellement à ranger les calebasses mais en réalité, peint avec des couleurs vives (jaune, rouge, vert) et orné de petits éclats de miroir, il est souvent vide et on lui assigne avant tout une fonction décorative.

38La mode de ce petit meuble inspiré du porte-bagages a été initiée par les citadines qui, lorsqu’elles viennent passer le week-end dans le désert sous la tente, l’utilisent comme étagère de rangement en lieu et place du porte-bagages, que l’on ne trouve plus à Nouakchott que dans les magasins d’artisanat traditionnel et d’antiquités. Les femmes bédouines ne voient pour leur part en ce petit meuble incongru qu’un objet de décoration à la mode citadine, véhiculant avec lui un parfum de modernité. Elles soulignent son côté futile en le qualifiant avec humour de « dixième préoccupation » hemm el-câshir, ou son aspect esthétique excentrique et déroutant en le nommant « le fou » hweyme râshu (littéralement « sa tête est chaude »). Chez ces dernières, ce petit meuble cohabite toujours avec le porte-bagages « traditionnel ».

39Cette structure bariolée constitue un exemple intéressant de nouveauté citadine inspirée d’un artefact issu de la culture matérielle bédouine et de surcroît emblématique de celle-ci, et (re)diffusée ensuite, par un phénomène de mode, en milieu bédouin où il reçoit cependant un accueil mitigé et se voit assigné un statut d’objet décoratif.

Conclusion

40L’étude du statut du porte-bagages dans cette société bédouine en cours de sédentarisation illustre bien, nous semble-t-il, le rôle central que peuvent jouer les objets dans l’expression des valeurs propres à un groupe humain et dans les processus sociaux de fabrication et de formulation des identités.

41Ce meuble, dont la singularité réside avant tout dans son double emploi, mais aussi dans son architecture et son esthétique, est présent, à notre connaissance, uniquement dans cette société ouest-saharienne et constitue en cela un support privilégié de son identité. Ce « présentoir » des principaux biens matériels de la famille est, pour le couple marié, un vecteur de différenciation (de statut, de niveau de vie, ou encore de génération). L’objet a, on l’a vu, une existence propre, calquée sur celle de sa propriétaire : il incarne la biographie sociale de l’épouse et de la « tente » et participe ainsi à la genèse de son histoire. En outre, dans l’espace non cloisonné de la tente, il constitue un repère tangible à partir duquel s’organise la vie collective et s’exprime un certain nombre de valeurs culturelles. La symbolique de sa position sous la tente nous informe quant au système de représentation de l’univers en vigueur dans cette société. Dans sa fonction secondaire de palanquin, l’objet devient un trait d’union essentiel entre l’espace protégé et féminisé de la tente et le « vide » qui l’entoure, et se présente de surcroît comme une annexe mobile de l’habitation, qui prolonge en quelque sorte l’espace de protection de la tente hors de celle-ci. Enfin, la résistance que montre ce meuble à sa disparition ou à son remplacement souligne avec plus de force l’attachement qu’on lui porte et la dimension emblématique dont on l’investit.

42Dans la région de l’Adrar (Nord mauritanien), où le tourisme saharien connaît un essor certain depuis une dizaine d’années environ, il est courant de découvrir au milieu des étals des marchands d’« artisanat traditionnel » un pied de porte-bagages41. Généralement, l’objet (vendu entre 10 et 20 euros), joliment sculpté et décoré, présentant par ailleurs « une belle patine » comme diraient les collectionneurs occidentaux d’« Arts Premiers », suscite rapidement la curiosité des touristes. Le « bel objet » pose d’abord question au visiteur et le fait qu’il soit dissocié de sa structure d’origine, comme en panne de sens, ajoute incontestablement à son étrangeté et à sa singularité. Certains touristes l’achètent sans se renseigner à son sujet, préférant laisser libre cours à leur imagination. D’autres au contraire demandent au guide mauritanien, ou au vendeur, d’intervenir pour qualifier l’objet, d’une part en le recontextualisant, d’autre part en précisant sa fonction « traditionnelle ». L’échantillon accède dans ce cadre au statut d’emblème d’un patrimoine culturel nomade et s’apprête à adopter un nouveau statut d’« objet souvenir » voire d’« objet d’Art africain » dans le cadre domestique du touriste.

