Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

SOMÉ, Magloire, 2004, La christianisation de l’ouest de la Volta : action missionnaire et réactions africaines

1927-1960, Paris, L’Harmattan, 516 p.
Nicolas Monteillet
p. 161-163

Texte intégral

1Cet intéressant ouvrage préfacé par le Professeur Meslin est une version remaniée d’une thèse soutenue en 1993 par Magloire Somé maître assistant en histoire à l’Université de Ouagadougou. Il analyse les rapports entre missionnaires administrateurs et « missionnés » ainsi que leurs conséquences sur le processus de christianisation dans l’Ouest-Volta (une région de la taille du tiers du territoire français) entre les débuts de l’occupation française et l’indépendance.

2Ce travail rappelle la situation très particulière de cette région à la veille de l’installation missionnaire période durant laquelle l’administration s’appuie sur un commandement indigène corrompu. Dans ce contexte de paix civile précaire, les missionnaires ne se contentent pas de jouer le rôle de vitrine tropicale de la « civilisation » française dans lequel voulait les cantonner l’administration. Le prosélytisme des premières écoles et les tensions qu’il pourrait créer dans un contexte à la fois musulman et à la fois dominé par les religions anciennes font supprimer les subventions publiques à leurs écoles. Pourtant, sur le terrain, les relations entre missions et administration fluctuent souvent au gré des personnalités plus que des considérations politiques. Une fois achevée la conquête coloniale, l’installation plus solide des premières missions conjuguée à la crise de 1930 (baisse des coûts de l’arachide, alourdissement de l’impôt) provoque l’« ébranlement » des structures sociales anciennes et les premières évangélisations.

3En 1932, pour les chrétiens bobo, les masques deviennent « œuvres de Satan » ; ils refusent de les saluer lors des cérémonies funéraires. Dans une zone frontalière de le la Haute Volta (Djiréba en Gold Coast), en 1932 alors que la sécheresse suscite une profonde inquiétude, les missionnaires font abjurer aux suppliants les sacrifices aux esprits, le mariage coutumier et les interdits religieux. Le « miracle » survient : la pluie apparaît. Les Dagara voisins se rendent à Djiréba ; de retour les plus zélés détruisent les sanctuaires ancestraux et forment des groupes de prières. Les incarcérations administratives des chrétiens ne peuvent freiner l’élan de mysticisme. Cette ferveur répond-t-elle à une profonde appropriation du dogme ou à la puissance des miracles de la prière blanche ?

4La force magique des pères européens triomphe mais les missionnaires ne parviennent pas à instruire vraiment et les fidèles « retomberont » vite dans les anciens cultes. L’un des évènements essentiels de l’histoire religieuse chrétienne locale animée autant par une aspiration à la liberté que par des convictions religieuses est, en 1934, la « révolte » des « enfants de pères » en pays Bwa. Eprouvés par les abus des chefs de cantons et la catastrophe des sauterelles, la population s’inscrit massivement au catéchisme et forme des cellules de résistance aux chefs coutumiers investis par les Français. Les troubles qui accompagnent le mouvement (on bat des passants assis à l’ombre d’une chapelle, on flagelle à mort des coupables sur la foi d’une ordalie) achèveront de convaincre les administrateurs que les prêtres incitent leurs ouailles à se soustraire à l’impôt ou aux prestations diverses. Les pères tentent de ramener le calme et de rappeler « le caractère purement religieux et moral de la prière ». Les excès de zèle missionnaires (profanations d’objets de cultes anciens) ou le laïcisme administratif militant très présent dans les sources écrites marquent l’histoire chrétienne de cette région.

5L’étude a l’avantage de permettre d’affiner la chronologie des réactions à la christianisation : la période d’installation se poursuit jusqu’en 1930 puis une fièvre religieuse aussi brutale que brève (1930 – 1934) est suivie d’une période où les vieux cultes se relèvent. Les diaires portent la marque de ce dernier revirement : vers le tournant du siècle les sécheresses et épidémies sont imputées à la destruction des autels ancestraux par les chrétiens. Lorsque la foudre s’abat sur la case du missionnaire on applaudit à la justice du « fétiche ». En 1950 le culte « du dieu de San » promet par un recours aux ancêtres un assainissement moral et une révolution sociale qui permettra à la société de se débarrasser des sorciers.

6Les exigences de l’église (refus de la polygamie, de la compensation matrimoniale, du lévirat, et des unions forcées) expliquent, selon l’auteur, son piétinement face à l’islam plus souple dans sa morale conjugale (tolérances vis-à-vis de la polygamie et des vieilles croyances). Mais les écoles coraniques dispensent une formation essentiellement religieuse ouvrant peu à la promotion sociale contrairement à celles des missionnaires qui représentent plus de 40% de l’enseignement en 1955. L’ouvrage montre aussi que la mission va devenir un centre d’enseignement de la morale chrétienne et de l’hygiène auprès des femmes : création à partir de 1924 d’un ouvroir, puis d’écoles ménagères, et en 1947 de sixas formant des « fiancées chrétiennes ». Malgré ces progrès la christianisation touche en 1955 à la veille de l’indépendance, moins de 10 % de la population de la région et l’islam progresse rapidement (9% par an).

7On peut regretter que l’auteur se cantonne à une exploitation des sources écrites institutionnelles contrôlées par les colonisateurs, négligeant les systèmes religieux ancestraux pourtant sortis vainqueurs de leur confrontation avec le christianisme et l’islam. Il n’en reste pas moins que cet ouvrage par sa richesse et sa rigueur évoque les contributions les plus reconnues de l’histoire du christianisme (travaux de L. Ngongo ou d’E. Mveng en Afrique centrale). Il intéressera tous les lecteurs soucieux de connaître ce passé colonial qui a façonné l’Eglise africaine d’aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Monteillet, « SOMÉ, Magloire, 2004, La christianisation de l’ouest de la Volta : action missionnaire et réactions africaines », Journal des africanistes, 75-2 | 2005, 161-163.

Référence électronique

Nicolas Monteillet, « SOMÉ, Magloire, 2004, La christianisation de l’ouest de la Volta : action missionnaire et réactions africaines », Journal des africanistes [En ligne], 75-2 | 2005, mis en ligne le 27 mars 2007, consulté le 23 mai 2017. URL : http://africanistes.revues.org/166

Haut de page

Auteur

Nicolas Monteillet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org