Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

KODJO, Georges Niamkey, Le royaume de Kong (Côte d’Ivoire), des origines à la fin du xixe siècle

Paris, L’Harmattan, 2006, 377 pages
Roland Colin
p. 169-171

Texte intégral

1Monsieur Georges Niamkey Kodjo est un auteur marquant dans la génération des historiens africains qui ont entrepris d’écrire une histoire de l’Afrique accordée à l’émancipation de ses peuples, dans le dessein, tout en s’appuyant sur une méthodologie scientifique rigoureuse, de faire apparaître le mouvement des sociétés en intégrant la conscience des acteurs telle qu’ils l’ont exprimée dans le vécu de leur culture propre. M. Kodjo en a une connaissance intime, appuyée par des investigations impressionnantes, sur les terrains dont il traite. À ce titre, son travail projette un éclairage précieux sur l’histoire d’une région de l’Ouest-africain où se sont déroulés des événements majeurs, tant dans la période précoloniale qu’au cours de la conquête par l’armée française, dans la seconde moitié du XIXe siècle, de ce pays qui est devenu la Côte d’Ivoire. Les apports de M. Kodjo à cette histoire sont remarquables à plus d’un titre.

2En premier lieu, on doit signaler la méthode. Yves Person, trop tôt disparu, sur un terrain en partie commun, avait fait figure de pionnier, dans sa thèse monumentale traitant de l’histoire de Samori. Il avait démontré avec éclat la fécondité d’une recherche alliant la prise en compte minutieuse du capital archivistique aussi exhaustif que possible, tant dans les fonds européens qu’africains, et le recueil de la tradition orale sur la totalité du territoire de son exploration, auprès des témoins porteurs du regard et de la parole des acteurs. Il mettait ainsi au jour une histoire « du dedans » autant que « du dehors », et soucieuse d’articuler et de confronter les visions endogènes et exogènes. Georges Kodjo inscrit son élaboration méthodologique dans la ligne du Maître Person, utilisant son apport sans se dérober aux corrections qu’il appelle sur certains points.

3Sur le fond, ce que cette histoire construite autour du royaume de Kong apporte de particulièrement nouveau, c’est le souci d’élargir le recueil des références écrites bien au-delà des sources européennes, puisque l’auteur s’est mis en devoir de retrouver tout ce qui demeurait accessible, et, pour une bonne part, jusque là inédit, dans les documents écrits des chroniqueurs internes, essentiellement à partir de la culture arabe de nombre de protagonistes. À ce titre, la moisson s’avère très riche. Elle démontre à quel point la dynamique d’organisation des pouvoirs et leur répondant culturel, lié pour partie à la pénétration de l’islam dans le monde sahélien dès le XIe siècle, a développé ses effets sur la longue période, et jusqu’aux lisières de l’Afrique forestière, dans cette interaction forte entre le pays septentrional du sel et le pays méridional de la kola (kogodugu et worodugu dans la terminologie mandé).

4Sur la base de cette méthodologie féconde, Georges Kodjo met en évidence l’importance de l’émergence et de l’organisation d’un pouvoir territorial étendu et puissant, dont les prémices remontent à la désagrégation de l’empire du Mali, observable dans la zone des savanes de l’actuelle Haute Côte d’Ivoire dès le XVe siècle, et dont l’influence s’étend bien au-delà. Le véritable fondateur du royaume de Kong, Bokar Traoré, venait du Mandé, porteur lui-même d’une histoire où s’était bâti un mode d’organisation politique qu’il va introduire sur une terre demeurée jusque-là l’apanage de peuples paysans « animistes » et réfractaires à tout système d’Etat, dont le noyau le plus signifiant est le monde des Senufo. La genèse du peuple senufo apparaît bien, dans ce contexte, comme le processus de cristallisation de mouvements migratoires venus en confluence sur un substrat de population implanté de très longue date (Falafala, selon la terminologie de G. Kodjo, dans la zone médiane nord-ivoirienne), attaché fortement aux cultes agraires, enrichi des apports des populations voltaïques de l’est, mandé de l’ouest et du nord, forestière du sud. Ce pôle « animiste » va se confronter au pôle politique post-malien ouvert à l’islam, porteur, d’une part, d’une organisation militaro-étatiste, et aussi des vecteurs des échanges à longue distance qui caractériseront la catégorie de « dioula », à la fois qualificatif d’une socioculture mandé, et  d’une activité de commerce (dyago).

