Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

PANDOLFI, Paul, Une correspondance saharienne. Lettres inédites du général Laperrine au Commandant Cauvet (1902-1920)

Paris, Karthala, 2006, 418 pages
Marceau Gast
p. 177-181

Texte intégral

1Ce livre sur l’histoire du Sahara central de 1900 à 1920, issu d’une lente et patiente étude, dont les lettres de Henri Laperrine au Capitaine Cauvet forment la trame principale, se lit comme un roman ; tout au moins grâce à la longue introduction de Paul Pandolfi (p. 5 à 72), professeur d’ethnologie à l’Université Paul Valéry de Montpellier. Car il relate la saga de la politique coloniale de la France au début du XIXe siècle au Sahara et particulièrement en milieu touareg avec les tensions internes qu’à plus ou moins provoquées Laperrine dont la politique volontariste et conquérante se heurtait constamment, soit à ses supérieurs hiérarchiques, soit aux directives des Ministères de Paris.

2C’est une chance que les Archives d’Outre-Mer d’Aix-en-Provence aient conservé les lettres de Laperrine à Cauvet, lesquels étaient tous deux entrés à l’Ecole militaire de Saint Cyr et faisaient partie de la promotion « Zoulous » (en souvenir du Prince impérial Louis-Eugène Napoléon tué en 1879 pendant la campagne des Anglais au Zoulouland). On ne connaît malheureusement pas les réponses de Cauvet pendant cette abondante correspondance durant vingt années. Ces deux chefs militaires, hommes de terrain et passionnés du Sahara, partageaient les mêmes vues quant à la politique à mener au Sahara ainsi qu’une grande estime réciproque et une grande amitié.

3Dans ces lettres, publiées dans leur intégralité, Laperrine se libère du style des correspondances officielles en parlant parfois d’une manière violente ou crue. Et l’on mesure ainsi combien les précédents auteurs qui en avaient cités des extraits (Howe 1931, Meynier 1946, Gorrée et Thiout 1948, Castillon du Perron 1982) avaient tronqué et édulcoré ces citations.

4Le but principal de Laperrine tout au long de sa carrière d’officier était de relier, grâce à la conquête du Sahara, les colonies françaises du Maghreb, notamment l’Algérie, à celles de l’Afrique occidentale française (AOF). Devant l’empirisme de la politique française au Sahara « Laperrine et les siens » provoquent habilement des « états de faits ». Le plus spectaculaire de ceux-ci est certainement l’envoi sous l’autorité de Cauvet d’une colonne dirigée par le Lieutenant Cottenest qui provoqua le combat de Tit (le 7 mai 1902) et la défaite des Touaregs du Hoggar. « Laperrine et Cauvet… savaient très bien que ni Alger ni Paris n’auraient donné leur accord à une telle opération » (p. 9). Fort heureusement, parmi le tollé de critiques et protestations Laperrine eut cependant quelques soutiens dont celui du Gouverneur général Revoil. Et profitant des lenteurs des échanges administratifs, le capitaine Cauvet envoie à nouveau le 1er octobre 1902 le lieutenant Guillo-Lohan à la tête d’un groupe de 170 hommes bien encadrés et bien équipés (eau, vivres et réserves de munitions), qui parcourt pendant deux mois l’Ahaggar et sa partie montagneuse centrale, l’Atakor, réputée inexpugnable. Ces deux raids avaient pour but d’une part de montrer la force et la revanche des Français qui avaient été humiliés en 1881 par le massacre de la mission Flatters, et d’autre part de préparer l’opinion des Kel Ahaggar à la nécessité d’une soumission aux Autorités françaises. Cependant, ceux-ci étaient divisés par un double commandement (Attici ag Amellal et Mokhamed ag Ourzig), rivalité habilement exploitée par l’émergence du prestige de Moussa ag Amestane qui deviendra finalement le principal interlocuteur des Français.

