Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

QUINN, Frederick, In Search of Salt Changes in Beti (Cameroon) Society, 1880-1960

Berghahn Books, ISBN I-84545-006-X New-York, 2006, 175 pages
Philippe Laburthe-Tolra
p. 181-184

Texte intégral

1Ce livre « A la recherche du sel », pratique et bien présenté, d’un ancien attaché culturel de l’ambassade U.S. à Yaoundé, forme un excellent compendium d’enquêtes menées sur place voici 40 ans. Son défaut majeur est de ne guère tenir compte des travaux publiés depuis 1984, même si certains d’entre eux sont cités en bibliographie. Le rédacteur de ces lignes a commencé ses recherches en même temps que son ami Quinn, mais les a poursuivies depuis…

2Le titre est discutable : les Beti fabriquaient leur propre sel (chlorure de potassium) à partir de plantes. Dans leurs migrations continuelles, même si l’attrait du ‘sel des blancs’ (ClNa) a joué un rôle, celui des étoffes et des armes à feu paraît plus décisif, ainsi que la nécessité pour eux de quitter périodiquement leur environnement surexploité : ils « mangeaient la forêt ».

3L’introduction présente les vieux témoins classiques en 1966-69, qu’on revoit avec plaisir dans un bref cahier photographique. L’auteur retrace avec humour et honnêteté les déboires du débutant en Afrique, ainsi que les dettes intellectuelles dues aux autres chercheurs. Il entérine cependant une généalogie qui créerait unité et fraternité politique à partir d’un ancêtre certainement mythique nommé Beti, dont j’ai discuté longuement le nom ailleurs (bien qu’il me cite p. 24, sans un mot de critique : cf. P.L.T.1 1981 pp. 47-53). Ce mot ignoré des vieilles généalogies (v.g. von Stein 1899) n’apparaît que chez Nekes (1911), comme pluriel de nti , renvoyant en général non à une quelconque parenté, mais au concept d’« homme respectable, monsieur, seigneur… »

4 Le volume s’ordonne ensuite en sept chapitres courts et clairs suivant l’ordre logique et chronologique : 1. La société beti traditionnelle, 2. Organisation sociale et rituel Sso, 3. L’époque du Major Dominik : Beti et Allemands 1887-1916, 4. La présence allemande : commerçants et missionnaires, 5. Les Beti et les Français, 6. Périodes de développement : le chemin de fer, la production du cacao, l’église catholique, 7. Les Beti de la Seconde Guerre mondiale à l’Indépendance. Conclusion. Suivent en Appendices : A) un échantillon de littérature traditionnelle ; B) un texte en français de l’abbé Tsala sur la société traditionnelle ; C) la traduction anglaise du texte précédent. En Annexes : 5 pages avec reproductions et commentaires sur les pions sculptés du jeu Abbia ; une bibliographie très complète ; un index des noms propres et principaux sujets traités. Annexes et appendices bienvenus.

5Le premier chapitre parle de la langue ati sans citer les travaux précis du linguiste camerounais Essono. L’ensemble des données est emprunté à l’abbé Tsala, et à ccux qui tenaient à établir une vision pré-chrétienne édifiante de l’ancienne société. Ce qui y est opposé (mœurs sexuelles, sorcellerie, sacrifices de veuves et d’esclaves) est occulté, à part la polygamie. Comme l’avait fait Morgen en 1890, le mot « Hausa » est employé pour désigner en fait les Peul (ignorés, sauf dans une citation de J. Guyer)) auxquels le hausa servait de langue véhiculaire. La note 10 ne renvoie à aucune référence pertinente. Les Basa sont fondus avec les Bakoko ou Elog Mpoo (p. 17), ce qui ne fera plaisir ni aux uns, ni aux autres. Sont excellentes les descriptions de la société segmentaire, du lignage, des pouvoirs du chef, de l’unité résidentielle, de la différenciation des rôles, des normes sociales, - même si les esclaves (p. 19) paraissent confondus avec les « clients » mintobo. Le rôle des femmes comme « capital économique » échappe, et l’indifférence des « nobles » à l’activité commerciale, n. 41 p. 29, est inexacte (elle a enrichi tous les grands chefs cités par Atangana dans les Jaunde-Texte). La description de la religion comme « pierre d’attente » du catholicisme ne tient pas compte de l’analyse des rituels melan et ngi faite dès l’époque allemande par les missionnaires et par l’ethnologue Tessmann (1913), pour qui le Sso était un culte du Mal.

6On peut regretter que la description de ce dernier rituel ait été très schématisée au chapitre 2. L’expression ewondo de la p. 40 signifie « le Sso est mort comme il faut » et non simplement « le Sso est mort ». Ce chapitre décrit bien en revanche le rôle des alliances, des guerres, du « potlatch » bilabi,

7Le chapitre 3 rend justice à la personnalité du major Dominik ; on ne peut comprendre envers cet homme austère l’attachement des Beti, qui donnaient son nom à leurs enfants, sans noter que les abus cruels (pendaisons, etc. p. 51) furent commis en son absence et par des remplaçants ou sous-ordres. – P. 48, on s’étonne d’un flou historique, malgré les écrits allemands si précis sur l’achat comme mercenaires à Béhanzin d’une quarantaine de prisonniers prêts à être sacrifiés dans les Grandes Coutumes ; flou sur leur nombre auprès de Zenker, flou sur le sous-officier Zimmermann qui les commandait en 1896. Bonne synthèse de politologue sur l’administration allemande, l’instauration des maires, les problèmes de perception d’impôt et de justice, la promotion d’Atangana comme chef supérieur en 1914.