5À partir de là, ce complexe économico-politique va se poser de plus en plus clairement comme État, tout particulièrement à travers l’action de Sékou Watara (1710-1745). Ce  dernier marque l’alliance très forte entre un pouvoir musulman et un système commercial, en prenant l’ascendant sur la dynastie précédente de Lasiri Gbombélé, qui s’appuyait préférentiellement sur les forces animistes. La dynastie des Watara va, sous des avatars divers, régner plus d’un siècle et demi, faisant de Kong, particulièrement au cours du XVIIIe siècle, un pôle de puissance déterminant dans l’Afrique de l’Ouest. L’État, se dénommant lui-même Kpon-Géné, va ainsi contrôler les routes commerciales stratégiques par lesquelles circulent non seulement les biens économiques et les esclaves, mais aussi les instruments de la puissance militaire (armes et chevaux).

6À la suite de dissensions, une branche des Watara s’autonomise dans les marches du nord-est voltaïque, et, au début du XIXe siècle, une autre fraction des familles régnantes fait sécession au nord, en créant le royaume du Kènèdougou (capitale Sikasso), sous l’impulsion de Daoula Traoré. Traoré et Watara sont les deux faces d’un même système de pouvoir, dans ce temps où les noms de lignage sont aisément interchangeables.

7Au XIXe siècle, deux faits majeurs viennent bouleverser l’échiquier des pouvoirs : d’une part l’expansion coloniale française, d’autre part la montée en puissance de l’empire de Samori, conquérant concurrent venant de Haute-Guinée, doté d’une capacité militaire hors de pair. G. Kodjo décrit avec précision les affrontements successifs de ces différents pôles de pouvoir qui, à travers alliances tactiques mouvantes et batailles extraordinairement dévastatrices, luttent pour l’hégémonie. Samori se heurte sans succès au Kènèdougou, dont les forces seront, par la suite, à deux doigts d’emporter le Gwiriko – freinées dans ce dessein par la mort de Tyèba Traoré, roi de Sikasso. Samori, en fin de compte, parvient à raser la ville de Kong en 1897, avant de s’effondrer lui-même sous la suprématie militaire des Français. Ces derniers, après avoir pris Sikasso en mai 1898, demeurent les seuls maîtres du jeu. L’ère coloniale peut alors s’installer sur un champ de ruines.

8Cette histoire passionnante et tragique est explicitée de façon très solide par un travail historique de grande ouverture interdisciplinaire qui rend compte, à travers la restitution des événements et le portrait éclairant de tous les acteurs essentiels, à la fois du système économique, des sociocultures en présence, autant que des pratiques militaires. Georges Niamkey Kodjo a su ordonnancer son récit en alliant la précision érudite et la clarté narrative, qui montrent la richesse foisonnante d’une histoire non dépourvue de cruauté, mais aussi chargée de significations humaines, qu’il est important de prendre en compte tout particulièrement pour rendre intelligibles les problématiques du présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roland Colin, « KODJO, Georges Niamkey, Le royaume de Kong (Côte d’Ivoire), des origines à la fin du xixe siècle », Journal des africanistes, 77-1 | 2007, 169-171.

Référence électronique

Roland Colin, « KODJO, Georges Niamkey, Le royaume de Kong (Côte d’Ivoire), des origines à la fin du xixe siècle », Journal des africanistes [En ligne], 77-1 | 2007, mis en ligne le 04 décembre 2007, consulté le 22 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/1902

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org