Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

TARDITS, Claude, 2004, L'histoire singulière de l'art bamoum

Université Senghor d'Alexandrie, Afredit/Maisonneuve & Larose, Paris, 128 p., photos, bibl.
Philippe Laburthe-Tolra
p. 163

Texte intégral

1Voici un ouvrage attendu, qui complète et couronne très heureusement la savante thèse de l'auteur sur le Royaume Bamoun, par un texte exemplaire et une remarquable iconographie de 127 photographies en noir et en couleurs. Le livre se subdivise en deux : les quatre premiers chapitres reprennent la thèse et résument l'histoire singulière du Royaume, faite d'alternances de paix et de fureurs, et qui culmine à la fin du XIXe siècle avec l'avènement d'une personnalité exceptionnelle, celle du roi Njoya, qui invente une écriture, développe en même temps que son administration un artisanat raffiné, donc l'art, et sait, en 1902, bien accueillir les officiers allemands qui "découvrent" avec une surprise admirative sa capitale, Foumban, où ils n'imposeront jamais un résident, selon les principes du gouvernement indirect. Un royaume peut s'intégrer dans l'Empire allemand ; mais plus difficilement dans la République française. Celle-ci nomme, après le départ des vaincus de la Grande Guerre, un représentant local qui rogne les pouvoirs et les ressources de Njoya, pour finalement l'exiler à Yaoundé, où il meurt en 1933. Lui succède son fils le sultan Seidou (la majeure partie des Bamoun s'est islamisée), auquel succède à son tour en 1992 son fils Mbombuo, plusieurs fois ministre du Cameroun indépendant - ce long temps de paix se trouvant favorable à l'entente mutuelle et à l'épanouissement des arts.

2La deuxième partie du livre montre comment "la politique s'inscrit dans l'art" en quatre derniers chapitres, traitant de l'art à la cour, de l'art chez les chefs, de l'art en mouvement des masques, enfin de la démocratisation de l'art, désormais mis sur le marché dans la fameuse rue des artisans de Foumban. Les pièces héritées des premiers Allemands prouvent le maintien d'une "tradition authentique" quoique récente (remontant à la période pré-coloniale de la fin du XIXe siècle). Ici, le texte nous donne pour chaque œuvre présentée un parfait exemple de maîtrise dans la minutie de la description muséologique. Sans négliger la fermeté du jugement esthétique, – en particulier pour jauger le raffinement et la beauté des œuvres destinées au Palais royal, – Claude Tardits déploie toute le rigueur dont il a déjà su faire preuve dans ses précédents travaux, n'omettant rien, ni dans la précision matérielle, ni dans la quête du sens symbolique, qu'il s'agisse de l'araignée, du serpent à deux têtes, ou des autres animaux. Il démontre par là (sans avoir cherché à le faire) l'utilité de cette "science du terrain" qu'enseignait le Musée de l'Homme et que risque de reléguer au loin le nouveau Musée des Arts Premiers.

3On osera énoncer deux regrets, l'un mineur : qu'on ne trouve point la carte 5 évoquée p. 92 ; l'autre, que ces splendides photos (en particulier en couleurs) ne prennent pas place dans une véritable édition d'art, qu'elles postuleraient. Mais l'avers de la médaille est de mettre ainsi à la disposition d'un large public une étude précise quasi-exhaustive, avec pour annexe une bibliographie complète, de l'un des tout premiers parmi les arts de l'Afrique sub-saharienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Laburthe-Tolra, « TARDITS, Claude, 2004, L'histoire singulière de l'art bamoum », Journal des africanistes, 75-2 | 2005, 163.

Référence électronique

Philippe Laburthe-Tolra, « TARDITS, Claude, 2004, L'histoire singulière de l'art bamoum », Journal des africanistes [En ligne], 75-2 | 2005, mis en ligne le 27 mars 2007, consulté le 30 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/168

Haut de page

Auteur

Philippe Laburthe-Tolra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org