Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

BOUQUIAUX, Luc, 2004, Linguistique et ethnolinguistique

Anthologie d’articles parus entre 1961 et 2003, Peeters, SELAF 411, Paris-Leuwen, 466 pages
Paulette Roulon-Doko
p. 124-155

Texte intégral

1Cet ouvrage, publié à l’occasion des 70 ans de l’auteur, présente selon l’ordre chronologique 42 articles1 qui ont déjà été publiés entre 1961 et 2003. Ce choix veut permettre de saisir « la constance d’une approche pluridisciplinaire de la réalité qui caractérise la recherche de l’auteur » (Avant-propos : 7). Ce sont principalement deux langues qui ont été longuement étudiées par Luc Bouquiaux, le birom, une langue du groupe Plateau du Nigeria septentrional (10 articles) et le sango, langue véhiculaire de la République Centrafricaine (8 articles), aboutissant dans les deux cas à la production d’un dictionnaire. En collaboration avec Jacqueline M.C.Thomas, l’auteur a développé une méthode de description qui met l’accent sur le niveau phonologique (4 articles) et la détermination des catégorie grammaticales (7 articles), et dont est présenté une synthèse Les problèmes théoriques de la description des langues d’Afrique (pp. 321-338). Cette préoccupation théorique va de pair avec une recherche comparatiste sur les domaines étudiés (7 articles). Sont notamment abordés le système des classes nominales dans quelques langues de la famille Bénoué-Congo (pp. 111-129), des problèmes tonals en Afrique Centrale (pp. 213-233) et quelques problèmes comparatifs des langues bantoues C10 (pp. 383-397). Enfin quelques études d’ethnolinguistique (6 articles) témoignent de l’intérêt de l’auteur pour la culture des sociétés étudiées. Je mentionnerai en particulier Les instruments de musique birom (pp. 33-47), L’arbre ngbè et les relations amoureuses ches les Ngbaka (pp. 235-242) et L’Araignée, principe de vie et démiurge (pp. 435-451). En associant les données linguistiques, ethnolinguistiques et de tradition orale, l’auteur propose aussi une hypothèse de reconstruction des mouvements migratoires concernant Le peuplement oubanguien (pp. 267-281). Enfin plusieurs articles très brefs rappellent le combat de l’auteur pour la défense des études africanistes et sa volonté de développer des collaborations interdisciplinaires, chaque fois que possible.

2Cinq articles comportent une bibliographie sur le sujet traité et, à la fin de l’ouvrage, une bibliographie générale des travaux de l’auteur est précédée d’une bibliographie thématique des articles présentés, ce qui permet au lecteur de retrouver plus facilement le sujet qui l’intéresse. Une mention systématique pour chaque article des pages qu’il occupe dans l’ouvrage aurait évité de devoir se reporter à la table des matières pour ce faire.

3Il s’agit d’un bilan qui, à l’heure où la linguistique africaine et la linguistique descriptive en général ont du mal à se faire entendre, nous rappelle l’utilité de ce domaine et combien il est important pour la connaissance des langues et des cultures d’Afrique.

Haut de page

Notes

1 Deux d’entre eux sont en allemand, un en anglais, les autres en français.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulette Roulon-Doko, « BOUQUIAUX, Luc, 2004, Linguistique et ethnolinguistique », Journal des africanistes, 77-1 | 2007, 124-155.

Référence électronique

Paulette Roulon-Doko, « BOUQUIAUX, Luc, 2004, Linguistique et ethnolinguistique », Journal des africanistes [En ligne], 77-1 | 2007, mis en ligne le 04 décembre 2007, consulté le 23 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/1842

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org