Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

MONTEILLET, Nicolas, Médecine et sociétés secrètes au Cameroun

Paris, L’Harmattan, 2006, 330 pages
Philippe Laburthe-Tolra
p. 175-177

Texte intégral

1Ce travail de terrain chez les Yezum (prononcer Yezoum) au sud-est de Mbandjock (Cameroun) a pour origine le fait que tous les premiers arrivants européens ont remarqué l’excellente santé de cette population, qu’ils ont « découverte » vers 1900 ; cette observation recoupe les souvenirs des vieillards. L’auteur en trouve l’explication dans l’efficacité de la pharmacologie des Yezum, jusqu’ici négligée, voire ignorée des chercheurs.

2Cet ouvrage, rédigé en français soigné, paraît exemplaire par sa méthode et son exactitude. L’auteur est fidèle au principe cartésien de faire recension complète des écrits antérieurs concernant la région et ses alentours. Il dénonce à bon droit les synthèses réductionnistes de ses prédécesseurs (p. 22), les typologies artificielles (pp. 106-107), le mythe de « la » tradition monolithique et figée. Il donne des références précises de ses nombreux entretiens ; il s’attache à en analyser de près le contenu, tout en signalant avec honnêteté ses limites dans la connaissance de la langue, surmontées par l’emploi du magnétophone.

3Il me semble excellent sur la différence entre religion traditionnelle et christianisme, en particulier quand il signale la multiplicité complexe des forces invisibles. Dans l’étude de la thérapeutique au chap. V, les pp. 126-142 sur les origines, initiations, compensations, visions, pouvoirs et savoirs, rituels des guérisseurs sont particulièrement intéressantes ; mais en p. 126, quel est le mot allemand employé par Tessmann pour « guérisseur » ? Sans cette précision, la critique paraît oiseuse. L’auteur n’a pas à s’étonner (p. 143) que ses Yezum n’aient aucun souvenir du ngi, jamais arrivé chez eux : les missionnaires en soulignaient l’introduction très récente vers 1910 au sud, en provenance des Fang via les Ngumba. L’histoire d’un lignage de guérisseurs dont le chef serait né de la cuisse d’une femme nous rappelle Bacchus né de la cuisse de Jupiter. P. 146, l’auteur ignore que certaines lèpres sont très peu contagieuses. P. 150 : la circoncision avant la puberté est une innovation, du moins chez les Bënë, où elle constituait le passeport pour la vie sexuelle des garçons : elle devint pré-pubère quand les garçons se sont mis à quitter leurs villages. Une page très savoureuse (pp. 158-159) montre comment transférer au mari les douleurs de l’accouchement. Le chap. VII sur les grands rituels médicaux est le cœur du travail, passionnant, sur l’ambiguïté religieuse terre-ciel (pp. 173-175). Mais l’auteur ne sait guère ce que signifie le jeu surréaliste du « cadavre exquis » (p. 180) : il en fournit pourtant un exemple involontaire en prenant au sérieux le nom des rituels, qui à mes yeux est purement arbitraire et toujours variable, ou l’effet de jeux de mots (ex. ici p. 227) : l’opposition mvon/so est donc sans plus d’objet que la prononciation saxonne de Zenker, qui lui fait rendre le m nasalisé par in, o par ou, et v par f dans infoun.. Une faute page 191 : générique pour génésique. La page 199 sur le rôle des neveux utérins est originale, mais peut-être l’auteur se méprend-il au sujet de l’exhibition de nudité virile qui achève le rituel d’initiation : il y voit paillardise, alors qu’on pourrait y discerner simplement la réaffirmation de la primauté sexuelle qui fait qu’un homme jadis – surtout un chef – n’avait aucune « honte » à montrer (comme disaient les vieux) son « bâton de commandement ». Cette réserve n’empêche pas que soit brillamment établi le bilan du rituel, en particulier celui de la démystification et du scepticisme (pp. 218, 278), repris pour l’ensemble des autres rituels, y compris du deuil (p. 275).

4On regrettera quelques broutilles : l’auteur ne livre aucun code pour ses graphies des mots vernaculaires ; ses identifications botaniques sont incomplètes (manque la famille la plupart du temps). Pourquoi se croire exilé de « l’ Histoire proprement dite » (p. 18) quand on fait comme lui de l’excellente ethno-histoire, théorisée voici plus de 40 ans par Vansina ?  Pourquoi sa crise de pudibonderie directive lorsque un homme âgé se dévêt devant lui (p. 20) ? Pourquoi transcrire toujours en ck le phonème ,  contrairement à l’usage camerounais qui écrit Evuzok et non Evuzock, (p. 32), etc. Pourquoi faire de « tabou » un mot colonial ? Il vient du mot polynésien tapu signifiant « interdit religieux » et l’auteur (p. 52), ignorant la vive critique par Godelier du réductionnisme de Lévi-Strauss, tient à ce que l’équivalent local eki soit laïquement traduit « interdit prophylactique », sans tenir compte du poids de culpabilité (cf. Grace Harris) qui seul explique le succès local des religions de salut, mais qui, pas plus qu’en Europe, n’empêche le développement d’un savoir expérimental. Pourquoi écrire De Rosny et de Thé ? Si l’apparition de la métallurgie du fer ne date là que de + 1575 de notre ère, c’est très tardif par rapport au sud, au Gabon.

5La composition d’ensemble, très répétitive, ressasse jusqu’à satiété la définition du koé si  « sorte de hamster » ainsi que – plus sérieusement – cette thèse par ailleurs si juste : on a eu tort de négliger l’aspect thérapeutique des plantes utilisées dans les nombreux rituels, qui étaient par là pédagogiques.

6En effet, comme l’auteur le note avec à propos p. 276, ce qui nous manque , et ce que devrait susciter ce livre, ce sont des études pharmacologiques précises et nombreuses des plantes locales, qui développeraient vraiment l’auto-suffisance africaine, mais qui ne seraient pas nécessairement au profit et dans l’intérêt des firmes pharmaceutiques internationales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Laburthe-Tolra, « MONTEILLET, Nicolas, Médecine et sociétés secrètes au Cameroun », Journal des africanistes, 77-1 | 2007, 175-177.

Référence électronique

Philippe Laburthe-Tolra, « MONTEILLET, Nicolas, Médecine et sociétés secrètes au Cameroun », Journal des africanistes [En ligne], 77-1 | 2007, mis en ligne le 04 décembre 2007, consulté le 23 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/1922

Haut de page

Auteur

Philippe Laburthe-Tolra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org