5Le général Caze, commandant du XIXe corps d’armée demande au Gouverneur général d’Algérie le déplacement du capitaine Cauvet (qui ira à Touggourt) et son remplacement par le capitaine Métois. Celui-ci « brillant officier qui a participé à la mission Foureau-Lamy » a la réputation « d’un franc-tireur qui dans un milieu militaire fortement marqué par un catholicisme traditionnel affirme haut et fort ses convictions républicaines et anticléricales » (p. 33). Laperrine se méfie de Métois qui reçoit en grande pompe Moussa ag Amestane en janvier 1904 en lui accordant des promesses écrites quant à la sécurité et la répression des délits sans exiger d’assujettissement aux impôts. Laperrine qui effectuera une longue tournée, du 14 mars au 3 juillet 1904, en Ahaggar jusqu’au nord de l’Adrar des Iforas, n’arrive pas à rencontrer Moussa. Mais son intention secrète était d’arriver jusqu’à Tombouctou, outrepassant les recommandations des Autorités de l’AOF « elle-même couverte par une décision du Conseil des ministres » (p. 45). C’est alors que Laperrine se voit interdire l’accès aux territoires de l’AOF par un détachement militaire sous la direction du capitaine Théveniaut à Timiaouine, lieu qui deviendra plus tard celui d’une frontière délimitant le territoire administratif de l’Ahaggar. C’est un échec et une humiliation pour Laperrine qui était accompagné dans cette tournée par le Père de Foucauld, lequel témoigne avec sévérité de cette rencontre. Le capitaine Métois est remplacé à In Salah par le capitaine Dinaux qui a la confiance de Laperrine et effectue une grande tournée saharienne jusque dans l’Adrar des Iforas et durant laquelle il investit officiellement Moussa ag Amestane du burnous de commandemant d’aménoukal (objectif véritable de cette tournée). Tandis que Flye Saint-Marie réussit une reconnaissance à 100 km de Tindouf, et que Laperrine dirige une reconnaisance d’Adrar à Taoudéni en 1906 au cours de laquelle il rencontre le lieutenant Cortier des troupes soudanaises. Le général Lyautey ne décolère pas et demande que le territoire des Oasis ne soit plus sous ses ordres. Car Laperrine avait entrepris une reconnaissance sans aucune autorisation « ni de ses supérieurs algériens ni de Autorités soudanaises plaçant l’autorité supérieure en face du fait accompli » (p. 49), alors que l’Ahaggar, le Touat, le Gourara et le Tidikelt dépendaient du territoire des Oasis dont le commandement résidait à Adrar. Le pays Ajjer dépendait du territoire de Touggourt dont Cauvet était le commandant jusqu’en mars 1906. Après le départ de Cauvet à la fin de l’année 1906, In Salah et Touggourt « mèneront en parallèle des actions simultanées et divergentes en pays Ajjer » (p. 53). Faisant suite à diverses attaques menées contre les Kel Ahaggar par un chef Ajjer « Laperrine autorise Moussa ag Amestane a entreprendre une vaste opération de représailles contre les Kel Ajjer ». Mais le commandant de Touggourt n’est pas prévenu et envoie de son côté une mission dans l’Ajjer (capitaine Touchard).

6La réorganisation du territoire des Oasis sera alors régie par deux décrets du 10 avril 1907 confiant à l’Annexe de Ouargla la gestion de l’Ahaggar et de l’Ajjer. C’était le vœu de Laperrine qui sera désormais le seul responsable sur le terrain et qui crée deux groupes mobiles, l’un dans l’Ahaggar, l’autre dans l’Ajjer : ce sont ces fameux méharistes des « Compagnies sahariennes » créées par le décret du 1er avril 1902 à l’instigation de Laperrine et qui ont représenté à moindre frais pour le Ministère de la Guerre un formidable instrument de conquête (voir B. Blaudin de Thé, 1955 : Historique des Compagnies sahariennes 1902-1952). Laperrine organise en 1908 une importante mission en Ahaggar et en Ajjer. Il ordonne la construction de deux bordjs, l’un à Taraouhaout appelé Fort Motylinski (du nom du grand linguiste qui avait travaillé avec le Père de Foucauld) et l’autre en pays Ajjer, Fort Polignac (qui deviendra Illizy). Ces bordjs abritant des groupes permanents étaient les points forts du dispositif de conquête et de défense maillant de vastes régions encore difficiles à gérer. Moussa ag Amestane devient la «pièce maîtresse de ce dispositif » ; Laperrine le comble d’honneurs : légion d’honneur, augmentation de son traitement (de 240 à 1800 F par an ; car ce fameux aménoukal n’était au point de vue administratif français qu’un caïd rémunéré au même titre que les autres caïds du nord) et enfin un projet de voyage en France et la construction d’une grande maison à Tamanrasset (appelée plus tard le « château » dans le quartier de Soro).

