Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

ANNAUD, Mathilde, 2007, Les arts premiers. Reflets sauvages d’Occident

Toulouse, MILAN, Les essentiels, 64 pages
Philippe Laburthe-Tolra
p. 153-154

Texte intégral

1Ce petit catalogue, intelligemment conçu pour un vaste public, évoque un thème par double page. Ses 27 articles sont répartis en 5 sections : ‘Du primitif au premier’, ‘L’art à la source’, ‘L’altérité en vitrines’, ‘Authenticité, valeur sûre’, ‘Fini, l’art premier ?’. Une dernière section, ‘Approfondir’, offre un bon glossaire, une bibliographie, et un index des noms propres.

2Le titre assorti du sous-titre et les premières pages évoquent d’emblée la polémique à la mode, illustrée par Bernard Dupaigne, de l’ancien Musée de l’Homme avec le nouveau Musée du quai Branly : parler d’art « premier » proviendrait d’un « présupposé raciste » (p. 3) qui trahit l’incompréhension et la sauvagerie dont il est à présent correct d’affubler les Blancs.

3Pour entrer dans cette querelle très franco-française, ne conviendrait-il pas d’abord d’utiliser des mots exacts ? Le présupposé existe, certes ; mais évolutionniste, ce qui n’équivaut pas à raciste ! Pauvre Darwin ! Pauvre Senghor teilhardien, qui pense qu’un fond de négritude reste indispensable dans la Civilisation de l’Universel. Et pauvre Chirac, qui ne se croyait pas « raciste » en hissant à la première place les Arts dits Premiers. Pauvres arts « innommables » parce que pillés et anonymes ; comme si tel n’avait pas été le sort de l’art grec par Rome dès l’Antiquité (les Verrines de Cicéron !), de nos cloîtres médiévaux par les Américains, des Chinois par les Mongols, des Perses par les Arabes, etc.

4 La page 4 enfonce le clou en précisant bien que l’évolutionnisme est raciste, quoique Boas soit cité avec éloge pour Primitive Art. La mode est bien de renier l’idée de progrès ; le plus amusant est que cette mode reproche à l’anthropologie de « figer » les peuples, alors que l’alternative qu’elle suppose sans s’en rendre compte serait le fixisme ou le créationnisme.

5L’ « exotisme » est tout aussi mal vu que le mot « indigène » dont pourtant les étymologies sont si convenables (c’est ‘l’ailleurs’ ou l’étranger, d’un côté, c’est ‘l’originaire’ ou l’original de l’autre). Mais il reste de bon ton de se récrier devant ces termes colonialistes et de réduire l’attrait de l’ailleurs à l’avidité de posséder pour jouir (p. 6) ainsi que de subordonner la science aux plus sombres desseins politiques (p. 8), quitte à ranger Frobenius et Griaule parmi les valets de l’impérialisme (sans parler d’Albert Londres ou de Gide) et à considérer tout objet provenant d’Afrique comme « volé » (p. 9), malgré le soin que prennent les vrais amateurs de justifier les provenances) et bien que la fondation de la Société des Africanistes soit conçue en fin 1930 comme contre-poids à l’Exposition Coloniale de 1931.

6A contrario, nulle part n’est signalée l’erreur qu’avait commise le Musée de l’Homme : celle de considérer les concepts d’art et de beauté comme uniquement bourgeois-occidentaux. Il est vrai que (malgré Lévi-Strauss) la tendance actuelle est de retourner le racisme contre l’Occident, et donc d’ignorer les universaux qui unissent réellement tous les peuples. On peut certes faire de vraies critiques au musée du quai Branly : il a privilégié la beauté et l’originalité à l’instar du Musée Dapper, voire le charme et l’imagination ; mais aux dépens de la science : la bibliothèque du Musée de l’Homme n’est plus accessible aux chercheurs comme autrefois, la précieuse Encyclopedia of Religions and Ethics de Hastings, qui s’y trouvait parmi les usuels et que la BNF ne possède pas, en a disparu, ainsi que sont absents les vastes locaux habituellement nécessaires à de vraies sociétés savantes (amphithéâtre, réserves pour les archives et les legs documentaires, etc.)…

7Le but de cet opuscule paraît surtout de provoquer trouble et mauvaise conscience, en discréditant l’idée de musée (p. 30) et de patrimoine (p. 56), et en défendant le droit des peuples à détruire leurs propres œuvres (p. 48). Mathilde Annaud soutient ainsi les talibans d’Afghanistan, les gardes rouges de Mao, et les « anars » de mai 68 qui ont détruit aux Beaux-Arts un millier de copies d’antiques, voire d’œuvres maintenant disparues. Elle exploite leur procédé efficace, qui consiste à jeter, soit un fait brut, p. 35 liste des mécènes de Branly, odieux groupes capitalistes tels EDF !,  soit une citation hors contexte p. 37 : « il n’y a pas d’art, il n’y a que des hommes » (Musset). Or ce texte de la Revue des Deux Mondes traite des deux leitmotive romantiques d’Alfred : 1) « Ah ! frappe-toi le cœur, c’est là qu’est le génie ! » ; 2) « quand j’ai connu la vérité… », - sa nostalgie de la religion, âme fondatrice de l’art.

8Bien entendu, d’autres passages de M.A. exaltent la valeur des œuvres, avec des contrepoints ambigus (pp. 32, 40-41). On apprend p. 44 que les Français auraient interdit le rituel ngil en 1910 (source ??). On sera comblé par ce sublime ‘proverbe africain’ digne d’un gourou évangéliste : « Le vrai dialogue suppose la reconnaissance de l’autre à la fois dans son identité et dans son altérité » (p. 57). Souhaitons alors en obtenir le mot-à-mot originel.

9Ceux qui cherchent, à prix louable, des textes qui leur donnent des idées simples, très politiquement correctes, voire dans l’air du temps, ou dans les vents versatiles des modes, seront pleinement satisfaits par cet ouvrage. Nous ne pouvons donc que lui souhaiter de bon cœur tout le vif succès qu’il mérite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Laburthe-Tolra, « ANNAUD, Mathilde, 2007, Les arts premiers. Reflets sauvages d’Occident », Journal des africanistes, 77-1 | 2007, 153-154.

Référence électronique

Philippe Laburthe-Tolra, « ANNAUD, Mathilde, 2007, Les arts premiers. Reflets sauvages d’Occident », Journal des africanistes [En ligne], 77-1 | 2007, mis en ligne le 04 décembre 2007, consulté le 24 mai 2017. URL : http://africanistes.revues.org/1832

Haut de page

Auteur

Philippe Laburthe-Tolra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org