Annexes

fig. 2 Déplacement d'un jeune couple, Hodh, 1999   (Cl. Boulay)

fig. 2 Déplacement d'un jeune couple, Hodh, 1999   (Cl. Boulay)

fig. 3. Porte-bagages sous la tente, Tagant, 1999 (Cl. Boulay)

fig. 3. Porte-bagages sous la tente, Tagant, 1999 (Cl. Boulay)

fig. 4 . Femme devant des éléments de porte-bagages neufs  (Cl. Boulay)

fig. 4 . Femme devant des éléments de porte-bagages neufs  (Cl. Boulay)

fig. 5.  Transport motorisé du porte-bagages (Cl. Boulay

fig. 5.  Transport motorisé du porte-bagages (Cl. Boulay
Haut de page

Bibliographie

Bonnot, T., 2002, La vie des objets, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 246 p.

Bonte, P., 1987, « Donneurs de femmes ou preneurs d’hommes. Les Awlad Qaylan, tribu de l’Adrar mauritanien », L’Homme, XXVII, 102 : 54-79

—, 1990, « L’‘ordre’ de la tradition, évolution des hiérarchies statutaires dans la société maure contemporaine », in P. Baduel (éd.) Mauritanie, entre arabité et africanité, Revue du Monde musulman et de la Méditerranée, 54 : 118-129

—, 1998, L’émirat de l’Adrar. Histoire et anthropologie d’une société tribale saharienne, Thèse de doctorat d’Etat, Paris, EHESS, 4 vol., 2352 p.

Boulay, S., 2003a, La tente dans la société maure (Mauritanie), entre passé et présent. Ethnologie d’une culture matérielle bédouine en mutations, Thèse de doctorat du Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, 615 p.

—, 2003b, « Wohnformen und Gebrauchsgegenstände der Nomaden in der arabischen Welt », pp. 21-55 in Mateo Kries und Alexander Von Vegesack (éd.), Leben unter der Halbmond - Die Wohnkulturen der arabischen Welt, Weil am Rhein, Vitra Design Museum

—, 2005, « Genèse, représentations et usages de l’espace de la famille chez les bédouins maures (Mauritanie) », in J.-Y. Authier et C. Bidou (éd.), La famille dans tous ses espaces, Espaces et sociétés, n° 120-121 : 141-161

Casajus, D., 1987, La tente dans la solitude. La société et les morts chez les Touaregs Kel Ferwan, Paris, Cambridge University Press et Editions de la Maison des sciences de l’homme, 390 p.

Claudot-Hawad, H., 2002, « Noces de vent : épouser le vide ou l’art nomade de voyager », pp. 11-36 in Hélène Claudot-Hawad (sous la direction de), Voyager d’un point de vue nomade, Paris, Paris-Méditerranée

Frerot, A.-M., 1990, « Orients mauritaniens », Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, 54 : 106-117

Kopytoff, I., 1986, « The cultural biography of things : commoditization as process », pp. 64-94 in A. Appadurai (éd.), The social life of things. Commodities in cultural perspective, Cambridge, Cambridge University Press

Le Borgne, C., 1953, « Vocabulaire technique du chameau en Mauritanie (dialecte hassanya) », Dakar, Bull. de l’I.F.A.N., XV, 1: 292-380

Leroi-Gourhan, A., 1992, Evolution et techniques, tome 2 : Milieu et techniques, Paris, A. Michel (1ère éd. 1945), 475 p.

Mohamed Salem, A. Ould, 1995, « Le lieu dans la poésie arabe mauritanienne », Notre Librairie, 120-121 : 210-215

Puigaudeau, O. du, 1981, « Arts et coutumes des Maures », Hespéris Tamuda, XIX : 169-220

Segalen, M. et C. Bromberger, 1996, « L’objet moderne : de la production sérielle à la diversité des usages », Ethnologie française, XXVI, 1 : 5-16

Segalen, M. et B. Le Wita , 1993, « Les vertus de l’intérieur », pp. 30-50 in M. Segalen et B. Le Wita (sous la direction de), Chez soi, Objets et décors : des créations familiales ?, Autrement, série Mutations, 137, 216 p.

Taine-Cheikh, C., 1988, Dictionnaire hassâniyya-français, Paris, Geuthner, 8 tomes (hamza à fâ’)

—, 1991, « Le vent et le devant. De l’orientation chez les Maures », Journal asiatique, t. CCLXXIX, n° 1-2, pp. 93-126.

Tauzin, A., 2001, Figures du féminin dans la société maure (Mauritanie), Paris, Karthala, 212 p.

Walentowitz, S., 2002, « Partir sans quitter. Rites et gestes autour des déplacements féminins chez les Inesleman de l’Azawagh », pp. 37-52 in H. Claudot-Hawad (sous la direction de), Voyager d’un point de vue nomade, Paris, Paris Méditerranée

Warnier, J.-P., 1999, Construire la culture matérielle. L’homme qui pensait avec ses doigts, Paris, PUF, 176 p.