7En novembre 1910 Laperrine quitte le Sahara pour prendre le commandement du 18ème régiment de chasseurs à cheval à Lunéville. Mais le Sahara reste sa passion : « J’avais pris l’habitude de considérer le Sahara comme ma propriété et j’éprouve un peu ce que doit éprouver un  gros propriétaire terrien qui apprend sur le front, que son régisseur entasse gaffes sur gaffes » (lettre 89, 2 août 1915). Il reste cependant très informé sur ce qui se passe au Sahara, et en particulier par de Foucauld qui lui envoie au moins 41 lettres. Néanmoins les révoltes éclatent sur plusieurs fronts chez les Iwllemeden kel Ataram en 1916 et à Aderamboukane, dans l’Aîr et l’Ajjer, sous l’impulsion de la Confrérie Sanousiyya et des leaders touaregs comme Kaoucen, Tagama et Sultan Amoud. Le Père de Foucauld est tué le ler décembre 1916 devant son bordj à Tamanrasset alors qu’il s’y croyait à l’abri.

8« A l’instigation de Lyautey, ministre de la guerre depuis le 13 décembre 1916, Laperrine est nommé, par décret en date du 12 janvier 1917, commandant supérieur des territoires sahariens » (p. 61). La situation générale est désastreuse au Sahara central et l’attitude de Moussa ag Amestane est jugée ambiguë par tous les officiers français sauf pour Laperrine qui maintient sa confiance et son estime envers Moussa. Mais les insurgés n’arrivent pas à dominer le terrain malgré de rudes batailles en Aïr, au Damergou et les combats à l’Ilaman et à Fort Flatters. Ce qui n’empêche pas Laperrine d’entreprendre une grande tournée d’octobre 1917 à avril 1918 jusqu’à Tombouctou ». Le 7 novembre 1918, Laperrine quitte Ouargla pour ce qui sera sa dernière grande tournée saharienne. Durant six mois il parcourra plus de 5000 km soit à méhari, soit en automobile, visite l’Aïr et Agadez, remonte vers Ouargla, rencontre à Fort-Polignac Brahim ag Abakada qui avait conduit de nombreuses attaques contre les forces françaises, mais le nomme Amghar des Kel Ajjer.

9Cependant, Laperrine est soumis à « des brimades à jet continu de la bureaucratie d’Alger » ; il se croit mal aimé et s’attend à être congédié. En effet, « le 22 août 1919, le commandement temporaire des Territoires sahariens…. est supprimé »… « Laperrine est nommé commandant de la division d’Alger ». Il s’y ennuie. C’est alors que le général Nivelle est l’instigateur d’un raid en avion vers l’Ahaggar. Deux avions venus de France s’ajoutent aux appareils algériens : ils sont pilotés par deux aviateurs confirmés, le commandant Vuillemin et le lieutenant Dagneux qui veulent aller jusqu’à Dakar.

10Le général Nivelle rappelé d’urgence à Paris est remplacé finalement par Laperrine ravi de retrouver Tamanrasset. Après de nombreuses péripéties seuls deux avions pouvaient prétendre continuer ce raid vers Dakar. L’un piloté par le commandant Vuillemin (avion bien équipé), l’autre piloté par l’adjudant Bernard (beaucoup moins bien équipé). Chaque pilote a à son côté un mécanicien qui occupe l’unique siège passager. A Tamanrasset Laperrine brûle de participer à cette aventure et malgré l’opposition de Vuillemin, s’embarque dans l’avion de Bernard, sur les genoux du mécanicien Vaslin. Le 18 février 1920, les deux avions quittent Tamanrasset à 7 h15. Il est prévu que les avions suivront à vue la piste vers Tin Zawaten, faute de compas de navigation et d’instruments adéquats. Mais le vent se lève au sol et la piste devient invisible. Bernard n’arrive pas à suivre l’avion de Vuillemin et se retrouve poussé à l’est, en terrain inconnu (c’est l’Anesbaraka) et au bout de sa réserve de carburant. Il choisit un terrain d’atterrissage apparemment favorable mais il s’avère que c’est un sable très mou où les roues de l’avion s’enfoncent jusqu’aux essieux, pour ensuite capoter. Laperrine qui n’était pas attaché est violemment éjecté à l’extérieur alors que Bernard et Vaslin maintenus par leurs sangles sont indemnes. Laperrine victime de plusieurs fractures (clavicule gauche et deux côtes gauches) organise immédiatement des règles de répartition des maigres provisions de bord et surtout des rations journalières de l’eau, y compris celle du radiateur de l’avion. Mais le général s’affaiblit de jour en jour et meurt le 5 mars 1920, sans aucune plainte au quinzième jour donc de survie dans des conditions extrêmement difficiles sous une chaleur accablante de 40 à 50 degrés. C’est le 14 mars au matin que le détachement conduit par le lieutenant Pruvost découvre presque par hasard les survivants Bernard et Vaslin qui s’apprêtaient à mourir au 24ème jour de leur calvaire.

