Navigation – Plan du site
Archéologie et sources

Présentation du dossier

Gérard Chouin, Claude-Hélène Perrot et Gérard Pescheux
p. 9-11

Texte intégral

1Ce second volet du tome 75 du Journal des Africanistes consacré aux Akan se compose de deux parties articulées autour de l’apport de l’archéologie et de l’étude des sources historiques.

2Les articles rassemblés dans la partie consacrée à l’archéologie diffèrent par la nature des questions posées, des objets d’étude auxquels ils se rapportent et par les rapports que leurs auteurs entretiennent avec l’histoire, l’histoire de l’art et l’anthropologie. Le premier article est une introduction à l’archéologie de l’aire akan autant qu’un guide qui permettra au lecteur de mieux replacer les différentes contributions dans leur contexte épistémologique. Nous ne reviendrons donc pas ici sur le détail de chacun des articles proposés. Tous se nourrissent du travail de plusieurs générations d’archéologues qui se sont interrogés, à partir de l’étude de la culture matérielle, sur les changements qui, dans la longue durée, ont transformé les économies et les cadres sociopolitiques des sociétés vivant sur le littoral et à l’intérieur de cette partie du Golfe de Guinée que les Européens baptisèrent Côte de l’Or, entre les fleuves Tano et Volta, dans le sud-ouest de l’actuelle Côte d’Ivoire et le sud du Ghana. L’identité akan, sans cesse réinterprétée, est née de ces transformations.

3Au contraire des historiens, contraints par le cadre chronologique imposé par leurs sources, l’archéologue peut prétendre reconstituer une version sur le long terme de la constitution d’un espace akan. La tâche n’est pas simple, car l’archéologie est une science dont le coût élevé limite pour le moment l’essor au sud du Sahara, tout particulièrement dans la zone forestière. Pourtant, peu à peu, grâce aux nouveaux sondages effectués chaque année par des équipes internationales et africaines, se dessine une histoire passionnante, parallèle mais distincte de celle proposée par les historiens, et parfois plus lointaine car plongeant ses racines dans les siècles qui précèdent les premiers témoignages européens, à la fin du XIVe siècle.

4Les articles présentés dans cette partie illustrent différentes facettes de l’archéologie et la capacité des tenants de cette discipline à sortir de leurs retranchements techniques pour s’essayer à une forme de discours plus narrative, plus proche de celle des historiens. Cette histoire vue du sous-sol est rarement spectaculaire, mais elle est de mieux en mieux restituée à la lumière d’un faisceau d’informations complémentaires, données archéolo­giques et sources écrites et orales. L’approche interdisciplinaire qu’impose l’écriture d’une telle histoire n’est pas sans poser des problèmes de méthode. L’histoire et l’archéologie ont en effet peu en commun, si ce n’est l’étude du passé, et le métissage n’est souvent pas chose aisée. Dans cette archéo-histoire encore tâtonnante mais qui s’affirme, on décèle un potentiel critique indéniable face à une vision historique qui déforme le temps long et s’invente des mythes, tel celui qui voudrait, par exemple, que les populations de la forêt aient été des chasseurs-cueilleurs jusqu’à l’arrivée des Européens.

5La seconde partie est consacrée à l’étude des sources de l’histoire des Akan. Relations de voyage, cartes et photographies anciennes sont explorées dans quatre articles qui témoignent autant de la richesse et de la diversité de ces sources que de l’intérêt de la réflexion méthodologique et théorique qu’elles ont suscité ces vingt dernières années.

6Les relations ou récits de voyage forment un important corpus de documents où historiens, archéologues, historiens d’art et anthropologues puisent une partie de leur matière première. Deux articles y sont ici consacrés. Le premier propose un retour en arrière sur les grandes étapes de la recherche dans le domaine de l’étude des relations de voyage sur la Côte de l’Or. Ce rappel est d’autant plus utile que l’analyse fine des mécanismes qui régirent la création et l’usage de ces documents a définitivement bouleversé l’usage que font de leurs sources les historiens de l’Afrique avant le XXe siècle. L’article reprend donc les grands points de cette réforme méthodologique puis propose un cadre théorique susceptible de permettre une interprétation historique plus fine de ces documents.