Haut de page

Notes

1 Les « Maures », dénomination française héritée de la période coloniale, se nomment collectivement Bizân, littéralement « Blancs ».
2 L’entrée de la tente, celle à laquelle le visiteur fait face, est toujours orientée vers la direction gibla, qui est un orient mouvant et évoluant, selon les régions culturelles du pays, entre l’ouest et le sud géographiques. Pour simplifier la lecture de ce texte, nous prendrons le terme gibla dans son acception d’ « ouest ». Dans ce cas, hel équivaut au « nord », tell à l’ « est » et sharg au « sud » (voir au sujet du système d’orientation maure : Frérot, 1990 ; Taine-Cheikh, 1991).
3 Note sur la transcription des termes arabes (dialecte hassâniyya) : th, th anglais de « think »; h, h aspiré ; kh, vélaire sonore, jota espagnole ; dh, th anglais de « the » ; dj, dentale sonore palatalisée ; sh, ch français ; s, s emphatique ; d, d emphatique ; t, t emphatique ; z, dh emphatique ; c, spirante sonore émise par le larynx comprimé ; gh, r grasseyé.
4 Je remercie amicalement F. Grognet, O. Schinz et T. Benfoughal pour leurs précieuses remarques et suggestions de corrections sur ce texte.
5 Selon Leriche cité par Taine-Cheikh (1988).
6 Les Maures ont recours au terme khayma pour désigner à la fois la « tente », la « famille nucléaire » qu’elle abrite et, de façon plus métaphorique encore, la « mère de famille ». Au sujet de la relation entre la tente et la famille dans cette société, voir notamment : Boulay, 2005.
7 La célèbre marque occidentale de valises rentre alors dans le dialecte maure (hassâniyya), en tant que nom générique d’un objet qui n’a intégré la culture matérielle des familles bédouines que très récemment.
8 Peut être aussi un bœuf, chez les éleveurs de bovins, ou un âne pour les familles les plus pauvres en bétail.
9 La selle d’homme se dit hla (fém., pl. rwâhel).
10 Ce qui n’est d’ailleurs pas propre à cette société nomade : en français par exemple, on parle de « meubles » et de « mobilier » pour des objets pourtant assignés à une certaine immobilité dans le cadre domestique.
11 Racine peut-être d’origine berbère zanaga selon Taine-Cheikh (1988).
12 La société maure se présentait comme un ensemble composé de centaines de tribus pouvant relever de trois « ordres » (Bonte, 1987) distincts : les « guerriers » hassân ou carab, les « religieux » zwâya ou tolba, et les « tributaires » znâga, appelés aussi lahme lorsqu’ils étaient sous la protection d’une famille guerrière, ou tlâmîd lorsqu’ils versaient le tribut à une famille de religieux. Ces tribus, divisées en fractions et sous-fractions, regroupaient en leur sein des familles aux statuts distincts et strictement hiérarchisés : « nobles » (guerriers ou religieux), « tributaires », « affranchis » htîn, « esclaves » cbîd, « griots » iggâwen – auprès de familles guerrières uniquement – et « artisans » mcallemîn ou çinnâc, appelés « forgerons » par les colons français du fait de la prédominance des travaux de forge dans leurs activités. La colonisation puis la naissance de la Nation mauritanienne, en 1960, et enfin le vaste processus de sédentarisation qui a suivi les sécheresses des années 1970 et 1980, ont à la fois largement porté atteinte à ce schéma organisationnel tout en le perpétuant sous de nouvelles formes.
13 L’environnement domestique, passant notamment par l’agencement des objets qui « peuplent » l’habitation, est le résultat d’un processus de création et constitue un espace privilégié de mise en scène de l’identité familiale (Segalen et Le Wita, 1993).
14 De janvier 1999 à septembre 2000, successivement au Tagant, puis dans le Hodh occidental, le Hodh oriental, le Brakna et enfin le Trarza.
15 Il en existait différents types, comme la jahfe, encore en usage aujourd’hui dans l’Est mauritanien notamment, ou l’arâgen (terme d’origine berbère), aujourd’hui disparu et qui semble être connu surtout dans le sud-ouest (Trarza et Brakna) et dans le nord du Trâb el-Bizân « Pays maure ». Ce second type de palanquin était destiné uniquement aux jeunes filles de « grande tente ». Selon un ancien artisan du camp de l’émir du Trarza : « Il s’agissait d’une structure en bois blanc (teyshot ou ignîn [Capparis decidua (Forskal) Edgew] ou amûr [gonakier]) très ouvragée, incrustée de pièces de cuivre, à la façon des décors des coffres en bois qui ont fait la réputation des artisans de la Gibla [Sud-Ouest], pyrogravée, colorée et surmontée d’un baldaquin en forme de dôme ou de coupole. L’arâgen était par ailleurs doté d’étoffes de couleur rouge, qui ajoutaient au prestige de l’ensemble » (Tâleb Bûye uld M., Mederdra, Trarza, 31-7-2000). Au sujet des différents types de palanquins et de bâts, voir : Le Borgne, 1953 ; Puigaudeau, 1981 ; Boulay, 2003a.
