Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

VIRCOULON, Thierry, 2004, L’Afrique du Sud démocratique ou la réinvention d’une nation

L’Harmattan, Paris, 292 pages
Judith Hayem
p. 164-165

Texte intégral

1Le grand mérite de ce livre paru en 2004, juste dix ans après la mise en place de la démocratie multiraciale sud-africaine - les premières élections multiraciales qui portent Nelson Mandela et l’ANC au pouvoir se déroulent en avril 1994 - est de tracer le bilan de cette décade en s’intéressant d’avantage à sa borne supérieure : les années 2000, qu’à sa borne inférieure. Pour autant, le propos de l’auteur n’est pas de démentir l’enthousiasme initial suscité par la naissance de la démocratie sud-africaine au vu des difficultés rencontrées depuis par la jeune nation. Tout au contraire, Thierry Vircoulon s’attache à examiner ce qu’il désigne avec raison, comme « l’invention permanente » (p. 9) dont l’Afrique du Sud, qu’il qualifie plus loin de « laboratoire social » a su et sait encore faire preuve aujourd’hui.

2À cet effet, l’ouvrage tente de décrire la société étudiée dans sa diversité et sa complexité au travers d’une approche sinon exhaustive, du moins la plus totalisante possible ; sans y parvenir toutefois. Il est vrai que la tâche est vaste, mais par ailleurs, force est de constater que l’auteur a quelques sujets de prédilection, sans doute forts naturels pour un ancien élève de l’ENA. Ainsi, la violence et la sécurité occupent-elles deux chapitres sur trois de la troisième partie consacrée aux « problèmes sociétaux » (le troisième s’attache à la question du SIDA) ; tandis que la question foncière est abordée à deux reprises : d’abord directement puis transversalement à l’occasion d’une réflexion sur le rôle des chefs coutumiers1. Rien en revanche, sur la question du logement - largement traitée il est vrai par les urbanistes et les géographes français ces dernières années (Guillaume, 2001 ; Houssay, 1995 et 1999 ; Gervais-Lambony et al., 1999) – ou l’école, par exemple.

3La richesse de l’analyse politique déployée en termes simples et précis sur les thèmes de prédilection de l’auteur contraste avec des chapitres plus descriptifs où la simple chronologie des évènements élude parfois des enjeux plus problématiques. C’est notamment le cas du chapitre sur le « mouvement ouvrier » qui n’aborde que le versant syndical des mondes ouvriers, sans dire un mot de la transformation des lieux de travail sous l’impulsion de nouvelles politiques, ni des nouvelles relations industrielles et sociales qui s’ensuivent, pour mieux se concentrer sur les jeux d’alliance entre COSATU (Congress of South African Trade Union) et ANC au sein de l’alliance tripartite au pouvoir depuis 1994 (ANC-COSATU-South African Communist Party). De même, les chapitres consacrés aux minorités blanches et métisses, ont-ils tendance à réduire à une simple sociologie politique articulant couleur de peau, « culture » et groupe d’intérêt politique, les tensions qui animent ces deux entités sociales, dont la pseudo homogénéité a pourtant été largement façonnée par l’apartheid. L’auteur le montre bien d’ailleurs et reconnaît en conclusion de l’ouvrage, et de manière un peu paradoxale au regard des outils analytiques qu’il a lui-même mis en œuvre, que la tension raciale ne saurait désormais être le seul prisme de lecture de la situation contemporaine marquée par une recomposition sociale répondant moins aux critères raciaux qu’aux critères économiques, en particulier l’émergence d’une classe moyenne noire affluente et d’une majorité de plus en plus large de gens pauvres ou très pauvres, de différentes couleurs.

4Ce paradoxe s’éclaire sans doute à la lumière de deux choix manifestes :

5- D’abord, celui de chapitre courts et didactiques, illustrés par des statistiques récentes, et appuyés le plus souvent sur un ou deux exemples dont la presse nationale s’est fait l’écho ; des chapitres que l’on pourrait lire indépendamment les uns, des autres. Cette approche synthétique, si elle répond à la volonté panoramique de l’ouvrage, se fait parfois aux dépens d’une certaine problématisation. Ainsi, le rôle complexe et en pleine évolution des chefs coutumiers n’est-il pas indifférent à la gestion de la question foncière. Cela transparaît bien à la lecture des deux chapitres que T. Vircoulon consacre successivement à ces thèmes mais la mise sous tension problématique directe d’un aspect par l’autre aurait sans doute été encore plus démonstrative.

6- Par ailleurs, l’ouvrage se présente délibérément comme une analyse de l’Afrique du Sud du point de vue de ses institutions politiques : partis politiques, police, gouvernement provinciaux, chefs coutumiers, syndicats, etc… Le peuple et la société civile, quant à eux, n’apparaissent que comme autant de groupes d’intérêts et d’électeurs potentiels ou comme contre-point et contre-poids de l’Etat (le Treatment Action Campaign dans la bataille contre le SIDA ; les groupes de « vigilants » dans la sécurisation des quartiers insuffisamment protégés par la police, par exemple) et ne sont pas étudiés pour eux-mêmes. Cette analyse par le haut et dans les catégories de la science politique, profondément centrées sur la politique telle qu’elle se déploie du point de vue de l’État et du système parlementaire, ne permet pas de rendre totalement compte de la spécificité de la politique du point de vue des gens, eux-mêmes : ces Sud-Africains lambda dont l’auteur souligne pourtant que leurs « batailles » (contre le SIDA, pour la sécurité de le leur lieu de vie, pour leurs droits au travail, pour la restitution de leurs terres, etc…) jouent un grand rôle dans la vivacité de la démocratie sud-africaine, dont elles constituent « un véritable bulletin de santé » (cf. p.271).

7Reste que L’Afrique du Sud ou la réinvention d’une nation constitue une très bonne introduction aux enjeux qui agitent l’Afrique du Sud contemporaine pour qui ne connaît pas ce pays. À charge, pour le lecteur curieux, d’approfondir ailleurs les questions ouvertes par l’ouvrage et, pour d’autres chercheurs et d’autres disciplines, de compléter le point de vue du politiste par des regards complémentaires.

Haut de page

Notes

1 T. Vircoulon avait d’ailleurs déjà étudié cette question (Vircoulon, 2004).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Judith Hayem, « VIRCOULON, Thierry, 2004, L’Afrique du Sud démocratique ou la réinvention d’une nation », Journal des africanistes, 75-2 | 2005, 164-165.

Référence électronique

Judith Hayem, « VIRCOULON, Thierry, 2004, L’Afrique du Sud démocratique ou la réinvention d’une nation », Journal des africanistes [En ligne], 75-2 | 2005, mis en ligne le 27 mars 2007, consulté le 28 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/169

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org