7Adam Jones est un pionnier de l’étude des relations de voyage et autres documents européens sur l’Afrique subsaharienne avant le XXe siècle, et un auteur incontournable pour quiconque s’intéresse à l’histoire du Golfe de Guinée à l’époque moderne et au XIXe siècle. Editeur intransigeant de textes anciens en traduction anglaise, auteur de la réflexion critique et méthodologique sans doute la plus aboutie aujourd’hui1 sur l’utilisation des sources européennes pour l’écriture de l’histoire de l’Afrique, Adam Jones nous propose ici non pas un article mais un outil analytique qui s’avère indispensable à tous les chercheurs qui se passionnent pour l’histoire de la culture matérielle, et notamment aux archéologues. Il s’agit d’un catalogue des éléments de la culture matérielle qui apparaissent dans un corpus de 51 écrits de voyage publiés, qui ont été écrits entre le XVe et le XVIIIe siècles. Le dialogue entre disciplines, notamment entre l’archéologie et l’histoire, passe par la multiplication d’outils permettant une meilleure utilisation partagée des sources quelles qu’elles soient.

8René Baesjou, sans doute le meilleur spécialiste de l’histoire de la cartographie du Golfe de Guinée, nous invite à une réflexion sur l’intérêt historique des toponymes et autres sources d’information que l’on trouve dans les cartes anciennes. Cette contribution érudite, importante du point de vue de la critique historique, s’appuie sur une analyse détaillée d’un corpus de cartes du sud-ouest du Ghana actuel, du XVIe au XIXe siècle. La dernière partie de l’article présente et résume des documents d’archives hollandais mal connus et souvent difficiles d’accès aux chercheurs qui ne maîtrisent pas le néerlandais. Ces documents résultent du recensement, à la fois cartographique, démographique et économique, de tous les territoires que les Néerlandais estimaient être sous leur contrôle sur la Côte de l’Or au milieu du XIXe siècle. Partis à la recherche des limites, souvent floues, de leurs « possessions » – ou plutôt de leur sphère d’influence – les administrateurs hollandais s’engagèrent dans la réalisation d’un inventaire précis qui forme aujourd’hui une source d’information unique pour cette période.

9Enfin, Paul Jenkins, nous livre un remarquable article sur l’histoire de la photographie dans l’ancienne Côte de l’Or, à travers l’étude des collections photographiques des archives des missions de Bâle dont une partie est disponible en ligne. La portée méthodologique de cet article n’échappera à personne, et ouvre la voie à une réévaluation des ressources photographiques disponibles comme sources de l’histoire de l’Afrique au XIXe siècle.

10Au-delà des techniques, des périodes et des thèmes, ces deux parties montrent qu’une approche interdisciplinaire des mondes akan s’affirme, et que l’archéologie et l’étude des sources y prennent une part grandissante. Le regard croisé se construit peu à peu, à mesure que les frontières épistémologiques s’estompent, que le dialogue critique s’instaure et exige que l’on aille plus avant dans la synthèse rigoureuse de connaissances à la fois élargies et de plus en plus précises. Le monde akan, sans doute l’un de ceux les plus étudiés en Afrique subsaharienne, est un terrain de recherche balisé par des professionnels de toutes disciplines dont les voix se font écho. C’est de cette densité de la recherche, de cette richesse du dialogue entre disciplines que surgit une nouvelle image des mondes Akan, plus anciens, plus complexes et plus fascinants.

Haut de page

Notes

1 Jones, A., 1990, Zur Quellenproblematik der Geschichte Westafrikas 1450-1900. Stuttgart, Franz Steiner, Paideuma, Mitteilungen zur Kulturkunde 99.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Chouin, Claude-Hélène Perrot et Gérard Pescheux, « Présentation du dossier », Journal des africanistes, 75-2 | 2005, 9-11.

Référence électronique

Gérard Chouin, Claude-Hélène Perrot et Gérard Pescheux, « Présentation du dossier », Journal des africanistes [En ligne], 75-2 | 2005, mis en ligne le 06 avril 2007, consulté le 28 avril 2017. URL : http://africanistes.revues.org/182

Haut de page

Auteurs

Gérard Chouin

Articles du même auteur

Claude-Hélène Perrot

Articles du même auteur

Gérard Pescheux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org