8En complément à l’action politique, le chapitre 4 attribue l’énorme changement durant cette période à l’instauration du commerce et à l’efficacité de la mission catholique allemande. L’imposition du système monétaire, la réglemen­tation du portage, la disparition de l’ivoire, la création de plantations, le chantier du chemin de fer, l’arrivée des missionnaires, prêtres, religieuses et frères, la diffusion des écoles sont bien résumés p. 72. Peut-être eût-il été bon de souligner que ceux qui croient changer changent moins qu’ils ne le croient…

9Le chapitre 5 fourmille d’erreurs de détail (pp. 76 sq.) dues au fait que l’auteur se fie à des témoignages inexacts et ignore archives coloniales françaises, écrits allemands, journaux espagnols de l’époque. Pour commencer, le lieu d’accueil des exilés civils camerounais est sur l’île de Bioko (ex-Fernando Po), non sur le continent. Il est faux que les Allemands aient offert aux chef Beti un voyage en Espagne en 1918 : c’est à l’automne 1919, qu’Atangana s’embarque à ses frais, en cabine de luxe, avec ses compagnons, sur le paquebot « San Carlos » (en même temps que le consul de France à Santa Isabel, Lamouroux) pour débarquer le 22 septembre 1919 à Cadix, dont il fait le tour en calèche comme « roi des Pahouins », fêté par le consul d’Allemagne et par les missionnaires Pallottins allemands sur le point de rentrer chez eux. Le 3 octobre, les Beti prennent l’express de Madrid, où ils logent d’abord à l’hôtel Iberia, ensuite à la Pension La Granja, puis, ruinés, en meublé, jusqu’à leur retour à Fernando Po début juillet 1920, sur le paquebot « Ciudad de Cadiz ». Leur séjour a donc duré moins d’un an, et non deux comme il est écrit ici (cf. P.L.T. 1999 pp. 258-277, « Les tribulations d’un roi très catholique »), même si Max Abé seul a eu la permission de se rendre en France. Tous retrouvent Douala le 28 novembre 1920, où ils sont envoyés en résidence surveillée à Dschang. La fin du chapitre sur l’administration française est excellente, avec ce trait que les « commandants » jugent les chefs sous deux rapports : leur « sincérité », c’est-à-dire leur loyalisme vis-à-vis de la France, et leur « énergie », c’est-à-dire leur efficacité à faire rentrer l’impôt. Le déclin du rôle d’Atangana est bien noté, mais il est inexact qu’il n’ait jamais parlé d’indépendance (tout en la jugeant prématurée, il y a songé quand les Douala l’ont réclamée en 1931) et l’exutoire de l’appel au mandat peut être l’un des éléments qui expliquent alors l’absence de syncrétisme religieux au Cameroun.

10Le chapitre 6 note entre les deux guerres le haut coût humain de l’achèvement du chemin de fer, les abus des chefs imposant le travail forcé, et en revanche le succès économique du cacao, ainsi que les progrès du catholicisme, avec le rôle de l’évêque Vogt et l’accès au sacerdoce de prêtres camerounais (mais les racines de ce succès sont dues aux missionnaires allemands, le catéchiste Ayissi, par exemple (p. 94) ayant beaucoup œuvré avec le P. Nekes).

11Le chapitre 7 est excellent sur l’essor du cacao, des écoles, du « secteur tertiaire » pour les Beti, sur l’ordination d’évêques, l’échec de l’UPC et celui du Premier Ministre beti Mbida, très justement évalués me semble-t-il. Hélas, ce chapitre est un peu gâté par l’orthographe, depuis le mot « évoluées » toujours écrit avec un féminin inexplicable, jusqu’aux noms propres massacrés depuis le début (par ex. p. 11, Njikan pour Njikam, Brunchweg pour Brunschwig). Vers la fin, l’auteur est brouillé avec le titre de maréchal de France : ainsi (p. 78) le maréchal Galliéni est bloqué au grade de colonel qu’il avait en 1899 quand il écrit la Pacification de Madagascar et (p. 101) le maréchal Philippe Pétain devient le général Henri Pétain. Le célèbre député Aujoulat devient définitivement Aujoulet ! (p. 111).

12Suit une brève conclusion pleine de bon sens sur le caractère inéluctable de la mondialisation, mais aussi sur les handicaps qui gênent les Beti dans leur adaptation au monde moderne. Notre propre conclusion est que ce livre sera très instructif pour des Américains, mais risque de laisser des ethno-historiens camerounais ou français, hélas ! quelque peu sur leur faim.

Haut de page

Notes

1 Les deux livres auxquels il est fait allusion sous les initiales P.L.T. sont de Philippe Laburthe-Tolra : 1981, Les Seigneurs de la Forêt, Publications de la Sorbonne 490 p. Paris et 1999, Vers la Lumière ? ou le Désir d’Ariel, sociologie de la conversion, 648 p. Karthala, Paris .
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Laburthe-Tolra, « QUINN, Frederick, In Search of Salt Changes in Beti (Cameroon) Society, 1880-1960 », Journal des africanistes, 77-1 | 2007, 181-184.

Référence électronique

Philippe Laburthe-Tolra, « QUINN, Frederick, In Search of Salt Changes in Beti (Cameroon) Society, 1880-1960 », Journal des africanistes [En ligne], 77-1 | 2007, mis en ligne le 04 décembre 2007, consulté le 24 mai 2017. URL : http://africanistes.revues.org/1942

Haut de page

Auteur

Philippe Laburthe-Tolra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org