16 L’ensemble était appelé « supports de bagages » deyât ed-dbesh. Certaines familles de bouviers des Ntâba Noirs et des Tendgha, deux tribus religieuses implantées dans la région de Keur Maçène (Trarza), préfèrent encore aujourd’hui ce type de structure, composée d’éléments indépendants et démontables lors des déplacements, au rahhâl.
17 Tuttu mint A., 18-7-2000, Gowd Le-mkemmesh, Trarza.
18 Le qualificatif zeyn a à la fois le sens de « beau », de « bien » et de « bon ». Par conséquent, l’expression khayma zeyna ne désigne pas seulement une « belle tente », mais aussi et surtout une « bonne tente », une « bonne famille » dans laquelle il fait bon « descendre » pour passer la nuit.
19 On trouve le fusil essentiellement au sein des familles guerrières, mais aussi chez les « marabouts du soleil » Zwâya-t esh-shems qui, contrairement aux « marabouts de l’ombre » Zwâya-t ez-zall du Sud-Ouest mauritanien, n’ont jamais été soumis ni désarmés par les tribus guerrières, et sont par conséquent restés politiquement autonomes (Bonte, 1990 : 118-119).
20 Du moins lorsque celui-ci a atteint un certain âge, car lors des premières années de mariage, le jeune époux range son fusil près de sa selle et de son sac de voyage, dans l’extrémité de la tente opposée à celle occupée par le porte-bagages, soit la partie sharg (sud) de l’habitation. Par conséquent, la disposition des objets sous la tente est signifiante quant à l’âge des époux et quant à l’ancienneté de leur couple.
21 Sur les notions de « singularisation » des objets, de « biographie » des objets, voir notamment les travaux de Kopytoff (1986) dont la traduction figure dans ce volume, Warnier (1999) et Bonnot (2002).
22 Cette période varie selon l’âge de l’épousée (généralement d’un an, ou plus si elle est très jeune) et selon le statut social des familles. Au cours de celle-ci, son époux vient lui rendre des visites nocturnes discrètes et épisodiques, qui ont lieu sous un abri sommaire en tissu de cotonnade blanche et appelé benye. Cet abri n’est dressé qu’à la nuit tombée et sera démonté avant l’aube. Il ne tient par conséquent pas lieu d’habitation.
23 Ce départ de la jeune femme du campement de ses parents passe par un déplacement, un déménagement d’un lieu à un autre : « le-mra rahlet shôr ahlu », « la femme a déménagé vers [le campement de] ses beaux-parents ». Une autre expression couramment usitée en hassâniyya exprime plutôt l’idée d’une « promenade », pour évoquer ce premier voyage de la jeune femme dans son nouveau statut d’épouse : « le-mra seddert : gâset ahl er-râjel », « la femme est partie se promener, elle s’en est allée dans la famille de l’époux ». L’emploi courant de cette seconde expression est intéressant car le verbe sedder, que l’on ne retrouve pas en arabe classique, et qui signifie dans le dialecte des Maures « se promener librement », est habituellement employé pour les hommes, la femme étant cantonnée soit au domicile de son père, si elle n’est pas mariée, soit au domicile conjugal, dans le cas inverse. Cette expression véhicule par conséquent une idée de prise de liberté vis-à-vis de ses parents et rend bien compte de cette phase de transition dans laquelle se trouve la jeune femme, entre deux résidences (celle de ses parents, qu’elle a quittée, et celle de ses beaux-parents, qu’elle part retrouver) et donc entre deux conditions sociales, marquées dans le temps et l’espace.
24 Substantif formé – comme du reste le terme rahhâl – sur la racine arabe RHL, et qui est également employé pour désigner le « voyage », le « déplacement ».
25 Le premier enfant est souvent confié aux grands-parents maternels, ce qui a en quelque sorte pour effet de prolonger la situation de « jeunes mariés » du couple (Tauzin, 2001).
26 L’« artisan » mcallem et l’« artisane » mcallema sont chacun spécialisés dans le travail de certaines matières et dans certaines activités techniques. Cette bipartition des tâches peut d’ailleurs intervenir dans le cadre de la confection d’un même objet. De manière générale, l’artisan travaille les métaux, le bois et le cuir épais et rigide de bovin ou de dromadaire. Tandis que les activités de son épouse se concentrent dans la production d’objets en cuir souple (d’ovin ou de caprin) et dans leur décoration par gravure et coloration.
