Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

ESSONO, Jean-Marie, Philippe LABURTHE-TOLRA, 2006, L’ancien pays de Yaoundé

Paris, Maisonneuve et Larose, 167 pages
Alfred Schwartz
p. 160-162

Texte intégral

1Le présent ouvrage est constitué de trois grandes composantes : la publication de textes en langue ewondo (la langue des Beti-Ewondo de la région de Yaoundé, au Cameroun) produits en 1913, leur traduction en français, leur commentaire à la lumière de ce que l’on sait aujourd’hui à la fois sur la colonisation du Cameroun par les Allemands et sur la société beti.

2C’est un bien singulier destin que celui d’Atangana Ntsama, l’auteur de ces textes en ewondo et personnage central de l’ouvrage. Né vers 1880, fils d’un chef de clan beti-ewondo, il entre dès l’âge de 15 ans dans la mouvance de l’appareil colonial allemand. Il sera successivement valet d’armes, porteur, domestique, puis, après une scolarisation de deux ans dans l’école de la mission catholique de Kribi (où il est baptisé sous les prénoms de Karl-Otto-Friedrich), interprète et guide, fonctions qu’il exerce notamment auprès du Major Dominik, dont il a été un auxiliaire précieux lors de la conquête du pays beti-ewondo. L’administration allemande apprécie ses services et son dévouement, apparemment sans faille et surtout sans le moindre état d’âme, à la cause de la colonisation : en 1909 (il a à peine 30 ans), il est nommé « maire » de Yaoundé, en 1911 président du Tribunal indigène, avant d’être pressenti à l’automne de la même année pour aller exercer les fonctions de « moniteur » d’ewondo à l’Institut colonial de Hambourg, aux côtés de linguistes de renom tels que le Professeur Meinhof et le Dr Heepe. Atangana arrive à ce titre en Allemagne le 1er mai 1912 et sera en activité à l’Institut colonial du 25 juin 1912 au 11 juin 1913. Il y est mis à contribution pour l’étude de la langue ewondo, dont la production de textes qui n’ont en principe d’autre finalité que de « recueillir du matériel linguistique » (p. 8). Les textes en ewondo dont il est l’auteur seront imprimés dès 1914, puis repris, avec leur traduction en allemand, dans un volumineux ouvrage que le Dr. Heepe consacrera à la langue des Beti de Yaoundé et qu’il publiera en 1919 sous le titre de Jaunde Texte von K. Atangana und P. Messi (un neveu d’Atangana, qui participera ultérieurement lui-aussi aux travaux de recherche linguistique conduits à Hambourg), dont ils forment en fait la partie III (sur les 5 parties que compte la publication).

3Ce sont ces mêmes textes d’Atangana qu’ont décidé de « revisiter » Jean-Marie Essono, ancien Professeur de linguistique à l’Université de Yaoundé I et lui-même locuteur de la langue ewondo, et Philippe Laburthe-Tolra, ancien Professeur d’anthropologie sociale à l’Université Paris V-René Descartes, fin connaisseur de la société beti, à laquelle il a consacré de nombreuses publications. Le linguiste les transcrira selon le système phonétique actuel, avec notation des cinq tons pertinents, mais tentera également « d’évaluer et d’apprécier pour cette langue ewondo (…), selon une analyse plus ou moins diachronique, les différentes mutations que le standard de 1913 aura connues au bout de presque un siècle, au triple plan de la phonologie, de la morphologie et de la syntaxe » (p. 143), analyse dont les résultats sont présentés sous la forme de tableaux aux grandes entrées suivantes : archaïsmes, calques et création lexicale, emprunts, glissements sémantiques, syntaxe (pp. 144-149) ; il procédera également à leur traduction en français. L’anthropologue en assurera les commentaires, aidé en tant que de besoin par son collègue linguiste –les remarques faites ne sont pas nommément signées, mais l’on peut deviner qu’elles sont souvent le fruit d’un travail commun… Les textes en question sont d’une très grande diversité, traitant, dans le désordre le plus total, de sujets en rapport avec l’organisation sociale des Ewondo, de l’itinéraire personnel de l’auteur, mais aussi du thème de la colonisation et des relations Blancs / Noirs que ce contexte politique nouveau a générées. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Atangana apparaît à travers ses propos comme un produit pleinement accompli du système colonial allemand, dont il se présente par ailleurs comme un chantre inconditionnel. Dans une conférence qu’il donne (en allemand !) à l’Institut colonial de Hambourg (texte n° 46, pp. 111-119), qui est un véritable hommage au colonisateur, ne commence-t-il pas par citer ce propos d’un poète allemand : « Associe-toi à ta chère patrie, et étreins-la de tout cœur ! » (p. 111), avant de proclamer son allégeance pleine et entière à ses nouveaux maîtres : « Nous sommes Allemands, même si nous sommes nés au pays des Noirs. Nous élevons aux nues les actions d’éclat des Allemands, bien que nous soyons des Noirs » (p. 111), et de conclure en se référant aux paroles célèbres de l’hymne qui est alors déjà un « classique » de l’idéologie nationaliste chère aux promoteurs de la « grande » Allemagne issue de la proclamation du IIe Reich en 1871 et qui connaîtra la fortune que l’on sait : « Que l’Allemagne soit au-dessus de tout (Deutschland über Alles) ! » (p. 119) ?

