Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

QUINT, Nicolas, Phonologie de la langue koalibe, dialecte réré (Soudan)

Paris, L’Harmattan, 2006, 238 pages
Denis Creissels
p. 184-185

Texte intégral

1L’auteur de cet ouvrage s’était jusqu’ici fait connaître par des monographies consacrées à divers parlers occitans, ainsi que par ses publications sur le créole capverdien. Mais depuis plusieurs années déjà, c’est aux langues kordofaniennes qu’il consacre l’essentiel de son activité de linguiste, et cette phonologie du koalib devrait constituer la première d’une série de publications, qu’on espère aussi fournie que possible, visant à combler l’une des lacunes les plus évidentes dans la documentation disponible sur les langues africaines.

2Les langues qu’il est convenu depuis Greenberg de regrouper sous l’étiquette de « kordofaniennes » ont une importance de tout premier plan pour la linguistique africaine. Il s’agit de langues particulièrement difficiles d’accès, parlées au Soudan dans les monts Nouba. Au vu des données disponibles, il est permis de penser que la plus grande partie au moins des langues classées par Greenberg comme kordofaniennes sont génétiquement apparentées, et que l’unité qu’elles forment se rattache au Niger-Congo. Leur position précise à l’intérieur du Niger-Congo reste problématique, mais leur séparation du reste de la famille doit être particulièrement ancienne, et leur éloignement géographique du reste du Niger-Congo ajoute à leur intérêt.

3Un travail comparatif sérieux sur la position du kordofanien à l’intérieur du Niger-Congo présenterait donc un intérêt considérable, mais l’état actuel de la documentation sur ces langues, particulièrement mal documentées, interdit dans l’immédiat d’envisager une telle entreprise. La description de la phonologie du koalib que nous livre Nicolas Quint constitue de ce point de vue une avancée significative.

4Dans l’introduction, qui expose de façon détaillée la situation des langues kordofaniennes en général et du koalib en particulier, Nicolas Quint s’explique notamment sur son choix de mettre l’accent sur cette langue, qui d’une part semble représentative de l’ensemble des propriétés typiques des langues kordofaniennes, et d’autre part se distingue parmi les langues kordofaniennes par le nombre de ses locuteurs (environ 100 000) et sa vitalité. Les chapitres suivants étudient successivement le système vocalique, le système consonantique, le système tonal et la structure syllabique. Un dernier chapitre est consacré aux questions de transcription orthographique.

5Compte tenu du fait qu’il s’agit de jeter les bases de la description d’une langue non décrite, on ne s’étonnera pas que cette phonologie soit très classique dans sa conception et sa présentation. La documentation d’une langue non documentée doit impérativement respecter une certaine progression, et il importe avant toutes choses, comme le fait Nicolas Quint dans cette phonologie du koalib, de répertorier avec précision le matériau phonique de la langue et de procéder à une analyse distributionnelle rigoureuse visant à reconnaître celles parmi les distinctions phoniques répertoriées qui sont pertinentes dans le système phonologique de la langue. Cette étude est menée de manière extrêmement minutieuse et tous les points discutés sont abondamment illustrés.

6Parmi les particularités du système phonologique du koalib qui retiennent l’attention, on remarque notamment un mécanisme d’harmonie vocalique d’un type assez peu courant, puisqu’il est fondé sur le degré d’aperture des voyelles, ainsi qu’un système consonantique avec trois séries d’obstruantes orales (‘sonores’, ‘fortes’ et ‘faibles’) qui ne peuvent pas se définir de façon simple selon les distinctions fricative / occlusive et sourde / sonore, car un même phonème peut être selon le contexte fricatif ou occlusif, sourd ou sonore.

7Concernant le système tonal on relève que, comme dans beaucoup de langues africaines, les distinctions tonales ont en koalib un rendement lexical relativement faible, mais jouent un rôle important dans la morphologie. L’existence d’une morphologie tonale parfois complexe est à la fois une caractéristique remarquable de beaucoup de langues africaines, et un aspect du système de ces langues sur lequel les descriptions disponibles sont trop souvent déficientes. En ce qui concerne le koalib, cet aspect de la question n’est pas détaillé dans ce premier volume consacré à la phonologie, mais il devrait l’être dans le volume suivant consacré à la morphologie, et ceci est une raison de plus pour en souhaiter la parution rapide.

8Plus généralement, compte tenu de l’excellente qualité de cette phonologie du koalib, il ne reste qu’à espérer que Nicolas Quint continue à mettre à la disposition des linguistes une documentation sur les langues kordofaniennes qui permette enfin de donner à ces langues la place qu’elles méritent dans les études visant à reconstituer l’histoire linguistique du continent africain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Creissels, « QUINT, Nicolas, Phonologie de la langue koalibe, dialecte réré (Soudan) », Journal des africanistes, 77-1 | 2007, 184-185.

Référence électronique

Denis Creissels, « QUINT, Nicolas, Phonologie de la langue koalibe, dialecte réré (Soudan) », Journal des africanistes [En ligne], 77-1 | 2007, mis en ligne le 04 décembre 2007, consulté le 23 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/1952

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org