Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

DEVEAU, Jean-Michel , L’Or et les Esclaves, histoire des forts du Ghana du xvie au xviiie siècle

Préface d’Édouard J. Maunick, Paris, Karthala/UNESCO, collection « Mémoire des Peuples », La route de l’Esclave, 2005, 330 pages
Jean Polet
p. 155-157
Référence(s) :

DEVEAU, Jean-Michel , 2005, L’Or et les Esclaves, histoire des forts du Ghana du xvie au xviiie siècle. Préface d’Édouard J. Maunick, Paris, Karthala/UNESCO, collection « Mémoire des Peuples », La route de l’Esclave, 2005, 330 p.

Texte intégral

1Sous une apparence anodine, avec des mots « neutres », le titre même de l’ouvrage signale cependant, au lecteur attentif, l’angle particulier que l’auteur utilise pour aborder un thème aujourd’hui très débattu. Les marchandises convoitées par l’Occident (l’or et les esclaves) y sont associées non pas à leurs producteurs (les sociétés africaines) ou à leurs consommateurs, mais à leurs points de transit ponctuels sur les chemins vers l’ancien et le nouveau monde. Et ces points de transit ne sont pas désignés comme des lieux de vie sociale — villes ou ports —, mais par un type de bâtiment lié au pouvoir, à la force, à l’enfermement, les forts. Ce simple décryptage d’un titre d’apparence simple montre déjà que ce livre ne nous conte pas une histoire banale.

2Le livre comporte trois parties, de taille inégale. La première, la plus courte, décrit, à partir des sources européennes, sociétés et vie politique à la Côte de l’Or. L’auteur offre ici une bonne synthèse, aisément abordable, des modes de vie et des économies de la région. On peut cependant regretter qu’il passe sous silence les travaux remarquables d’Adam Jones.

3La deuxième partie est consacrée aux forts, « forts ventouses », selon son expression heureuse. L’auteur décrit avec toute la minutie possible les premiers contacts, la compréhension immédiate qu’ont eue les chefs de la côte du danger de cette volonté qu’ont eue les Portugais, les premiers, d’édifier des constructions, et les difficultés de tous ordres qu’ils eurent pour à la fois faire venir l’or à eux et, en même temps, limiter au maximum les contacts entre personnel des forts et Africains. Ils allaient même jusqu’à interdire aux Portugais l’entretien de jardins aux portes du fort pour que le monopole de la traite de l’or reste aux mains du pouvoir, du gouverneur. Les habitants des forts vivaient donc repliés sur eux-mêmes, manœuvrant, usant d’une diplomatie de l’intrigue pour que l’or de l’intérieur parvienne dans leur fort, attentifs avant tout à s’enrichir vite. Grâce au dépouillement des archives du Public Record Office, l’auteur apporte des information neuves et très intéressantes sur la vie à l’intérieur de ces forts. Il nous livre des anecdotes qui éclairent fort bien la nature des rapports entre responsables des forts et leur personnel d’une part, entre forts de pavillons différents d’autre part, et aussi sur l’ambiance qui y régnait.

4La troisième partie est la plus étoffée de l’ouvrage. Elle porte un titre curieux, une colonisation mercantile. Après un bref aperçu des rapports entre Européens et Africains (déjà entrevus dans le chapitre consacré aux forts), l’ensemble est consacré au commerce, à son organisation et à sa nature. La logique de l’articulation de ces deux sous-ensembles est celle du renoncement des Occidentaux à une exploitation directe des richesses aurifères de la région – une fois épuisés les sables alluvionnaires des embouchures – après deux tentatives conduites par les Portugais puis les Hollandais, tentatives qui échouèrent et qui furent sans lendemain. De même fut vite abandonnée toute tentative « sérieuse » de pénétrer l’intérieur du continent pour y apporter la « vraie » religion, moteur officiel de la rencontre avec l’Afrique. Jean-Michel Deveau nous livre ici une synthèse très claire des enjeux et du mode de fonctionnement, au fil des siècles, des différents marchés. Le texte est enrichi, illustré d’informations, d’événements précis puisés dans les archives du Public Record Office.

  • 1 Thornton J., 1992, Africa and Africans in the making of the Atlantic world, 1400-1800, Cambridge Un (...)
  • 2 Par exemple : Stewart, James H, 2003, Recreating Africa Culture : Kinship and Religion in the Afric (...)

5Ces dernières années ont vu croître fortement les études sur la traite négrière, pour mille raisons dont beaucoup sont liées à l’investissement du Politique par les notions de repentance et de réparation. Peut-être à cause de cette irruption du « sensible » dans le champ de l’Histoire – en même temps que le règne du « politically correct » et que l’émergence de « studies » très diverses dans le monde anglo-saxon –, une attention particulière est aujourd’hui apportée à l’esclave lui-même, à son destin. Or J.-M. Deveau, se fondant sur l’œuvre magistrale de Claude Meillassoux relative à l’esclavage issue de recherches conduites en Côte d’Ivoire, décrit (p. 253 et sq), chez l’Africain qui devient esclave, un processus de « dépersonnalisation », d’abandon de sa culture. Celui-ci serait nécessaire et inévitable, au moment où sa vie bascule : « Le mort virtuel renaissait [ensuite] au sein du groupe d’adoption, avec un père qui était son nouveau maître ». Les travaux de Thornton1 et ceux, de plus en plus nombreux et de plus en plus précis des écoles historiques brésiliennes et américaines2, fondés sur des archives jusque là « ignorées », nuancent fortement cette vision d’une mort culturelle nécessaire lors de la déportation.

6L’auteur aborde ainsi un tout autre sujet que celui qui fait le cœur de son ouvrage. Il ne se limite pas à l’étude des marchands, de la nature de leur « marchandise » et de la transaction, pour élargir son approche à la vie complète d’un homme devenu objet. Mais c’est une autre perspective, qui se calque sur le destin « mondialisé » des esclaves issus d’Afrique. Pour ce qui concerne le cœur du sujet de l’ouvrage, les forts et leur rôle, sa lecture est à recommander sans hésitation.

Haut de page

Notes

1 Thornton J., 1992, Africa and Africans in the making of the Atlantic world, 1400-1800, Cambridge University Press, 340p.

2 Par exemple : Stewart, James H, 2003, Recreating Africa Culture : Kinship and Religion in the African Portuguese World ; 1441-1770, The University of North Carolina Press ; Metcalf, Alida C, 2005, Go-between and the colonization of Brazil, 1500-1600, The University of Texas Press, 391p. et Laura de Mello e Souza, 2003, The Devil and the land of the Holy Cross : witchcraft, slavery and popular religion in colonial Brazil, The University of Texas Press, 350p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Polet, « DEVEAU, Jean-Michel , L’Or et les Esclaves, histoire des forts du Ghana du xvie au xviiie siècle », Journal des africanistes, 77-1 | 2007, 155-157.

Référence électronique

Jean Polet, « DEVEAU, Jean-Michel , L’Or et les Esclaves, histoire des forts du Ghana du xvie au xviiie siècle », Journal des africanistes [En ligne], 77-1 | 2007, mis en ligne le 04 décembre 2007, consulté le 23 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/1852

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org