4Il convient, bien sûr, de saluer à sa juste valeur l’initiative prise par Jean-Marie Essono et Philippe Laburthe-Tolra de sortir ainsi de l’oubli des textes que Jacques Fame Ngondo, ministre de l’Enseignement supérieur du Cameroun, n’hésite pas, dans sa préface à l’ouvrage, à qualifier de « document littéraire dont la richesse linguistique, historique et ethnologique, voire économique et juridique, demeure remarquable, près de cent ans après sa production » (p. 5). Si la vision que donnent du rapport colonisé / colonisateur les propos d’Atangana est riche d’enseignements, même si celui-ci ne dit sûrement pas tout ce qu’il a vu et vécu aux côtés du Major Dominik lors de la conquête du pays ewondo (où cet officier allemand n’a pas laissé que de bons souvenirs), les informations qu’ils apportent sur la société ewondo ne sont par contre le plus souvent que très fragmentaires, très hétéroclites, très laconiques, voire trop générales et trop imprécises pour que l’on puisse se faire une idée d’ensemble de ce qu’est réellement la société qu’ils sont censés présenter. Fallait-il en vérité attendre davantage d’un jeune homme d’une trentaine d’années, n’ayant vécu que ses années d’enfance et d’adolescence auprès de la personne dont il a sans doute appris l’essentiel de ce qu’il rapporte sur sa société d’appartenance, en l’occurrence son père, le chef du clan ewondo-mvog ? Et faut-il dès lors s’étonner que le lecteur ne trouve pas vraiment dans ce travail la monographie achevée sur les Beti-Ewondo que l’intitulé L’ancien pays de Yaoundé laisse augurer ? Rappelons simplement que les textes qui y sont rassemblés étaient à l’origine beaucoup plus modestement appelés par le Dr Heepe Jaunde Texte (« Textes de Yaoundé »), avec comme seule finalité affichée de servir à l’étude de la langue ewondo. Il n’est pas du tout évident, en effet, que les matériaux historiques et ethnologiques, a fortiori économiques et juridiques, fournis par Atangana permettent d’établir une telle monographie. L’énorme travail bibliogra­phique auquel se sont livrés les deux auteurs de l’ouvrage pour étayer leurs commentaires comble, certes, en partie les lacunes du texte ancien. Il est néanmoins dommage qu’ils n’aient pas mis à profit leur immense savoir sur la société beti-ewondo pour en esquisser une fiche de présentation sommaire, ce qui n’aurait pu que contribuer à mieux s’y retrouver dans la lecture d’Atangana et à apprécier ce que fut réellement l’apport de celui-ci à la connaissance de « l’ancien pays de Yaoundé ».

5Dans son ouvrage Vers la lumière ? ou le désir d’Ariel, paru chez Karthala en 1999, Philippe Laburthe-Tolra consacre une centaine de pages à la biographie d’Atangana. Nous y renvoyons le lecteur qui souhaiterait en savoir davantage sur l’histoire étonnante de ce personnage. Pour résumer son cursus dans le dispositif colonial français qui prend la relève de l’allemand au lendemain de la Première Guerre mondiale, rappelons simplement que Charles (et non plus Karl) Atangana, après quelques années de « purgatoire » et une reconversion à la langue française, est rétabli dans ses fonctions de Chef supérieur des Ewondo et de Juge en janvier 1922. De novembre 1934 à avril 1935, il effectue un voyage en France et découvre Paris. Reconnaissance suprême : en 1939, il est fait chevalier de la Légion d’honneur ! Il meurt en 1943 et a droit à des funérailles officielles…. Un itinéraire décidément peu commun, pour un homme d’ascendance après tout modeste, qui aurait très bien pu ne jamais quitter son village natal, qui aura été en définitive un acteur de premier plan des deux systèmes coloniaux – l’allemand et le français – qui se sont succédé au Cameroun et qu’il aura tour à tour servis avec loyauté, apparemment aussi avec la conviction que « l’épisode colonial (…) est une étape vers la liberté voulue par Dieu pour tous les hommes » (cf. commentaires du texte n° 37, p. 89). Atangana avait incontestablement une capacité d’adaptation exceptionnelle, doublée d’une intelligence politique hors pair.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alfred Schwartz, « ESSONO, Jean-Marie, Philippe LABURTHE-TOLRA, 2006, L’ancien pays de Yaoundé », Journal des africanistes, 77-1 | 2007, 160-162.

Référence électronique

Alfred Schwartz, « ESSONO, Jean-Marie, Philippe LABURTHE-TOLRA, 2006, L’ancien pays de Yaoundé », Journal des africanistes [En ligne], 77-1 | 2007, mis en ligne le 04 décembre 2007, consulté le 23 août 2017. URL : http://africanistes.revues.org/1872

Haut de page

Auteur

Alfred Schwartz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org