11Toutes ces péripéties et celles du retour à Tamanrasset sont racontées dans le numéro 54 (1er et 2ème trimestre 1970) du Saharien (revue de l’Amicale des Sahariens « La Rahla », en particulier par les témoignages de Bernard, de Pruvost, du docteur A. Bonnet, dans ce volume entièrement consacré à Laperrine). Il se trouve qu’à l’occasion d’une assemblée générale de la Rahla à l’Abbaye de Sénanque à laquelle j’étais présent, le colonel Bernard nous fit durant environ deux heures le récit oral très émouvant de cette aventure, ajoutant des détails inédits à son premier rapport rédigé à Tamanrasset le 28 mars 1920 et publié dans le Saharien (n° 54, 1970). Cette conférence fut enregistrée sur magnétophone par le colonel Lesourd et entièrement dactylographiée par la suite, mais cette version qui représente aussi un document historique n’a jamais été éditée.

12Les enseignements à tirer du récit des aventures de Laperrine, d’une part à travers l’histoire de ces conquêtes coloniales et d’autre part à la lecture de ces lettres qui révèlent « l’envers de la médaille », peuvent être multiples. Les contempteurs de la colonisation y trouveront de quoi nourrir leurs ressentiments en accusant ces conquêtes des plus noirs desseins, alors que la politique française au niveau gouvernemental était empirique et incertaine dans un contexte international de stratégies concurrentes et sans état d’âme. Cependant Laperrine, homme de devoir, rationaliste et catholique, représentait un type d’homme d’action humaniste et généreux dans le contexte de son époque. Toujours rebelle et critique envers sa propre hiérarchie ses audaces ont atteint leurs limites dans sa dernière aventure où forçant le destin une fois de plus, il a perdu la vie.

13Dans ces témoignages où les performances militaires (voyages, combats) sont vues de l’extérieur et paraissent anecdotiques à qui ne connaît pas la vie saharienne, la vie de tous les jours avec sa discipline, ses souffrances sous un climat torride, la rigueur de son organisation matérielle (rations alimentaires, eau, itinéraires, soins aux dromadaires) et psychologique, facteurs essentiels qui conditionnent le moral, la cohésion et la fierté des hommes, tout cela semble aller de soi et reste modeste en toute discrétion. Un Saharien ne se plaint jamais, va jusqu’au bout de ses forces et tombe pour mourir sans un mot comme ce fut le cas de Laperrine.

14Et quand, avec le recul du temps, on peut analyser les ambitions sahariennes de Laperrine, n’est-ce pas l’unité du monde touareg qu’il voulait réaliser ? D’abord entre l’Ahaggar et les Iforas, puis avec les Ajjers sous le commandement de Moussa ag Amestane qui était en quelque sorte son mentor ? Cette idée était implicite dans sa politique et ses idées car il aimait le pays et ses populations. Laperrine reste une figure majeure dans la galerie des portraits des grands Sahariens de l’histoire coloniale française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marceau Gast, « PANDOLFI, Paul, Une correspondance saharienne. Lettres inédites du général Laperrine au Commandant Cauvet (1902-1920) », Journal des africanistes, 77-1 | 2007, 177-181.

Référence électronique

Marceau Gast, « PANDOLFI, Paul, Une correspondance saharienne. Lettres inédites du général Laperrine au Commandant Cauvet (1902-1920) », Journal des africanistes [En ligne], 77-1 | 2007, mis en ligne le 04 décembre 2007, consulté le 24 mai 2017. URL : http://africanistes.revues.org/1932

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org