27 Chaque année chez les familles nomades, plus rarement chez les familles plus sédentaires.
28 De même qu’il doit garantir l’intégrité du bétail que l’épouse a (éventuellement) apporté dans son « trousseau ».
29 Il existe entre l’épouse et son porte-bagages une relation métonymique du même ordre que celle ayant cours entre elle et sa tente. D’ailleurs la durée de vie d’un montant de porte-bagages est à peu près équivalente à celle d’une bande tissée (vlîj) de tente en poil (Boulay, 2003a).
30 Sauf quelques situations particulières évoquées dans notre thèse (2003a : 264-267).
31 Une natte-paravent de ce type vient d’être acquise, en 2005, par le Musée d’Ethnographie de Neuchâtel.
32 Tel objet sera situé au sharg « sud » du porte-bagages, tel autre au tell « est », etc.
33 A quelques exceptions près (Boulay, 2003a).
34 A telle enseigne que, lors de la seule fois où nous trouvâmes un porte-bagages dans la partie sharg « sud » d’une tente (famille de Kunta du Tagant, avril 1999), pour des raisons essentiellement climatiques selon sa propriétaire, toute l’organisation spatiale de la tente était inversée : la maîtresse de tente se tenait dans la partie « sud » près de son porte-bagages et son époux et ses affaires dans la partie « nord ».
35 On retrouve un système de représentation similaire dans la société touarègue voisine (Casajus, 1987 ; Claudot-Hawad, 2002).
36 Les Maures disent que, en période nocturne, le monde « vide » se resserre autour de la tente et les « gens du vide » sont alors plus dangereux et plus virulents qu’en période diurne.
37 L’architecture du baldaquin n’est d’ailleurs pas sans rappeler la forme pyramidale de la tente.
38 Selon S. Walentowitz, chez les Touaregs Inesleman de l’Azawagh nigérien (Kel Eghlal et Ayttawari), « lors des déplacements en dehors de la tente et de l’espace domestique immédiat, les femmes se protègent d’une grande natte si elles se déplacent à pied », natte qui était, jadis, « uniquement fabriquée à cet effet » (2002 : 47-48).
39 Qualificatif appliqué à des objets toujours connus ou côtoyés sous la tente, transmis de génération en génération, fabriqués artisanalement avec des matériaux locaux.
40 Aujourd’hui, moins de 10% de familles maures mènent encore un mode de vie nomade contre 70% environ à la fin des années 1960 (Etude sur la population nomade en Mauritanie, Nouakchott, Office national de la statistique, Ministère du Plan, 1998).
41 Observations faites dans le cadre d’une recherche en cours sur le développement du tourisme dans l’Adrar mauritanien.
Haut de page

Table des illustrations

Titre fig. 1. Croquis de porte-bagages (Boulay)
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/196/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre fig. 2 Déplacement d'un jeune couple, Hodh, 1999   (Cl. Boulay)
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/196/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre fig. 3. Porte-bagages sous la tente, Tagant, 1999 (Cl. Boulay)
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/196/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre fig. 4 . Femme devant des éléments de porte-bagages neufs  (Cl. Boulay)
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/196/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre fig. 5.  Transport motorisé du porte-bagages (Cl. Boulay
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/196/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Boulay, « La double vie du porte-bagages », Journal des africanistes, 76-1 | 2006, 112-139.

Référence électronique

Sébastien Boulay, « La double vie du porte-bagages », Journal des africanistes [En ligne], 76-1 | 2006, mis en ligne le 15 septembre 2009, consulté le 24 mai 2017. URL : http://africanistes.revues.org/196

Haut de page

Auteur

Sébastien Boulay

Chercheur associé à l’USM 105 « Objets, cultures et sociétés » du Muséum national d’Histoire naturelle (Paris) et chargé de cours à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’université de Nouakchott (Mauritanie) ; boulay(at)univ-nkc[point]mr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org